Récit de la course : Sparnatrail 2015, par lapuce92

L'auteur : lapuce92

La course : Sparnatrail

Date : 8/11/2015

Lieu : Epernay (Marne)

Affichage : 472 vues

Distance : 56.7km

Objectif : Se dépenser

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Sparnatrail 2015 : il faudra revenir pour le champagne!

Samedi soir je file prendre le train dès la sortie du travail. C'est très rapide pour Epernay : 1h20 depuis la gare de l'est. A peine le temps de manger un morceau et d'avancer dans mon bouquin que je suis déjà arrivée. Dorothée me récupère, et on va à l'hôtel. Une grosse pensée pour Séverine avec qui j'aurais du partager ma chambre : j'espère te retrouver en pleine forme d'ici la Saintélyon! ;) La soirée se passe vite : préparation des affaires, douche, et dodo pas trop tard pour être en pleine forme pour le lendemain.

Dimanche 8 novembre.

J'ai bien dormi, le petit déjeuner passe plutôt pas mal. J'essaye de ne pas me laisser entrainer par le stress : je suis bien consciente que les barrières horaires risquent d'être très, très justes pour moi sur cette course. Je me rassure comme je peux en me répétant que ce n'est pas une course objectif, que le véritable but est dans quelques semaines du côté de Lyon et que ce Sparnatrail n'est qu'une sortie longue dans ma préparation.

A peine les derniers préparatifs effectués il est l'heure de rejoindre Dorothée et Eric dans le hall de l'hôtel. Je suis heureuse de les revoir. Arrivés sur le site de départ on retrouve Babou, Diabolo, et Sabine qui est engagée sur le 33 kilomètres. Je commence à me détendre un peu. A 7h30 tous les coureurs sont invités à sortir du palais des sports pour se rendre en trottinant au départ. On continue à deviser tranquillement entre copines. Qu'est ce que j'aime cette ambiance de course!

7h45, le départ est donné sur l'avenue de Champagne. Immédiatement je me mets dans ma bulle (de champagne, oui oui....), mon allure, je ne cherche pas à suivre les filles, et encore moins Eric! Je les vois malgré tout devant moi, pas très loin, pendant un bon moment.

Le début est sur route, quasiment plat. Il ne fait pas hyper chaud encore, et le brouillard est bien épais. D'emblée les jambes répondent plutôt bien. On attaque les bords de Marne, puis le canal. Kilomètre 4, première partie un peu boueuse. Devinez qui est la seule à faire un magnifique plat ventre dans la boue? C'est bibi!! L'avantage de la boue c'est que ça amorti bien, on ne se fait pas mal. En plus ça fait un look terrible : côté pile toute propre, côté face pleine de boue... . Heureusement que la majorité du parcours sera quasiment sec cette année parce que je ne préfère même pas imaginer ce que ça donnerait dans la boue comme lors des éditions précédentes! Je ne vais pas détailler l'ensemble du parcours, mais je l'ai bien aimé. On passe entre vignes, sous bois, jolis villages, le plaisir est vraiment au rendez vous! C'est plutôt très roulant dans l'ensemble mais pas si facile que ça au final. En témoignent mes jambes qui m'auront bien fait mal à l'arrivée, beaucoup plus que sur les 100kms de Millau par exemple.

Je rejoins le premier ravitaillement au 17ème kilomètre avec environ 30' d'avance sur la barrière horaire. A ce moment là j'y crois encore. J'y retrouve avec bonheur Diabolo qui se prépare pour le 16 kilomètres et monsieur Babou, ainsi que le petit Nelson. Un bisou, une caresse à Nelson, et c'est reparti. On passe un pont et on repasse sur les sentiers. Quelques kilomètres plus loin des fusées commence à débarquer dans mon dos : les premiers/premières du 16 kilomètres qui déboulent à fond les ballons. C'est peut être la partie que j'ai le moins aimé : nous sommes tout à coup très nombreux sur le chemin, avec de grosses différences de rythme. Par moments je dois même m'arrêter pour les laisser passer. Pas évident de garder son allure et de rester concentrée. Je croise Aicha : je ne m'attendais tellement pas à la voir là que je ne l'ai même pas calculée. Désolée! LOL Au 30ème kilomètre j'arrive à la bifurcation entre le 33 et le 57 kilomètres. Je ne réfléchis pas, je continue sur le 57. Je retrouve un peu plus de solitude et de tranquillité, ça fait du bien. En sens inverse je ne tarde pas à apercevoir les concurrents qui sont déjà sur le retour. Comme à Millau, on échange des encouragements, on se tape dans la main. Très sympa! Les jambes commencent à devenir lourdes mais globalement ça va bien. Je m'alimente et je bois régulièrement, tout passe. J'arrive au deuxième ravitaillement au 35ème kilomètre environ, l'allure a quand même ralenti et je sais que ça va être juste pour être "à l'heure" à la dernière barrière horaire, au 44ème kilomètre. Je ne veux pas avoir de regret, donc j'avance malgré tout. Je prends toujours autant de plaisir. Je suis au 44ème kilomètre pile dans les temps...mais personne pour m'arrêter ou me dire de continuer. Je continue ma route, jusqu'au 45,5 environ, où les bénévoles me font signe que c'est trop tard. J'ai dépassé le temps imparti. Dommage, ça s'est vraiment joué à pas grand chose et la forme était bien présente aujourd'hui, je serais allée au bout, je n'ai aucun doute là dessus.

Derrière moi d'autres coureurs (dont Aicha) arrivent. Ca râle, ça rouspète. Mais bon, le règlement est fait pour être appliqué après tout. Une navette nous ramène au gymnase d'arrivée. Je retrouve Eric, Monsieur Babou et Diabolo (belle reprise!!! C'est chouette de te revoir avec un dossard!). Ensemble on attend Dorothée, puis Babou. Elles arrivent toutes les deux ravies de leur course. Quelles progressions les filles! Babou a même droit à une arrivée d'anthologie avec Nelson qui s'invite sur le tapis rouge. Elle a à peine le temps de reprendre ses esprits qu'elle est appelée sur le podium : 1ère V3. Bravo super Babou!! Le temps de débriefer, de refaire la course et c'est déjà l'heure de revenir à la gare d'Epernay, ravie de ce super weekend encore une fois, même si ce fut beaucoup trop court.

Evidemment en ce qui me concerne je suis déçue d'avoir été arrêtée si près du but alors que tout allait bien. Mais j'avais bien conscience que ce serait très juste pour moi. J'estime malgré tout que mon objectif du jour, à savoir faire une sortie longue de prépa avant la Saintélyon, et y prendre un maximum de plaisir, a été plus que rempli. Donc cette fois ci cap sur la Saintélyon ; on y croit, et on ne lâche rien!!

 

http://lapuce801.over-blog.com/2015/11/sparnatrail-57kms-1400m-d.html

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran