Récit de la course : Sparnatrail 2015, par Vik

L'auteur : Vik

La course : Sparnatrail

Date : 8/11/2015

Lieu : Epernay (Marne)

Affichage : 1110 vues

Distance : 56.7km

Objectif : Balade

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Sparnatrail m'a tuer

Le sparnatrail m'a tuer. DNF.

 

Je pourrais dire que j'ai arrêté sur blessure, ce serait certainement plus comode. On me pleindrait peut être, on me souhaiterais bonne guérison, bon repos. Ce serait tellement pratique.

Mais ce n'est pas le cas.

Km25 environ, cela fait 2/3km que je lutte pour continuer à courir sur un rythme régulier sur un single légèrement boueux en forêt. Tout droit. Même vue, linéaire comme jamais, d'une platitude assomante. Après m'être forcé à attendre pour pisser un coup, et éventuellement faires deux trois étirements, car je n'ai pas du tout l'habitude de courir sur du plat, et j'ai des douleurs / gênes aux aducteurs, je décide de faire la pause. L'arrêt est fatal. Je ne repartirais plus.

Depuis quelques km, je ressens une gêne sur la face externe du genou droit. Je pense que c'est un déplacement de la tête du péronné, je connais cette gêne et c'était le diagnostique posé par mon osthéo l'année dernière.

Mais à chaud ça passait, et je suis probablement assez con pour continuer dans ce genre de situation. Mon abandon est vraiment lié au ras le bol: 0 plaisir, 0 motivation, un emmerdement profond. Je me fais chier comme un rat mort depuis le départ.

Je termine donc les 6 derniers kms du retour a épernay par le parcours du "ptiot" en marchant. En sifflotant, en mangeant un peu de raisin, et sans me monter le bourichon.

Finalement, c'est une bonne décision, car si j'avais continué, j'aurais ruiné un tendon et l'aurait payé ensuite.

7h30, "départ fictif" pour l'arche de l'avenue de champagne. Pas envie de me défoncer les pieds sur le bitume, je marche. Je suis parmis les tout derrniers à passer l'arche après le départ donné à 7h45. Je démarre doucement, pour vérifier que mon mollet droit, qui avait morflé suite à un entrainement sur bitume, a bien récupéré après ces trois dernières semaines sans sport. Check.

Forcément, j'accélère ensuite un peu, mais reste encore tranquille car du bitume, il y en a un moment... Quand nous quittons le bitume j'envosi un peu plus du diot, notamment en courant toutes les côtes. Retour à l'entrainement.

Autour de moi ça peste, y a de la boue, y a des montées... WTF. ça contourne chaque flaque... Les gars, si vous voulez jouer les majorettes, c'est pas sur du trail qu'il faut vous pointer... Mais au final personne ne parle, ça va trop vite, y a pas de paysage à commenter...

Arrivé au premier ravito en 1h40/45, je suis parti vite. mais c'est pas l'éclate. Mais alors, pas du tout.

J'ai deja un échauffement sympa aux cuisses, je n'ai pas pensé à prendre la nok (je finirais en fait bien brulé... Crêmage à la biaffine ce soir :/)

Je repars à l'assaut du chemin le plus plat et le plus long jamais courru, et au bout de quelques kms, je prends la décision que vous connaissez: je me fais trop chier pour continuer comme ça sur encore 30+km.

C'est bien organisé, c'est pas la question. c'est pas un coin moche... C'est pas la montagne. C'est pas pour moi.

J'ai une pensée pour Jean-Phi, qui ne se fait plus plaisir en CAP depuis quelques mois. Pour Chtigone, aussi, et d'autre, donc j'ai lu les récits, et pour lesquels je n'avais pas encore bien saisi cette notion d'absence de plaisir. En montagne, ça ne m'est jamais arrivé.

Il en faut pour tous les goûts. Pour moi, c'est définitivement fini pour les parcours roulants. Je ne supporte pas. Après Boulieu début octobre et le sparntrail aujourd'hui, je suis vacciné !

 

Place maintenant à la rando/bivouac, au snowboard... Mais stop les conneries !

 

PS: Désolé bichette de Laureduvercors, je te ramène pas de boutanche pour voir pétiller tes yeux de labrador (mais j'ai de la chartreuse)

5 commentaires

Commentaire de Jean-Phi posté le 09-11-2015 à 10:04:38

Quand ça veut plus, ça veut plus. Je te rejoins : pas la peine de s'emmerder en course si c'est pour 0 plaisir.
La montagne, ça vous gagne !

Commentaire de laureduvercors posté le 09-11-2015 à 10:07:54

Mes yeux de labrador O_o ? Alors celle là on me l'avait jamais faite!

J'ai du mal avec la Chartreuse depuis mes années étudiantes alors j'irai moi même tenter de chercher mon champagne au prix de 57km de fausses montagnes l'an prochain :-)

Merci pour le récit en tout cas, je ne suis pas surprise de la description que tu fais de la course, et malgré ce que tu dis au début, soigne vite ce genou avant que la saison de snow ne commence...! (bon t'as le temps, isotherme 4000m+ ces jours ci, c'est pas encore l'ouverture)

Commentaire de BK974 posté le 09-11-2015 à 12:09:03

Bonjour,
Ton récit m'a amusé et ému.
Mon épouse a couru le 56,7 km hier et je l'ai rejointe sur différents points du parcours pour l'encourager et faire quelques foulées à ses côtés. En voyant passer les concurrents vraiment marqués (tant les premiers que les suivants) par ce parcours usant et un plus monotone que d'autres, je me suis demandé si j'aurais pris du plaisir sur cette course que je n'ai pas retenue cette année ayant été cherché 3 points UTMB à l'Endurance Trail des Templiers il y a 3 semaines.
Avec une nuit de recul, je pense que je participerai à cette course, pour en baver, pour me dire que je l'ai terminée une fois, par respect et reconnaissance pour les bénévoles attentionnés, disponibles et chaleureux, pour les couleurs magnifiques des vignes en automne, pour apprendre à gérer une course usante et aux difficultés croissantes... Je ne dis pas que je viendrai tous les ans, mais que j'ai envie de le faire au moins une fois.
Quant au DNF, je compatis mais comprends. Pour mon premier ultra dans le Beaujolais, j'avais aussi souffert de la relative répétition des paysages. Les courses telles la Maxi-Race, Les Templiers ou la CCC par exemple ont d'autres inconvénients (le nombre d'inscrits et les embouteillages principalement), et il doit être difficile de les refaire tous les ans.
Pour conclure, je te souhaite de dépasser ce non-évènement d'hier et de t'aligner très vite sur une nouvelle course où tu prendras du plaisir.
Enfin, je remercie les organisateurs du Sparnatrail et souhaite une longue vie à cette épreuve qui, fort de ses 20 ans, a acquis une maturité appréciable et appréciée en cette fin de saison. Sportivement, Benoit

Commentaire de elnumaa[X] posté le 07-12-2015 à 07:57:21

bah ouai vive le trail en montagne pi c'est tout !
en parlant de ça ,
on va faire un bon truc de sanglier fin mars ( www.traildespiqueurs.fr ) , on t'embarque ?
pi au cas , y'a le grand raid 73 en mai , en bauges , jusque ce qu'il faut ;-)

a + sur un off
manu

Commentaire de elnumaa[X] posté le 07-12-2015 à 17:59:03

bah ouai vive le trail en montagne pi c'est tout !
en parlant de ça ,
on va faire un bon truc de sanglier fin mars ( www.traildespiqueurs.fr ) , on t'embarque ?
pi au cas , y'a le grand raid 73 en mai , en bauges , jusque ce qu'il faut ;-)

a + sur un off
manu

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran