Récit de la course : Le Tiers de Marathon 2015, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Le Tiers de Marathon

Date : 1/11/2015

Lieu : Laverune (Hérault)

Affichage : 409 vues

Distance : 14.065km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Soleil et nouveautés pour ce 16è Tiers du Marathon, à Laverune

Ce dimanche 1er novembre était placé sous le signe de la nouveauté.

Une météo extraordinairement clémente pour une Toussaint, c’était déjà annonciateur de bons signes.

Ensuite, mon voisin Frédéric, en reprise d’activité sportive pour passer le cap des 50 ans, apprenait de ma bouche, en arrivant à Laverune, pour sa première course officielle, avec certificat médical et dossard, qu’il était désormais rangé dans le cadre des vétérans ! Il est vrai que l’appellation « Masters », qui se substitue  désormais au terme « Vétéran », peut aider à faire passer la pilule !

Pour Pierrot 34, reconverti à la marche nordique depuis un an, c’était une reprise de la course à pied, avec un entraînement minimum, pour courir ce « Tiers de Marathon » à Laverune, avec mon voisin Frédéric donc, mais en relais, lui, courant la première tranche de 6km et moi, la deuxième, de 8 km.

Autres nouveautés, le changement d’équipe organisatrice de la course et le changement de parcours, allant de pair avec le changement d’endroit  pour la prise du relais.

Une fois sur place avec l’ami Fred, il a fallu résoudre  un petit problème d’inscription, quelque peu perturbée par un navigateur internet, ai-je compris, pas compatible pour l’inscription à deux en même temps. Si le problème a été facilement résolu, Pierrot 34 s’est toutefois retrouvé affublé de points d’interrogation dans le classement officiel, comme 2è relayeur de Frédéric qui  allait donc me passer le dossard 1269 au relais, pour que la puce intégrée puisse enregistrer notre temps à l’arrivée.

Ensuite, en suivant les quatre courses pour enfants qui précédaient le Tiers et ont apporté une première sympathique animation dans l’aire de départ du parc du château,


Des plus jeunes aux plus grands: les premières foulées avec dossard.

voilà que Frédéric et moi, avons été abordés par deux jeunes charmantes coureuses, du fait de notre « R », comme « relais », épinglé dans le dos, afin de faire du covoiturage, pour aider ces deux jeunes femmes à gérer, comme nous, leur relais à elles aussi. C’était pour nous une première, en matière de petit événement, des plus agréables, il faut le reconnaître, en ces jours de grands rassemblements, qui, paradoxalement, ne favorisent pas toujours la rencontre ou la convivialité, je l’ai souvent dit.

Les coureurs de l'avenir à Laverune!

Après les courses enfants donc et un hommage à Vincent Diaz, notre bon speaker des courses héraultaises, tragiquement décédé en février dernier, c’est la responsable de « Dépistage 34 » qui a incité le public à s’intéresser aux contrôles préventifs pour les cancers du sein et du colon.

Enfin, « la vague » des presque 700 coureurs s’est avancée derrière l’arche de départ pour ce 16è Tiers du Marathon. Quelques photos du départ et vite, il fallait rejoindre avec l’autre jeune collègue relayeuse, le château de l’Engarran, distant de deux bons kilomètres, pour prendre le relais de nos amis.

Un départ ensoleillé comme jamais

645 concurrents (535 individuels et 55 équipes de 2) au départ.

Pas évident de trouver le bon endroit pour se garer dans les vignes mais au final, « ça a dû le faire », comme on dit, puisque j’ai retrouvé Fred à l’arrivée, qui avait ramené la première relayeuse, d’ailleurs passée au 6è km juste derrière lui.

Aux portes du château!!!!

Ce ravitaillement-prise de relais du 6è km, à l’entrée des vignes du château, était très animé, avec bon nombre de supporteurs et Mireille Py qui, en attendant son mari Bernard, comptait au passage les féminines dans leur classement, hors relais. Pendant ce temps, Pierrot 34 veillait au grain, avec appareil photo et clé de voiture, pour prendre le relais de Fred, lequel s’est pointé, dossard à bout de bras, pour sa photo historique et la prise de « la clé du relais ».

Fred arrive (en rouge) le dossard à la main!

Et voilà notre Pierrot 34 parti, en courant, cette fois, sans bâtons de marche nordique, pour avaler, autant que pouvait se faire, les huit derniers kilomètres de ce Tiers de Marathon.


Une balade presque bucolique, sur les chemins d'un bel automne

Des chemins, essentiellement de terre, de cailloux, au milieu des vignes, de légères montées, des descentes, des sentiers monotraces plus étroits, où, face au soleil, il fallait bien regarder où l’on mettait les pieds, deux passages de ruisseau sur une planche, une bonne côte au 12è km, très peu de bitume, sauf en entrant dans Laverune pour pénétrer dans le château…ce nouveau parcours avait vraiment toutes les qualités de diversité, de senteurs de thym, de poésie parfois, pour satisfaire les amateurs de nature automnale, sans jamais sombrer dans les acrobaties d’un trail plus « technique ».Des signaleurs sympas, avec leurs encouragements, un fléchage impeccable complétaient ce tableau bien plus positif et avenant que la performance d’un Pierrot 34, contraint à la marche-sans bâtons, malheureusement !- parfois, avec d’autres jambes lourdes et douloureuses, différentes de celles de la marche nordique.

Pierrot 34, devant l'objectif de Fred, cette fois, en a terminé!

Au bout du compte, l’équipe, que j’avais appelée « les Koch » (lire, « les coqs » !), du nom de la rue des deux amis, finit 48è sur 55 équipes, en 1h35, à la moyenne de 8,9km/h, l’équipe étant toutefois classée « 4è V2 », sur l’âge du plus jeune, alors que j’étais je crois le seul V4 sur le relais. C’est modeste, mais pour un essai, un début, il y avait un peu de satisfaction, en plus du T-shirt et de la bouteille de vin à se partager. Pas vu la soupe, autre nouveauté,  finalement, car vu le temps ensoleillé, c‘est l’eau et l’Orangina qui ont eu ma préférence.

Côté glycémies, je ne sais pas si le membre du club "Type 1 Running Team" a satisfait les normes de ses collègues diabétiques, mais ce n’était pas le top, comme on dit.

Dimanche 1er, 6h30, au réveil : 2,64, comme souvent….à l’aube, ça monte ! J’envoie 10 unités pour le petit-déj et faire baisser mais, en arrivant à Laverune, à 8h50 :  3,13g ! J’envoie alors un bolus de 5 unités, et garde ma pompe à 100%. 10h16, avant de prendre le relais :  2,66g ; je pars alors là-dessus ; 12h, après la course : 0,98, OK ; 22h, au coucher, 1,23 OK ;Minuit :  0,31, Aïe , je prends une cuiller à café de miel .Lundi matin 2/11, au lever :8h40 :3,35, ça recommence !!!!Autre rythme de course et d’effort, autres glycémies, qui me rappellent un peu le passé…

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran