Récit de la course : 100 Miles Sud de France 2015, par chris favre

L'auteur : chris favre

La course : 100 Miles Sud de France

Date : 9/10/2015

Lieu : Font Romeu Odeillo Via (Pyrénées-Orientales)

Affichage : 1425 vues

Distance : 165km

Matos : Peregrine pour les chaussures.

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

C'est quoi un ultra

Vaste question si souvent posée. Pourquoi s'infliger un truc pareil ?? Il y a quelques temps je suis tombé sur le blog de run run Mary ou Mary run run je sais plus, traileuse de bon niveau apparemment si j'en crois ces écrits, et qui se posait la question du pourquoi faire des courses pareilles au vu de sa rencontre avec des ultras traileurs semble t'il dans un état physique épouvantable. etait ce la course à l'échalotte ? le toujours plus ? Sa conclusion allait vers un définitif, il semble que l'ultra traileur cherche à être le roi de la machine à café le lundi matin, bref une sorte de gars ou fille un peu frustré et en manque de reconnaissance... C'est peut être pas faux. Vais quand même essayer d'apporter quelques éléments de réflexion à Mary... en toute modestie bien entendu !!

Tout d'abord je remonte le temps, on est le 28 juin je crois, il est 21h et je suis assis seul au fin fond de l'andorre. Je viens de rendre mon premier dossard sur une course, la ronda del cims. Je suis donc au col de la botella après 60 bornes sur les 170 qu'en compte la course, complètement dézingué mentalement et physiquement.

1ère réflexion : A ce stade Mary à raison, l'ultra c'est se faire mal pour rien...

L'abandon a ceci de pathétique qu'il s'accompagne souvent d'une situation misérable... là suis entouré de mouches à m... qui m'attaquent. Nico et Marie qui venaient me faire l'assistance viendront me sauver de ce marasme cruel. Le lendemain, je vais déjà beaucoup mieux et assister le pote nahuel sur sa fin de course sera le meilleur des remèdes. Il franchit la ligne en 3ème position avec un mental énorme et une véritable démonstration de force.

2ème réflexion : les idées noires partent vite !!

Je vais quand même prendre 3 semaines de repos et reprendre vraiment goût avec la montagne lors de mes vacances à Font romeu lors de quelques rando avec mon fils. Grâce à ces sorties je vais refaire l'histoire de France programme CM1 et constater toutes mes lacunes. C'est lors de ces vacances qu'on décide avec Nico de s'inscrire aux 100 miles, on avait fait la grande traversée ensemble l'année précédente et on avait dans la tête de refaire une course de cette envergure ensemble. C'est donc décidé, inscription ok et changement de méthode d'entraînement pour moi, nico restant sur la méthode infaillible qui est de partir dans plat pays pour faire du dénivelé négatif à l'aide de houblon... a ce stade, un 3ème larron nous rejoint, le jeune clément Mazet, athlète au corps parfait, pas celui d'un ultra traileur mais plutôt d'un triathlète de haut vol !!

3ème réflexion : l'ultra traileur a souvent un cimetière à poulet développé, important pour durer, mais pas top pour la machine à café !!

Bref, on est fin juillet et c'est parti pour la prépa de 12 semaines, avec 2 courses au milieu, le marathon du montcalm et la rialpmatxicots qui me permettront de valider ma nouvelle méthode d'entraînement (je dirai pas ce que c'est sinon vais me la faire piquer... et y a des types qui sont à l'affut) + 1 we choc avec les 2 compères nous permettant de vérifier notre capacité à nous supporter.

4ème réflexion : l'ultra traileur est souvent un animal à part

Le jeudi 8/10 on se retrouve chez Nico ou on attend Clément (on va passer notre temps à s'attendre!!). On est un peu sous pression. Moi car j'ai abandonné à la ronda et j'ai quand même des doutes à passer le cap des 110 bornes et Nico car malgré une préparation de haut niveau, il a un doute... Direction Bolquère ou Clément nous héberge dans l'appart familial. On a de la chance, notre hébergement se situe à 1.5 kms du départ prévu le lendemain. Un repas gargantuesque et une nuit reposante plus tard on se retrouve à 9h au briefing d'avant course.

 

On est rassuré par le directeur de course qui nous dit que le problème des kms en trop de l'an passé est réglé :-). A ce stade je m'inscris en faux contre certains post remettant en cause le niveau de cette course, il y a quand même Anton Kuprika

et puis des gens connus... par exemple il y a Laurent, David, nico, clément et moi... et 160 autres personnes !!

5ème réflexion : Dans l'ultra trail c'est souvent assez confidentiel

Bon c'est pas le tout mais faut y aller, le départ est prévu à 10h, il y a des caméras, un drone c'est champêtre et très sympa.

Le départ est donné, ça part tranquille, on sait que ça va être long pas la peine de s'affoler. Nico nous fait part de sa gène à une cuisse, rien de grave. Nous parcourons les premiers kms avec les élèves du lycée climatique de font romeu. Les premiers kms jusqu'à la forteresse de Mont Louis sont très roulants et légèrement descendants. nous y sommes rapidement et nous retrouvons pour la première fois christophe MARSERO qui s'est proposé quelques jours plus tôt de nous accompagner dans notre aventure. Nous sommes classés dans les 20-30. Tout va bien, il fait super beau, les sentiers sont sympas. Nous rejoignons Planès qui est le premier ravito et pied de la première difficulté. Entre temps nous croisons le fils caché de john lennon qui nous double avec le sourire.

6ème réflexion : l'ultra c'est l'occasion de rencontrer plein de personnes différentes en dehors des conventions sociales ou professionnelles.

Au point de passage on retrouve Christophe qui nous encourage. Il est accompagné de Christophe Delsol et sylvain Ratia, 2 excellents traileurs et ultras traileurs. On traine pas et on repart pour la première grimpette, rien à signaler, juste on jette un oeil pour voir si on voit quelques cèpes... Nous arrivons sans encombres au second ravito. Il est au pied du col mitja. Là les choses sérieuses commencent. Je pars un peu devant avec clément, Nico prend son rythme. Au milieu de la montée nous retrouvons les 2 christophe et sylvain qui sont montés en 4x4. Ils sont au soleil avec quelques cochonailles... on prend quelques instants pour discuter mais dèjà des types arrivent derrière nous... on repart donc... à fond !! ;-)

7ème réflexion : C'est quand même une course qu'on fait !!

Arrivée au col, on prend la pose en attendant notre nico.

Nous sommes au point haut du parcours, 2360m. La vue est dégagée et magnifique.

8ème réflexion : En ultra, les paysages sont grandioses !!

Descente technique et assez longue vers le refuge de la carança. Faut juste maîtriser pour pas trop taper dans les quadris.

9ème réflexion : En ultra le capital initial qu'on te confie est ton corps... il est donc souhaitable de savoir le gérer...

Le refuge atteint, plusieurs traileurs sont attablés pour profiter du soleil et du ravito. Il y a du coca avec une étiquette verte ce qui occupera notre réflexion pendant un moment... Pour le moment tout va bien, pas de douleurs, les jambes vont bien. Je presse donc mes 2 comparses pour repartir au plus vite. On attaque alors la seconde difficulté du jour vers le col de/du pal (je sais pas...). Clément prend un peu d'avance, je suis quelques mètres derrière et Nico un peu plus loin. Dans la montée nous repenons Laurent Lauger qui fait le relais en trio... il nous dit être un peu fatigué. Il finira son relais avec nous, une compagnie bien agréable. La descente vers Mantet est très technique, nico montre les premiers signes de fatigue réelles. L'arrivée à Mantet, ravito costaud. On prend un peu de temps. On est content car nico vient de découvrir que wolverine était parmi nous...

10ème réflexion : l'ultra traileur à un humour de m... mais qui le fait beaucoup rire !!

Moi je commence à trouver qu'on traîne un peu trop sur les ravitos donc je rameute tout le monde et c'est reparti. Jusqu'à Vernet le parcours est une succession de petites montées et descentes. Vers le col de jou je prendrai un moment avec nico pour le remonter et pas le laisser trop seul...

Arrivée à Vernet à 18h. On est en avance de 2h30 sur notre planning. Le 110 est parti à 17h avec nos potes de la team, Martial, Doc, Xavier, Martin et quelques connaissances dont julien et Cédric.

A la base de vie, on a de la chance, Maureen (moitié de Martin) est là, chiropractrice de son état elle va nous remmetre nico sur pied. Arrêt de 35 mns et je récupère tout le monde. Christophe nous abandonne là. Merci encore pour ton aide et ton soutien !!

 

Le plus dur à récupérer c'est Clément collé à Aurore... On s'équipe des frontales et direction les cortalets (1500 de d+ sur 10 bornes) qu'on connaît bien.

On part à 4 avec Guillaume, très sympa, qui va nous accompagner quelques heures !! La montée, très raide, le sentier est superbe, se passe bien. Je suis devant avec clément. Guillaume un peu derrière et Nico plus loin. Sans se parler nico sait qu'on l'attendra sur un petit replat, comme lors de la reco.

11ème réflexion : C'est une histoire de partage et d'émotion

Lorsque nico arrive je sens qu'il est touché. Un peu plus haut, après avoir rejoint la piste, Nico appelle Marie. quand il revient à notre hauteur, il est touché mais pas coulé. On va arriver au refuge en l'encourageant. Il fait froid là haut, il gèle même. Je suis en short et pas trop habillé pour ce type de température. Nico part dans le refuge au chaud pour s'habiller. manque de chance, il y a du monde à l'intérieur et ce qui devait arriver arriva... nico se met à parler avec les types pendant que je gèle dehors !! finalement il ressort et là on démarre darre darre... Clément devant et gaz sur les balcons du canigou. C'est un de mes passages préférés de la course, la plaine catalane est à nos pieds, le ciel étoilé, juste le faisceau de nos frontales... je profite.

Clément fait preuve d'une dextérité extrême, appelant la moitié de son répertoire et envoyant des textos de partout... sur ce sentier fait de racines et pierres c'est un véritable exploit !!

12ème réflexion : Chacun fait ce qu'il veut !!

Au milieu se trouve un petit coup de cul de 300 d+ nous amenant au col précédant le refuge de batère. Arrivés au col il fait très froid et avec clément on décide de rejoindre le ravito et d'y attendre Nico. Quand on arrive on est seul avec les quelques courageux bénévoles. Nico arrive et commence à blaguer... c'est qu'il va bien !! Je le tire de ses vannes pour qu'on reparte... il est 1h et il nous faut rejoindre Arles et la seconde base de vie. La descente est longue, on reprend les 2 derniers du 110 et on arrive à Arles à 3h. c'est un grand gymnase ou nous sommes là aussi assez seuls. Nico part chez le kiné, avec clément on mange, on change les chaussettes, nok et prêt à repartir... Las, l'arrêt sera plus long que prévu... 45 mns... Nico est pas très bien organisé et part dans tous les sens... moi je commence à m'agacer... 17h de course, 90 bornes ont eu raison de ma patience... et je le dis à Nico !!

13 ème réflexion : plus personnelle, j'ai mauvais caractère !!

A ce ravito on a la chance que florence et François nous aient rejoint... que dire mis à part là aussi merci !! Ils vont nous accompagner jusqu'au pied de la difficulté suivante. Là Nico va s'excuser pour son organisation approximative et pour le retard pris... Je suis en mode boudin... il me faudra arriver en haut de la difficulté pour à mon tour m'excuser et faire un calin !!

14ème réflexion : je me soigne (ça aussi c'est personnel)

Nous filons vers Montalba... qui devrait se situer au 100ème kms et que nous atteignons au 116ème à la montre de nico (comme on nous a dit que le pb des kms était réglé on le croit mais on commence à avoir des doutes). On arrive au ravito au moment où la lumière fout le camp, Nico jette tout, et Clément est énervé en faisant remarquer aux bénévoles que les kms ne correspondent pas...

15ème réflexion : ne pas mentir à un ultra traileur... il s'en apercevra tôt ou tard !!

Une fois les nerfs de chacun calmés on repart... on a 950 de d+ à se taper, pas les plus faciles. L'an dernier on avait beaucoup souffert et inconsciemment je les redoutent. Je vais connaître au milieu de cette ascension ma première défaillance. Mes yeux commencent à papilloner et je peine à les garder ouvert. Je monte en zig zag ce qui surprend mes 2 compères qui me récupère et me mette à l'abris derrière eux. Un bonbon au coca et quelques minutes de récup plus tard on arrive à un col.

C'est le lever du jour. Je rencontre alors Fabrice qui fait le GR 10 en partant de Banuyls jusqu'au canigou. Rencontre étonnante au milieu de nulle part...

15ème réflexion : c'est vraiment étonnant ces courses !!

La dernière partie de la montée est dure, droit dans la pente. Nico à un style particulier mais très efficace...

On arrive au col... là on prend un petit sentier très sympa mais le parcours change par rapport à l'année dernière. c'est une succession de montée dans des caillasses. Les paysages sont somptueux. Nous arrivons avec Clément à un croisement. Les gendarmes qui s'occupent de ce point de passage nous indiquent un ravito à 3kms et las illas à 9 kms. On décide de partir et d'attendre Nico au ravito. On emprunte une route bétonnée (partie espagnole du parcours) vraiment déguelasse. Le ravito n'arrive jamais. Avec Clem on va courir et on commence à perdre patience. Arrivés à un croisement on décide que s'en est trop. Il faut s'arrêter et attendre Nico. On se cale au soleil. Il doit être 10h du mat. Mais clem s'énerve... moi j'en profite pour manger. On a de la chance, des personnes passent et nous indiquent le ravito de las illas à 15 mns. Nico arrive enfin, un peu énervé (voir beaucoup) et nous rejoignons las illas.

Réflexion n°16 : Ne pas croire la marée chaussée...

A las Illas, je profite de la vue sur les chataigniers centenaires... ;-), aurore est là et Clément à droit à un calin. On se pose. Moi j'ai envie de repartir assez rapidement, il reste 50 bornes et faudrait avancer. De las illas le parcours prend une route bitumée pendant quelques kms avant d'attaquer une piste... c'est pas la plus belle partie du parcours, c'est même la plus moche... Là je vais connaître ma seconde défaillance. Mes yeux se ferment et je

m'arrête. Il faut que je dorme. Je soumet l'idée à Clément et Nico de dromir un peu. Nico m'approuve et se couche immédiatement à même le sol. Je mets le réveil sur 10 mns... Au bout de 6 mns je me réveille... un type vient de passer et j'aime pas. Je réveille tout le monde et on repart. Je suis ragaillardi.

17ème réflexion : les ressources du corps et de l'esprit sont insoupçonnées...

Je vais rapidement repartir en courant suivi par clément qui me rattrape rapidement. Nous allons courir sans trop échanger de mots jusqu'au perthus, 3ème base de vie. La vue de la citadelle du Perthus me met du baume au coeur mais énerve Clément car il ne faut pas que je lui mente et lui dire que c'est à côté quand c'est loin...

18ème réflexion : c'est bizarre un type qui n'a pas dormi depuis plus de 24h...

Juste avant la base de vie Aurore, Marie et les enfants sont là. Marie s'inquiète pour nico mais je la rassure en lui disant qu'il nous suit... Je rejoins seul la base de vie ou je croise Rémi qui me dit que Martial et Cédric sont au col de l'ouillat (on ne se croisera pas). On va rester plus d'une heure au Perthus. Clément ayant besoin du podologue et nico du kiné. Quand il arrive la tête de nico est défaîte... mais je connais le bonhomme... un regard qui en dit long et une vanne plus tard je sais qu'on ira au bout !!

On arrive enfin décoller... la montée vers le col de l'ouillat n'est pas très compliquée. elle est égayée en son milieu par le célèbre ravito de raymonde... cette partie nous aura vu perdre 2 places, rattrapés par le célèbre Wolverine et son comparse vu à Mantet quelques heures plus tôt... et que nous ne verrons plus... Au col de l'ouillat, aurore, Marie et les enfants sont là. Mais bon, on fait une course, faut donc avancer. La partie qui arrive est compliquée, 12 bornes de pistes pas très sexy...

19ème réflexion : l'ultra traileur n'aime pas les pistes...

Le paysage qui s'offre à nous est cependant magnifique et puis nico aime les pistes...

C'est bien joli d'admirer le paysage mais au rythme ou on va on y sera jamais à argeles pour la voir cette mer... je décide donc de courir... mais mes collègues ne m'emboitent pas le pas... tant pis, je vais passer une petite heure seul, à rattraper les ultimes concurrents du 110 et ce jusqu'au ravito des 3 hêtres... juste avant je me fais reprendre par un coureur du 100 miles... 15 minutes après clément et nico arrivent, la tête basse, ils savent qu'on a perdu une autre place et que ça m'énerve...

19ème réflexion : très personnelle : suis vraiment très con !!

La descente jusqu'à La Vall est terrible... très technique, des cailloux en veux tu en voilà... bref après 150 bornes c'est assez compliqué... au milieu de cette descente de fou je croise une vache... que fait elle là ? comment va t'elle s'en sortir ?? suis très inquiet mais ne pouvant rien pour elle je décide de partir, la larme à l'oeil !!

20ème réflexion : L'histoire de la vache c'est très étrange !!

A La Vall, Maureen, Marie, Martin et les enfants sont là. Martin à fait 6 sur la grande traversée, une machine le type !! on prend quelques minutes pour se restaurer et laisser partir le dernier concurrent du 100 miles qui nous doublera. Maureen propose de nous accompagner sur les 12 derniers kms. L'ultime montée se fait, 350 de d+. Arrivée en haut avec clément on se prend dans les bras. On sait que c'est gagné, la dernière difficulté est passée. Nicvo et Maureen arrive et re calins !!

Il nous reste une dernière descente un peu technique avant le dernier ravito de la chapelle. Je prend mon temps pour éviter de me cascader... Bernard, le père de Clément et Polo sont à la chapelle. Maintenant j'ai envie de rentrer... Quelques jours auparavant j'ai demandé à mon père d'amener mon fils à l'arrivée pour passer la ligne avec lui et je n'ai pas envie de le rater en arrivant trop tard...

Un dernier arrêt avec Marie, Martin et les enfants et c'est parti pour les 4 derniers kms... ou on va alterner course et marche. Nico a tout donné et est entrain de craquer. Je mesure alors l'effort qu'il a fait pour nous suivre, sa préparation ayant été compliquée, il a eu la force mentale d'aller au bout. Avec clément on a décidé un peu plus tôt de lui permettre de pointer en premier à Argeles. Maureen nous fait toucher du doigt ce qu'on vient de réaliser... on passe sur le port d'argeles, devant les terrasses des restau avec des gens attablés... c'est un peu anachronique comme vision mais bon, on s'en fout !! enfin la dernière ligne droite et au fond l'arche d'arrivée... il faut arriver en courant... à quelques encablures, on est assailli par tous nos accompagnants, on termine la course en courant tous réunis, moi j'ai mon père et mon fils... suis pas très sensibvle à l'émotion ni la larme facile mais là à l'intérieur ça bout !!

On passe la ligne main dans la main. Nico est en pleurs... lui il est sensible... il va pointer en 19ème position, clément en 20ème et moi en 21ème. Sur la ligne on retrouve Xav qui a fait 11ème et le doc qui a fait 38 sur la grande traversée. On boit une bière tous ensemble... on l'a fait, 165 bornes selon la police, 180 selon les manifestants... 35h et pi voilà !!

21ème et ultime réflexion : Moi je retiens qu'au delà du fait d'être le roi de la machine à café, l'ultra est une vraie aventure, un moment unique de dépassement de soi, de partage, d'amitiés, de rencontres, de moments compliqués, de moments de bonheur, de sport, de compétition... en résumé c'est un condensé de vie !!

J'ai envie de remercier christophe, françois, florence, Aurore, Marie, Roman, Maël pour leur aide technique et morale tout au long du parcours et toute le team bonnery !!

Maureen et Martin... vous allez nous manquer de l'autre côté de la planète

Mon père et Patrick pour avoir bravé le froid pour la seconde année consécutive et m'avoir permi de passer la ligne avec Louis.

et enfin Les collègues Clément et Nico... pour leur courage à m'avoir supporter et les moments inoubliables qui resteront gravés !!

Ah et la bise à Mary run run !! moi j'aime l'ultra et j'y reviendrai... et vive la machine à kfé !!

 

6 commentaires

Commentaire de philippe.u posté le 26-10-2015 à 21:05:50

Bravo, ça donne envie d'y être. Finalement avec toutes ces réflexions, l'ultra c un truc d'intellos, tout simplement.

Commentaire de chris favre posté le 26-10-2015 à 21:08:36

Ouh là... j'en sais rien... ces réflexions c'est surtout pour déconner !! et surtout pas se prendre au sérieux... ;-). Sportivement. Christophe

Commentaire de lolo_du_94 posté le 27-10-2015 à 09:07:53

Très très beau récit ! Bonne dose d'humour. Bravo !
Finalement pour la vache a-t-on eu des nouvelles ?
Clément il ressemble vachement :-) à un traileur catalan bien connu !

Commentaire de chris favre posté le 27-10-2015 à 10:05:16

Merci pour le récit... alors pour la vache il semble qu'une dizaine d'heures après certains traileurs l'ait croisée au même endroit... elle n'avait donc pas bougé... et franchement l'endroit était plus adapté à un isard qu'à un bovidé. Mais à cette heure je n'ai plus aucune nouvelles et je peux juste extrapoler sur son devenir que j'espère avec Mr taureau, plein de petits veaux et qu'elle vive heureuse et longtemps !! ;-). Pour Clément, je dirai que la ressemblance avec un biathlète catalan bien connu est frappante... Avec Nico nous l'avons constaté maintes fois :-).

Commentaire de GAE11 posté le 27-10-2015 à 14:08:08

Belle course et Beau récit mon poulet, peut être un jour je m'aventurerais avec vous. mais avant il faut revoir le nombre de réflexion, il y en à 22 ;-) (voir la 15éme).
@+ Gaëtan

Commentaire de chris favre posté le 27-10-2015 à 18:01:07

Hey Gaetan, c'est pour voir qui suit... Me suis mélangé les pinceaux dans les réflexions !! ;-). Avec plaisir, tu le sais... a bientôt !! La bise

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran