Récit de la course : Courir à Vienne - 24 km 2015, par Casidescôtes

L'auteur : Casidescôtes

La course : Courir à Vienne - 24 km

Date : 18/10/2015

Lieu : Vienne (Isère)

Affichage : 756 vues

Distance : 24km

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les Balmes viennoise, restons attentif !

Nouvelle édition cette année des Balmes Viennoises, l'an dernier la course n'a pas eu lieu. Mon objectif améliorer mon temps d'il y a 2 ans à savoir 2h35min, ma première "vrai" année en tant que coureur et adhérant à l'association du Suzon. Je sais que depuis j'ai bien progressé et cela me permet aussi de me tester après ma participation à l'UTV début septembre. Je suis venu en compagnie d'Olivier et Maitre Saccoche. Sur place nous retrouvons une multitude de tête connue puisque un grand nombre de coureurs de l'assoce (20!) s'est déplacé, mais aussi des gens d'autre club.

Après quelques tours de piste pour s'échauffer, nous papotons dans le sas de départ et nous sommes presque surpris par le départ. 75 participants sur ce 24 km.

Le départ

 Un groupe d'une quinzaine de coureur s'échappe très vite et moi je m'extirpe des quolibets de Thierry et Olivier pour vite rejoindre Maitre Saccoche avec lequel je fais la montée du pendu  (la grosse difficulté de la journée 1.4km – 180m D+)  je le double juste en arrivant en haut. 500 – 600m de route puis on plonge dans le bois de Dime, je rattrape un coureurs grâce à une bonne petite descente puis il me repasse sur un faux plat montant, je récupère, et je reste dans ses baskets. On remonte sur la route une centaine de mètre, puis de retour dans des chemins en direction du chemin du Télégraphe. Les frelons sont de la partie cette année et le coureur que je suis depuis un moment, tout à coup s'affole, je pense tout d'abord qu'il s'est tordue la cheville, en fait il vient de se faire piquer par trois fois par ces maudits frelons. Je m'arrête et lui demande si ça va. Il n'a pas l'air… Je relance lentement et regarde plusieurs fois derrière moi. Un autre coureur nous rattrape.

Nous arrivons sur le chemin du télégraphe et ce dernier me talonne. 700 – 800 m puis c'est la bifurcation entre le 24 km et le 14 km. Tous à coups une rubalise (6éme km) indique un chemin sur la gauche, j'hésite car sur le tracé, normalement cela part tout droit, comme il y a 2 ans… les 2 autres coureurs me disent mais non c'est là… Alors je me lance…. Sauf qu'au bout de 400 – 500 m  toujours pas de rubalise ou indication… Je doute fortement. Arrivé à un semblant d'intersection je me décide de faire demi-tour. Mes deux compères d'un jour décident de continuer. Je reviens prés de cette maudite balise et continue sur le chemin emprunté il y a 2 ans et en effet je retrouve les rubalise du parcours ! OUF !! 

Afin de rattraper un peu le temps perdu, j'envoie grave dans la petite descente qui suit puis je tourne sur la gauche sur un chemin de tracteur. Je rattrape maitre Saccoche qui bien sur était repassé devant.

A ce moment de la course on peut apercevoir au loin une bonne partie du parcours, peut-être 500 ou 600 m en avant et je suis étonné à ce moment de la course de ne voir personne. Le chemin est vide. Ceux de devant doivent vraiment être rapide.

Je distance petit à petit Maitre Saccoche. Je suis heureux de courir sur mes chemins d'entrainement et c'est vraiment un gros avantage car je peux parfaitement gérer mon effort. Descentes, relances, montées plus ou moins raide.

A mi-parcours.

Arrivé au 13e km en haut de la Balme, section commune au 2 parcours du jour, un bénévole m'annonce 3ème. 3ème??? Non j'ai mal entendu c'est plutôt 23ème !! Un ou deux petits coucous a quelques coureurs que je connais, sur le 14 km, puis c'est la seconde bifurcation entre le 14 km et le 24 km. A nouveau, un bénévole m'annonce 3ème ??? Cette fois j'ai bien entendu et je lui crie: "c'est pas possible, j'étais 21éme au 5 éme km et j'ai doublé personne…" je me mets à sérieusement cogiter, si bien que la descente jusqu'au pont des amoureux ce fait en un rien de temps. J'attaque la remontée et le première partie se passe bien je ne marche pas. Après 400 – 500 m  j'entends un "Casi !!" je me retourne et juste en bas de la montée j'aperçois Jérémy accompagné d'autre personnes. Je comprends alors que les premiers ont du faire la même erreur que moi et prendre la mauvaise route mais certainement plus longtemps. Tant pis pour eux, je continue mon effort tout en sachant que je ne finirais pas troisième ça c'est sûr (et puis cela m'aurais vraiment gêné).  Une portion plate de 300 – 400 m  puis une montée de 500m et me voilà sur les hauteurs de Reventin au lieu-dit " La Croix des Chasseurs". Le profil est maintenant à la descente et juste avant de rentrer dans la Combe de Gerbol (Combe des  Léos pour les intimes!) je me fais reprendre (18éme km) par le "vrai" troisième du jour. Il me distance très rapidement mais au fond de la combe je l'aperçois encore et même au début de la remontée… un peu plus haut je croise Fabien tous étonné de me voir dans cette position. Je lui lance rapidement que les premiers ce sont trompés de chemin…  Arrivé en haut de la combe, c'est au tour du "vrai" 4éme du jour de me doubler. On échange quelques mots et il me dépose, je tente de le suivre mais sur le plat je commence à avoir du mal a relancer. Il reste moins de  3 km et j'attaque la dernière montée du jour, une route goudronnée.  A mi-pente un autre concurrent me double, je me retourne et j'aperçois 3 coureurs. Je me dis alors que terminer dans les 10 premier pourrais être jouable alors je ne lâche pas et me mets dans le rouge, on verra bien ! On arrive dans la descente de la montée du Pendu ! Je m'accroche au coureur devant moi et cela me permet de faire une bonne descente, mais j'ai des crampes qui pointent le bout de leurs nez et ça c'est pas cool à 1 km de l'arrivée…

L'arrivée.

En bas, le coureur relance incroyablement bien et je ne peux pas suivre, pourtant j'envoie grave (mais à mon niveau !). Un peu plus loin, enfin Jérémy me rejoint et me passe je lui montre les deux coureurs devant et lui dit de foncer, ils ne sont pas très loin. Finalement nous terminons ensemble, enfin presque, à 100m de la fin un coureur m'a rattrapé et viens s'intercaler entre Jérémy et moi.  Finalement je termine 8éme en 2h11min. La place je m'en fou car vu les circonstances du jour elle ne veut rien dire. Par contre mon temps je l'explose à mort et ça c'est une grosse satisfaction personnelle ! Maitre Saccoche termine en 2h17 et Olivier en 2h37. A l'arrivée on discute avec les uns et les autres.

C'est vraiment très sympa cette Balme viennoise !!

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran