Récit de la course : Le Duo des Lavagnes 2015, par Coureur du 34

L'auteur : Coureur du 34

La course : Le Duo des Lavagnes

Date : 27/9/2015

Lieu : Montpeyroux (Hérault)

Affichage : 258 vues

Distance : 18km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Du haut des Lavagnes...

Après avoir testé la course en duo version nocturne lors du Trail des Lucioles, mon équipier et moi remettons ça en mode diurne cette fois-ci avec le Duo des Lavagnes. C'est également un contre-la-montre, départ des duos chaque 20 secondes et en 106ème position en ce qui nous concerne.

Ce système permet de courir sans embouteillage tout en ayant quasi constamment d'autres duos en ligne de mire.


Malgré un gros volume d'entraînement cette semaine, j'arrive bien motivé, chaud comme un panini 4 fromages: il y a un superbe soleil et le parcours promet d'être très agréable. Et puis en duo, c'est deux fois plus de plaisir de courir!


D'entrée, 500 mètres de faux-plat descendant nous amènent sur un chemin à gauche en bordure de vignes. Ca descend encore et nous dépassons déjà quelques équipes. Une courte bosse au km 1 (4'35") fait monter le cardio et nous enchaînons par un monotrace montant lui-aussi. Nous sortons du village pour courir dans le vignoble désormais. Ca monte toujours progressivement et si notre allure baisse, nous conservons un petit rythme qui nous fait gagner des places.

 

Au km 2.5 (13'), nous rejoignons provisoirement le goudron de la départementale pour la quitter juste avant le pont d'Arboras et emprunter le GR de St-Jacques-de-Compostelle: le profil s'accentue d'autant plus que c'est caillouteux mais la beauté du décor encaissé fait mieux passer les 800 mètres de grimpette. Tout en haut, voilà déjà un ravitaillo que je prends au km 3.5 (19').

 

La montée se poursuit sur le goudron de la route des Lavagnes cette fois et le paysage est à couper le souffle sous le regard du Pic St Baudille. Notre duo se porte toujours bien en grignotant d'autres duos encore et encore.


C'est au km 5.2 (28') que nous prenons à droite sur une large piste qui, surprise, monte toujours régulièrement jusqu'au km 6.7 (37'). Nous rattrapons la route des Lavagnes et la montée se fait plus douce jusqu'au km 7.3 (40') et le 2nd ravitaillo que je marque aussi.


C'est enfin la première descente sur une piste sablonneuse mais de courte durée (km 7.9, 43'). Et c'est là aussi qu'un premier duo nous dépose en courant d'air.


S'ensuit la portion la plus dure de ce Duo des Lavagnes avec une montée au pourcentage plus prononcé jusqu'au sommet de la course situé à 570m d'altitude, soit 430 mètres D+, au km 9.7 atteint en 55'. 

 

Au passage, nous avons encore dépassé de nombreux concurrents et une paire nous a mis notre race aussi. Côté sensations, je trotte en petites foulées sans se mettre dans le rouge même si je sens mes jambes lourdes et qu'il ne faudra pas trop accélérer. Je marque ce 3ème ravitaillement car il fait chaud. Et je ne suis pas le seul: les coureurs se jettent sur les gobelets comme les hommes des cavernes sur un mammouth.

La vue sensationnelle "du haut des Lavagnes" côté sud comme nord vaut vraiment l'effort. La végétation toute particulière de pins de Salzman et de bruyères aussi est admirable.


Nous basculons pour 1 km de descente (km 10.7, 59') avant d'en remettre une couche jusqu'au km 11.5. Nous sommes tout proche du point de vue du Max Nègre sur le Cirque de l'Infernet et St Guilhem-Le-Désert.


De là, ce n'est (presque plus) que de la descente jusqu'à l'arrivée à Montpeyroux. Les montées sont bien digérées et je me sens de mieux en mieux, on va pouvoir se dégourdir les jambes sur les larges pistes.


Au km 14.1 (1h14), je néglige le 4ième et dernier ravitaillo, il ne reste que 4 kms de descente sans risque. Nous récupérons plein d'équipes à la peine.


Au km 15.5 (1h20), le Duo des Lavagnes quitte les larges pistes pour emprunter un monotrace. Le bartas s'ouvre devant nous telle la Mer Rouge dans la Bible: c'est la partie (la seule) la plus technique qui requiert l'utilisation de chacun des 10 dixièmes de chaque oeil. Pour moi, c'est le pied, enfin un terrain de trail récréatif. Une paire d'équipes nous dépose à nouveau, ils se battent pour le podium, grand bien leur fasse.


Nous rejoignons au km 16.2 (1h24) le Castellas, un joli château restauré qui domine Montpeyroux et dont les portes nous ont été ouvertes et que nous traversons. A sa sortie, une courte relance me fait quand même serrer les dents.


Nous remettons les gaz sur la nouvelle piste large descendante puis rentrons dans le Hameau du Barry : c'est là que nous rejoignons la rue que nous avions prise au départ (km 17.7 en 1h31).

Il reste alors 400m de montée et c'est l'arrivée au 18.1 km en 1h33, tranquillement.



Ainsi, j'ai apprécié le Duo des Lavagnes, parfaitement organisé que ce soit le départ en contre-la-montre, sur le parcours avec les nombreux ravitaillements (4 sur 18 kms) et un balisage sans faille, ou à l'arrivée avec l'annonce des équipes et la remise de cadeaux sympas, bouteille de vin et serviette de bain. En outre, des photos ont été prises et mises rapidement en ligne.


Le tracé est très agréable, donnant un petit goût de ce que peut être le trail, dénivelé comme terrain, sans être trop exigeant: d'ailleurs, nous avons couru 100% du temps.

Les décors sont variés et par moments grandioses. En effet, le parcours ne manque pas de sel avec son chemin de St Jacques de Compostelle en bordure de ravin, le passage sous le Pic St Baudille ou encore la traversée du château.


Bref, sans rentrer dans le Panthéon des trails, le Duo des Lavagnes est une bien belle course dans laquelle j'ai pris énormément de plaisir.


Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran