Récit de la course : La Gambirotade 2015, par Berty09

L'auteur : Berty09

La course : La Gambirotade

Date : 27/9/2015

Lieu : Nyer (Pyrénées-Orientales)

Affichage : 279 vues

Distance : 22km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Joli menu

    

     Dernière manche du Défi Sud Trail's, rendez-vous ce dimanche chez les catalans de Nyer. Le souvenir de l'an dernier est encore très présent car j'avais réalisé là-bas une de mes plus belles courses. Souvenir aussi d'un accueil des plus convivials avec tout ce qui fait le charme de ce challenge: parcours magnifique, bénévoles aux petits oignons et chaleur humaine. Arrivée sur place, je croise vite quelques coureurs de très bon niveau. Va falloir se bouger pour les places d'honneur. D'un naturel optimiste, je ne doute pas une seconde et vise très clairement le top 10.

 



     Coup de feu! Nous dévalons vite la petite route du village pour attaquer les premiers lacets. Je joue aujourd'hui ma place sur le podium V1 du Défi. Pour assurer cette place, je dois finir devant Nicolas et comme il a la forme en ce moment, je décide naturellement de le garder en vue. Il prend quelques mètres d'avance et j'essaye de m'accrocher pour recoller au plus vite. La pente est forte, on alterne la petite course et la marche dynamique main sur les cuisses. Je reste confiant même si je sais tout ce qu'il nous reste à accomplir.

 



     Et oui, cette Gambirotade c'est 1800m de dénivelé, les cuissots vont chauffer!... La course de l'an dernier est encore dans ma tête, je retrouve avec plaisir certains passages. Je monte bien mais malgré cela pas moyen de recoller à Nicolas. De plus je dois être au mieux vers la 10ème place, ce n'était pas vraiment ce que j'avais prévu. Peu importe, je reste concentré et continue à maintenir le rythme. Après 4 à 5 km, la pente se radoucit pour enchainer sur une traversée à flan de montagne. Les jambes vont bien mais les positions ne changent pas.

 

     Et c'est reparti vers les sommets. Ma mémoire me joue des tours, j'ai l'impression qu'ils en ont rajouté depuis l'an dernier. Mon rythme est stable mais mauvaise nouvelle, ça revient de l'arrière. Bon sang, c'est Juju qui me dépose. Il joue la locomotive et deux gars sont sur ses talons. Trois places d'un coup, c'est pas bon signe. Je cherche un instant à prendre le train mais c'est trop risqué, je dois rester humble et filer à mon rythme. Je garde le moral, espère encore remonter sur les gars et si possible sur Nicolas qui, petit à petit, m'a faussé compagnie.

 



     Le sommet s'approche. Je commence à en avoir plein les jambes mais je sais que je ne suis pas le seul et j'arrive même à reprendre un gars sur la fin. On débouche enfin sur les crêtes. Un ravito... J'essaye d'être agréable mais ma tête trahie mes pensées. Je suis déjà dans le dur même si je n'ose me l'avouer. Le chemin qui suit est exigeant et je m'applique dans mes appuis. On enchaîne "enfin" sur la descente. Et là, je dois bien me rendre à l'évidence, le taux de fraicheur des membres inférieurs est proche du zéro absolu!! Il me reste pourtant une montagne à dévaller. Alors dévallons...

 





     Ce fut dur!...Avec un seul léger moment de répis. Le reste du temps je me suis dit: sois souple, les crampes passent d'elles-mêmes, les autres aussi doivent être dans le dur, t'es costaud Berty lâche rien. Ce fut long et étrangement, personne pour passer devant. Un km avant l'arrivée un mec pointe "enfin" de l'arrière. Il a la jambe légère du haut de ses vingt ans. La différence de vitesse est choquante. il me tarde d'en finir. Je suis cuit. Allez, un autre gars déboule, me dépasse en trombe puis ralenti et m'invite à m'accrocher dans son sillage. L'esprit trail n'est pas mort, yes!

 



     Je m'accroche comme je peux. Je déboule enfin sur la route du village. Ma foulée est pathétique mais la course y est pour quelquechose! Et oui, venir ici avec une préparation soft, c'est l'assurance de bien déguster. Ok, merci! Enfin, m'y voilà. Je suis mâché. Heureusement, un des trois masseurs va s'occuper de moi et me rendre un sacré service. Miracle, je descends de la table de massage...Je marche!! Assez du moins pour prendre la douche, la bière pression et profiter d'un buffet du tonnerre. Il ne manquait rien à cette arrivée. On prend le temps de bien profiter de ce moment, de bien déguster, puis avec Daniel, direction l'Ariège. Une magnifique journée gravée dans les têtes.







2 commentaires

Commentaire de mic31 posté le 29-09-2015 à 06:17:16

Ben alors, ta place finale au classement ?

Commentaire de Berty09 posté le 29-09-2015 à 13:29:04

15ème et je finis 4ème V1 au Challenge. Une médaille au bon goût de chocolat.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran