Récit de la course : Sur les Traces des Ducs de Savoie 2015, par yves_94

L'auteur : yves_94

La course : Sur les Traces des Ducs de Savoie

Date : 26/8/2015

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 626 vues

Distance : 119km

Objectif : Faire un temps

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Chaque Ultra est différent !

Tds 2015

 

Après une CCC en 2013, une TDS en 2014, je me suis ré-inscrit sur la TDS en 2015.

D'une part parce que le parcours sauvage me convient bien, et de plus, les paysages sont carrément magnifiques (mais shhh...faut pas le dire pour que l'on continue à n'avoir pas trop de monde sur cette course...)

 

L'édition de la TDS 2014 avait été un régal pour moi. J'avais prévu un temps entre 24-25 heures, et j'avais fait 24h18. Tout s'était déroulé comme je l'avais prévu, aucun souci sur toute la course.

Je me suis donc basé sur ces temps de 2014 pour mes temps de passages de l'année 2015. La stratégie était donc assez comparable : partir un peu vite histoire d'être à l'aise, calmer un peu ensuite jusqu'à BSM, souffrir comme tout le monde dans la montée vers le Passeur, et passer ensuite en mode nuit pour une belle balade sous les étoiles, perdu dans ces paysages magnifiques.

 

J'avais logé, comme en 2014, à Courmayeur la veille du départ, histoire d'être au maximum reposé le jour du départ. J'en ai profité pour aller me balader en famille dans le Val Ferret.

Le soir, on s'est fait une belle table avec quelques Kikous : Bikoon (qui a eu une sacré portion de fer...), Runart, Gj4807, et Djunki au Cadran Solaire.

 

Le réveil était mis à 4h, mais je me suis réveillé un peu avant. Cela me laisse le temps de finaliser les sacs, replacer l'équipement obligatoire dans le sac, et de vérifier une dernière fois que tout est bien mis.

Je me dirige sur la ligne de départ vers 5h15, cela laisse le temps de poser les sacs tranquillement, de me mettre sur l'avant du sas, et de rentrer tranquillement dans sa bulle.

 

Le départ est donné à 6h cette année au lieu de 7h en 2014. Sur le principe cela ne devrait pas trop changer la chose. En tous cas le départ est donné et il fait encore bien sombre dans les rues. J'avais hésité à sortir la frontale au départ, mais finalement cela passe assez bien. Le jour se lève doucement et on y voit assez.

 

J'avais calé mes temps de passage sur ceux de l'année dernière, soit en gros, 7h30 entrée BSM, 12h30 entrée Cormet, 18h30 entrée Conta.

 

En ce 26/08/2015, il va faire TRES beau, et TRES chaud. Et je crains la chaleur... Déjà début juillet, j'en avais souffert sur la Montagnhard. En y comparant mes temps de passage, je suis environ 10% plus lent quand il fait si chaud...

 

Bref, ma stratégie était : jusqu'à Chavane, bien profiter pour avancer, entre Chavane et BSM un peu plus a l'économie, de BSM au Passeur comme on peut, et puis passage en mode nuit !

 

A Checrouit, je passe en 1h04 (pour 1h05 en 2014), au Mont Favre, 1h55 (pour 1h55 en 2014), Combal en 2h24 (pour 2h27 en 2014), Chavenne en 3h30 (pour 3h27 en 2014). Bref, pour l'instant tout roule nickel comme prévu.

 

Dans la longue descente après Chavanne, j'avance "bien", tout en y allant cool. Je sais que la suite sera très dure. Je ne sais pas pourquoi, mais je perds 14' par rapport à 2014 entre Chavanne et le col du Petit St Bernard. J'y passe en 5h54 au lieu de 5h40 en 2014.

Ma stratégie aux ravitos est globalement de rester le moins longtemps possible, mais là avec la chaleur qui commence à bien attaquer les organismes, je reste bien 15 minutes (y compris pour faire une petite pause technique que je ne n'avais pas réussi à faire avant le départ...)

 

Je repars en courant du ravito, je mouille bien mes deux buffs dès que je vois un petit ruisseau car la descente va être longue, et chaude vers BSM ! Je pense qu'inconsciemment j'en ai gardé beaucoup sous la pédale, même si j'avais l'impression de bien avancer, car j'ai encore perdu pas mal de temps sur la descente. De plus, avec cette chaleur j'ai du mal à courir en arrivant avant BSM. Donc je me mets en mode marche nordique et j'arrive au ravito en 8h00 (pour 7h30 en 2014). Le moral en prends un petit coup au passage. C'est con de se fixer des objectifs à la con, chaque ultra est différent !

Au ravito, je fais le plein de eau, de soupe, j'essaye de manger un peu. En tous cas, les pâtes de fruits que j'avais pris jusqu'à présent commencent à être difficile à manger à cause de la chaleur et de la sensation pâteuse et sucrée dans la bouche.

 

La montée vers le fort de la Platte va être longue et chaude, je m'y attendais. J'essaye de monter à mon petit rythme, mais vraiment cette chaleur est insupportable. Heureusement que quelques familles nous donnent de l'eau sur la montée, cela permet de remplir les flasks et de se mouiller les buffs (la technique du double buff bien mouillé sur la tête m'a sauvé à mon avis...). Arrivé au fortde la Platte en 10h40 au lieu de 9h38 en 2014. Bon, la mon objectif 24-25h s'est vraiment envolé. Je suis pas encore au Passeur et j'ai déjà perdu une heure...

La portion entre le fort de la Platte et le col se fait tant bien que mal. Mais une chose est sûre, à quasiment 2000m d'altitude, il commence à faire moins chaud, et un petit vent fraisfait du bien ! Même les pâtes de fruits passent bien !

La petite descente après le col est toujours aussi casse gueule...je n'aime pas ce passage !

Il ne reste donc qu'un "petit" coup de cul à donner pour aller au Passeur. Et là, miracle, je revis ! Toute la montée se fait bien, sans pauses, alors que pas mal de personnes doivent s'arrêter ! Passeur en 12h28 pour 11h20 en 2014, mais je m'en fous, le moral est revenu!

Pas de pause au sommet cette année, je descends direct ! Je mets 7 min de moins qu'en 2014 pour aller au ravito du Cormet. Je suis passé en mode warrior !

 

Cormet en 13h19 au lieu de 12h13 en 2014. Une bonne heure de retard, tant pis, on va essayer de se faire plaisir la nuit et finir cette course.

 

Je pars vers le col de la Sauce bien motivé. En haut du col, deux pâtes de fruits et j'attaque cette descente vers le Passage du Curé, que je ne verrai pas de jour, encore une fois. La descente du col de la Sauce est super glissante, il faut être attentif au moindre petit cailloux. (Et heureusement qu'il ne pleut pas...)

 

Arrivé à la Gite en 15h32 pour 14h08 en 2014. What the f* ? Encore perdu du temps??? Je n'y comprends plus rien ! Le temps de faire un petit plein d'eau et je commence la montée vers le col est de la Gite. Après la première section dans l'herbe, j'arrive sur le chemin 4x4. J'y éteins ma frontale, et j'y vois assez avec la lumière de la Lune pour avancer. LE PIED ! Une nuit bien claire, avec la lune qui t'éclaire et qui illumine la chaîne du Mont Blanc...voilà ce qui me motive à venir !

Au col, je me mets dans les pas d'une petite quadra qui mine de rien avance pas mal en marche rapide. On en profite pour discuter tout le long jusqu'au col du Joly.  Avec le recul, il y a certains sections où j'aurais pu courir, mais finalement on était tranquille à avancer comme cela.

Arrivé au Col du Joly en 18h22 (pour 16h45 en 2014). Bon une bonne heure et demi de retard... Tant pis ! Je reste à peine au ravito et je commence la descente vers les Contamines.

Je descends bien, je fais gaffe de ne pas me planter dans les parties en sous-bois, c'est hyper casse-gueule avec les racines !

A partir de Notre Dame de la Gorge, je passe en mode nordique. Il n'y a plus trop de monde...

 

Contamines en 20h04 pour 18h33 en 2014. Arrivé là, il ne reste plus qu'une grosse montée, et c'est gagné !

La première partie de la montée jusqu'au Chalet du Truc se passe hyper bien, je dépasse pas mal de monde, par contre la montée du col du Tricot, bah...j'avance plus trop. De plus, je suis un gars qui a un faux rythme, un poil trop lent pour moi... J'aurais dû le doubler, mais sur le moment j'avais pas assez de jus. J'ai donc mis mon mal en patience...et encore perdu un peu de temps...

 

Tricot en 22h52 pour 21h06 en 2014.

 

La descente vers la passerelle se fait assez doucement, les genoux et le cuisses commencent à bien souffrir, mais paradoxalement je gagne du temps sur mes temps de 2014... J'arrive à Bellevue en 22h52, pour 21h06 en 2014. La descente vers les Houches est également pénible, surtout les deux genoux qui commencent à couiner...(l'amorti de mes chaussures seraient-elles nases...?) Mais là également je gagne du temps par rapport à 2014.

 

Houches en 24h52, pour 23h09 en 2014.

L'année passée, je ne m'étais pas arrêté au ravito. Cette année, je décide de prendre deux trois minutes comme je n'ai plus trop d'objectifs de temps.

 

Je repars ensuite en mode marche nordique, je cours un peu quand cela descends, et j'arrive à Chamonix en 26h08 (au lieu de 24h18). Content d'être arrivé au bout, et à y repenser, j'avais quand même dû faire un super perf en 2014...

 

Donc au global, assez content quand même, beaucoup de plaisir, des paysages incroyables, un temps magnifique (mais trop chaud pour moi), et une belle ambiance tout au long de la course!

 

En analysant mes points de passages entre 2014 et 2015, je trouve que :

 

- j'ai pris beaucoup de temps au ravito, 1h45 en 2015 et 1h15 en 2014.

- je commence à perdre du temps quand il commence à faire chaud, et je perds quasiment 30 min dans la montée vers la Pratte.

- la nuit, il y a des sections où je courais en 2014, mais je pense que comme je savais que je n'allais pas arriver aux mêmes temps de passage qu'en 2014, je suis passé en mode rando-course, plus que course-rando. Je n'ai pas su relancer, et finalement je perds pas mal de temps ici et là.

 

Mais bon, chaque ultra est différent !

 

A l'année prochaine...? ;)

6 commentaires

Commentaire de Roni75 posté le 06-09-2015 à 21:58:34

Bravo Yves! Finalement, 26h ou 24h, quelle différence? comme tu le dis, tous les ultras sont différents. Par contre, la nuit sous les étoiles, ça a dû être magique.

Commentaire de yves_94 posté le 07-09-2015 à 08:45:19

Oui carrément magique !
On a tous envie de "performer" d'une manière ou d'une autre, des fois c'est juste pour finir, des fois pour faire un "chrono", mais il est clair que sur des ultras, et de plus en montagne, il y a toujours une part variable que l'on ne peut maitriser.

Commentaire de arnauddetroyes posté le 07-09-2015 à 22:54:04

Merci pour ton CR ,je pense au contraire que tu as su encore une fois très bien gérer ta course car la chaleur a été pour tout le monde un frein voir une mise en arrêt complet.
Bravo Yves

Commentaire de Bikoon posté le 08-09-2015 à 11:11:21

Merci Yves pour ce récit. Ô que oui les ultras sont différents, et NOUS sommes différents également sur chaque course ;o) c'est ce qui fait aussi le charme de ce genre d'épreuve.
Et bravo pour ce chrono, car si j'ai bien tout suivi ta prépa n'a pas été optimale...

Commentaire de yves_94 posté le 08-09-2015 à 14:38:34

je pense que j'ai manqué de prépa seuil/vma. En fait j'ai fait bcp de ppg (montées esc, travail en côte etc) mais il n'y a pas de secrets, j'avais plus une allure de rando-course que de course, et donc du mal à relancer. Et pour gagner du temps, ben il faut courrir !
Donc je sais ce que dois travailler ;) Des bonnes séances de pyramides ou des séries de blocs à 85%..!

Commentaire de gj4807 posté le 09-09-2015 à 17:22:10

bravo Yves! et merci d'avoir monté le dîner kikous la veille (très sympa)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran