Récit de la course : Courmayeur - Champex - Chamonix 2015, par pdu78

L'auteur : pdu78

La course : Courmayeur - Champex - Chamonix

Date : 28/8/2015

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 567 vues

Distance : 101km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

ma première CCC

Voilà, je suis donc finisher de la CCC 2015 en 25h37 ! C'est une énorme satisfaction car après ma blessure au genou en Mai et mon abandon l'Ironman de Roth en Juillet, j'avais quelques doutes sur mes capacités à terminer cette course un peu démesurée ....
Je suis arrivé avec mon épouse Dominique à Chamonix une semaine avant la course, ce qui m'a permit de bien me (re)poser, et de faire une reconnaissance (sous la pluie ...) de la montée au grand Col Ferret le dimanche avant la course. J'ai aussi eu tout le temps de profiter de l'ambiance de Chamonix, du village de la course, de préparer le sac de course, ce qui n'est pas une mince affaire avec tout le matériel obligatoire ...
Pendant la course, j'ai bénéficié des encouragements et de l'assistance ultra-motivée de mon épouse et et ma soeur Véronique, qui se sont pleinement investies dans cette tache et n'ont pas hésité à me suivre jusqu'au bout de la nuit.
Vendredi matin, nous sommes donc parti vers Courmayeur tous les trois à 7h du matin avec les navettes de l'organisation . Le ciel était déjà bleu et prometteur d'une chaude journée suivie d'une nuit douce. Une météo idéale à condition de bien gérer la chaleur de la journée. Ce n'était pas gagné d'avance car mon abandon à Roth en juillet a été principalement du à une mauvaise hydratation dès le début du parcours vélo.
A Courmayeur on retrouve mon ami Olivier, avec qui j'ai fait beaucoup d'entrainements vélo et cap cette année et qui m'a énormément aidé à progresser. Je lui doit sans aucun doute une bonne partie de ma réussite ...
A 9h00, les 2000 cinglés sont lachés au son de la musique de Vangelis. Je suis dans la deuxième vague qui part à 9h10. La course fait un petit tour dans Courmayeur avant de partir dans la foret et la montée vers la Tete de la Tronche qui culmine à 2500 mètres (10 km et 1400 D+) que je rejoins en 3 heures. Ensuite on redescent 500m pour atteindre le premier ravitaillement au Refuge Bertone. Vient ensuite une section assez roulante vers le refuge Bonatti et une descente vers Arnouva ou m'attendent Domi et Véro. J'y arrive vers 15h30. Durant toute cette première partie mon rythme est contraint par celui des autres coureurs. Le chemin est presque partout de la monotrace, et il est assez difficile de dépasser, sauf à forcer un peu le passage... Je suis donc gentiment le rythme un peu trop lent à mon gout, mais ma stratégie est de m'économiser un maximum pendant la première moitié de la course, donc on verra plus tard..
Je passe un peu de temps à Arnouva avec mes fidèles supportrices, et je repars pour attaquer la mythique montée du Grand Col Ferret sous un chaud soleil déjà déclinant. Comme le peloton des coureurs est maintenant bien étiré, je peux enfin choisir mon rythme et m'y tenir. Je dépasse de nombreux coureurs, ce qui fait toujours plaisir... Les jambes déroulent parfaitement, le cardio reste stable malgré la chaleur, tout va très bien. Je fais les 700m de montée en 1h16. Il est maintenant 17h et j'ai donc fait 32kms et 2600D+ en 8h. C'est un peu lent, mais les sensations sont tellement bonnes, et il reste encore 60 kms.
Pendant que Domi et Vero utilisent les navettes de l'organisation pour rentrer à Chamonix et repartir à Champex (via Martigny), j'enchaine tranquillement les 22kms jusque Champex. Cette partie dans le Valais Suisse est un régal: il fait moins chaud, il y a beaucoup d'ambiance dans les villages traversés, et mes jambes tournent toujours aussi bien. Je voulais arriver a Champex avant la nuit, mais il me faudra allumer la frontale dans la montée vers le lac et il est 21h passé quand j'arrive au très gros ravitaillement de Champex. La tente est immense, mais remplie de coureurs et d'accompagnants. Tout le monde mange (des pates excellentes) et se change pour la nuit. Je prends bien mon temps et je repars après 50 minutes, le ventre plein et habillé de sec pour démarrer le nuit de course. La température est idéale et je ferai quasi toute la nuit en manches courtes.

A ce stade de la course, il reste 3 grosses montées et 45 kms. Je connais les 2/3 du parcours qui est le meme que celui de l'OCC que j'ai faite l'année dernière. Je sais donc ce qui m'attend, sauf la dernière montée ....
Première montée vers La Giète et descente vers Trient ou j'arrive à 2h du matin. J'ai encore dépassé pas mal de coureurs dans la montée, mais je les retrouve après le ravito de Trient, car je prends encore bien mon temps au ravitaillement, ou Domi et Vero m'ont encore attendu après avoir dormi dans la voiture !
Idem ensuite pour la montée à Catogne et la descente à Vallorcine ou j'arrive vers 5h du matin. Je suis au au Km 82 et 5000M de dénivélé. Je commence à sentir la fatigue dans les jambes, mais pas le moindre signe de crampe, ce qui est déjà une grande victoire pour moi. L'estomac commence à etre un peu bloqué mais rien de dramatique. Je quitte une dernière fois Domi et Véro en leur donnant rdv à l'arrivée.
Il fait un peu froid à la sortie de Vallorcine et je vois rapidement le ciel commencer à s'éclaircir. Le lever du jour après une nuit de course est un moment magique ... surtout dans un tel paysage.
J'arrive au pied de la dernière montée qui s'appelle La Tete au Vents. D'un coup on apercoit le chapelet des lampes frontales qui monte en zizag sur une pente qui semble très très raide... Elle le sera effectivement, et sur un chemin ou il faut souvent mettre les mains pour escalader les rochers. A ce moment, je rentre d'un coup 'dans le dur'... Les jambes poussent encore, mais le manque de sommeil et les 20h de course font que me appuis sont nettement moins bons. Je sens que mon équilibre est moins bon également. Les derniers kilomètres sur cette caillasse me paraitront très très long, malgré le retour du soleil qui commence direct à chauffer.
J'appelle Domi avant de rentrer dans Chamonix pour lui donner le temps de me rejoindre à l'arrivée. Je me remets à courir pour le dernier kilomètre, et j'ai droit à quelques minutes de gloire en traversant Chamonix sous les applaudissements du public. Je passe à ligne à 10h48, après 25h37mins de course.

Après c'est la décompression, les embrassades et photos, et la veste finisher tant désirée ...Clin d'œil Je suis très fatigué, mais je termine sans crampes et sans aucun soucis physique.

Une course magnifique !! Sourire

1 commentaire

Commentaire de Double_U posté le 05-09-2015 à 10:20:16

Une belle course avec une gestion exemplaire, pour la dernière montée je crois que c'était dur pour tout le monde...
A bientôt pour un Off dans le 7-8 !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran