Récit de la course : Le Cul d'Enfer - 21 km 2015, par The Running Lawyer

L'auteur : The Running Lawyer

La course : Le Cul d'Enfer - 21 km

Date : 30/8/2015

Lieu : Mondeville (Essonne)

Affichage : 614 vues

Distance : 21km

Objectif : Se dépenser

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Cul d'enfer et damnation !

Je n'avais pas hésité une seule seconde pour m'inscrire à cette course, et ce pour plusieurs raisons :

- j'avais couru le 50 km de Mondeville en juillet dernier en un peu moins de 6 heures sous un soleil de plomb et en ai gardé un bon souvenir ;

- je ne prenais que trois semaines de vacances durant lesquelles j'avais prévu de faire du sport... j'allais donc revenir en forme ;

- je comptais redémarrer le trail dès septembre et cela me semblait être une belle épreuve de reprise ;

- le nom de cette course n'était pas pour me déplaire et promettait monts et éventuellement merveilles !

Oui mais voilà, je n'avais pas prévu de prendre trois kilo pendant le mois d'août où, hormis un dix kilomètres surprenant à Mirande (voir récit), j'ai surtout lézardé et pataugé dans la piscine. Je n'avais pas non plus compté sur la chaleur étouffante à laquelle je ne suis plus habitué, après une dernière semaine de vacances très venteuse en Vendée... Enfin, je crois que ma quarantaine passée m'a rappelé aujourd'hui que l'on ne redémarre pas comme on a fini, après un mois de repos corporel.

Mais la principale erreur a été de partir avec un camelbak rempli à moitié...

Venons-en au départ : 9H30 et déjà il fait chaud. Je n'ai pas pris la mesure du parcours mais je n'ambitionne pas de "faire un chrono" aujourd'hui. Je serai donc un "suiveur". Il s'agit pour moi d'une course de reprise pour remettre la machine en marche et d'ailleurs j'ai pris soin de mentionné dans mon Kivaou que j'y serai "pour me dépenser".

J'ai rempli mon camelbak d'un peu plus de la moitié d'un litre d'eau auquel j'ai ajouté le MixDrink goût pamplemouse (de chez MX3 Extreme) que je compte tester. J'ai laissé le reste dans la voiture... qui n'en aura pas bsoin, contrairement à moi ! J'ai également pris deux tubes de gels de la même entreprise que je n'ai pas encore essayé : un antioxydant (fruits rouges) et un long time energy (cola). Je sais ! On ne fait pas d'essai sur une course... Oui mais cette course n'est qu'une "petite course de reprise, une sortie longue avant la rentrée". Du moins c'est ce que je m'étais mentalement répété.

J'ai retiré mon dossard et le T-shirt offert, je suis passé à la voiture déposer ce dont je n'ai pas besoin, fais un tour derrière un bosquet puis ai pris place dans le couloir de départ. Et... Go !

4'22, 4'32, 4'32, 4'37, j'avale les 4 premiers kilomètres un peu vite mais je refuse de lever le pied car nous sommes en plaine et je sais que les cotes qui m'attendent vont faire chuter le chrono... "chuter le chrono ?" Je croyais que cette sortie devait être une reprise tranquille... Bref, je m'aperçois au 5ème kilomètre que ne suis plus du tout dans l'état d'esprit d'une petite sortie à la cool comme je l'étais avant le départ. Je peux peut être passer tranquillement sous les 1H50, me dis-je alors intérieurement Ce que je ne sais pas encore, c'est que je vais payer chèrement mon caractère présompteux et mon corps va me faire connaître souffrance et désillusion.

La première côte me rappelle gentiment à l'ordre et je fais comme tous les coureurs qui m'entourent : je marche. Cela fait du bien de lever le pied même si je sens déjà que j'ai les mollets qui tirent lorsque je relance. De plus, les premiers kilomètres en plaine, sous le soleil m'ont fait taper dans mon camelbak sans que je ne m'en aperçoive. Au 14ème kilomètre, je n'ai plus d'eau et... j'ai soif !

J'aime la forêt plus que jamais car l'ombre qu'elle m'offre me protège de la châleur qui monte. Le soleil est haut et mordant. Dès que nous mettons un pied en plaine, il nous croque. Pour ma part, je suis en sueur, liquide à l'extérieur et sec à l'intérieur.

A défaut d'avoir contemplé un cul d'enfer en haut de la butte, je me rend compte que je vais profiter du paysage de plaine qui nous attend sur la fin de la course... Je prendrais tout le temps pour cela, contraint et forcé. En effet, les trois derniers kilomètres seront infernaux : 7'24, 6'56, et 7'26. Car je me paye le luxe de choper deux crampes dans les deux derniers kilomètres... d'abord au mollet droit puis au vaste médial de la jambe gauche (la petite boule que forme le muscle de la cuisse sur le coté intérieur du genou). Si pour le mollet les étirements sont efficaces, pour le vaste médial, le problème est plus délicat : si j'étire ce muscle, c'est le biceps crural qui me menace de crampe. Bref, c'est la merde et je n'ai pas le choix : à défaut de finir sur les mains, il va falloir attendre que cela passe, après avoir avalé une gorgée d'eau offerte par un camarade de course. Il n'y a pas à dire, l'état d'esprit trail est quand même plus sympa que celui du bitume...

La dernière des deux crampes passe. Je repars tant bien que mal et ménage mes jambes car je connais l'arrivée un peu casse-patte qui nous attend. Mais comme je suis une tête de lard, je relance à fond dans la dernière descente et décide d'accelérer jusqu'à la fin. A vrai dire, je n'ai pas les moyens de bombarder. Je suis cuit et j'atteins péniblement à 13,5 km/h. J'entends un coureur que je double donner un conseil à sa partenaire de course : "vas-y ! suis le monsieur qui passe. Il est bien !"

Ma réponse ne se fait pas attendre et dans une expiration bruyante je balance avec un grand sourire "Non, non ! Il est pas bien du tout ! Il a le mollet droit et la cuisse gauche en vrac ! Mais là faut y aller, c'est la fin !"

Au final, je coupe la ligne en 2H05'19. J'ai mal aux jambes, j'ai soif, j'ai chaud. J'aurai bien pris une douche mais à Mondeville, il n'y en a pas. Mais ça, je le savais suite au trail des Moulins... Du coup, après avoir bu mon eau coupée au coca et avalé quelques quartiers d'orange, je rejoins ma voiture pour m'étirer et prendre ma douche "maison", avec une bouteille d'eau du robinet, entre deux portières de ma voiture.

Aujourd'hui encore, plus que de se préparer et de tenir un objectif raisonnable, j'ai appris qu'il faut faire les choses avec humilité et que le mental ne peut pas tout... Même si je le savais déjà...

12 commentaires

Commentaire de DavidSMFC posté le 30-08-2015 à 17:55:37

Décidément, que cette course à été difficile pour certains ! Bravo d'en avoir terminé ! C'est toi qui était allongé sur le côté au milieu des champs à moins de 2km de l'arrivée, avec deux coureurs qui aidaient à faire passer la crampe ?

Pas les conditions optimales mais sûrement une bonne "leçon" (le mot est un peu fort) pour la suite. Du coup, j'ai connu mon meilleur moment de course quand tu as connu ton pire instant..

Commentaire de The Running Lawyer posté le 30-08-2015 à 22:12:06

Non David, ce n'était pas moi... mais cela aurait pu l'être ! Je suis passé à coté de lui et lui ai lancé un "bienvenue au club, camarade !". Je ne pensais pas me taper ma seconde crampe 300 m plus loin ;-)
Bravo à tous pour vos courses respectives et merci pour vos félicitations !
votre prochain trail sera ???

Commentaire de DavidSMFC posté le 30-08-2015 à 22:17:23

Le Trail du Viaduc des Fauvettes le 11 octobre pour moi avec l'objectif de terminer la boucle à cinq reprises.

Commentaire de caro.s91 posté le 31-08-2015 à 11:45:54

Imperial Trail Fontainebleau version 62km le 19 septembre !

Commentaire de caro.s91 posté le 30-08-2015 à 18:06:55

Avec la chaleur qu'il y avait, tu n'as pas à rougir ! :) de ta performance. ;)

Commentaire de The Running Lawyer posté le 30-08-2015 à 22:16:43

Merci beaucoup Caro. Et toi, ton ressenti ?

Commentaire de caro.s91 posté le 31-08-2015 à 11:50:18

Chaleur, oui, mais heureusement moins forte que pour la Montagn'hard début juillet (34° aux Contamines) ou pour le GRP il y a une semaine (30° à Gèdre alt 1000m). Un parcours sympa, très bien pour revenir doucement sur des terrains de plaine !!!

Commentaire de The Running Lawyer posté le 31-08-2015 à 12:19:35

Je viens de parcourir ton profil. Pfiou ! J'en reste bouche bée... pour une amatrice (dans le sens propre du terme "celui qui aime"), tu ne rigoles pas. Au plaisir de te claquer une bise sur un trail !

Commentaire de ericlebricolo posté le 30-08-2015 à 20:31:32

Tu n'es en effet pas le seul à avoir souffert de la chaleur, j'ai mis 13' de plus que l'an dernier.

Je n'ai pas voulu trop forcer sur la fin car l'an dernier j'ai crampé en arrivant au terrain de foot et là je sentais bien que j'étais oxy par la chaleur (malgré les 1L d'iso dans ma poche et mon "bandana" blanc) et j'en ai croisé plusieurs (dont toi à priori) qui souffraient de crampes.

Bravo à toi d'avoir tenu bon !
Et bravo à Caro aussi que j'ai croisé plusieurs fois pendant cette course et qui a fini devant moi et bien plus fraîche que je ne l'était !

Commentaire de The Running Lawyer posté le 30-08-2015 à 22:17:39

Il est clair que le manque d'eau m'a été fatal... On ne m'y reprendra plus ! ;-)

Commentaire de caro.s91 posté le 31-08-2015 à 17:58:06

J'ai aussi souffert de la chaleur, mais, bon, à force, on finit par s'habituer un peu. Hier de toute façon je ne voulais pas forcer inutilement. :)

Commentaire de Albacor38 posté le 30-08-2015 à 22:01:42

Avec un nom de course comme ça je suis étonné que Bouk HDS n'ait pas pris un dossard...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran