Récit de la course : Trail de Vars - 22 km 2015, par kinder

L'auteur : kinder

La course : Trail de Vars - 22 km

Date : 2/8/2015

Lieu : Vars (Hautes-Alpes)

Affichage : 505 vues

Distance : 24km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Premier trail montagnard !

Compte-rendu un peu tardif mais qui aidera peut-être les futurs participants à faire leur choix. Mon profil de coureur : un peu moins de 30 ans, j'ai fait de l'athlé en club durant mon enfance et mon adolescence. J'ai repris la course à pied de manière suivie il y a 3 ans environs. Mes premières courses ont été des 10kms. Depuis, les objectifs se rallongent petit à petit... semi, trails courts, Ecotrail 30. Je ne suis pas un novice de la course à pied, mais pour les trails en montagne c'est légèrement différent...

Ma préparation a été assez "light" pour un trail de cette difficulté, car mes 3 entrainements hebdomadaires visent avant tout à essayer de passer sous les 40' au 10. J'ai néanmoins pris de conscience de mon manque de sorties longues et j'ai tenté d'accumuler quelques kilomètres et D+ dans les 6 semaines précédant la course, avec notamment le trail du Vieux Lavoir (22km 400D+). J'ai aussi passé la semaine précédant la compétition dans les Cévennes à 1000 m d'altitude avec quelques randos (2500 D+ sur la semaine).

Je prends donc le départ de la boucle du Peynier. En fonction des annonces, les distances et dénivelés changent, même si au final, il semble que cela soit 1500m D+ pour 24km (23.8 à ma montre). L'organisation sur place est bien rôdée, rien à dire de ce côté là.

Le coup de départ est donné dans la station de Vars (1800m) et j'essaye de partir prudemment en me plaçant dans le milieu du peloton. On attaque directement par l'ascension du col de Vars par les bois. A mon niveau, on marche davantage que l'on court. Le ravitaillement se fait au kilomètre 5 (2100m) mais je le saute car j'ai encore plein de provisions dans mon sac. Je suis en forme et enchaîne assez bien les kilomètres. En regardant ma montre, je me trouve bien rapide.

Arrive alors la difficulté principale du trail, l'ascension de la tête de Paneyron (2800m) soit 700 mètre de dénivelé en 4km. Cela part gentiment sur une piste en pente légère, puis d'un coup le pourcentage de la côte grimpe de manière vertigineuse. Impossible pour moi de monter sans prendre des pauses, de nombreux trailers me rattrapent. Plus on monte, plus je suffoque, j'ai l'impression de faire une crise d'asthme.. Sauf que je ne suis pas asthmatique...

Après, le sommet, moi qui pensait avoir fait le plus dur, je vais être servi. Le passage des crêtes est une succession de montées très raides et de descentes techniques sur une terre glissante. Mais le pire pour moi est que je n'arrive pas à me "refaire" même dans les replats. La tête tourne, la nausée monte, je veux redescendre au niveau de la mer. A partir du kilomètre 14, je commence à avoir du mal à courir même sur le plat. La nausée monte à chaque fois et mon coeur palpite. A force de me faire doubler, je commence à me retrouver seul. Mon objectif est d'aller jusqu'au prochain ravitaillement situé au kilomètre 17. Je me tâte à abandonner à ce moment là. Pour me remotiver, je me fixe un objectif précis. Aller chercher un T-shirt de finisher. C'est bien la première fois que le fait de terminer la course devienne un objectif en soit.

Au ravitaillement, je bois et mange beaucoup. Plusieurs coureurs sont là et je repars avec eux. Les organisateurs nous annoncent la suite, descente puis 2 belles bosses de 100 m de dénivelé chacune. La descente ne se passe pas trop mal. Vais-je enfin (re)trouver quelques sensations où alors est-ce juste un effet temporaire ?  La première bosse donne vite le verdict. Me voilà tellement à la ramasse que je regarde derrière moi si des familles en promenade ne me doublent pas. Qui a dit que le trail c'était de la course à pied ?

Dès que la pente se raidit, les nausées reprennent, le cœur bat dans les tempes. Le soleil commence à taper et mon estomac dis stop en rendant à la nature mon ravitaillement. Je pense à ce T-shirt de finisher à aller chercher. Enfin la descente arrive et j'aperçois la station et entends voix des speakers dans le haut-parleur. Cela me donne du courage, mais je relâche mon attention et tombe, heureusement dans des fougères. En me relevant, je me fais une belle crampe au mollet. En bas, il reste juste à traverser une route puis remonter 100 m de dénivelé, une petite descente et c'est l'arrivée.

Le final est en plein cagnard et rejoindre la route qui mène directement à la station est plus que tentant. Je grimpe néanmoins la bosse en mode zombie, d'autres mort-vivants me rattrapent ce qui prouve que je ne suis pas dernier. ENFIN je vois la descente. La montée est cachée mais la descente est à la vue des spectateurs et surtout très simple. Elle a vraiment été conçue pour permettre aux coureurs exténués de faire bonne figure. J'entends mon nom prononcé par le speaker, et j'en termine enfin. 4H25 dont au moins 3h de calvaire soit 91eme sur 140. Il y avait des gens derrière moi ?? :)

En conclusion. Sur le parcours et l'ambiance, c'était exceptionnel. Des paysages époustouflants avec une vue sur le massif des écrins. Les spectateurs nous encouragent tout au long du parcours. Au niveau de la difficulté, deux éléments on fait que j'ai autant galéré. Je suis parti trop vite, ce qui n'est pas toujours simple à maitriser. Le second est plus facile à palier. Mon manque d'adaptation. Un séjour en moyenne montagne avant était nettement insuffisant. 2800 mètres c'est haut quand on est en effort total. Mon conseil, pour un néophyte comme moi est d'attaquer ce trail après au moins une semaine passée dans les montagnes avec plusieurs randonnées en altitude.

PS: ils ne donnaient pas de t-shirt de finishers ;)

 

3 commentaires

Commentaire de SMarc posté le 20-08-2015 à 14:20:20

Ma belle famille ayant un chalet à Vars, j'y ai souvent passé des vacances en été comme en hiver. Et puis, cela fait plus de 5 ans que je n'y ai mis les pieds, faute de moyen et de dates correspondantes. Mais ton récit m'a fait plonger dans le net, et c'est décidé, je serai au départ du 41km l'année prochaine. Retrouver ces montagnes tant connues, pour ce trail qui a l'air au top, j'en salive déjà. je m'y prend tôt, je réserve d'or et déjà le chalet auprès des beaux parents et mes vacances ! Merci et félicitation pour ton trail.

Commentaire de kinder posté le 21-08-2015 à 08:58:46

Merci :) pour encore plus saliver, les photos et vidéos présentes sur le site sont très bien faites.

Commentaire de boby69 posté le 23-08-2015 à 22:19:38

Il ne te reste plus qu'à t'inscrire à un autre trail où ils donnent un t-shirt finisher!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran