Récit de la course : Altriman Triathlon du Capcir (CD) 2015, par Berty09

L'auteur : Berty09

La course : Altriman Triathlon du Capcir (CD)

Date : 12/7/2015

Lieu : Les Angles (Pyrénées-Orientales)

Affichage : 851 vues

Distance : 57.9km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Droit devant

     Après la découverte de la course à pied, j'ai pris plaisir au vélo de route et voici 2 ans que je fréquente les piscines pour compléter le tableau. C'est tout naturel et c'est pas que je sois lassé de la course à pied; je veux goûter à d'autres plaisirs. Et le tri, ça multiplie les plaisirs...Enfin c'est pourquoi j'y vais tout droit! Ces dernières années, trois petits tests réussis sur le tri Ariégeois (Sprint) m'ont conforté dans mon envie. Alors, avant de me lancer dans une saison 100% tri, je vais me frotter à un format un peu plus ambitieux, le M (Courte Distance). Comme son nom l'indique, ça reste encore tout à fait raisonnable: 1500m à la nage, 40 km en vélo et 10 km en course à pied. Pour moi, ce sera déjà bien, surtout pour les 1500m à la nage qui restent la grande inconnue.


     Le Tri que j'ai choisi, c'est l'Altriman des Angles dans les Pyrénées Orientales. Déjà parce que c'est MES Pyrénées et aussi parce que le parcours vélo nous fait franchir quelques jolis petits cols. La partie nage se fait dans le lac de Matemale et les 10 bornes sur une large piste autour de ce lac. Le cadre est fait pour moi, rendez-vous est pris. Je prends même la peine de venir repérer le parcours 3 semaines avant. Une très bonne idée surtout pour bien avoir en tête la partie vélo. 


     La pression commence la veille lorsqu'il s'agit de tout préparer. Je suis novice et 1000 petits détails sont à régler. Je sens l'excitation des grands rendez-vous. Allez, je boucle tout et au lit car demain réveil à 4 heures! Et oui, quand on aime, on ne compte pas. Et me voici le jour J, j'arrive aux Angles, il fait beau. Le lac est là, à mes pieds, recouvert d'un léger brouillard. Tout roule, pas de soucis d'organisation. Je retrouve Franck et Julien de mon nouveau club: l'Ariège Pyrénées Triathlon. Ils me prodiguent les derniers conseils. Le vélo est dans le parc, la combi de natation enfilée...On dirait un vrai triathlète. Moi j'y crois pas tout à fait, et pourtant.


     Ca y est c'est l'heure. L'eau est bonne mais le brouillard persiste et les organisateurs nous avertissent que les 2 grandes boucles de 750m se transforment en 3 de 500m pour ne pas s'aventurer trop loin dans le lac. Franchement, je m'en moque. On m'aurait dit de traverser le lac, je partais pareil. Ces derniers mois, j'ai beaucoup progressé en piscine et même si je cherche encore la glisse comme d'autres cherchent la vague, je me sens bien armé pour ces 1500m.


Le lac...sans le brouillard


     Et c'est parti! Je rentre dans l'eau tranquillement et commence à nager. Je cherche du regard la première grosse bouée jaune mais ne vois rien avec le brouillard. Juste une ribambelle de bonnets orange qui partent au large. Bon, yaka suivre. Je ne me sens pas à l'aise et j'ai du mal à poser ma nage. Entre la combi qui me compresse légèrement et les remous de tous ces gus autour de moi, je suis un peu destabilisé. Je sais que la natation demande beaucoup de contrôle de ses émotions et je ne me laisse pas aller. Un dernier soucis tout de même, impossible de trouver la ligne au fond de cette foutue piscine. On n'y voit vraiment rien!


     Le premier tour est chaotique mais je suis toujours entouré donc je me dis que si ça se trouve, je suis quand même dans le bon tempo. Au début du 2ème tour, je cherche encore les bonnes sensations. A la fin du 2ème tour, je me sens un peu plus rassuré car il y a plus de monde autour de moi. Je sors de l'eau et prend à droite sur le ponton pour boucler mon dernier tour. Et là, surprise! Des gars filent tout droit vers le parc à vélo. Ok, ils m'ont pris un tour. Je dois me rendre à l'évidence, je suis à la ramasse. Je boucle mon dernier tour et sors la tête basse. Ca pars mal, ce tri! Je reste concentré sur ma course, défais le haut de ma combi et file rejoindre mon fidèle vélo. Je ne suis pas à la fête. Heureusement les encouragements de Vincent, venu faire le Half la veille, me remettent dans ma course.


Berty en pleine mutation?


     La transition se fera sans trop y croire. Je dois gérer la déception et vite réveiller le cycliste qui est en moi. Ca y est, les chaussures bien calées, je passe la vitesse supérieure. Je viens de sortir à la 192ème place (sur 263). Je me retrouve avec des gens qui ont un moins bon niveau que moi en vélo. Tous, sauf un gars qui comme moi, retrouve une seconde vie à vélo. Il me passe, je le passe. Une fois, deux fois. Aucun de nous deux n'a envie de se faire doubler apès un départ aussi catastrophique. Finalement on enterre très vite la hache de guerre avec un grand sourire et durant les 42 km, on n'arrêtera pas de jouer au chat et à la souris.


     Beaucoup de plaisir sur ce parcours vélo. D'abord parce que c'est beau et sauvage. Ensuite parce que je ne fais pratiquement que doubler. Je me régale malgré cet arrière goût de natation qui colle encore au palais. Je finis le dernier col et relance sur le grand plateau alors que beaucoup peinent à en finir. Et pourtant pas question de se voir beau car dès que je lève les yeux je vois tout ce monde encore loin devant! Je me reconcentre et finis le parcours sur de belles portions roulantes, le nez sur le compteur.


Transition


     Un dernier chassé-croisé avec mon alter ego de cycliste et je rentre au box enfiler mes baskets. Je sais que c'est là où je dois être le plus performant mais reste humble car il reste quand même 10 bornes à faire!...Et je sais ce que c'est que 10 bornes quand on veut les faire sur un bon rythme. Les premières sensations sont honnêtes. Le parcours plat et large sur une piste en terre me convient bien. Je peux poser ma foulée et mon expérience de trailer m'aide à gérer les divers cailloux et mouvements de terrain.


     Je trouve mon rythme et continue ma remontée. Je double une féminine, la 6ème lui annonce-t-on. Encore 5 nanas devant moi! Oui, mais c'est des triathlètes et je ne fais pas le malin. Après 5 km, ce sera demi tour et direction l'arrivée. Je commence à croiser les premiers de la course, ça rigole pas. Tiens, la première féminine! Elle avance sacrément. Je croise ensuite Franck et enfin Julien du club mais qui sont trop loin pour que je les taquine. Je tourne au 5ème km et remonte sur la 2ème féminine. Mon rythme s'essouffle un peu et je remonte difficilement sur elle. A 2km de l'arrivée, je la double mais elle ne lâche rien et revient sur moi. On court côte à côte quelques temps et semble satisfaite de s'accrocher à ma foulée.


     Je commence à fatiguer et l'accumulation des efforts commence à me peser. Je lâche un peu, elle me prend deux mètres mais se retourne et m'encourage à m'accrocher. J'avais besoin de ça pour me relancer. Je serre les dents et reprends les devants pour envoyer un bon rythme sur le dernier kilo avec ma comparse aux basks. La ligne est là. Je finis vidé. On se félicite de se dernier galop rondement mené. Le voilà, mon premier M achevé. Bilan forcément mitigé. Je double quand même 130 personnes depuis ma sortie des eaux!


     J'étais venu pour me prouver que le Tri est mon avenir. Ce n'est pas aussi évident. J'ai encore beaucoup à apprendre, beaucoup d'expérience à engranger. Je dois maintenant digérer tout ça et pour l'avenir, je reste libre et maître de mon destin...Et c'est bien là l'essentiel.


Paëlla géante! Un immense merci.


La grande famille du Tri

2 commentaires

Commentaire de philkikou posté le 15-07-2015 à 10:01:05

Belle première dans un beau cadre et une belle orga... elle est pas belle la vie !!! bonne continuation... d'autres kikous dans le bain de ce tri ?? style la tortue,...

Commentaire de La Tortue posté le 17-07-2015 à 19:25:03

bravo, dommage, on s'est pas vu, mon fiston était asur le S.
oui Phil, j'y étais aussi (bien sur !), le cr arrive ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran