Récit de la course : Andorra UT Vallnord / Ronda dels Cims 2015, par Zeasyrider

L'auteur : Zeasyrider

La course : Andorra UT Vallnord / Ronda dels Cims

Date : 26/6/2015

Lieu : Ordino (Andorre)

Affichage : 1327 vues

Distance : 171km

Matos : - 2 paires de Cascadia 10
- 2 lampes Petzl RXP avec chargeur
- Sac Nathan ELEVATION + 2 bidons raidlight 750ml
- Batons 3 brins Frendo ultra Meije

Objectif : Terminer

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ma Rondà del Cîms

Quelle aventure Bisou

Tout débute fin 2014 où je parcours le calendrier des ultras trails 2015. l'UTMB n'est pas envisageable car il me manque 1pt mais venant de terminer la CCC çà m'enchante pas de refouler les mêmes sentiers fussent ils superbes Langue tirée Je jette donc mon dévolu en toute inconscience sur l'AUTV (Andorra Ultra Trail Vallnord) et son épreuve phare:

La RONDA DEL CIMS

Moi qui jusqu'à présent n'ait fait que 101kms et +6100 en titubant (d'ailleurs je passe très limite sur la course de référence demandée) je vais m'attaquer à 171kms et un D+ de 13500 sur un tracé réputé comme aussi beau que très technique et sauvageon. Un ultra qui dans sa catégorie est considéré sinon le plus dur du moins costaud.

 "Oublie que t'as aucune chance vas y fonce on sait jamais sur un malentendu çà peut passer"

J'aime sortir de ma zone de confort (quoique je ne la connais pas vraiment Langue tirée) comme dirait Tom un collègue izard du pays d'Oc et ce challenge me plaît bien. La tâche va être ardue je le sais, tout est nouveau: la distance, la dénivelée, le timing, la gestion du sommeil, la région etc etc mais je ne m'affoles pas car pour l'instant tout ceci reste sur le papier. La réalité ce sera à partir du 26 juin. çà fait quelques temps que je bourlingues en montagne que ce soit en trail ou en VTT et il est temps de s'eassayer sur du vrai long.

N'ayant pas pû participer à mon 5eme marathon des AM à cause d'une Erysipèle sur le pied gauche (et oui je sais pas bien le bitume) j'ai la gniak et je trouve mon leitmotiv qui durera au long de ces 7 mois d'intervalle:

çà passe ou çà passe Bouche cousue

PREPARATION

Janvier & Février avec le formidable petit groupe qu'on forme à la pause méridienne je travaille ma vitesse (vma seuil ppg) et participe au 10kms de cannes grippé et au semi de la course du soleil avant de déclarer forfait pour mon 1er trail de 2015 (trail des merveilles)...décidemment je ne suis pas en verve à ce moment là...

Mars sera consacré aux sorties fun et plaisir avec les collègues dans les bois de ma valmasque préférée.

Je débuterai ma prépa spécifique RONDA le 06 avril 2015 avec au programme 12sem à raison de 5 sorties/sem et 2 WECS de 3j. Ce programme que j'avais déjà testé sur l'ITT me convient parfaitement car il intègre du bon VTT et du seuil long en côteClin d'œilet je remercie toutes celles et ceux qui m'ont accompagnés durant mes rando-trails en montagne de nuit comme de jour grâce à qui la pillule est passée plus facilement.

Je pense notamment à Maryline Elodie Bérengère Karima Fred Renaud Seb Matthieu Benoît (en VTT) Christophe Eric Antoine Julien Thomas Simon Mathias Francis Valentine et aussi ma tit' Rosette et mes 2 loustics Maeva & Mathis qui m'ont pas vu des masses pendant ces 3 mois.

Seuls 2 trails format 45 bornes (TBA et trail des Maures) où j'ai de bonnes sensations et 1 rando sportive avec ma chéwie (Ronde des collines niçoises) ponctueront cette prépa innovante.

Le 30 Juin 2015

C'est le gala de danse de ma Maëva. il fallait surtout pas que je le rate. j'y suis. La prestation de groupe est extraordinaire et Maeva rayonne. Mathis lui a fini sa saison de Basket et termine avec ses copains Antibois vice champion Régional U13 Clin d'œil

Le bati-bati (Patois Varois)

Mercredi Soir après le TAF je pars pour Perpignan ou je passerai la nuit au calme...une tarte catalane plus tard je repars le jeudi matin direction Ordino en Andorre...fichtre le GPS du scenic a mourruSurpris j'ai pas de carte mais j'arriverai facilement à destination vers 13h...boudiou moi qui comptait mettre 2h j'en ai mis plus de 4...

Je m'installe au Camping Ansalonga à 1kms du départ ou je repère déjà quelques trailers...1 jeune rasta m'intrigue et ne l'imagine pas sur un trail...et pourtant...1 fois la tente montée je pars chercher mon dossard ainsi que les 2 sacs de suivi aux bases de vie que je dois remplir et donner avant 19h...je dois être le seul gars avec les 2 sacs remplis au taquet. J'assiste au briefing et je commence tout doucement à me rendre compte dans quel merdier je me suis fourré...put...çà ne va pas être une sinécure. je fais le tour du joli village d'Ordino puis m'attable au resto juste en face le départ pour mon dernier dîner avant le Jour J. De là j'ausculte tous les passants qui à ce moment là peu importe leur accoutrement me semble tous des cadors du trail surtout quand tu vois sur les T-shirt: " finisher de ceci finisher de celà..." rooo la vache j'ai pas mes cailloux dans la poche Sourire

The D-Day

Lever 4h15 douche p'tit dej caca mou re-caca mou aller encore un tit dernier Clin d'œil tiens voilà la petite rasta eh bien oui elle fait du trailRigolant et puis m'en vais à pattes du camping...1 trailer me prend dans sa voiture et j'apprend qu'il a déjà fait en 2015 2 petits ultras de 160kms en guise de prépa lol...

Je rentre dans le sas de départ vers 6h15, je profite de l'ambiance folklorique donnée par un petit groupe fort entrainant; la météo est annoncée au beau fixe tout le wend. je m'imprègne de tous ces visages et cette clameur.

ayé on est parti Bisou

Un petit tour dans le village sur le bitume (très rare) pour la visite et finir de réveiller ceux qui ne l'étaient pas; je pars très prudemment puis on arrive dan un goulet d'étranglement j'avais qu'à me grouiller...çà y est çà monte déjà sur un petit sentier relativement souple en sous bois. J'ai décidé une fois n'est pas coutume de laisser les batons sur le sac jusqu'au 1er ravito situé au km21. la Forme est là et sans me griller j'arrive à récupérer quelques places dans les nombreuses ascensions. Mains sur les quadri je m'applique sur la gestuelle. je double miss couettes dans un bon mur juste après alain un V3 qui souffle beaucoup, et on sort enfin de la forêt pour attaquer les paturages et un sentier plus caillouteux. une ascension puis une partie courable mountacala ou la petite rasta arrive à ma hauteur. durant l'ascension je reste à ses côtés et discute un peu version shakespeare puis une fois la grimpette finie elle m'atomise sur un sentier en dévers descendant...uep elle avance la tite polonaise...

Premier névé j'arrive en tête d'un petit groupe et fort de mon expérience sur l'ice trail je l'attaque en mode ski sur shoes  d'autres le prenne en glissade sur les fesses et puis on se gamelle tous ensemble...excellent çà rafraichit et ce fut marrant. la descente suivante je l'attaques prudemment et me voilà enfin au refuge Sorteny en un peu moins de 4h. je m'arete un bon 1/4h puis repart pour un portion 2x moins longue que la précédente mais bizarrement elle va me faire mal au mental. quelques lacs agrémentent le parcours je prends quelques photos et tiens voilà miss couette (stella la grande néerlandaise) qui me double...elle semble être plus à l'aise sur les portions plates et descendantes. on est en haute montagne les arbres ont pratiquement disparus que de grands paturages c'est magnifique mais j'en bave. je suis pas au mieux et j'arrive au refuge d'Arcalis en ayant parcourus 10.5kms en 3h30...d'ailleurs j'ai perdu 60places. à quelques encablures du refuge un andorran nous dit: "allez c'est du plat...mais du plat de chez nous" Pied de nez uep on a pas tous la même définition de "plat". je stoppe presque 30min et me ravitaille bien en solide et liquide...j'ai besoin de m'asseoir et commence à avoir des pensées négatives...je me projette trop sur la fin de la course et perd en lucidité alors que je suis loin des barrières. Je supporte de moins en moins ma potion sucrée dans les 2 bidons alors je décide d'avoir un bidon de potion maison et un bidon d'eau pure. je repars vers 15h sur une piste de ski en plein cagnard dévitalisé...et là je rencontre une belle âme qui en lisant mon prénom sur le dossard med dit:

"comment ca va claude" je lui répond "pas bien je ne pense pas terminer" et là il discute 3/4min qui vont me faire un bien fou il m'a redonné la patate...je vous remercierai jamais assez monsieur Rigolant dans l'ascension minérale je sors mon épingle du jeu les batons m'aident beaucoup puis arrive encore un peu de forêt pour enfin arriver au pla d'estany...enfin...j'ai repris une 15aine de places preuve que çà allait mieux...j'analyse un peu et m'apercoit que je met en gros 4h de refuge en refuge peu importe la distance...c'est le tout début de la soirée je prends encore mon temps au refuge j'en profite pour me passer les pieds sous l'eau fraiche du ruisseau et me badigeonne les pieds de Nok...je mets mon coupe vent et part à l'ascension du famaux pic de Comapedrosa...Alain me double et il montera cet amas de blocs rocheux très à l'aise...je tombe finalement mon coupe vent et souffre beaucoup dans cet énorme pierrier très pentu d'ailleurs je me fait bien dépassé...mais comment font ils? un gars encore plus mal que moi décide de s'abriter sous un rocher pour piquer un somme ce que je lui déconseille mais apparemment il a plus de jus. ayé j'arrive enfin au col et la j'entends la cornemuse tout la haut....rooo la vache un petit sentier encore plus pentu chemine dans les blocs versant EST...waou l'ascension finale...enfin en haut un gars valide mon passage je renfile mon coupe vent et je descend tant bien que mal la même merde de l'autre côté. on est pas beaucoup sur la descente j'ai mis 1h57 pour faire l'ascension et je m'arete pour position ma RXP sur le front sans l'allumer. on passe à côté d'un lac bien enneigé avec des couleurs bleu turquoise exceptionnelles quleques névés une main courante pour éviter de tomber dans le lac et nous voilà surplombant 3 magnifiques autres lacs en enfilade...je suis avec le même groupe depuis quelques heures et c'est par un dernier ressaut qu'on arrive au refuge Comapedrosa avant la nuit il est 22h. 

Une douleur devient de plus en plus menacante juste au dessus de la cheville et je décide de me mettre une chaussette strap que j'avais dans mon sac en changeant de chaussette pour des longues. je me restaure et me repose env 30min puis je repars cette fois frontale allumée dans une belle ascension bien tendue...peu de souvenir de cette portion...j'arrive au refuge de la Botella pas très en forme ou j'y resterai un temps certain...j'essaie de m'asseoir mais yen a qui squatte des plombes sur les chaises...un gars vient me parler sentant que j'étais pas au mieux et compati car lui n'est pas bien non plus...m'enfin lui il l'a finit l'an dernier en 52h...je me surprends encore à penser à abandonner surtout que le strap n'est pas efficace...je repart tant bien que mal seul dans la nuit sur un sentier presque plat que je m'efforce à courir. un premier checkpoint avant une ascension dans un maquis que je devine à la pleine lune puis çà se corse...on passe une crête bien étroite et technico technique ou les premiers de l'ultra mitic (parcours de 112kms) me doublent, avant d'arriver au checkpoint de Bony la Pica...avec ambiance musicale...enfin j'ai cru car c'était juste un point de passage sécuritat Criantla nana nous avertit qu'on arrive dans une zone dangereuse avec des chaines dans un endroit escarpé. boudiou manquait plus que çà vu ma forme actuelle...roooo la vaaaaache c'est de la désescalade sympathique en mode normal mais avec 60bornes dans les pattes çà fait mal...je descends donc en marchant de chaines en chaines puis on attaque une descente que je qualifierai d'horrible dré dans le pentu en free ride...j'adore les descentes techniques mais je vous assure qu'à ce moment là j'en voulais aux organisateurs de nous faire passer par là...j'ai tout descendu en marchant tellement j'avais mal à ma cheville gauche. je croise un gars perdu dans la pampa qui comptabilises et lui aussi je ne le remercierai jamais assez car lorsque je lui ai dit que je comptais areté à la Margineda il m'a fait voir la course du bon côté et presque convaincu de réféhir à ma position...je vois enfin le refuge de Bony de la pica au loin mais au plus je descends et au plus il s'éloigne grrrrrrrrrrrr....allez une dernière grimpette hors sentier dans l'herbe et m'y voici...je m'y repose et y dépose une bonne pêche...raaa ca va mieux...tu parles....je descends tant bien que mal quand on arrive à 3 à un petit hameau persuadé que la margineda était en contrebas...et là la dame m'annonce encore 3kmsDéçu j'y crois pas je suis dépité...la 1er féminine de la Mitic me double...j'arrive en haut de la dernière descente et là je vois effectivement en contrebas la Margineda mais qu'est ce que je suis haut par rapport à elle...descente tout en lacet ou je m'y verrai bien avec mon santacruz et je pense aux collègues vttistes qui font la mégavalanche de Vallnord Langue tirée moi qui comptait arrivé vers 5h du mat j'ai juste 2h de retard sur le planning...je me fait pointer et décide de voir venir et de ne rien annoncer à l'orga pour le moment. je m'asseois de longues minutes en étant presque convaincu d'abandonner...puis je me dit quand même que j'allais pas donner raison à ceux qui m'avait pronostiquer une désillusion...je prends donc mon sac suiveur vais prendre une douche bien chaude et me change intégralement (sauf le short) en changeant de shoes (enfin ce sont toujours des cascadia 10) et en enlevant mon strap qui à l'air de plus me gener qu'autre chose...je bois un kfé bien corsé et me revoilà reparti bien frais juste 55min avant la barrière horaire...

L'épopée débute

Je part avec la banane et une bonne dose de refresh...ma stratégie est de prendre chaque ravito l'un après l'autre et de ne penser qu'au suivant en gardant en tête le secret espoir d'arriver au refuge d'Ilia 2nde barrière horaire avant 2h du mat.

un petit tour dans la ville puis après un sentier tout en balcon j'envoie du lourd dans une belle et longue ascension en sous bois ou je garde le rythme de 2 concurrents qui viennent de s'élancer sur le Celestrail (83kms)...sur la bascule je suis surpris de revoir miss couette - Stella - avec je resterai jusqu'au refuge de Coma bella...toujours dans la langue de shakespeare avec mon franglais moyen je lie connaissance et elle me sera d'un grand soutien...sur le D+ je vais plus vite mais en descente et surtout sur le faux plat elle marche à une vitesse impressionnante...à trop discuter on rate une bifurcation et descendant depuis un bon moment sur une pistasse qu'on trouvait louche par rapport au concept de la Rondà on s'apercoit de notre erreur et devons tout remonter...bilan presque 20min de perduSurpris cette portion est plutôt facile et rapide et on arrive au refuge de c!oma Bella ou la piscine fait envie vu la chaleur qui commence à régner...je repars seulDéçu espérant que Stella me rejoigne par la suite. mais je ne la reverrai plus snif...un gros morceau avec +1600 m'attend je ne sais pas ou je trouve le peps mais j'avale un piste bien pentue sous la chaleur des conifères ou j'en enfume 3...1h plus tard me voilà au fameux parc ou il y a des ours...il fait très chaud pas de lac pas de cours d'eau c'est le désert...un point d'eau bienvenu a été rajouté au vue de la chaleur...puis on s'attaque à ce que je pense être la dernière ascension du pic nègre...que nenni...on attaque une horrible pistasse toute à découvert fort heureusement avec quelques nuages passagers. je double encore un peu et me retrouve sur le plateau avec Nuno un sympathique portuguais qui m'explique la trace jusqu'au prochain checkpoint...et là après quelques longues minutes de course sur le plateau en crête on aperçoit le vrai pic nègre qui porte bien son nom: un immense pierrier gris assez facile d'accès mais très minéral...et là Nuno sur la dernière grimpette se retourne et me dit: "this is hihway to hell" RigolantEmbarrassé bien trouvé mon cher...allez une dernière descente interminable ou mon jambier antérieur gauche ( j'apprendrai bien plus tard que ce n'était pas la cheville) me fait couiner de + en +...un checkpoint sans ravito ouch...fichtre me suis fait avoir c'est pas le refuge grrrrr il faut encore monter une belle bosse et tout en haut j'apercoit le refuge de claro tout en bas mais qu'est ce qu'il est loin...pffff je couine je couine mais j'arrive en avance au ravito...tiens bizarre toujours pas de Miss couette; elle aurait dû me rattrapper dans le gros D- que je viens de faire et espère qu'elle n'a pas eu de souci...je ne m'attarde pas trop me restaure efficacement et je calcule...et là je commence à y croire car le prochain ravito est une barrière horaire et en théorie j'aurais 3 ou 4h d'avance Bisou çà fait 35h que je suis dans l'effort et toujours pas d'envie de dormir pourvu que çà dure...

je pars donc à l'assaut de la BH avec les yeux qui pétillent...enfin ils vont aussi commencer à être brumeux...je descend d'abord une bonne partie ruisselante et là une bande de jeune dans un pré qui avaient allumé un bon barboc me pointent en me montrant la direction du refuge...prévoyant je positionne ma loupiotte sur le front sans l'allumer...je suis un torrent pendant un bon bout de temps et ai de plus en plus hate d'arriver...en effet pour la première fois je cligne des yeux etpire j'ai quelques hallucinations...c'est une première dans ma vie et j'essaie de résiter...impressionnnat certains rochers au détour d'un virage se transforme en Bus en barraque à frites et même en grosse citerne d'eau empilée cote à côte...plusieurs fois je crois voir le refuge en vain...mais à un moment donné j'en suis certainje suis passé dans un endroit ou sur un petit plat de verdure certains rochers étaient asseblés de telle manière qu'ils formaient un éléphant une grosse tortue et autre animaux...j'ai sorti alors mon S4 pour prendre en photo certain qu'on ne me croirait pas mais le flash n'a pas fonctionné...je le jure. je traverse un petit lac bien noir qui tout seul dans la nuit était inquiétant...et me voilà enfin arrivé au refuge d'Ilia juste 3h30 avant la BH...que demander de mieux...je m'y areterai 45min...je décide de dormir un peu m'allonge règle mes alrmes sur la Suuntoo mais mon corps est trop chaud et dès que je ferme les yeux j'ai l'impression d'avoir 41 de fièvre...je me serais donc assoupi 10min...je discute bien avec les bénévoles du refuge très sympas...ils veulent que l'on parte à plusieurs dans la nuit car parcours dangereux. à 23h15 je repars quand même tout seul car un groupe de 4 est parti juste 3minutes devant moi...j'ai froid je monte 5min puis rebrousse chemin pour bien me faire expliquer et ne pas me tromper de parcours vu qu'il y a une bifurcation avec la mitic. et zoo encore une perte de temps...je repart à l'abordage et cette fois c'est la bonne...put je suis seul et ne vois pas mas acolytes anonymes...un gros phare nous indique le chemin puis grosse desescalade sur un GR dans un ruisseau ou je prends soin depuis le départ d'ailleurs de ne pas mouiller mes pieds me rappellant des déboires sur la CCC...aie je ne vois plus les bandes réfléchissantes je tatonne un bon bout de temps avant de repérer au loin la trace...la descente de ce GR fut interminable et rès à peu près dans la signalisation qui m'a bien fait flipper par moment tant je ne les voyait pas...fini le GR me voila dans un grand prè ou je suis absolument seul même pas une loupiotte au loin serpentant dans les barres nada...dans le près ou les réfléchisseurs sont très éloignés je joue aussi de malchance car je dois traversé plusieurs troupeaux de vaches dont les yeux réfléchissent aussi à la lumière de ma frontale...du coup je me retrouve plusieurs fois nez à nez avec des vaches ou des veaux et fort heureusement je suis arrivé à naviguer sans encombre...ayé la pente s'élève fortement et j'apercoit tout en haut un phare clignotant point de passage au col...j'y arrive non sans mal et à ma grande surprise la bénévole dort dans sa tenteIncertain...j'hésite à la réveiller puis me ravise et continue mon chemin...une bonne descente puis mounta cala pendant un bon bout et là j'apercoit enfin en haut une frontale...ca me rassure mais quand je vois la pente pfffff...et là je prends peur car plus de balises réfléchissantes et il me vient un affreux pressentiment en me disant que je me suis peut être trompé ou la fille dormait car y'avait une autre trace réfléchissante...j'avance quand même un peu dépité et un grand ouf de soulagement quand je revois la trace...arrivé au col j'aperçoit le pas de la casa avec une grosse musiqueRigolantBisou une première descente vertigineuse avec quelques néves et puis tout à coup je ne vois plus les lumières du pas de la casa...manque de lucidité car en fait je passait deriiere un ressaut rocheux qui la cachait je pense qu'il y a eu extinction des feux pffff...làpareil au plus je descends et au plus elle s'éloigne...pfffff je vais mettre 3 plombes pour descendre...j'y arrive enfin avec toujours mes 3h30 d'avance...je crois de plus en plus à la finish line malgré de sacrées douleurs au jambie rantérieur gauche qui m'empêche de dérouler dans toutes les descentes depuis quelques temps.

131kms effectués et presque 11000d+ Bisou yessss j'ai battu mon record

c'est une base de vie donc je récupère mon sac de suivi prend une douche me change intégralement et pareil m'allonge 10min sans dormir vraiment. la cheville me tire souci...je vais voir les kinés j'ai besoin d'une traductrice car ils ne parlent que le catalan...je leur explique mes douleurs et leur demande un strap....ils veulent pas car vu la bosse et la douleur quand il me touche ils disent que çà ne servira à rien qu'il vaudrait mieux qua j'arete là...bon tat pis je ferai avec...je m'asseois bouffe et boit bien...puis le jeune kiné parès discussion me rappelle et me fait finalement un T-rap et un gros bandage qui m'empeche d'avoir des mouvements latéraux...j'ai du mal à enfiler la chaussette par dessus mais je repars le couteau entre les dents. il est 6h15 je me suis areté 1h45 quand mêmeIncertain du coup j'ai plus qu'1h45 d'avance sur la BH...et là plus de douleur à la cheville j'envoie tout ce que je peux sur le long sentier descendant puis remontée tout en hors sentier enherbé dans un vallon bien tendu mais j'ai bouffé du lion et personne me résiste sur les 5 ou 6 que je rattrape...je fait la dernière ascension avec un gars qui montait bien et qui m'a pris le relais sur la fin...en haut du col le pointeur nous annonce 4kms de descente avant la dernière BH qu'on y serait largement avant et qu'il y en a juste 3 derrière nous après il remballe ouchSurpris

premier partie en balcon plat rapide que je cours entièrement puis la descente test pour vérifier la tenus du strap...la vue est imprenable sur 2 lacs enormissimément beaux...je descends prudemment en courant çà a l'air de tenir...arrivé sur un grand pré ou je descendais depuis un bon bout de temps je pense être arrivé au pointage et non encore raté...s'ensuit un sentier avec de grisse marches dans un ruisseau bien humide ou cette fois je ne peux eviter de me tremper les pantoufles...le torrent est impétueux et magnifique mais le sentier horrible ( à remettre bien sur dans le contexte de mon état de forme)...yesss j'arrive enfin à la dernière BH avec 2h d'avance...dans ma tête c'est gagné je suis aux portes d'un exploitLangue tirée je retrouve Nuno il fait très chaud et on repart à 4...je m'arrose la tete depuis la cascade...je monte une sente bien rude mes collegues sont plus en avant...rooo la vaache 2 chevaux de traits descendu le même sentier etriqué que je monte...mais kesk'ils foutent là dans un sentier aussi tordu...ya pas la place pour 2 je me jette donc dans les buissons pour les laisser passer puis je repars avace les pulsations qui ont bien grimpées.... sur le travers je sens venir des ampoules sur les 2 pieds je m'arete et mets des compeed...le strap est mal fait et la petite marche sous la plante me crée des échauffements douloureux...une belle grimpette minérale et on arrive sur un col ou le jeune me montre le cheminement restant ou je doute du peu de deniv qu'il m'annonce au vu de la barre rocheuse à gravir...descente hyper tendu ou cette fois c'est l'echauffement de la plante qui m'handicape...sur la fin Alain me double et j'analyse sa foulée ou des qu'il peut il court et affronte bien la pente...sur le dernier 1/4 de la descente je serre les dents et je tente courir sans appréhension dans les marches naturelles...je prends confiance et çà passe très bien de bonne augure pour la suite...arrivé au refuge je me gave de melon bien frais m'arrose bien la nuque et la tete et je repars en grimpette puis j'arrive à un refuge avec un barrage à proximité que je traverse puis il faut grimper une grosse saignée taillée dans la roche...sujet au vertige s'abstenir...Alain le V3 me talonne de près... quelle forme...il s'arete et puis commence à s'enerver en me certifiant que ce qu'on est entrain de gravir c'était pas prévu au programme et çà le gêne fortement...au vu des gros néves présents l'orga ,ous fait faire un chemeinement très cahotique dans la pierrasse bien chaude. j'arrive à un premier col ou j'essaie de remonter le moral d'un gars en perdition mentale...je m'arrose encore fortement puis repart en courant sur un sentier en balcon avant de redescendre sur un névé et là faut remonter tout un pierrier en plein cagnard avant de basculer sur 17kms de descente...je me mets en mode "j'arrache tout" et avale toute la montée à bon rythme jusqu'à arriver à la basculeBisou yessssssss quelle ascension...

je croise un gars qui monte et qui m'annonce 70min jusqu'au refuge sorteny...

je ne sais pas quelle mouche m'a piqué mais je vais courir sur toute la descente à un bon rythme et ce malgré les passages bien techniques...je me surprend et prend énormément de plaisir je vole sur les cailloux et me fait même applaudir par 2 photographes...ca fait plaisir...au final je mettrai 57min pour arriver au refuge et j'aurais doublé pleins de concurrentsLangue tiréeBisou je suis content car il est 16h15 et mes projections m'amene à penser que je peux presque terminer en 58h...mais voila les gars m'annoncent encore 12kms de descente peu compliqué...je passe un bon moment à papoter au refuge m'arrose beaucoup et repart tranquilou sur la pistasse puis sur un sentier avec beaucoup de marches qui coupent la piste à de multiples reprises j'envoie encore du lourd en suivant un torrent très impétueux...quel kiff j'aurais pris dans cette descente depuis le colBisou

et puis sur la fin ce fut un calvaire j'alterne marche et petit run pourtant sur une partie très facile mais il fait très chaud quelques portions de bitume réverberent une chaleur insoutenable et je suis au ralentit...je m'arrose autant que possible...puis à 5kms de l'arrivée 3 randonneurs me tiennent compagnie une bonne 1/2h avec un bon rythme ce qui me permet de ne pas lacher prise...merci messieurs dames...j'arrive à proximité de mon camping regarde ma montre et je donne tout pour faire moins de 60h...je passe dans le camping ou beaucoup de gens appaludissent et m'apporte de l'eau sur la route beaucoup klaxonne en me félicitant c'est trop génialSourire je rentre aux abord du village je cours au max que je peux montée ou pas je verse quelques larmes loin de la foule pensant à mes parents mon frère ma femme et mes enfants et tous les efforts consentis...ca y est je rentre dans l'arene et malgré l'heure tardive la foule qui t'acclame et le speaker qui annonce ton nom font chaud au coeur et en guis de remerciement j'ose une petite figure acrobatique...

JE SUIS FINISHER EN 59h59'29''Bisou

143/162 arrivant et presque 60% d'abandons

l'organisateur me felicite et vas me chercher une binouze sa femme m'embrasse je suis aux anges

putain quel périple j'ai réussi mon pari fou...

plus qu'un trail c'est une aventure le tour d'un pays une aventure humaine ou j'ai pû échanger avec des personnes formidables.

je remercierai jamais assez l'orga et tous ces bénévoles qui sont restés pour certains pendant des 10aines d'heures dans des endroits très reculés et qui ont été là juste pour notre plaisir...merci merci merci...

tiens je croise Stella qui m'explique malheureusement son abandon...allez pas grave la revanche sur l'echappée belle donne fin aoûtEmbarrassé

 

Claudius

8 commentaires

Commentaire de randoaski posté le 11-07-2015 à 15:05:50

Belle course pour une première dans ce format. Ton CR est également bien sympa: j'y ai retrouvé beaucoup de similitudes avec ma course :). Tu vas bien t'amuser sur l’Échappée Belle qui est du même tonneau sur un peu plus court mais un poil plus technique ;)

Commentaire de stphane posté le 12-07-2015 à 18:28:58

Je me retrouve souvent dans ce que tu as éprouvé.... J ai eu de belles hallucinations aussi... Et j ai flippé après la séparation entre la ronda et la mitic car le balisage était light bizarrement..
Bravo pour ta perf, on c est peut être croisé d ailleurs ??
Bonne prepa pour ton nouveau projet !

Ps:elle est vraiment super mega hard cette ronda

Commentaire de Zeasyrider posté le 12-07-2015 à 21:12:41

Merci les gars😀 et bien tout dépend stphane si tu es dans le même timing on s'est certainement croisé...en tout cas ce fut rude beau et rude lol...dis moi rando à ski tu crois que je peux tabler sur combien à l'EB?

Commentaire de randoaski posté le 13-07-2015 à 17:56:43

Bien difficile comme exercice ce que tu me demandes... Je crois surtout que ça va dépendre de la façon dont tu auras récupéré de la Ronda et de comment tu auras pu te préparer. Pour ma part je vais également refaire un 100miles mais j'ai fini sans me une trace de courbatures aux jambes: la récompense d’avoir fait la ronda en rando (rires)...
Si on regarde juste ton temps tu finis 3h avant la barrière horaire finale de la ronda, ce qui fait 47h à l'Echapée: le ryhtme sera sensiblement le me vu le dénivelé et la technicité du terrain. J'essaierai donc de me fixer sur 46h en gérant en mode rando jusqu'à Val Pelouse et si tu as du jus tu pourras alors mettre à profit le secteur plus roulant des 50 derniers km pour essayer d'amélioer ton temps. Toutes les autres infos sur le fil de discussion consacré à L'EB :)

Commentaire de Zeasyrider posté le 13-07-2015 à 23:45:33

Et bien pas de courbatures non plus ni aucune crampes pendant et après...sans mes soucis aux pieds et au jambier antérieur je pense que les 55/56h étaient envisageable. ..mais bon ça fait partie du jeu...tu y étais aussi? OK pour le fil sur l'EB qui au passage la limite est de 54h...et je comptais partir sur 47/50h...Le seul truc qui m'inquiété ç quand tu dis que c plus technique que la rondà alors que c déjà du costaud...allez bonne recup...

Commentaire de randoaski posté le 14-07-2015 à 08:43:22

Oui j'y étais: http://rundevoo.com/running/mes-courses/annee-2015/26-juin-2015-%E2%80%93-ronda-cims-%E2%80%93-ordino-an/

Commentaire de Zeasyrider posté le 14-07-2015 à 12:08:00

Superbe recit😊 sans doute le gars au départ qui "montait facile sans batons" si tu te rappelles de son sac bleu de marque Nathan c'était peut être moi...

Commentaire de float4x4 posté le 04-01-2016 à 12:13:13

ça à l'air beau, ça à l'air bien, mais ça à l'air difficile à souhait :p Félicitation pour ta course :) , et chouette CR plein d'info au cas ou j'oserais...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran