Récit de la course : Les Foulées d'Art et Nature - 12 km 2015, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Les Foulées d'Art et Nature - 12 km

Date : 21/6/2015

Lieu : Montagnac (Hérault)

Affichage : 401 vues

Distance : 12km

Objectif : Objectif majeur

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

A Montagnac, chaudement, pour Vincent Diaz

Aux Foulées d’Art et Nature 2015 à Montagnac, j’ai voulu y être présent, sans doute comme pour beaucoup d’autres, pour honorer la mémoire de Vincent Diaz, notre célèbre speaker  montagnacois, qui nous a tragiquement quittés en février dernier et pour lequel cette course a très justement créé un Trophée à son nom, ce dimanche 21 juin.


Comme pour les années précédentes, le parcours de 19,4km sur bitume et chemins de vignes et garrigues aux horizons très diversifiés où se dressent des sculptures de pierre ayant un rapport avec le vin,  était offert aux coureurs individuels et en relais, ainsi qu’aux marcheurs nordiques, officiellement accueillis cette année pour le chronomètre, sur un parcours de 12km, les deux courses pour enfants venant compléter les animations du jour.

Pascale, Pierrot34, les sétois, retrouvent les bons amis de Lunel, Denis Pfister et Nadine.

Si le nombre d’équipes était sensiblement le même qu’en 2014, en individuels, nous étions  curieusement une cinquantaine de moins, cela se voyait sur les aires de stationnement plus aérées. La chaleur, celle du premier dimanche de l’été, restait encore la même, sèche et pesante. D’où le nombre de 11 points d’eau annoncés sur le(s) parcours, pour prévenir tout manque et problèmes chez les coureurs.


Didier Tailhades, qui prend de l’assurance au micro, comme successeur de Vincent Diaz, n’a pas manqué, dans ses commentaires du matin, de la minute de silence au départ jusqu’à la remise des récompenses, de rappeler la mémoire de son prédécesseur, qui était aussi l’âme vivante de l’organisation du MEAC (Montagnac En Action), reprise cette année par l’équipe du président Christophe Giancola, lui aussi coureur.

Le centre névralgique de cette journée sportive était toujours situé à la Coopérative de Montagnac, aussi appréciée par la variété et la qualité de ses vins, que par la fraîcheur de sa cave au moment du repas d’après course !


Un orchestre de variétés apportait ses notes joyeuses


et la « cabreta », la chèvre de Montagnac, son totem, issue d’une belle histoire de guérison de la femme de son seigneur par son lait, était aussi bien présente pour l’amusement de tous.

Si le départ de la course à pied a été donné dans les conditions habituelles, celui de la marche nordique, un quart d’heure plus tard, a été donné dans un certain flottement. Comme par hasard, dirai-je ! On aurait pu penser que tout aurait été fait ce jour-là, pour officialiser, enfin, une vraie marche nordique chronométrée-et j’ajouterai que j’en avais été, avec le pauvre Vincent, l’instigateur, dès ce 1er février à Villeveyrac, où nous avions mis la formule sur pied. Mais voilà, le mauvais génie de la marche nordique languedocienne, a encore fait des siennes ce dimanche-là. Le guide officiel de la marche avait fait faux bond, le manque de fléchage pour le parcours de 12km, différent de celui du 19, a faussé le départ dès les premiers 100m- certains regrettant même que ce départ ne soit pas redonné !- et une fois sur le parcours, les hésitations furent nombreuses, une fois sur certaines fourchettes de chemins où un fléchage vraiment pas évident, avait de quoi nous faire pester !

Denis Pfister et Pierrot34, en train d'essayer de mettre au point le parcours de la marche avec l'organisation!!!


Heureusement, ce petit bémol a été compensé par l’extraordinaire esprit sportif développé par beaucoup de coureurs et coureuses- et en 18 ans de courses à pied, je tiens à le souligner, pour sa singularité et sa rareté- qui, en doublant les marcheurs nordiques, au nombre de 26, les ont salués au passage par un bonjour et/ou un bravo. Du jamais vu, je le répète et par cette chaleur, un tel comportement de la part des coureurs, aurait pu faire croire que la course à pied est moins pénible que la marche nordique, alors que je pense le contraire !

Denis Pfister (Lunel) à l'arrivée, pour sa énième victoire.

Pierrot34, pour une 8è place.

Pascale, la sétoise et Nadine, deux valeureuses marcheuses à l'arrivée.

Ceci dit, les écarts se sont vite creusés chez les marcheurs nordiques, comme chez les coureurs, à cause de cette chaleur  prégnante et des chemins quelque peu acrobatiques aussi, parfois. Les zones d’ombre nous faisaient pousser un « ouf intérieur », malgré leur rareté et les 11 points d’eau étaient des oasis bienvenus ! Le diabétique n’a jamais eu besoin de sa réserve de sucre et a curieusement conservé une bonne lucidité, jusqu’à l’arrivée,


où le ravitaillement était lui aussi plantureux, diversifié et réconfortant, surtout si l’on passait au stand dégustation des vins !


Les podiums, honorés par la présence de Mme Diaz, ont été suivis d’un repas en commun dans les caves fraîches de la Coopérative,


où du melon à l’hydromel, à un gâteau chaud au chocolat, en passant par une jolie rouille de seiche, le réconfort a été total parmi une assistance joyeuse et sympathique de coureurs, amis et familles.


Merci à Angela, Mme Pierrot34 pour les photos.

1 commentaire

Commentaire de guigou posté le 24-06-2015 à 10:21:38

Bravo Pierrot34 pour ta course, et merci pour ce reportage!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran