Récit de la course : Trail du Massif de Fontfroide - 33 km 2015, par Coureur du 34

L'auteur : Coureur du 34

La course : Trail du Massif de Fontfroide - 33 km

Date : 8/3/2015

Lieu : Narbonne (Aude)

Affichage : 527 vues

Distance : 33km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail de Fontfroide 2015

Je me suis donc rendu ce dimanche 8 mars à ce trail de 33 kms pour 1000D+ dont le départ était donné dans le Parc du Château de Montplaisir, en limite sud de Narbonne.

L'ambiance et le cadre sont agréables et nous ne sommes pas nombreux. En outre, je ne reconnais personne parmi les trailers, les Héraultais doivent peut-être priser d'autres trails ce week-end là...

Je discute, en attendant, le bout de gras avec un V2 qui a pas mal de trails à son palmarès et on se positionne au départ. L'organisation se montre un peu "juste": pas de micro ni de sono pour le briefing de départ, il faut tendre l'oreille, ni de matérialisation claire de la zone de départ.

Il fait un peu couvert et frais mais ça va se dégager dans la matinée pour avoir un grand soleil de printemps dans le dernier tiers de course. Je pars pour prendre du plaisir sur ces sentiers inédits et faire une sortie longue (je vais être servi sur ce coup).

 

J'étrenne dans mon camelback le produit en poudre Crème Sport Déjeuner à l'amande-céréales de Diet Sport Energy en remplacement du traditionnel Hydrixir d'Overstim.

 

Le départ est donné à 9 heures et nous sommes environ 190 à nous élancer dans les prairies de Montplaisir puis à virer à gauche pour attaquer de suite les montées dans la colline.

Les premiers kms ne sont pas très jolis, mélanges de DFCI et de virages coupés aléatoirement entre les pistes larges. Ca me rappelle un peu les mauvais aspects des trails dans la Gardiole.

 

Au 3ème km, à l'approche du Domaine de Jonquières, nous prenons à gauche en suivant le balisage blanc et la rubalise comme demandé mais en fait, il s'agit du retour vers l'arrivée (le 30ème km) et aucun bénévole n'est là pour faire la circulation. On apprendra ultérieurement qu'il a eu du retard...

Moralité, une 10aine de coureurs au moins dont moi-même s'engagent dans la pente jusqu'à ce que l'on réalise que les cris et les sifflets au loin sont destinés à nous alerter de cette erreur. Demi-tour donc et entre 1 km à 2 kms en rab de couru selon les coureurs déroutés: quand on aime, on ne compte pas dit-on mais je dois reconnaître que sur l'instant, l'acrimonie l'a emporté sur la magnanimité et l'envie m'a effleuré de rentrer directement à la voiture. Heureusement, je suis avec 2 autres coureurs qui positivent et c'est contagieux.

Bref, ça démarre pas fort car une fois sur les bons rails du Trail de Fontfroide, nous nous retrouvons en queue de peloton que nous devons remonter doucement (ça bouchonne dans les monotraces). Au moins, ça me changera du Trail de Vailhauquès, car c'est moi qui double aujourd'hui!

 

Le terrain est plutôt très roulant, surtout de la piste large avec quelques jonctions en sous-bois sympas parcourus sur un rythme qui me convient (km3 en 17'', km 6 en 35'', km 9 en 53'').

Nous avons droit aussi à quelques murs comme dans un ru à sec suivi d'une montée dans la pente de la colline (km 9) mais ce n'est jamais très long.

Le passage le plus beau est à mes yeux un monotrace joueur au milieu des bruyères avec des vues dégagées sur le massif de Fontfroide (km 11).

 

J'arrive au plus gros ravitaillement trail de Fontfroide au km 16.4 en 1h50 et j'en profite pour faire le plein du camelback (que j'ai siphonné à l'arrivée donc c'était bien utile). Nous sommes contrôlés (puce). J'ai beaucoup doublé jusque là mais je me suis fait aussi déposer par quelques infortunés comme moi qui ont eu droit au bonus du km 3.

 

J'ai à nouveau le moral mais j'avoue que je reste un peu sur ma faim en terme de décors et d'ambiance de course particulière: ça reste sympa mais sans plus, ce n'est pas le trail de l'année.

 

Après le ravitaillement, une très jolie et longue descente en sous-bois permet d'améliorer un peu la moyenne (km 19 en 2h06). C'est le point le plus éloigné du trail de Fontfroide dont le tracé nous rapproche désormais vers l'arrivée par de nouvelles larges pistes un peu sablonneuses dans des pinèdes dégagées. C'est agréable et bienvenu pour bien récupérer. 

Nous repassons tout proche du gros ravitaillement avec un semi-marathon en 2h18.

Le ciel est bleu, le moral est toujours au top, le physique tient bon, je ne double quasiment plus et les coureurs sont désormais très étalés.

J'en profite pour manger une barre Aptonia Ultra Fruits Bar à la banane, ce n'est pas mauvais du tout et c'est très compact sans se désagréger comme peuvent parfois l'être des barres de céréales classiques: c'est adopté!

 

Enfin arrive le clou du Trail, qui justifie son nom, l'Abbaye de Fontfroide! Nous passons donc devant les bâtisses éponymes presque totalement cachées derrière de hauts murs et des échaffaudages: dommage. C'est le km 25 en 2h44.

Dans la foulée, nous avons droit à un aller-retour jusqu'à la Croix de Fontfroide qui domine le site (altitude 219 m), par une courte mais raide grimpette dans laquelle nous croisons ceux qui en redescendent, c'est original comme idée. Nous avons droit aux encouragements de quelques promeneurs: merci! En haut, je ne prends pas le temps de profiter de la vue qui coûte quelques mètres d'ascension supplémentaire et je redescends en doublant une paire de coureurs.

 

Au km 26.5 (2h58), il y a un nouveau ravitaillement avant la dernière vraie grosse difficulté 500 mètres plus loin, un coupe-feu abrupt, assez technique et sous un grand soleil: ça picote dans les cuissots.

 

Ensuite c'est globalement roulant même si certains passages semblent avoir été "débroussaillés sauvagement" juste pour l'occasion, fraîchement taillés dans les fourrés à la débroussailleuse avec maintes branches et racines piégeuses (autour du km 29 par exemple). Je n'apprécie guère ces parties du trail de Fontfroide, ça griffe les mollets et les cuisses et impose une extrême vigilance.

 

C'est vers là que je me fait rattraper par une féminine qui faisait partie elle aussi des mal-orientés du 3ème km, j'ai l'impression qu'elle va me déposer mais je resterai au contact jusqu'à l'arrivée à une 20aine de mètres derrière, jamais plus. Elle sera classée 3ème féminine.

 

Nous terminons par une large piste du 31 au 32 kms avant de reprendre à nouveau l'embranchement du Domaine de Jonquières: le bénévole est bien là pour indiquer la bonne direction cette fois-ci. Nous empruntons sur quelques centaines de mètres le lit d'une rivière pas tout à fait à sec: un balisage approximatif, des rochers glissants et des passages herbeux rendent cette section assez délicate entre les kms 32.8 et 33.6.

 

Nous franchissons une dernière combe enjambée par un vieux pont suivi d'une toute dernière mini-bosse 500 mètres avant l'arrivée. Je n'ai toujours pas de crampes et je suis relativement frais en passant la ligne en 4h01 pour 35 kms tout rond (deux de plus que ceux annoncés).

 

Cela me positionne en 57ème place sur 186 finishers du Trail de Fontfroide, un classement correct considérant les aléas du début. Je n'ai pas souffert et pour cette distance, je n'ai pas eu une seule campe ni un seul lancement, cela tient du miracle!

 

J'ai testé avec succès 2 nouveaux produits, Crème Sport Déjeuner (en boisson) et Fruits Bar d'Aptonia au goût correct voire agréable et sans aucun trouble digestif. Je continuerai lors de mes prochains trails.

 

Côté plaisir de course, c'est bien mais peut mieux faire: les décors de Fontfroide sont sympas sans être exceptionnels, il y a beaucoup de larges pistes (VS monotraces) et l'organisation a été un peu juste par moments. Et j'aurais tellement apprécié de traverser l'abbaye!

Peut-être que je deviens trop exigeant et même blasé avec l'expérience des trails qui s'accumulent ou tout simplement ma baisse de motivation actuelle déteint sur mon appréciation  générale du trail, c'est bien possible.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran