Récit de la course : Trail des Gorges du Tarn - 26 km 2015, par Coureur du 34

L'auteur : Coureur du 34

La course : Trail des Gorges du Tarn - 26 km

Date : 12/4/2015

Lieu : St Rome De Dolan (Lozère)

Affichage : 329 vues

Distance : 26km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Tous les chemins mènent à St Rome

Le Trail des Gorges du Tarn porte bien son nom.

 

Tout d'abord, St Rome de Dolan (Lozère) est un petit village paisible typique du Causse de Sauveterre surplombant ces magnifiques gorges du Tarn, à quelques kms du Point Sublime. Depuis la placette où se trouve la salle qui accueille les coureurs du trail, la vue dominante de ce site classé au patrimoine mondial de l'Unesco est simplement grandiose.

 

Ensuite, tout le parcours des 27 kms 1000D+ (26.6 kms et 900D+ à mon GPS) du trail fait la part belle à ces paysages exceptionnels des Gorges du Tarn, de falaises, de monotraces aériens, de forêts moussues, de couloirs de buis, de sous-bois secs, de pistes sablonneuses, de terrains dolomitiques et de rochers calcaires aux formes improbables, de vestiges troglodytes, de vieux sentiers empierrés, etc...

Le trail se déroule dans un décor de cartes postales et l'arrivée par les vielles ruelles de St Rome de Dolan referme cette parenthèse idyllique.

 

Bref tous les chemins (de trail des Gorges du Tarn) mènent à (St) Rome (de Dolan).

 

La météo est aussi de la partie avec un grand ciel bleu, pas de vent et une température qui approche les 20 degrés vers midi. C'est comme un coin de paradis, se garer dans un grand pré vert, traverser la rue et se retrouver directement parmi ces bâtisses caussenardes de St Rome de Dolan. L'accueil est soigné avec café et gâteaux offerts ainsi qu'un bocal de fromage "au bon lait de brebis" produit localement.

On est aux antipodes du marathon de Paris, sa grosse machine et 54.000 coureurs qui vont s'élancer sur l'asphalte ce matin aussi!

 

Je suis en short et manches courtes, casquette, camelback plein au crème sport déjeuner et eau de source Rozana "secouée" et une seule barre de fruits Aptonia, formule éprouvée lors du trail de Fontfroide. Je ressens un peu de fatigue physique des entraînements récents mais le mental est au top. Je reste sur un trail des Lucioles très sympa et c'est ma dernière course avant THE Verticausse en mai.

 

A 9h30, après un court briefing, le départ est donné et nous attaquons directement par une côte assez longue. C'est de suite du chemin large en forêt et le peloton s'étire doucement. Je ne suis pas à l'aise car la bosse du départ m'a un peu mis dans le rouge et je recherche déjà un second souffle.

Je suis entre 2 féminines (j'apprendrai plus tard qu'il s'agit de la première et seconde) qui mènent un bon train.

Le trail joue les montagnes russes, alternant pistes larges et monotraces, sous-bois et passages dégagés sur le Causse de Sauveterre.

 

Au km 6 (33 minutes de course), se trouve le premier ravitaillement du trail des Gorges du Tarn où je prends un seul verre : le tracé s'ouvre alors sur les gorges à notre gauche qui se dévoilent à nos regards. C'est grandiose.

Puis le trail descend par un monotrace technique dans les Gorges du Tarn vers le GR (sentier de randonnée balisé rouge et blanc). Je suis prudent et le rythme retenu me convient.

Le peloton est assez étiré mais je suis toujours entouré. Cette descente me fait du bien et je me sens enfin à l'aise.

 

Nous avons des points de vue extraordinaires sur l'autre rive, le Causse Méjean : le Cinglegros, le Rocher de Capluc et ses vases, le Rozier... Quel plaisir de courir là : le bonheur est dans les gorges du Tarn!

Et nous empruntons une grande partie du GR qui nous fait traverser le Cirque de St Marcellinet son château dans la falaise, le village troglodyte des Eglazines avec sa chapelle et sa source: génial!

C'est à la sortie des Eglazines, vers le km 11.5 (1h04 de course) que nous quittons le GR pour suivre le PR (balisage jaune) qui monte raidement par quelques lacets sur le Causse de Sauveterre. J'avais revu le tracé avant et il me semblait que la grosse bosse était du 12ème au 14ème km donc je crains un peu ce qui nous attend, enfin surtout mes mollets. Puis le pourcentage s'adoucit et la piste s'élargit. Je bois deux verres au second ravitaillement (km 13.1 en 1h23) et ça monte encore un peu jusqu'au 14ème. Finalement, j'ai trouvé que cette principale difficulté annoncée n'était pas si terrible que ça. D'ailleurs, j'ai surtout doublé sans avoir l'impression de me faire très mal. Ce n'est donc que partie remise pour les crampes.

 

Sur le plateau, nous rejouons encore aux montagnes russes, alternant monotraces et DFCI. Il n'y a plus de peloton désormais et seulement des coureurs isolés.

Mon moral est carrément remonté en flèche depuis le passage le plus dur et la mi-course. Les jambes sont aussi revenues. Je m'hydrate très régulièrement et je consomme ma barre de fruits en deux fois (16 et 20 kms): j'avoue que j'ai eu un peu du mal avec elle cette fois, je la trouve un poil indigeste à mâcher.

C'est vers le 16ème que je recolle à la féminine que je ne lâcherai pas pendant 5 kms. Plusieurs bénévoles lui annoncent qu'elle est première de sa catégorie. Cela m'étonne d'être juste à son contact et me booste aussi. Grâce à elle, je garde un bon tempo et nous continuons à grignoter quelques places.

 

Le trail des Gorges du Tarn continue désormais dans les décors pittoresques du Causse: sentiers parfois souples et moussus, parfois sablonneux, parfois pierreux, dans les buis, les pins et les dolomies. Nous nous ré-ga-lons!

Au km 21.8 (2h14 à mon chrono), je suis toujours dans le sillage de la première féminine et je décide de ne pas marquer le troisième et ultime ravitaillement car je sens toujours mon camelback assez lourd; du coup, j'en profite pour la dépasser, peut-être une enflammade inutile.

 

Dans le DFCI qui nous ramène vers St Rome de Dolan, je me sens encore très bien et suis un duo de trailers qui impose un rythme qui me convient. J'ai l'impression (trompeuse) que la fin de course ne sera qu'une formalité.

Nous laissons finalement la large piste roulante pour des monotraces en sous-bois que nous ne quitterons plus quasiment jusqu'à l'arrivée.

 

Dans ma tête, je me vois déjà terminer devant la première féminine et pourtant... ces monotraces sont terribles, une succession de murs et escaliers courts mais assassins. Le duo que je suis est aussi à la peine, parfois je me fais décrocher, parfois c'est moi qui passe devant. Et puis arrive ce qui devait arriver, la première féminine repasse devant dans une bosse (km 23) suivie peu après par la seconde féminine (km 24.5). Je ne peux pas suivre et comble de malchance, les crampes arrivent au pire moment, comme toujours malheureusement. Malédiction!

Je gères les crampes au mollet assez bien et suis obligé de laisser un peu filer mais je suis quand même content car je vais finir nettement sous les 3h que je m'étais fixé.

 

A la sortie du bois, nous terminons en descente par la route, retour dans le village de St Rome, passage dans les ruelles, sous un porche et c'est l'arrivée en 2h48' et une 43ème place sur 174 arrivants.

Je suis très satisfait de mon temps, de mes sensations sur la 2nde moitié du trail et de l'énooooorme  plaisir pris à courir dans ces décors et conditions parfaites.

 

Je ne vais pas en rajouter, sur ce trail des Gorges du Tarn, mon premier en Lozère, l'un des plus beaux que j'ai couru dans une ambiance familiale et une organisation nickel (merci aux bénévoles), et qui m'a redonné l'envie d'en découvrir de nouveaux.

 

(NB: les photos proviennent du site http://issanlat.free.fr avec l'aimable autorisation de son auteur) 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran