Récit de la course : 3 jours de Chartreuse - Trail 25 km 2015, par P38

L'auteur : P38

La course : 3 jours de Chartreuse - Trail 25 km

Date : 16/5/2015

Lieu : St Pierre De Chartreuse (Isère)

Affichage : 869 vues

Distance : 25km

Matos : Mizuno Wave Cabrakan 5

Objectif : Balade

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail du Charmant Som: un trail blanc eu mois de mai!

L'année dernière j'avais déjà fait ce trail, en fait j'étais inscrit sur le 50 km mais ça  s'était très mal passé... Dégouté par "un ensemble de choses" j'avais "mis la flèche" et bifurqué sur le "petit" trail, très déçu par Raidlight et la station de trail. Je n'avais pas fait de récit ni trop communiqué là-dessus: Raidlight m'est plutôt sympathique et, conscient des "difficultés locales", je n'avais pas envie d'en rajouter une couche. Cette année je n'avais pas du tout prévu d'y retourner, mais le mois de mai est compliqué à gérer et je me suis rendu compte que le seul trail que je pouvais faire pendant ce mois, c'était celui-là (samedi 16 mai). Le Maratrail me tente un peu (beau parcours) mais je ne suis pas vraiment entraîné: j'ai peu couru depuis deux mois (besoin de souffler, de faire reposer la machine, je suis V3 maintenant...).Depuis le Beaujolais villages Trail 26 km, je n'ai pas fait de dénivelé, juste quelques footing par chez moi. Je décide donc d'aller faire ce trail du Charmant Som en mode promenade: je connais bien le coin, ça a en plus l'avantage d'être presque à côté de chez moi.

Le bébut de semaine (jusqu'au jeudi de l'Ascension) est très chaud (28-29°), c'est piscine, barbecue etc...Et vendredi catastrophe, chute des températures, 7° à la maison. La météo annonce la neige à 1200m. Un peu inquiet, je vais sur le Facebook de la station de trail et je vois ça:

Il y a 20 cm de neige sur les sommets et on annonce que le parcours du trail va être modifié. Quelques heures plus tard, le verdict tombe: plus de descente par les Dalles et le Collet, mais une montée vers Canaple et descente sur les Cottaves. Le trail est toujours à 25km avec 1500m de D+ environ.

 

 

Samedi matin, le temps est bien triste: brouillard, froid, humidité. A Saint Pierre, le retrait des dossards se fait non plus chez Raidlight mais dans une salle sur la place. Ca se passe plutôt bien, l'organisation est correcte. Le Maratour est réduit à 34 km et ne passe plus par le Col de la saulce (logique).

Le départ est donné à 8h30 (le 34 km est parti à 8h), il y a un beau peloton (190 personnes environ) mais ce n'est pas la grosse ambiance...Pas de bouchon cette année: on part par la route de Perquelin et le peloton s'étire naturellement. Après 1,6 km de goudron, on part vers Saint hugues par une piste; je commence doucement, je sens que la journée va être dure! A un moment, je me retourne et je m'aperçois qu'il reste...4 personnes derrière moi(oups...). Je double un peu dans la première bosse, on descend ensuite sur Saint Hugues par un chemin très boueux (on comprend vite que la boue va être un des thèmes de la journée).

A Saint Hugues, on rejoint la Martinière par de jolis chemins et des petites routes agréables. Le ciel est bien baché, mais on aperçoit les prairies bien blanches au-dessus...

A la Martinière, on repart vers le col de Porte par des routes et de beaux chemins, les jambes suivent bien.

Et on attaque La Montée: un chemin bien raide, en fait c'est un ruisseau au milieu, et sur les côtés c'est de la neige fondante. Plus on monte plus il y a de la neige et on patauge bientôt dans une bonne couche de neige mouillée. La pente est raide (c'est l'ancienne piste rouge du télésiège en fait), l'équilibre est difficile à maintenir (heureusement j'ai pris le bâtons). Je double pas mal de gens plus ou moins en perdition dont une dame qui monte à 4 pattes! Une concurrente a déjà des crampes; 600m de D+ terribles à patauger. J'ai les pieds trempés et glacés. On finit par rejoindre la crête sous le Mont Fromage (vers 1700m): brouillard, vent du nord, froid, les conditions sont très dures. Je mets les gants, le buff, la veste...Les premiers du 34 km nous rejoignent, le chemin est très glissant, tout ce passage est très piégeux et je fais une "bonne" chute qui m'incite à la prudence.

Après l'oratoire, on rejoint un bénévole qui nous indique la descente et nous recommande de faire attention. Au début, ça va: un sentier bien enneigé mais les pieds tiennent. Dès qu'on arrive dans la forêt c'est une autre histoire: un mélange de boue et de neige vraiment très glissant, surtout à cause des rochers et des racines qu'on ne voit pas. Le pire est un passage dans les rochers avec un câble: c'est carrémént expo et à mon avis assez dangereux; Il y a un embouteillage en plus: les premiers du 34 km essayent de doubler et se tirent la bourre. Certains concurrents sont très lents et complètement désemparés (notamment un couple de Hollandais...); J'arrive à doubler pas mal de gens, je suis dans un bon groupe qui descend vite. Par moment, la seule solution c'est de se mettre sur les fesses et de se laisser glisser, mais gare aux rochers!

Au bout d'un moment je perds le contact avec le groupe: les cuisses commencent à bruler, manque d'entraînement...Je n'ai pas envie de me blesser!

Je termine donc la descente en roue libre. On retrouve le goudron avec plaisir (!) à la Martinière et rapidement on arrive (enfin) au premier et seul ravitaillement (17° km). Ce ravito est correct (rien à voir avec l'année dernière).

Après ce ravito, on retrouve un terrain plus roulant, les hollandais me lâchent dans les parties plates, je descend à mon rythme; il y a encore des portions très boueuses et je fais une grosse chute dans la boue et passe pas mal de temps à me nettoyer...

On passe par la Diat et après avoir traverser le Guiers, il reste à remonter une infâme petite bosse qui m'achève. En plus c'est encore très boueux, gluant, glissant! Je refais une nouvelle chute dans la boue et j'en ai marre! Je finis en roue libre, en marchant, plusieurs coureurs du 34 km me doublent mais je n'ai plus envie de m'accrocher derrière eux. A St Pierre on remonte un peu pour descendre les pentes herbeuses qui sont au-dessus de la station de trail: c'est évidemment très glissant, le chemin a été complètement défoncé par 150 coureurs...Je finis avec un coureur du 34 km qui me dit qu'il en a marre de la boue et que ça n'a pas beaucoup d'intérêt. Quelques secondes plus tard, il s'étale dans l'herbe boueuse...

Je passe l'arche d'arrivée en 5h, je pensais mettre une heure de moins en me promenant mais les conditions étaient vraiment "spéciales". Il y a bien 25 km et 1600m de D+ au moins.

Le buffet d'arrivée est nettement plus fourni que l'année dernière et l'ambiance me semble plus détendue...

Même si ce n'est pas le trail le plus convivial que j'ai couru, je suis beaucoup moins critique que l'année dernière quant à l'organisation; et bravo à l'équipe de Raidlight pour avoir réussi à mettre en place 2 trails dans ces conditions (ils ont du passer des moments difficiles).

Pour terminer, deux videos qui illustrent bien les conditions du jour:



4 commentaires

Commentaire de Byzance posté le 23-05-2015 à 09:24:54

Le kilométrage dans ces conditions ... vu que les pieds devaient beaucoup reculer à chaque foulée. Un bon bain de boue en quelque sorte !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 23-05-2015 à 11:56:04

Mais alors, les courses RL deviendraient conviviales ?! J'adhère à ton introduction en tout cas !

Merci pour le récit, il fallait sacrément se motiver pour aller la courir celle-là !

Commentaire de P38 posté le 23-05-2015 à 15:08:52

Euhhhh, conviviales je n'irais pas jusque-là!!!!!
Mais au moins c'était bien organisé...

Commentaire de samontetro posté le 14-06-2015 à 21:34:39

Pas facile de courrir dans de telles conditions!
Pas facile d'organiser une course avec une météo pareille.
Chapeau aux coureurs et aussi aux organisateurs et bénévoles d'avoir permis que ce soit possible. Il vous fallait du mental à tous pour ne pas renoncer.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran