Récit de la course : BRM 400 Belfort 2015, par poucet

L'auteur : poucet

La course : BRM 400 Belfort

Date : 14/5/2015

Lieu : Belfort (Territoire de Belfort)

Affichage : 388 vues

Distance : 400km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

BRM 400 Belfort .... ça c'est fait

BRM 400 Belfort .... ça c'est fait !!!!



C'est un récit qui commence au panneau d'entrée dans le "Territoire". Samedi 16 Mai, il est 17h et je roule depuis bientôt 4h. Il me reste une petite quinzaine de kilomètres pour rejoindre Belfort ou j'ai programmé l'indispensable BRM 400 préalable à l'inscription à Paris Brest Paris. 



Il ne fait pas très chaud et bien sûr je me tape depuis le début un petit vent de 3/4 dans la tronche. Mais bon, on ne va pas faire la fine bouche ... après les berevts de 200 et 300 réalisés dans des conditions exécrables quelques semaines plus tôt à Vesoul, la météo du jour est tout à fait convenable. Je signerais de suite pour une nuit de vélo au sec .... 

Un peu perdu par une offre pléthorique et nébuleuse pas forcement adapté a mes besoins, je n'ai toujours pas pris le temps de choisir et de m'équiper en GPS. Comme d'habitude c'est donc sur mes petites cartes Michelin que j'ai repéré un itinéraire tranquille et au plus direct pour faire la liaison Chatenois - Belfort. Évitant pour une fois la traditionnelle Euro-Vélo6, c'est un plaisir de découvrir ces petites route qui me font aborder les faubourgs de la citée du lion par l'Ouest. Avec déjà 105 kilomètres au compteur.





Il est à peine 18h30 et j'ai donc tout mon temps pour m'enfiler une bonne assiette de pâtes au Flunch local, situé dans la zone piétonne a quelques centaines de mètres de la Place d'Armes ou est fixé le point de RV ... L'horaire de départ est prévu à 20h. Mon barda garé dans le restau provoque quelques réactions étonnées ou inquiètes ... Je rassure le monsieur de la sécurité, branché sur 3000 volts : mon (tout) petit moteur n'est pas explosif !!! 


Place d'Armes devant la Mairie, un peu plus tard ... 



Ca fait pourtant un moment que je lui promet une retraite bien méritée, mais finalement c'est toujours le Kuota qui est de service. ... En prévision de Paris Brest Paris, j'avais commandé le nouveau BH Ultralight tout début Janvier, certain de pouvoir le roder sur les brevets qualificatifs. Las, les 3 semaines de délais promis par mon vélociste habituel se sont transformés en 3 mois d'attente, avec la désagréable impression d'être baladé et pris pour une bille. Pour apprendre finalement que ce modèle millésime 2015 ne se faisait plus en petite taille !!! Glups ... La date du poisson d'avril venait tout juste d'être passée. Je n'ai pas trouvé ça très drôle , j'ai donc changé de crèmerie et commandé fin Avril un Merckx San Rémo (le modèle présenté par Patrice Halgand dans le dernier Velo Mag), avec un délais annoncé pour mi Mai ... Nous sommes bientôt en Juin et j'attend des nouvelles. Bref il y a toutes les chances que je termine la série des brevets avec le Kuota, je ne me vois pas partir non plus sur le 600 sans avoir pris le temps de me roder sur le Merckx.

Mais revenons a nos moutons, ou plutôt a nos cyclos et à notre 400 belfortain ....

Emmanuel Comte du club organisateur CycloTouristes Belfortains arrive. Les inscriptions sont faites directement sur place ...



Et voila les copains du CCK, qui on fait le déplacement en voiture ... Philippe, alias Schwarzi ...



Et Jean Luc, alias Manala .... 




A droite Laurent JeanMaire, un costaud local, l'un des finishers de notre TriRhena du mois d'Août dernier ... 



Et bien sûr l'incontournable Manu Conraux, que je retrouve là une semaine aprés une belle aventure trailistique dans la Drôme ...

 



C'est l'affluence des grands soirs, nous sommes une bonne trentaine au départ pour un parcours de 400 kilomètres vers la Côte d'Or à priori sans grosses difficultés.

C'est parti, toute la troupe bien en ligne derrière Emmanuel Comte qui nous sort de la ville en évitant les galères . Nous nous dirigeons plein Ouest par de tranquilles petites routes de campagne. Le petit peloton est composé en majorité de vieux briscard . Les profils ne sont pas forcement conformes aux canons du sportif modèle parfaitement affûté , le matériel n'est pas forcement de la dernière génération, mais on sent bien qu'il y a des bornes sous le capots de ces baroudeurs au long cours. Nous avançons bon train à l'heure ou le soleil commence à baisser pavillon .... 







Quelques gouttes viennent nous surprendre alors nous approchons du premier contrôle. La bruine devient rapidement averse et tout le monde prend le parti de bâcher au pointage d'Oiselay. La pluie nous accompagnera une bonne partie de la nuit ....






 

Les groupes se font et se défont au fil des péripéties nocturnes. Je me retrouve un moment isolé avec Manu, sur une mauvaise trace, largué par les allemands qui aprés avoir longtemps et bruyamment palabré dans les roues se sont décidés à mettre en route, et sans apercevoir aucune lampe derrière nous. Nous comprendrons plus tard que Manala et Schwarzi ont tentés vainement de nous rappeler avant de poursuivre sur les indications de leur GPS ... 


Parfois je me retourne et je ne vois plus le Manu. Et puis hop, il réapparaît quelques bornes plus loin, comme par enchantement. En fait mon lascar dispose d'un éclairage sur batterie super puissant mais de faible autonomie, et il coupe systématiquement sa lampe sur les portions faciles. Il a aussi tendance a s'endormir sur le vélo et a zigzaguer dangereusement sur le bitume ... Histoire de retrouver nos esprits (elle est facile) et de remplir les bidons, on s'accorde une pause dans un cimetière. Le robinet est bien planqué, et il faut jouer de la frontale ... A ce petit jeu, c'est Manu le plus fort. A vrai dire, son palmarès parle tout seul : c'est le plus fort, tout simplement !!!! 


Quelques kilomètres plus loin à la faveur d'une crevaison d'un des leurs, nous retrouveront Manala et Schwarzi avec un bon groupe. On accroche le wagon derrière un duo de locos locales qui assure un rythme parfait, tout juste ce qu'il faut pour nous sortir de la nuit... 


Contrôle à Dijon, il fait encore nuit. La pluie a cessée mais le froid nous fait vite tressaillir à l’arrêt Sans trop tarder nous bifurquons vers le Nord Est, la mi parcours sera dépassée peu de temps après.

La fin de nuit est toujours délicate, c'est souvent là qu'il faut lutter avec le marchand de sable. Et le petit jour arrive comme une délivrance ... 


Nos deux locos oranges , Emmanuel Comte le boss et son pote, de véritables métronomes qui auront assurés un tempo efficace tout au long de la nuit. Merci les gars ...












La nature se réveille, c'est toujours un moment très agréable ...



La vie reprend dans les villages et nous trouvons enfin une boulangerie ouverte au pointage de Champlitte.





Nous serons quelques uns a nous arreter à nouveau quelques kilométres plus loin pour une pause café, laissant partir le reste du groupe derrière les locos ...

Ray sur Saone, jolie bourgade ... 





Et une petite crevaison pour Jean Luc ...



Il n'est pas loin de midi et un nouveau pointage à Port sur Saone nous donne l'occasion d'un ravitaillement indispensable à la boulangerie du coin ... 





On avait perdu le Manu, on le retrouve au cimetière ...



Passé Luxueil, après la pénible et insipide remontée par la D6 (le final des 3 Ballons en sens inverse), nous pointons une dernière fois à Faucogney. L'occasion d'avaler ce qui traîne dans les fonds de sacoche et d’apprécier un bon café dans un bistrot bruyant ... 




Puis nous abordons le secteur le plus joli de la randonnée en effleurant le Pays des 1000 étangs et les Vosges Saônoises. Même si les pentes restent toujours raisonnables, c'est aussi le plus vallonné. Avec plus de 300 bornes dans les cannes et nos vélos bien chargés, on sent bien quand ça monte !!!






En haut du petit Col de la Chevestraie, que me rappele la Jean De Gribaldy, une de mes cyclos preferée, malheureusement disparue depuis quelques années ... 



Jean Luc tient bon, malgré les courbatures consécutives à une gammelle récente ... 



Notre quatuor bascule ensemble et il n'y a plus qu'à se laisser glisser vers Belfort pour glisser notre carton de route bien complété dans la boite à lettres de la Mairie.


Avant de s'accorder un gouter bien mérité sur une terrasse ... 



Un p'tit coup de mou le Manu ??? ...



Même pas ... pendant que je la joue p'tit slip et que je succombe à un retour en voiture avec mes compères CCK, qu'est ce vous pensez qu'il va faire le Manu .... ??? Et ben il change de tenue, enfile une paire de running et s'en va faire une petite sortie trail autour de Belfort. Rien de mieux pour récuperer de 400 bornes à vélo d'apès lui !!!! Ben voyons !!!!

Allez, c'est tout pour cette fois ... RV fin Mai pour le brevet de 600 à Vesoul, sur un parcours bien plus montagneux qui promet d'etre magnifique. 


 
 
 
Merci à Manala pour les jolies photos empruntées !!!!!
 
 


Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran