Récit de la course : Euskal Trail - Ultra Trail - 130 km 2015, par bouh17

L'auteur : bouh17

La course : Euskal Trail - Ultra Trail - 130 km

Date : 15/5/2015

Lieu : St étienne De Baigorry (Pyrénées-Atlantiques)

Affichage : 1083 vues

Distance : 130km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Histoire de chrono et de météo au Pays Basque….

Histoire de chrono et de météo au Pays Basque….

 

Seule course de prévue cette année, l’Euskal Trail 130 en solo.. j’ai découvert le pays basque l’année dernière au printemps sur un weekend prolongé, et j’avais vraiment adoré, alors un vrai grand trail autour de St Etienne de Baigorry, tentant non ?

 

Une prépa en 2 partie, 3 mois d’hiver en salle pour travaillé un peu le cardio, et surtout le renforcement musculaire, première fois que j’essaie, et j’ai plutôt été satisfait de cette expérience qui je pense, m’a apporté pas mal (attention, je n’ai pas fait de la muscu pure et dure, plutôt, du rameur, du gainage, abdos, elliptique, tapis….)

Ensuite une prépa sur 4 à 5 sorties, 3 courtes et 2 + longues le weekend, en alternant un peu de vtt, et 3 sorties dénivelés avec du 1500mD+/D- sur 20/25km en mode rando-course. Le temps m’a manqué pour faire un peu plus de D+et-, bon on va dire que j’arrive avec de la fraicheur, même si ce trail est tôt dans l’année.

 

Arrivé jeudi en début d’après midi,  c’est calme en ville, je file récupérer mon pack coureur, et comme de nombreux trailers, il ne fallait pas amener le sac, le contrôle se faisant le vendredi avant le départ, ce qu’il me semble assez logique, mais mal expliqué dans le règlement. Bref, je file à 18h remettre mon sac de base de vie, et vais au debrief…

En tout et pour tout, 80 personnes, accompagnants compris, ça fait pas lourd, alors que l’on s’interroge pas mal sur la météo… 0 la question comment ça s’annonce demain ? la réponse : » La météo est bonne, de la pluie le matin, ça s’améliore dans l’après midi, pas de collant long obligatoire » ;  voila un discours rassurant !

Allé, au dodo à 22h, il pleut…

Toute la nuit….

Pareil le matin….

Réveil à 4h30, la nuit a été courte, le mobil-home fait qu’on entend bien la pluie lol. Mais je me plains pas, je pense à ceux qui sont en toile de tente au camping. Ah ah (sarcasme)….

Je mets mon short et mes manchons, un teeshirt  1ere couche, un maillot MC et des manchons sur les bras et enfin ma GoreTex…. Au dernier moment, je me décide à enfiler mon collant long, bien senti sur ce coup.

6h KM0

Au départ ils sont nombreux en court, il pleut encore et toujours, on sort du tivoli seulement 3 min avant le départ seulement. Et c’est parti pour 130 km, enfin, on y croyait…

 

On quitte le bitume et ça monte tranquille on court doucement, la pente devient plus raide et arrivés en haut, les rafales de vents sont impressionnantes, mes p’tits 62kg font des écarts, et la pluie fouette, on court assez vite histoire de pas trainer ici, vivement cet apres midi hein ?! La descente dans les « S » se fait du coté plus abrité, c’est boueux mais pas trop, les appuis sont bons. On traverse la départementale, et on remonte, la pluie est toujours présente.

KM 19 GAZTIGARLEPOA (euh sur le coup merci de ne pas m’en vouloir pour l’orthographe peut être écorché des noms…)  2h56 (prévu 3h15) 128è

Un poil en avance, mais tout va bien alors je ne m’attarde pas au ravitaillement, juste le temps de remettre un peu d’eau, dans les gourdes.

Allé, on attaque la cheminée, bien pentue, elle ma rappelle la montée du piquet sur l’Utpma, mais en plus long, ça parle pas bcp, tout le monde est concentré, en haut le vent et la pluie continuent leur travail de sape.

Ensuite, une accalmie, une vraie, un rayon de soleil, j’hésite à enlever ma goretex, du coup je la garde, mais ouverte, bien vu… ça dure pas…. Même si c’est quand même plus calme, il mouillotte jusqu’à Ispeguy.

KM 30 ISPEGUY 5h21 (prévu 5h30) 137è je perds des places, mais je suis habitué, en général je finis mieux mes courses et remonte sur la seconde partie.

Le moral est bon, tout va bien, cette montée vers l’Autza  je la connais, je l’ai faite l’année dernière (tient c’était déjà dans le brouillard en 2014), elle est bien  pentue  dès la partie pleine de racines, la sortie du sous bois est sévère, fait froid, du vent, on voit pas grand-chose, au sommet un bénévole, bravo à lui, fallait tenir la haut. Et dans la descente un vrai coup de froid pour moi, je passe près de l’hypothermie, les mains sont gelées, mon buff est remonté au dessus du nez, ma casquette et ma capuche ont du mal à rester en place, je m’arrête qq instants, pour boire et grignotter dans la descente, technique avec ces pierres mouillées.

J’ai bien des gants, mais ils ne sont pas étanches, ça ne sert à rien à mon avis, une fois trempés, ils ne seront d’aucune utilité.  (les  gants étanches sont bien au chaud dans mon sac de vie, pour la nuit (sic).  Mon genou droit donne une première alerte, allé, c’est pas bon signe ça. La seconde partie de la descente vers les Aldudes va se faire tranquillement, histoire de ne pas trop insister sur ma jambe droite.

KM 44 ALDUDES 8h35 …à la sortie (prévu 8h45) 147è quel métronome.

Je me fais strapper le genou, change de chaussettes et remet de la crème sur mes pieds.

La soupe fait du bien après le coup de froid de l’Autza.  Je sors quand même mes gants en partants. Qq km de bitume, au train, il pleut ! (ça change !).  La partie en haut,  entre 1000 et 1200m est pénible, on est en plein vent, il pleut toujours, on voit rien de rien, une balise après l’autre, mon genou m’empêche de courir, je serres les dents, rentre les mains dans mes manches, là je me pose vraiment des questions,  je vois d’autres coureurs en short…seulement quelques uns ont un sur-pantalon de pluie, bien vu eux. Je marche. Et compte les kilomètres. Enfin, ça redescend vers Urkiaga.

KM 59 URKIAGA 11h49 (prévu 12h) 163è

Le ravitaillement est abrité, mon verre de soupe tremble….. ah non ce sont mes mains….

2 fourgonnettes juste à coté : des abandons, un instant j’y ai pensé, mais la famille m’attend à Urepel, mon genou me laisse peu d’espoir de continuer ensuite, mais je fais l’effort de poursuivre , encore…. La partie haute du col a été schuntée, la distance est la même a priori, on monte un peu, puis une longue descente, ça rigole pas, ça glisse de partout, les sentes de brebis en devers, ça use, ça use… 1. 2. 3 gamelles, pratiquement tout le monde y passe. Comme je suis très prudent en descente, je monte assez bien, et récupère pas mal de monde dans la seconde partie. Je me force enfin à courir dans le sentier moins pentu qui arrive sur Urepel. Le moral est bon, trempé, mais bon ;o) Je retrouve la famille.

KM 72 UREPEL entrée 20h40 (prévu 21h30) 131è

Je pensais bien avoir repris pas mal de monde sur cette partie, hormis le genou qui fait des siennes, ça va. Je me change, mange un peu, et décide d’arrêter ici, sous le regard rassuré de mon épouse. Nous partons pour un Trek au Sri Lanka en famille en sac à dos dans 10 jours, ce serait bien de pouvoir marcher (hum hum) . Je rends mon dossard à 21h27. Enfin ma puce, le dossard est en lambeaux depuis le 20è km.

Alors le bilan, c’est une course difficile, une vraie course de montagne, comme je les aime, malgré ma faible expérience. Je suis fan de ce genre de parcours, très vert, boisé, je préfère largement aux parcours très pierreux du GRP par exemple.

Les bénévoles sont très sympas, aux p’tits soins, encore bravo à ceux qui étaient sur les hauteurs, ça a pas du être facile. Après je trouve quand même que des mesures auraient pu être prises en amont, on est pas des experts en météorologie, mais la prévenance aurait du être de mise. On ne voyait déjà plus grand-chose à 18/19h en haut, alors à 22h…. Enfin bon, tout le monde a été retrouvé.

Pour ma part, mon 1er vrai protocole en terme d’alimentation et d’hydratation est réussi, j’ai enfin, je pense, trouvé mon plan adapté, aucune douleur gastrique, pas de problème d’hydratation, ni de saturation, nickel ! 

Et puis, le Rdv est pris, l’année prochaine je reviens  sur ce parcours, non mais…. Et si vous pouviez mettre quelques degrés de +, enfin bon…..

Allé, j’ai piscine, et après on m’attend avec  l’Ossau Iraty, m’en voulez pas… :o)

 

PS : aucune photo pour ma part, d’habitude j’en mets mais la, y’avait pas matière. Sorry.

1 commentaire

Commentaire de laulau posté le 21-05-2015 à 17:20:04

Les conditions de l'an dernier étaient déjà difficiles mais quand même plus simples et moins dangereuses que cette année. Dommage pour toi mais ce parcours vaut vraiment le coup d'être fait par météo correcte ! bonne suite de saison !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran