Récit de la course : Marathon Arles Les Alpilles 2015, par Runforfun

L'auteur : Runforfun

La course : Marathon Arles Les Alpilles

Date : 26/4/2015

Lieu : Arles (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 511 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pour la lutte contre le cancer

salut à toutes et tous

1 mois 1/2 après le marathon de Marseille, et ma déconvenue physique (genou en vrac au 32e), je décide donc de m'inscrire au marathon d'Arles les Alpilles, un peu revanchard car si je n'avais pas eu ce pépin physique je passais sous les 4h.

Me voila donc dimanche 26 su le parking de l'hôpital d'Arles. Aujourd'hui on court pour la bonne cause: la lutte contre la cancer, alors on va au boouutt !!

Le speaker annonce le temps de référence de l'année dernière: 2h33 !! Aïe ça s'annonce dur. Ma stratégie de départ étant de gérer au maximum et de ne pas m'emballer.

8h00 ( a peu près): ça y est c'est partit. Il ne fait pas trop chaud, il y a un peu de vent, les conditions sont plutôt bonnes. Départ un  peu brouillon, la route est étroite, du coup difficile de trouver un rythme et être à son aise. On sort de l'hôpital, ça y est la route s'élargie, tout le monde prend son rythme. Je me retrouve derrière un trio de tshirt rose qui avance doucement mais sûrement (on se retrouvera plus tard). Je les double tranquillement. Je ne me prends pas la tête, je cours tranquillement, je double, me fais doubler... rien ne me perturbe.

2e km: je transpire déjà énormément c'est bizarre, et d'un coup douleur au genou gauche (comme à Marseille). Ah non pas maintenant, sinon je ne finirai pas c'est certain. Après quelques foulées la douleur disparaît. Bon on verra bien. Je me retrouve à côté d'une dame avec un tshirt rose floqué de "40 ans au service de l'hôpital" (enfin je crois). On fait un bon bout de chemin ensemble puis je la perd. Le parcours est sympatoche et varié, je déroule tranquillement. Je suis vraiment bien. 

10e km: mon chrono affiche 00h59 min. Suis plutôt content, parce que je ne suis pas essoufflé, je ne suis pas fatigué, je n'ai pas mal, bref ça roule. Mais je ne m'emballe pas, il reste 32 kms à faire !!! Je me retrouve derrière 2 runneuses du Fos Olympique. On a le même rythme, du coup je me cale derrière. La 1ère s'arrêtera pour resserrer ses chaussures, du coup je la perd. Je continue derrière la deuxième (débardeur jaune, tshirt blanc, écouteurs bleus, asics blanches et rose: si elle se reconnait,merci pour ce bon bout de chemin ensemble). Sa foulée paraît facile, elle gère bien, on a le même rythme. On court ensemble pendant un bon moment. Puis elle s'arêtera pour s'éponger, je ne le reverrai pas.

Je continue tranquillement, avec ce sentiment d'être hyper régulier et surtout de ne pas taper dans les réserves.

D'un coup petite montée courte mais sèche: juste assez pour faire grimper le cardio et faire durcir les cuisses d'un coup. Je régule ça redescend et retour sur le bitume. J'en profite pour faire redescendre le cardio. pour relâcher un peu. ça roule toujours.

Au bout de le route, un chemin. Un bénévole nous indique qu'il faut prendre à gauche; il doit se tromper parce que c'es un mur qui se dresse devant nous, une montée assez raide. Bon à priori c'est vraiment par là; c'est assez violent pour le cardio et les cuisses.

Arrivé en haut, je me remets tout de suite en route, on ne lâche rien. Nous voilà dans les Alpilles: ça monte, ça descend, c'est caillouteux mais je gère.

20e km: 2h00 au chrono. Je suis agréablement surpris par ma régularité. Je continue sans oublier que je ne suisi qu'à la moitié. J'essaie de maintenir mon rythme. Je suis toujours bien, légèrement essoufflé mais rien de bien important. 

Je lâche un peu les chevaux dans un petite descente, le public est là c'est agréable. Je suis vraiment content de ma course. Il commence à faire chaud, je transpire toujours autant mais ça va.

Dernière petite montée et descente et retour sur la route. Le soleil est là, le public aussi. On court au milieu de la circulation, c'est un peu moins rigolo.

30e km: je regarde ma montre; 3h00min00s. je n'en crois pas mes yeux. je suis vraiment content. Les cuisses sont un peu douloureuses: je commence à sentir les efforts fournis dans les Alpilles.

32e km: pause pipi et étirements. Je repars difficilement, les jambes sont lourdes. ça se complique. Là je commence à lâcher un peu. Les cuisses sont de plus en plus douloureuses. Puisque courrir devient douloureux, marchons un peu. Mais c'est pas la ballade non plus, je marche sur un rythme soutenu.

J'alterne marche et course. On est un peu tous dans la même galère vers le 35e km. Tout le monde alterne, mais tout le monde avance.

Je me fais doubler par le "trio de tshirt rose" (qui n'est plus qu'un duo). Je m'accroche. 

Arles se profil, et donc l'arrivée. On traverse une zone commerciale, triste à mourir vu qu'on est dimanche. On arrive aux abords du stade. je suis toujours derrière une "tshirt rose" (suivie par un suiveur à vélo qui s'en fout un peu de gêner les autres courreurs). On rentre dans le stade, c'est un peu serré niveau place. Le suiveur à vélo reste toujours tranquillement devant moi, avant de se pousser (enfin) quand on arrive sur la piste d'athlé pour un dernier tour de piste.

ça devient douloureux mais j'ai le sourire, j'arrive au bout. Résultat:4h 24 min 10s.

Tres beau parcours, assez physique.

merci encore aux bénévoles.

PS: petit bémol: pensez à interdire les suiveurs à vélo qui doublent, coupent les trajectoires, gênent...

A bientôt les kikous pour de nouvelles aventures 

1 commentaire

Commentaire de CROCS-MAN posté le 28-04-2015 à 18:16:33

Bravo pour ta course, oui ce parcours est surprenant, c'était ma 4eme édition. Bonne récup.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran