Récit de la course : 24 heures de Saint Fons 2015, par zeze

L'auteur : zeze

La course : 24 heures de Saint Fons

Date : 4/4/2015

Lieu : St Fons (Rhône)

Affichage : 673 vues

Distance : 150.197km

Objectif : Terminer

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon premier

Comme pour les anes, j'ai besoin de carotte pour avancer.

Disons que que pour garder l'envie d'aller m'entraîner, j'ai besoin de challenge, d'objectif, de nouveauté.

Le dernier en date : courir un 24 h. C'est cela de cotoyer Eric, Biscotte, Anthony, Lou..et tous les autres qui vous racontent leurs courses lors de nos épopées vers St Etienne lors de la 180, puis de lire leurs CR sur le site internet du LUR. J'ai été contaminé.

Je sens que c'est un truc pour moi. Je cours longtemps, je ne suis pas très fort quand cela monte …les 24 h c'est long et c'est plat.....

Début janvier, après ma coupure annuelle , je récupère un plan d'entrainement sur le net. Cela n'a pas l'air trop compliqué. Il ne faut pas aller trop vite et il n'y a pas beaucoup (assez) de VMA, de seuil. Je n'ai pas envie de perdre ma vitesse de base. Je décide donc de continuer le plan général d'entrainement de AAA lyon, mon club et basculer sur le spécifique 24 h seulement 6 semaines avant le week end de paques.

 Je me rends vite compte que je dois apprendre à courir lentement, je dois aussi travailler le mental, courir sur un tour de 1 km en boucle. Je me fais mon petit circuit au parc tête d'or et c'est parti.

3 semaines avant la course, pour ma dernière sortie longue; il y a le TALC avec mes amis du LUR. Je les accompagne pendant 5 heures sur le circuit de l'UBS, enfin à la bonne vitesse 24 h.

 Et quitte à se lancer , autant rajouter un peu de piment, le record de mon club est de 187km864 détenu par Jean Claude Vieugé un habitué du long, je vais essayer de faire mieux...

 

Le jour J, je déménage mon équipement de coureur et mon garde manger. On ne sait jamais. Sur le parking du stade, je retrouve Eric Bon qui sort ses affaires, je le remercie bruyament de m'avoir embarqué dans cette aventure.

 

Anthony est déjà là. Je découvre l'ambiance de la course, le gymnase où chacun a droit à son petit chez soi matérialisé par une chaise et un matelas de gym. Certains installent leur tente, d'autres gonflent leur matelas pneumatique, étalent leurs affaires..... A entendre Eric saluer à droite ou à gauche, beaucoup se connaissent. Bienvenue dans la famille des circadiens.

Je fais le tour de l'aire de départ arrivée qui sera le point central de la course, un petit coup d'oeil sur le ravito, pas de danger de mourir de faim. Je pose une gourde de boisson énergétique et quelques barres sur une table.

 

L'heure H.


Nous nous élançons avec la course de 6 heures. Je cherche Eric ou Anthony pour me caler sur l'allure des circadiens expérimentés, Jean Phi, lui, est parti pour marcher suite à ses problèmes physiques, il a bien du courage. Julien est là aussi, malgré un entrainement très light. Je salue Croc man et lapinou que je connais virtuellement via Facebook

Côté météo, il y a des nuages. La pluie, sous forme d'averses, est annoncée pour l'après midi. La température est idéale.

Au bout de quelques tours, je trouve que cela va trop vite par rapport à la théorie. Je me rends vite compte que si l'on se croise sur les tours, que l'on s'interpelle, qu'on se salue, s'encourage souvent, c'est bien une course individuelle et qu'il est difficile de rester longtemps en groupe. Chacun a sa vitesse de base, bien sur différente de celle du voisin.

 

Petit point négatif : le panneau n'affiche pas encore les tours mais le temps de course et j'ai du mal à connaître ma vitesse réelle. J'ai pourtant pris mon rythme de croisière et les tours s'enchainent. Vers 15 heures le vent se lève. 2 des lignes droites se font face au vent et sous les raffales, la progression est pénible.

 

Hormi quelques gorgées de ma boisson énergétique, je ne touche pas à mon ravito, il y a largement de quoi s'alimenter aussi bien en salé que sucré. Je fais des pauses prolongées toutes les 3 heures.

 

Dans l'après midi nous sommes rejoints par nos supporters : Je fais la bise à Delphine,



et je salue Xavier qui font partie de mon club. Merci pour votre visite sympa.

Nous faisons quelques tours avec le LUR : Biscotte (191 km en 2014), Arthur. Franck, Laurent, Jano, Alan sont passés aussi faire un petit coucou et nous accompagner; Petit reportage photo et film gopro par Arthur que je suis bien content d'avoir récupérés. 

Le film : https://www.youtube.com/watch?v=AU5keuHU0X0&feature=youtu.be






C'est sympa et cela fait du bien, surtout que côté météo les gouttes font leur apparition et que le vent ne faiblit pas au contraire.

 

Le panneau finit par afficher les classements. Je navigue entre la 16 ème et la 9 ème place en fonction des arrêts ravito, change du maillot, le petit coup de NOK sur les pieds et d'huile de massage à l'arnica sur les cuisses.

 

Les gouttes se sont transformées en pluie, pluie qui va tomber pendant au moins 2 heures vers 19 heures. Avec le vent, cela use l'organisme mais il faut avancer. Mon odlo de pluie est très efficace et je ne suis pas mouillé.

 

Concernant l'allure, je maintiens une cadence correcte entre 9 et 10 km h. La pratique a vite rejoint la théorie. Au bout de quelques heures, il faut alterner marche et course. J'ai essayé le tour complet en marchant (1 km) mais cela me semble long. J'opte plutot pour la sortie de ravito en marchant sur 2-300 m puis je relance. Le problème est que je perds une partie du bénéfice du vent dans le dos dans la plus longue ligne droite du parcours.

 

Le ravito est bien organisé, pratique et complet. On passe commande et son plat est prêt le tour suivant.

Notre petite équipe perd Julien qui abandonne au bout de 75 tours sur blessure et Jean phi jette l'éponge au bout de 90 tours. J'espère qu'il n'a pas aggravé sa blessure. Il a l'intégrale de Riquet en ligne de mire.

 

Dans la soirée, Jean Claude vient m'encourager en courant avec moi. C'est un habitué du long. Je suis à peu près dans les temps pour dépasser les 180 km. Mais battre son record c'est autre chose. Pour l'instant les impressions sont bonnes. Il me souhaite une bonne nuit et passera au matin pour faire quelques tours avec moi.

 

Je passe le 100 ème tour (100 km) en 11 h 40 et je prends une grosse dizaine de minutes pour faire un gros ravito à base de pâtes et me changer.

 

Minuit est passé. Le cœur de la nuit est là. J'avance, j'avance. J'ai parfois des petits coups de moins bien mais cela ne va pas trop mal. Le tableau d'affichage en est témoin. Je m'approche petit à petit de la 3 ème place. Vers 3 h40 je suis sur le podium. Je me vois déjà en haut de l'affiche. Pourtant tour après tour, j'ai de plus en plus de mal à courir contre le vent. Je commence à avoir froid et surtout, je m'endors. Je ne suis plus capable d'avancer droit. Mes yeux se ferment, j'ai froid. Il faut que je m'arrête pour me réchauffer et me réveiller. Vers 4 heures je décide de rentrer dans le gymnase. Je sais que c'est un très mauvais moment à passer. Habituel sur les SaintéLyon, mais la lumière va se rallumer, j'en suis sur... Erreur fatale.

Pourquoi me suis je posé sur le matelas au lieu de m'assoir sur la chaise ? pourquoi ai je mis tant de temps à rajouter une couche de vêtement? , pourquoi me suis je allongé en prenant ma couverture de survie en croyant qu'un petit somme allait me remettre d'aplomb? Je me suis mis à trembler, claquer des dents. La chaleur de la couverture de survie a fait son effet et je me suis endormi. J'ai le souvenir de voir dans mon sommeil le pied d'Anthony, mon voisin de couchette, en ouvrant un œil. Mais je suis bien, j'ai chaud, je dors. Je n'ai pas le souvenir d'avoir aussi bien dormi depuis.......

 

Il fait jour. J'entends le speaker, quelle heure est il ? un coup d'oeil à ma montre. Il est 8 heures et il reste 2 heures de course. Jean Claude doit passer, il ne faut quand même pas qu'il me trouve en train de dormir.....

 

Mécaniquement je renfile mes chaussures, ajoute une couche de vêtement, remet ma ceinture porte dossard, je sors à la lumière. Je bois un café et je reparts. Je ne sais même pas à combien de tours j'ai arrêté la course, j'attends de voir le panneau au prochain passage.

 

Il fait beau mais encore plus froid, le vent est glacial et la température ressentie sous ou proche de zéro. Je ne sens plus mes jambes qui ont cru que c'était fini et qui sont déjà en mode récupération. J'ai une vilaine douleur à l'aine qui m'empêche de lever la jambe gauche. La retraite de St Fons est en marche. Eric et Anthony sont toujours là.. L'expérience a parlé. Clopin clopant j'approche du dernier virage et je vais savoir où j'en suis...... 148 et 16 ème. Vu mon état, je décide d'aller à 150 et d'arrêter. Fidèle à sa promessse Jean Claude arrive, prêt à m'aider sur les derniers tours. Je suis HS. Je fais les 2 tours manquants et je stoppe . A moi le petit déjeuner.

 

Je suis devenu supporter et j'encourage. Pour la première fois, je vais poser mon dossard au sol afin que le juge puisse calculer ma distance exacte parcourue. Premier coup de pistolet, 1 minute après, le second, c'est fini. Verdict 150,197 km et 18/42.. Mention passable.


Avant de partir, je partage mes 3 baujus avec Anthony et mon voisin de stand, il faut démarrer la réhydratation au plus tôt.

 

Et maintenant un petit bilan de ce premier tour d'horloge .....

 

J'ai A – DO - RE, c'est mon truc, j'ai attrapé le virus, je suis contaminé, c'est quand le prochain.

 

Justement, pour le prochain, j'embauche une équipe d'aboyeur(euses)s, de hurleur(euse)s, de fouetteur(euse)s, de botteur(euse)s de cul, mission : m'empêcher de dormir. Salaire : quelques bières Single track ou La Baujue, horaire de nuit non majoré : 3 h – 10 h, envoyer CV et lettre de motivation .

La couverture de survie est bannie de mon équipement 24 h.

J'organise encore mieux mon sac pour ne pas avoir à chercher le vêtement chaud dont j'ai besoin et que je suis pourtant sur d'avoir pris.

 

Et pour revenir à la première phrase de ce compte rendu, comment appelez vous quelqu'un qui parcourt 147 km en 18 heures puis 3 km 197 dans les 6 heures suivantes ? .....un âne, je suis un âne...:) CQFD mais au moins j'ai de la marge de progression.

 

Bon j'attends vos CV pour le prochain.

 

Bernard

 

 

9 commentaires

Commentaire de jano posté le 14-04-2015 à 22:48:56

bravo zeze, pour une 1ère en ayant dormi, c'est quand même pas mal je trouve. surtout que la météo n'a pas été super favorable.
moi, j'aime bien celle-là de photo, la concentration : https://lh6.googleusercontent.com/-oYyFP4wzdnE/VSAketGIgsI/AAAAAAAAB0w/c07BrSzi5fg/w505-h673-no/P1020866.jpg

Commentaire de Mamanpat posté le 15-04-2015 à 06:01:32

Les ânes s'éduquent Zeze ! Tu vas cartonner dans ce monde de la circadie, à n'en point douter !
Bravo pour cette dure première !

Commentaire de Arclusaz posté le 15-04-2015 à 09:50:35

t'avais de la Baujue et t'as rien dit !!!!!!!
je suis effectivement persuadé que c'est un truc pour toi. Mais, c'est normal que ça "rate" un peu la première fois !
tu as de l'avenir sur cette distance.

Commentaire de tidgi posté le 15-04-2015 à 17:59:47

Bienvenue en circadie !
Bravo garçon et rien de tel que l'expérience pour forger l'âme d'un warrior. Good job.

Commentaire de joming posté le 12-05-2015 à 10:27:44

Bravo bernard!

la baujue était merveilleuse, les cajoux allaient très bien avec..!
merci à toi pour ces 2 moments sympas : la lecture de ton CR et la bière partagée

je m'attendais à te voir sur l'ultra des coursières ... next time?!

Commentaire de zeze posté le 12-05-2015 à 21:39:27

Merci pour vos commentaires
je me suis remis mais j'ai quand même bien eu les boules.
Arcluz don't panic je viens avec de la baujue à l'UBS
Joming : les vieux comme moi font attention à la récup et j'attendais le résultat d'une visite médicale pour savoir si je peux toujours courir (c'est ok je n'ai pas de rechute de ma hernie)
RDV samedi à la Sara

Commentaire de Arclusaz posté le 12-05-2015 à 23:29:58

Bon, ben j'amène la tome alors !!!!

Commentaire de zeze posté le 13-05-2015 à 11:21:56

Pour la tome j'ai déjà négocié 2 tomes gratuites à la fromagerie de lescheraines qui sponsorise l'UBS en tome des bauges

Commentaire de Arclusaz posté le 13-05-2015 à 13:40:05

Trop fort Bernard !!!! j'ai tenté la même démarche à la Fromagerie de la Chambotte mais j'ai échoué : j'ai payé ma tome.

Sont sympas à Lescheraines : c'est normal mon papa a tenu la fromagerie (fruitière) pendant plusieurs années...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran