Récit de la course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 80 km 2015, par lapuce92

L'auteur : lapuce92

La course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 80 km

Date : 21/3/2015

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1184 vues

Distance : 80km

Objectif : Terminer

19 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Je commence ce CR alors que les émotions sont encore à fleur de peau, dur de mettre des mots sur ce que j'ai vécu samedi, c'était tellement fort!

Pour mon premier 80kms j'avais choisi l'écotrail de Paris. Le fait que ce soit "à domicile" était rassurant, et comme j'avais fait les 30kms de la même course en 2013, j'étais vraiment en terrain connu. Grosse angoisse malgré tout avant la course : est ce que je serai capable de passer les barrières horaires, et donc de finir la course avant les 13 heures fatidiques? A mon niveau, ça me parait très très juste. Ce n'est pas impossible, mais il ne va pas falloir trainer. Je mise de toutes façons sur une arrivée (si j'arrive!) entre 12h45 et 13h.

Ce samedi matin, le temps est couvert, il ne fait pas chaud, et il y a pas mal de vent. Pas un temps idéal mais au moins on évitera la pluie. Le trajet en voiture avec maman jusqu'à la base de loisirs de Saint Quentin en Yvelines, lieu du départ, se passe sans souci. On a prévu suffisamment d'avance pour ne pas stresser. Au café je retrouve immédiatement Eric et Valérie, et quelques kikourous. Je pose les dernières questions à Eric, il me fait part de ses derniers conseils, puis je retourne au chaud dans la voiture. Je suis désolée, j'ai raté le rassemblement et la photo Kikourou, mais à ce moment là j'avais vraiment besoin d'être au calme, un peu seule. Je me prends une petite collation (riz au lait et banane) et c'est déjà l'heure des derniers préparatifs. Vers 11h45 je retrouve Eric et Valérie dans le sas de départ. On se souhaite bonne course, et c'est déjà parti.

Je sais, tout le monde l'a dit et répété, que les 22 premiers kilomètres sont hyper roulants, et qu'il faut donc partir super prudemment, je pars trop vite. Mais c'est pas ma faute, c'est celle de mes jambes. J'ai beau leur dire de se calmer elles ne veulent rien entendre, sont en pleine forme et décidées à en découdre. OK, ben on lâche les chevaux alors, même pas peur! Mon but : prendre de l'avance autant que possible sur les barrières horaires, et avoir un maximum de trajet avant la tombée de la nuit, où je sais que je serai forcément moins rapide. Les kilomètres défilent très vite, je ne vois pas le temps passer. Ma routine d'alimentation/hydratation est bien réglée: quelques gorgées de ma potion magique tous les 1/4 d'heure et soit un gel, soit 1/2 barre toutes les heures. Sur les dernières heures je remplacerai par une orgie de saucisson et noix de cajou, slurp!! Je commence simplement à cogiter (et à me faire peur, j'avoue!) quand je retrouve Eric et que je le double. Mais qu'est ce qui se passe? "Les filles", je dis à mes jambes "va falloir vous calmer on va se griller là!". Mais rien à faire, elles continuent à n'en faire qu'à leur tête, sur le même rythme. Seul point négatif en ce début de parcours : ma poche à eau fuit, j'ai le dos et les fesses trempés! J'arrive au 1er ravito au km 23 en 2H32 (barrière horaire à 3H30) en 1446ème position. Je refais le plein d'eau, du coup, et maman m'attend à la sortie. Une petite photo, quelques mots échangés et je repars aussi vite. Le prochain point de pointage se situe à Meudon au kilomètre 45.

Il va falloir être patiente, d'autant que c'est là que la majorité du dénivelé sera concentrée. Cela dit le terrain, ultra sec, ne présente pas de grosses difficultés. On est loin de la boue de l'Aymon trail, du trail des brosses ou encore de la Saintélyon! Je gère du mieux que je peux dans les montées avant de relancer sur le plat et dans les descentes. Je cours la grande majorité du temps. J'apprécie vraiment le parcours, les forêts d'Ile de France sont très jolies. Ma poche à eau qui continue à fuir me tape sur le système : le collant est trempé maintenant! On finit par arriver sur mon ancien terrain de jeu meudonais/clamartois, que je retrouve avec émotion. J'arrive au ravitaillement du 45ème en 5h48, je suis 1278ème. En sortant je croise le bagnard, on fait connaissance entre kikourous et on se recroisera souvent sur la fin du parcours. Avant une volée de marches je croise Karine, une copine de Jean François (m...pour ton marathon des sables d'ailleurs Panda!). Une petite photo, un peu de papotage et c'est parti pour quelques marches en apéro de celles qu'on aura à gravir tout à l'heure sur la tour Eiffel. On croise un mec qui fait des abdos sur un banc. Avec le bagnard on trouve qu'il bosse pas beaucoup et on se prive pas de lui dire! LOL Maman me voit arrivée déchainée et je vois bien qu'elle commence à se demander ce que j'ai mis dans mes gâteaux au petit déj ce matin! Tout va bien, j'ai une forme incroyable. Un tour dans l'observatoire, et on repart dans Meudon, où la team de choc et très bien organisée pour les photos, j'ai nommé Anny et Marie-Pierre, nous attendent.

La prochaine barrière est au km 55, à 21h. Je sais que sauf catastrophe j'y arriverai sans soucis. Mais je ne me laisse pas aller pour autant. Mon mantra devient "tant que tu peux courir, cours; tu auras moins de pression quand il fera nuit". Vers 18h30 je décide de passer en mode nuit justement : je sors la frontale, la deuxième montre (ma 220 a une autonomie de 10h) et une paire de gants. OK je suis la seule guedin à me promener avec une frontale alors qu'il fait encore grand jour, mais au moins je n'aurai pas à farfouiller au fond du sac pour la trouver en pleine nuit. Les jambes commencent à faire un peu mal, mais rien de bien terrible. Je me force à me calmer : j'ai peur de la nuit qui arrive,, j'ai peur de rechuter comme à la Saintélyon; J'arrive à Chaville à 7h20, en 1227ème position. Cette fois la nuit est tombée. Je refais le plein d'eau (ben oui, toujours ces problèmes de plomberie). Maman est en bas d'une petite descente à la sortie du ravito, je ne sais pas comment elle fait pour me reconnaitre, mais elle donne de la voix! Dans la forêt une seule obsession : attention à mes appuis, ne pas tomber, ne pas me blesser. Je sais que j'ai un bon petit tapis d'avance sur les prochaines barrières horaires donc dès que j'ai le moindre doute sur le terrain (racines, pierres vicieuses) je ralentis, j'assure. Je suis rassurée en voyant que je ne suis jamais seule bien longtemps, et je finis par apprécier ce petit cocon de nuit, petite luciole parmi les lucioles. Un peu incrédule je commence tout doucement à me projeter sur mon temps d'arrivée. Je me dis qu'en calculant très très large une arrivée à minuit est tout à fait envisageable. Ca me parait déjà énorme, mais je me rends vite compte que je risque d'y être bien avant finalement! Et là une seule pensée "ah merde, mais maman n'aura pas le temps d'aller garer la voiture près de la tour Eiffel et de venir assister à l'arrivée!" Le trail ça vous bousille le neurone quand même!

A l'entrée du parc de Saint Cloud le bagnard, que j'ai retrouvé entre temps, me signale qu'on aperçoit la dame de fer! Enfin! Je pointe au ravito du 67ème à 9h15 (barrière horaire à 23h), en 1176ème position. Une pause pipi (la première. Je vous passe la séquence épilation quand j'ai voulu enlever le collant détrempé par le sirop d'agave!) et surtout soulagement : j'irai au bout! Maman m'attend un peu plus loin. Elle a sympathisé avec une dame qui attend son mari et son fils. On papote un peu toutes les 3, et je repars pour la dernière portion. 13kms, même en comptant 2 heures, ce qui parait énorme, je serai arrivée au pire à 23H30. Je n'y crois pas! On arrive assez rapidement dans l'ile Saint Germain. Le bagnard, encore lui qui trainait dans le coin!, me dit de savourer, ce que je ne me prive pas de faire! A la sortie du parc je respire un grand coup : je sais que les kilomètres qui m'attendent seront probablement les plus difficiles : c'est moche, on est au milieu des voitures, on court sur les trottoirs, il fait froid, le vent souffle de face...et accessoirement je commence à avoir un chouilla mal aux pattes quand même . A l'entrainement j'avais beaucoup travaillé sur la visualisation de ces derniers kilomètres, en sophrologie. Je projette toutes ces images positives et j'avance comme je peux. Ca devient très très dur. C'est très curieux comme sensation ; je suis partagée entre un coup de bambou énorme, je suis au bout du bout de mes forces, et d'un autre côté je suis totalement euphorique, les yeux fixés sur cette dame de fer qui se rapproche de plus en plus. Elle est magnifique. Les sanglots montent. Un escalier, une dernière traversée de rue et je suis dessous. Il est 23 heures pile. Une bénévole me dit "regardez, elle scintille rien que pour vous". Je lève les yeux, c'est vrai! Comme toutes les heures, pendant 10 minutes, elle revêt ses plus beaux habits de lumière, le timing est parfait. Je continue à avancer. Maman m'attend au pied du pilier sud que je vais devoir gravir. Grosse émotion évidemment, on pleure toutes les deux. Je m'engage dans les escaliers, je monte la moitié d'une volée de marche....pour la redescendre aussitôt à toute vitesse"maman!! Mon tee shirt Brinouille!!" "Zut, je l'ai oublié dans la voiture:". Ce sera le seul couac de cette journée merveilleuse. J'aurais bien aimé t'emmener tout la haut petite étoile, passer la ligne avec toi, mais ce n'est pas très grave, tu étais là de toutes façons. Je reprends donc les escaliers. Là aussi j'avais beaucoup visualisé cette arrivée. Ca me semble étrangement facile en fait, comme si ce n'était pas moi qui montait. Un dernier virage à gauche, je foule le tapis rouge et franchis la ligne. 11h07. 29ème sénior femme, 1238ème. J'ai besoin de l'écrire pour réaliser que c'est bien moi qui ai fait ça. C'est tellement surréaliste. Moi qui pensais ne pas franchir les barrières horaires, jamais je n'aurais osé rêver d'un tel chrono!

Je ne m'attarde pas en haut, il fait un froid atroce. Je prends l'ascenseur pour redescendre avec les porteurs de joelette qui ont eu une pêche incroyable toute la journée. Ils sont encore à fond, On pique un fou rire en rentrant dans la cabine de l'ascenseur, tous suants et puants, au milieu des touristes qui redescendent du 2ème étage : "non non n'ayez pas peur messieurs dames, on est pas des voleurs, juste des traileurs!". Je retrouve maman tout de suite en bas. La voiture n'est pas garée loin mais j'ai du mal à marcher, je grelotte, le contre coup sans doute. Je me réchaufferai vite une fois à l'intérieur.

Un énorme merci à maman pour sa présence sans faille toute la journée, ça fait un bien fou sur le parcours! Un aussi grand merci à Eric pour tes plans si agréables à suivre et qui m'emmènent toujours avec le sourire vers l'arche d'arrivée. Merci à toutes et tous pour le soutien et votre amitié (quel suivi live de grand malade vous avez assuré, vous êtes dingues, notamment Patou et Cyrielle, vous êtes totalement barges les filles!!). Enfin merci aux kikous pour les encouragements et les pancartes tout au long du parcours, ça booste terrible!

48 heures après les jambes sont à peine raides, le genou gauche couine un peu, sans plus. Bref, je suis déjà prête à repartir vers de nouvelles aventures et de nouveaux défis. Prochaine course, le 9 mai, le trail des coursières. 42 kms et 2000m D+ avec Séverine et Dorothée. Ca promet encore un chouette weekend!

PS : le reste des photos est ici : https://www.flickr.com/photos/130359123@N07/sets/72157651114186610/

 

Ecotrail de Paris, 80 kilomètres 1500m D+Ecotrail de Paris, 80 kilomètres 1500m D+

 

19 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 24-03-2015 à 07:25:32

J'ai enfin compris pourquoi le Bagnard avait avancé si vite, finalement. On le connaît, le bougre....

Bon, premier Ecotrail en 11h07, normalemnt, je ne voudrais pas te mettre la pression, mais ça fait 2ème Ecotrail en 10h30-10h40 et troisième en 9h-9h15. Il y a des précédents....:-)

Et oui, en plus tu avais visé pile pour arriver quand ça scintille, ça c'est l'apanage des Vrais Pros..:-)

Et la prochaine fois, évidemment, on fait pas sa timide au départ, namého. En plus, les kikous, ils acceptent même les mamans suiveuses sur les photos de départ....

A se (re)voir sur un des trails de printemps du secteur ?

Commentaire de lapuce92 posté le 24-03-2015 à 20:52:06

Eh oui, le bagnard était partout! ;)
Pour les prochains chronos, allez, chiche!
Je n'ai pas encore tout mon programme pour le printemps : déjà sur les coursières, les passerelles de Monteynard et entre les 2 en principe le trail de la vallée des lacs dans les Vosges. Mais pourquoi pas un peu de rab en région parisienne effectivement?

Commentaire de Jean-Phi posté le 24-03-2015 à 08:39:44

Bravo ! Belle 1ère ! C'est très bien géré et il y a du potentiel !
C'est vrai que, quoiqu'on en dise cet ecotrail est un peu à part tout comme la STL en fait.
Présente sur les coursières du lyonnais ? Fais toi connaître, on sera un paquet de kikous à commencer par moi mais sur le 102 en théorie.

Commentaire de lapuce92 posté le 24-03-2015 à 20:52:41

Merci beaucoup! On se voit aux coursières alors, c'est chouette!

Commentaire de Jean-Phi posté le 26-03-2015 à 09:56:12

Avec grand plaisir ! ;-)

Commentaire de jack91290 posté le 24-03-2015 à 10:57:00

Bravo et belle perf pour une première. Ca promet pour la suite.
bonne recup.
jack

Commentaire de lapuce92 posté le 24-03-2015 à 20:53:03

Merci! :)

Commentaire de SophieK posté le 24-03-2015 à 13:56:05

Bravo ! J'en ai les larmes aux yeux.
ça a l'air tellement facile en te lisant ! mais cela cache une super prépa et une super gestion de course.

Commentaire de lapuce92 posté le 24-03-2015 à 20:54:01

En fait samedi, aussi bizarre que ça puisse paraitre, ça m'a réellement paru facile. Bien sur je m'étais bien préparée en amont, mais tout s'est mis en place parfaitement.

Commentaire de Lapins Runners posté le 24-03-2015 à 14:50:22

Un grand bravo pour ta ténacité !! Une maman supportrice, ça n'a pas de prix. Je te souhaite une bonne récup en attendant ton trail :-)

Commentaire de lapuce92 posté le 24-03-2015 à 20:54:57

Merci! J'ai beaucoup aimé le CR de Carole que j'ai dévoré ce matin au petit déj ;) Et c'est vrai que maman est une supportrice au top!

Commentaire de Japhy posté le 24-03-2015 à 18:07:23

Déjà que j'étais assez émue que tu te venges si bien de la STL-pas-de-bol, lorsque tu parles du T-shirt de Sabrina, j'ai aussi eu les larmes aux yeux...Bravo Mia, et en route pour de nouvelles aventures.

Commentaire de lapuce92 posté le 24-03-2015 à 20:56:13

Merci Japhy! Je voulais lui rendre hommage en prenant cette revanche retentissante et en l'emmenant en haut de la dame de fer. Le logo du tee shirt a été fait par une ex CAFeuse, Rohini.

Commentaire de Bérénice posté le 24-03-2015 à 19:27:16

Bravo encore et super pour ton CR ! Tu as super bien géré... Profite pendant quelques jours de ton euphorie avant de penser à la prochaine course !

Commentaire de lapuce92 posté le 24-03-2015 à 20:57:00

Merci! Je profite, je profite! Je suis sur mon petit nuage et il est hors de question que j'en descende de sitôt!

Commentaire de Bert' posté le 25-03-2015 à 08:23:59

Très joli récit !!

Nombreux étaient confiant et espéraient pour toi que ça roule... et tu as fait encore bien mieux :-)

Tu as manifestement plein de capacité et est devenu Grande ! ;-)
(PS : as tu pu voir ton panneau sur l'Ile St Germain ?)

Commentaire de lapuce92 posté le 25-03-2015 à 12:45:30

Merci Bert!! Oui, j'ai vu mon panneau! :) C'était une super initiative, comme tous ceux qui étaient mis un peu tout au long du parcours : qu'est ce que ça fait du bien!

Commentaire de caro.s91 posté le 28-03-2015 à 21:17:21

C'est une superbe perf. je suis très contente de lire ton récit et de voir que tout s'est bien passé pour toi.
Bravo encore, la saison est bien lancée !

Caro

Commentaire de lapuce92 posté le 29-03-2015 à 20:31:09

Merci Caro! :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran