Récit de la course : Paris-Mantes 2006, par bottle

L'auteur : bottle

La course : Paris-Mantes

Date : 29/1/2006

Lieu : Boulogne Billancourt (Hauts-de-Seine)

Affichage : 1621 vues

Distance : 54km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Paris-Mantes est une institution. 71ème édition de cette marche qui rassemble 2000 participants chaque année. C'est une épreuve de 54km pour marcheurs mais il y a toujours quelques coureurs qui viennent sur cette épreuve populaire qui démarre à minuit devant la mairie de Boulogne-Billancourt. L'avantage de cette épreuve est qu'elle ne propose pas de classement, pas de dossard, juste une carte de pointage et un brassard phosphorescent pour être vu dans la nuit. De plus le gymnase d'arrivée à Mantes n'ouvre qu'à 6h00 donc avec un départ à minuit pas besoin de se presser sous peine de poireauter dans le froid à l'arrivée. Une course idéale pour faire une sortie longue et nocturne entre amis avec une organisation rodée et sans faille.
Avant le départ je retrouve les quelques UFO présents (jj, jésus,... ). On choisit de rester derrière pour le départ pour ne pas se retrouver trop rapidement isolés sur le parcours. Je démarre avec jésus sur un rythme de course tranquille qui devraient nous emmener à Mantes vers 6h00 du matin.
La première partie de la course est urbaine. Aprés un premier km plat on traverse la Seine puis on monte droit dans St Cloud avec un passage assez pentu composé de nombreuses marches. Le parcours monte pendant 9 km jusqu'à Rocquencourt. On passe ensuite sous l'A13 pour rejoindre une longue partie en forêt où la température est négative et la visibilité faible. Les lampes frontales sont indispensables. On trouve sur cette partie des ravitaillements "privés", habituels sur cette course, qui sont organisés par les associations et les entreprises participants à la course. Le camion des Emmaüs nous propose une soupe chaude que nous acceptons volontiers. Nous arrivons au niveau du 1er départ intermédiaire et nous rattrapons ceux qui sont partis pour le 38km. Ces départs intermédiaires permettent de retrouver du monde tout au long du parcours. Nous retrouvons la route et les differents villages traversés. A Maule se trouve le principal ravitaillement, le vent souffle de l'Est et il fait vraiment froid sur ce plateau. La soupe du ravito nous réchauffe un peu.
Je sens que mon compagnon de route a des fourmis dans les jambes et qu'il adopterai bien un rythme plus rapide. Je préfère resté sur mon allure et au km 30 je lui dis de partir devant on se retrouvera à l'arrivée. Les concurents sont de plus en plus espacés et je passe plusieurs seuls la nuit sur les routes de campagne. Malgré l'heure avancée on croise quelques voitures. Aux alentours du marathon je suis à quelques dizaines de mètres derrière 2 coureurs et dans un village je les suis sans trop réfléchir. Au bout d'un km on se retrouve au milieu de nulle part en plein champ. Visiblement on s'est perdus. Aprés concertation on décide de couper à travers champ pour rejoindre les lumières d'un village qu'on suppose sur le parcours. Nous sommes dans une petite vallée et le retour sur la route se fait par un chemin trés pentu qui nous cassent un peu. Dans le village la question se pose de savoir si nous avons récupéré le parcours. Heureusement aprés 5mn d'hésitation 2 marcheurs arrivent et nous emboitons leurs pas. Ce sont des marcheurs athlétiques qui avancent entre 9 et 10 km/h. Il faut que l'on se s'accrochent pour rester à leurs cotés.
Les lueurs et la banlieue de Mantes approchent et nous retrouvons un paysage urbain. Nouveau passage sous l'autoroute on longe ensuite la voie ferrée. Un groupe de marcheurs me rattrapent et me laisse sur place. Impossible de les suivre ils vont trop vite. L'arrivée approche une dernière ligne droite avant le gymnase qui sert d'arrivée. Il est 6h15 je suis dans les temps prévu. Je retrouve mon compagnon de route qui est arrivé 5h45 avec d'autres coureurs et qui comme prévu s'est gelé à l'extérieur à attendre l'ouverture du gymnase.
Je récupère un moment et me ravittaille puis direction la gare pour rentrer à la maison. 30mn de trajet je passe à la boulangerie et j'arrive à la maison à 8h pour préparer le petit déjeuner à toute la famille.
Une course sympa et sans pression que je referais surement.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran