Récit de la course : Trail du Veydrac 2015, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Trail du Veydrac

Date : 1/2/2015

Lieu : Villeveyrac (Hérault)

Affichage : 734 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Trail du Veidrac, son totem et son organisation!!!

Ce 1er février avait pourtant bien commencé, avec une glycémie de 1,04g au réveil. L’engagement pour ce 1er Trail du Veydrac-ex-Ronde des Senteurs-à Villeveyrac-à une quinzaine de km de Frontignan-avait été envoyé par la poste, avec chèque et bulletin, mentionnant bien « course des 10km mais en marche nordique chronométrée », comme convenu, en principe, entre l’organisateur et Denis Pfister, le grand leader régional de la marche nordique de compétition, qui « traite » avec les organisateurs, avant la course, pour « greffer » le chrono des marcheurs nordiques sur celui des coureurs.  Les nordiques partent derrière les coureurs, ne gênent personne, arrivent derrière eux (mais pas tous !) et recueillent leur temps après coup. Point de classements, de podiums ou de récompenses mais qu’importe, la marche nordique chronométrée de compétition voudrait exister et Denis fait tout pour ça dans le Languedoc, avec le « Challenge d’oc » qu’il a mis sur pied, avec bon nombre d’épreuves contractuelles donc qui ont connu un certain succès, sur le Gard surtout.

Il y en a qui croisent les doigts avant le départ; Denis Pfister, lui, croise les bâtons!

Avant Montagnac en juin, qui mériterait donc de connaître une marche nordique plus « officielle » que celle de l’an passé, anecdotique, de spectacle, de démonstration, sans chrono et pratiquement  passée inaperçue, il y avait Villeveyrac ce 1er février, avec son 1er Trail du Veydrac, sur 10km, anciennement « Ronde des Senteurs » et il y en aura d'autres, j'espère. Pas la foule des grands jours du passé ce dimanche puisque deux autres épreuves, l’une dans le Gard, à Langlade et l’autre, à Montpellier, les Km de l’ISEM, avaient certainement pris des coureurs. Villeveyrac, c’était plutôt du trail. Un peu de bitume toutefois, mais de la terre, de la boue sur quelques passages, des pierres, sur une montée sérieuse, des bosses,  et du monotrace, un peu acrobatique, avant l’arrivée.

"Le Veidrac" (prononcer Lou Beidrac) est l'animal totémique du village. C'est à la fois un phacochère, un pécari ou un hylochère. Il estr porté par quatre hommes, bien à l'bri à l'intérieur ce dimanche-là!

Le petit-déjeuner avait été aussi optimisé, avec un œuf à la coque. J’avais aussi décidé de marcher avec la pompe à insuline branchée. Pour voir. En prenant le risque de faire descendre la glycémie, mais pour voir le taux à l’arrivée, ce taux étant à chaque fois trop élevé, quand je débranche la pompe. Mais en cas de pépin en course, le sucre de secours était là dans la poche, en plus de celui du ravitaillement à mi-parcours.

Donc , mon arrivée aux inscriptions –dossards se fait « la bouche enfarinée », comme on dit ! Las, je m’aperçois que j’ai un dossard de randonneur, l’expression « marche nordique » ayant prévalu sur le mot « course » sur mon bulletin. Denis, lui, avait bien un dossard coureur (dans les « 500 ») et moi j’étais dans les « 900 ». Longue discussion, recherches, promesses d’arrangement, disparition de la préposée aux dossards… puis plus rien ! Je la retrouve , en la cherchant bien. « Oui, c’est arrangé, vous pouvez y aller…. ». Avec mon N°901 ? « Oui, oui… » Vite je repars à la voiture, garée loin, à l’entrée du village, pour déposer le survêtement et prendre les bâtons et je reviens en courant, pour ne pas rater le départ de 9h. Qui est donc donné aux 164 coureurs dont une petite poignée de marcheurs nordiques, dont quelques-uns jouent le chrono : Denis, bien sûr, un autre concurrent, « recruté » par Denis, qui a réussi à changer son dossard, lui, car il désirait « pousser » son allure, et Pierrot34 ! les autres étaient en principe des randonneurs….

Moins de coureurs que d'habitude. Une seule course au lieu de deux et de la concurrence à Langlade et à Montpellier

Bon, du bitume d’abord. Un peu trop, à mon goût, pour un trail et aussi pour les nordiques, qui n’avaient pas mis leurs embouts pour bitume et attendaient le terrain plus meuble pour leurs pointes. Il est arrivé ce terrain mais plus tard, sur les hauteurs où se détachaient les éoliennes du plateau de la Mourre. Maintenant, quand on court, il y a bien des concurrents tout proches. Mais quand on marche « nordiquement » et que nous sommes peu au départ, on se retrouve vite seul. Denis m’a vite lâché après le départ. Je me suis retrouvé avec une sympathique coureuse, que j’ai côtoyée un bon moment, en lui faisant même, comme j’ai vu Denisle faire une fois, la promotion de la marche nordique. Mais ne voilà-t-il pas que m’est arrivé dessus un (soi-disant) marcheur nordique, pas du tout coordonné avec ses bâtons et à 90% en mini petites foulées, les bâtons effleurant parfois le sol. Non seulement il m’a passé mais est revenu sur Denis, je crois. Lequel, dans sa réaction, n’a pas été dupe de l’allure de ce drôle d’oiseau ! Un autre marcheur-celui qui voulait « se pousser » un peu, m’a aussi passé, mais joliment, à la régulière, lui. J’étais donc « 4è-3è » à 7 ou 8km de l’arrivée. Quand je débouche au bas d’une butte, sur un chemin. A gauche ? A droite ? Allez savoir... Je prends à gauche, quand j’entends un gars derrière moi qui m’appelle. Il avait des bâtons et avit pris à droite. Effectivement, si sur des grandes lignes droites de terre, nous avions de grandes flèches orange tous les 100m, là il y avait une toute petite flèche en forme de point orange, sur une pierre, à droite. Fallait la voir ! Seul, je partais vers l’inconnu…Merci l’ami donc, de m’avoir remis sur le bon chemin. Sauf que l’ami m’a pris toute suite 100m, avec les bâtons sous les aisselles et ….en petites foulées de coureur ! Ben voyons ! Je le suivrai à vue jusqu’à l’arrivée, mais moi, en marchant normalement (je pense!) et lui, en petites foulées, alternant avec de la marche, bizarrement nordique, méridionale plutôt ! Encore une fois, un point orange par-ci, par-là ou un morceau de rubalise dans un buisson au loin comme toute indication de bon parcours, cela ne m’a pas toujours semblé suffisant pour être tout le temps rassuré, avec ce baliusage vraiment aléatoire....

Vincent Diaz, toujours fidèle au micro des courses de la région.

Mais ouf, le village était là, avecle bon Vincent Diaz au micro, pour toujours dire des choses gentilles sur moi. Denis aussi était là, depuis longtemps sûrement et avec l'appareil photo. Pour aussi commenter « les petites foulées »  de certains nordiques mais bon, ça ne porte à aucune conséquence, vu l’anonymat dont nous jouissons encore dans les pelotons aujourd’hui.  Sauf que- et l’histoire n’est pas finie !- ce lundi matin, dans le classement du Trail du Veydrac publié sur « Temps Course », que vois-je ? Denis, classé juste derrière Pierrot34, à 1mn !!!Alors là, il y avait encore comme un souci, propre à cette organisation pour le moins sympa de nous accepter mais peu rigoureuse pour le classement des nordiques, classés comme des coureurs, dans les derniers, bien sûr, sans indication de « marcheur nordique », mais….mal classés, comme Denis, les marcheurs qui ont couru, risquant même de se retrouver devant lui!! Un comble ,qu'il ne risque pas d'apprécier! Plus qu’à rêver d’une vraie épreuve chronométrée, avec des juges aux allures, pour qu’un jour on ose croire que la marche nordique de compétition existe vraiment…. !

Denis Pfister, arrivé bien avant Pierrot34 mais....classé après!!!!

Dernier détail personnel : 2,02g de glycémie. C’était OK pour reprendre le volant-puisque le diabétique n’avait pas sa femme-chauffeur –photographe, ce dimanche et c'est bien moins haut que d’habitude, quand je débranche la pompe . Satisfaction sur ce plan-là et ça surpasse le reste, finalement.

Un dernier détail, avec ce coup de chapeau adressé à M.le maire de Villeveyrac,, Christophe Morgo, grand défenseur de l'environnement du bassin de Thau entre autre, mais surtout,....ancien brillant vainqueur des 100km de Millau, en 2009, après en avoir été 3 fois 2è. J'aurais bien voulu le saluer et le prendre en photo, mais ce sera pour une autre fois, quand l'organisation de la course me rendra ...plus serein!!

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran