Récit de la course : L'Hivernale - 24 km 2015, par Overnight

L'auteur : Overnight

La course : L'Hivernale - 24 km

Date : 25/1/2015

Lieu : St Leger En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 563 vues

Distance : 24km

Matos : Sac Kalenji 9/14l
Cuissard long
T-shirt & coupe vent
Gants, Bonnet, Buff en protège cou
Kapteren neutral xt4

Objectif : Se dépenser

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Compte rendu L'Hivernale trail - 1er acte!

Le trail L'Hivernale

 

Intro :

Pour démarrer 2015, c'est l'heure des premières :

1ère course de l'année, 1ère édition pour cette course, 1ère fois que je cours une course dans le cadre d'un challenge (même si c'est pour le fun) et 1ère fois que je rencontre un groupe de kikous.

 

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la course pour le coup porte bien son nom, car pour une fois depuis le début de l'année, il fait franchement frais pour la région parisienne (un petit -3° affiché à la voiture tout le trajet pour se rendre aux étangs de Hollande).

 

Sur le trajet, le jour se lève doucement alors que je me rapproche des Mesnuls et l'arrivée aux étangs se fait sans problème en suivant simplement la voiture devant moi (bon je fais gaffe quand même, ça serait bien de pas jardiner avant la courseRigolant) et je me gare sans problème sur le parking juste à côté du départ.

 

En sortant et avec la vue sur l'étang, ça me rappelle les foulées moissonnaises courues 1 an en arrière avec un lieu de départ un peu dans le même goût (départ & arrivée au bord de plan d'eau et la forêt derrière en terrain de jeu). La comparaison s'arrête là, car pour le reste ça s'annonce un peu + engagé (près de 11kms de +, un terrain bien moins hospitalier et un peu + de dénivelé même si c'est très raisonnable).

 

Retrait de dossard sur la petite plage dont le sable est dur comme de la pierre avec le gel. J'aperçois quelques bonnets rouges mais ne connaissant personne j'attends l'heure du rdv et en profite pour me préparer dans la voiture. Puis c'est l'heure, point de ralliement kikou rapidement identifié où j'arrive le 1er rapidement suivi de Fa² puis de bubulle... Voir liste exhaustive dans le récit de bubulleClin d'œil... et ensuite retour à la voiture pour retirer les couches superflues et petit échauffement rapide histoire de pas démarrer trop froid avant de rallier le point de départ.

 


 

The Race :

 

Retour sur la plage où tout le monde attend le départ... ça va plus tarder... Bikoon vole vers le point de départ, et tout le monde part se placer. Je décide de me mettre à mon habitude pas trop loin de la ligne en 3ème rangée... et puis paf c'est parti... hein ? J'ai pas entendu de compte à rebours moi...

 

Bon je démarre du coup un peu à contre temps et je remonte déjà pas mal de monde sur la plage avant le 1er virage, et à peine passé, je me retrouve dans le sillage d'un groupe en formation dont 3 filles avec une qui accélère assez nettement et que je suis un peu à distance jusqu'au 1er single. Je suis pas mécontent de ce départ un peu poussif me disant que j'évite potentiellement un bouchon. Un peu de fil indienne jusqu'à revenir sur la route en légère montée qui me permet de reprendre et dépasser la fille qui me servait de lièvre sur ces 1er mètres (à ce moment là je n'avais aucune idée des classements ayant perdu assez vite la tête de visu : en fait c'est la 1ère féminine... en tout cas à ce moment là).... et puis un petit groupe me passe aussi dans cette petite montée ce à quoi je m'attendais un peu!

 

Ensuite commence la partie... chemin... Autour de (enfin... devant et derrière) moi c'est encore bien dense... tout le monde ou presque est en file indienne se suivant tant bien que mal, le regard rivé sur le terrain pour poser correctement le pied et éviter les pièges du sol. Petit à petit, la file indienne se disloque devant... je sens que je force pas mal, mais voilà je suis dans le train. Pas envie d'être celui qui ralenti et pas la force de dépasser donc c'est cadence infernale sur cette portion assez plane mais piégeuse (je vois le 2ème km bipé en 4'39 après un 4'21)... ce petit jeu va durer un moment : les 3ème et 4ème kms sont du même tonneau sous les 4'30 et personne ne semble vouloir rien lâcher...

 

Celui devant moi semble quand même être un peu à bloc et derrière ça pousse. Finalement y en a un qui passe et s'échappe, puis quand le terrain se met à descendre, remonter puis redescendre je fini par passer à mon tour voyant que celui devant moi freine un peu après avoir contrôlé la montre. Ce coin là est un peu + plus sympa : on a un petit passage un peu + tortueux entre les arbustes avant de retomber sur du chemin + large et bien boueux.

Parlons-en de la boue... ça alterne boue durcie par le gel avec certains passages quand même bien humides permettant de bien tremper les pieds. Beaucoup passent sur le côté dès qu'il y a une petite flaque ce que je ne fais pas forcément profitant de ma taille pour enjamber les petits passages compliquées ou alors fonçant droit dedans faisant confiance aux chaussures pour l'adhérence.

Bon, j'en évite quand même pas mal quand je peux car s'agirait pas non plus de trop se cramer à vouloir trop patauger.

 

Je me rends compte qu'il y a plus grand monde devant et plus grand monde derrière en fait. On forme un petit groupe + ou – compact... on alterne parfois un peu les places.

Dans ces coureurs, j'ai l'impression que je suis le + à la peine surtout sur les portions roulantes.

Je remarque un coureur en vert (il me semble + rapide sauf quand ça monte un peu où il temporise), un coureur en noir d'abord devant moi puis derrière, puis devant et finalement derrière, 1 coureur au sac bleu ciel que je dépasse provisoirement et un coureur en rouge et noir que je tente d'accrocher alors qu'on redescend sur Saint Léger.

Dans cette descente sur Saint Léger, je sers les dents... pas à l'aise : le devant de la chaussure doit pas être assez serré et je devine déjà que je vais me récupérer un ongle noir (bah oué vais quand même pas m'arrêter sur un trajet de cette distance pour resserrer Rigolant)... j'essaie juste d'adapter un peu la foulée pour soulager sachant que le dénivelé est quand même pas monstrueux ça devrait passer.

 

Petit tour du plan d'eau avec sol bien gelé : pour dire j'arrive à déraper un peu, on passe un petit pont en bois où je fais gaffe à ne pas donner trop d'impulsion pour ne pas glisser, puis je prend l'option de courir un peu sur le côté dans l'herbe histoire d'amortir un peu plus et de gagner en adhérence.

On retourne dans la forêt, et on récupère un peu de dénivelé et on se fait reprendre de l'arrière... d'ailleurs je me dis qu'on a pas encore marché dans cette affaire et c'est pas cette 1ère côte qui change quelque chose surtout que je me fais dépassé, du coup, j'évite de trop ralentir:).

Bon sur la 2ème bosse je marche 4 pas voyant qu'on avance aussi vite qu'en courantSourire... Et puis, j'ai un peu chaud (si si)... allez zou je retire les gants puis un peu après ça sera le bonnet.

 

Encore 2 petites bosses où finalement les positions se sont un peu échangées mais peu d'évolution. Puis c'est de nouveau roulant et j'ouvre l'oeil car plus personne devant pour ouvrir la voie donc je fais gaffe à bien surveiller le balisage même s'il est vraiment bien fait. Finalement, sans trop de surprise sur la partie roulante, 2 coureurs me repassent que j'arrive à accrocher et on arrive gentiment à la fin de la 1ère boucle.

 

Un petit passage moins technique descendant en arrivant aux étangs qui permet à mes prédécesseurs de relancer un peu + (euh... vais laisser un petit trou parce-que là c'est trop rapide hein!). Sans parler d'une fusée rouge qui revient de l'arrière et que j'essaie même pas d'accrocher. On longe les étangs (c'est + boueux et ça me permet de rester au contact de mes 2 ouvreurs), on passe sur la petite digue, je reperds 2/3m, une petite photo pouce levé, un coup d'oeil derrière pour voir qu'un maillot bleu ciel n'est pas très loin et on attaque la boucle 2 en même temps qu'on tombe sur le ravito. Et là je repense à ces récits de l'Origole qui expliquent que c'est dur mentalement de revenir au point de départ (bon là y a pas de gymnase, de point chaud et on sort pas de la nuit mais d'un coup je me dis que 12kms auraient ptet pas été si mal).

Comme pour chasser toute idée négative de la tête, je zappe le ravito (enfin c'est surtout une habitudeLangue tirée) et attaque directement la boucle 2.

 


 

 

J'en profite comme ça pour repasser devant mes 2 coureurs + ma fusée rouge.

Pas d'arrêt au ravito, mais je lève un peu le pied pour manger une demi barre de pâte de fruit et m'hydrater un peu, ce qui permet à la fusée de rouge de me passer encore + vite et de me mettre très rapidement un bon 50m (d'ailleurs est-ce la même fusée rouge... j'en suis pas si sûr après coup). Derrière je crois en voir revenir 2 alors qu'on reprend un chemin – roulant. J'en profite pour relancer et une personne sur le bord du chemin nous dit 35/36, suivi du gars le + proche de moi qui dit « je vais le bouffer »... Preuve que je suis un peu dans le dur il me faut un moment pour comprendre que 35/36 c'est notre position... Je tourne un peu la tête et mon poursuivant (le bleu ciel) me dit que c'est pas pour moi qu'il dit ça mais pour un copain a lui qu'on aperçoit au loin (bon cela dit, je ne doute guère qu'il me « bouffe » aussi). Je lui dis que je suis assez surpris du classement et que je m'attendais pas vraiment à être à cette place là (je me demande à ce moment d'ailleurs si je ne vais pas payer ensuite... je m'étais promis d'en garder un peu pour la fin de parcours mais là c'est mal partiIncertain).

Bon son copain, il est loin quand même, et on a 2 intercalés (la fusée rouge et un autre un peu plus loin devant) mais on a encore du temps d'ici l'arrivée.

 

Finalement on dirait que mon rythme de relance dans la boue convienne à mon acolyte car il reste sagement derrière alors que le maillot rouge ne s'éloigne plus et que celui devant perd clairement du terrain. C'est plat ou quasi plat et pendant bien 2,5kms, je vais garder ce rythme, décrochant même légèrement par bref moment mon maillot bleu et me rapprochant tout près du maillot rouge tandis que celui qui était devant à céder et que le copain du maillot bleu (aussi en bleu : même club) n'est plus très loin.

Sauf que le chemin se fait plus roulant et là... bah... je ne reprends plus rien voir force un peu pour maintenir la distance. Mon compagnon qui est de nouveau bien calé derrière me dit que son copain fait dans les 3h au marathon et 1h20 au semi... gloups... je comprends mieux pourquoi dans les relances roulantes je souffre autant Sourire (enfin il doit être en reprise son copain ou dans un jour sans parce-que bon on a pas vraiment le même niveau)... On arrive au point de contrôle, 90° à gauche et.... ah oui... c'est vrai que c'est pas tout plat:).

Bon cela dit rien de méchant, ça monte, mais c'est de la route... on revient sur le maillot rouge derrière qui je me cale, qui se rapproche lui-même du maillot bleu qui n'est vraiment plus très très loin (bon la côte ça trompe un peu) et temporise en fait + que nous dans la bosse. Et puis revenu de je sais pas où, voilà qu'un train de 4 coureurs nous reprend (sauf erreur je retrouve les 2 qui étaient juste devant moi avant de stopper au ravito, le maillot vert avec qui j'étais souvent dans la 1ère boucle et qui me semblait aussi assez facile, + un 4ème que je crois avoir doublé un peu après Saint Léger). Bon ça monte vite et je laisse filer et reste avec mon maillot bleu.

Un des 4 part sur le côté faire une pause technique, le maillot vert amorti la fin de côte mais je vois bien qu'il est + facile tout comme le maillot rouge qui repart un peu... et notre maillot bleu cible du jour se retourne en haut de la partie bitumée et relance assez nettement derrière... j'hésite à dire à mon collègue de me passer s'il espère reprendre son copain car je n'y crois plus trop (je vois bien que le haut de la bosse est dur et que je relance avec difficulté).

 

Puis ça descend, ce qui me permet de voir qu'à ce jeu là je suis pas si mal (je reviens de nouveau sur le rouge), par contre toujours pas à l'aise avec cet ongle de malheur, et nouveauté je me sens un peu « cassé » (le dos râle un peu).. et là casaque verte ressurgie de l'arrière en pleine bourre... bon j'ai pas les moyens de faire le fou comme ça alors cette fois je le laisse filer pour de bon:).

On remonte doucement et puis le mur... au début je le vois court mais en fait il doit être 2 fois + long que ce que je pensais au pied et puis là c'est dur : je marche dès le début et j'ai les cuisses qui râlent. Je baisse la tête, je vois que le maillot rouge est + facile mais notre maillot bleu se fait + proche à tel point qu'en haut de la bosse je me demande s'il ne va pas repartir avec nous. Il repart quand j'arrive au sommet alors que je rallonge la foulée avec beaucoup de difficultés... Il a bie,amorti la bosse et redémarre fort..

Bon je fais une croix, sauf défaillances , sur vert/rouge et bleu et je laisse le trou se faire un peu. On redescend, on remonte un peu, on redescend, on remonte... euh bon là, faut que je souffle un coup normalement pour un semi c'est fini làRigolant.

Je m'écarte un peu, comprenant que mon maillot bleu toujours sagement derrière va passer cette fois même si ça semble tardif pour espérer reprendre son copain maintenant qu'il a pris le large. Je lui dis a tout à l'heure (pensant à l'après course) et il me dit qu'il s'emballe peut-être (A 3kms de l'arrivée je me doute que non;)) en même temps qu'il fonce dans la dernière descente.

 

Je relâche un peu (fait mal ce doigt de pied de m....) puis la dernière petite bosse qui me permet de voir, une fois arrivé au sommet, que le suivant en noir entame la montée. Je me dis qu'il serait bon de garder la place, mais le début de la longue ligne droite qui nous ramène au départ est poussive. Devant mon ancien partenaire s'envole assez vite et il y a un beau trou de fait (je devine un peu le maillot rouge au loin et du rose mais je ne suis plus en mesure de bien discerner ce qui se passe). Je me retourne voyant le maillot noir se rapprocher un peu, et petit à petit je vois que les positions de devant changent... un coureur fluet sur le côté à l'air d'aller beaucoup – vite et un gars à perruque rose est en visu. Je reviens assez vite sur le coureur fluet à tel point que je me demande si c'est un gars qui est dans la course. Je me retourne du coup en passant pour vérifier qu'il a bien un dossard... ah bah oui... cela dit je me dis que c'est le 1er que je vois en difficulté ce qui est pas commun en fait en course (d'ailleurs il s'avère que c'est un junior... sûrement la seule course où je finirai devant lui à l'avenir:) ).

Le petit coup d'oeil en arrière me fait dire que le maillot noir ne revient peut-être pas seul (j'en ai aperçu un autre à peu près au même niveau)... le terrain devient un peu + boueux mais je ne ralenti pas, au contraire, j'arrive a retrouver à peu près mon allure.

Devant, je vois que je me rapproche de la perruque rose mais le retour est long et très très progressif (je ne pense pas d'ailleurs pouvoir le reprendre avant l'arrivée)... Encore un coup d'oeil derrière, et je vois qu'il y a bien quelqu'un qui revient, mais j'ai décidé de pas me laisser faire et relance encore un peu surtout au moment du faux plat descendant : du coup je reviens de + en + sur la perruque rose (et string rose aussi par dessus le pantalon lol). Les 500 derniers mètres sont fait à fond et objectif réussi : je reviens et vois que derrière c'est bon... Je décide de dépasser au rythme surtout qu'il a pas l'air d'être dans le délire du sprint;) et je peux relâcher dans l'épingle de l'arrivée très content de cette course.

 

A l'arrivée, je félicite mon maillot bleu qui n'a pas réussi a revenir mais est très content de sa course, file me restaurer au ravito, et apercevant Bikoon lui demande son classement (12ème... pfiu  Sourire) qui discute avec mon maillot noir de la dernière ligne droite me semble-t-il;).

Je ne m'attarde pas : il fait bien froid et à la maison je sais qu'on m'attend pour le repas.

 


 

Bilan : la course m'a vraiment plu. Je ne connaissais pas ce coin et le type de parcours me convient assez bien (distance, type de terrain) ainsi que le temps froid qui me réussi bien mieux que la chaleur. Juste un bémol... a regarder autant le sol, j'ai pas vraiment eu le temps de bien regarder autour de moi :).

Sinon question stat, un petit 24,7kms fait à 178 de cardio : ça réveille:)... Et pour une fois, je me retrouve au niveau du podium V2 ce qui ne m'était jamais arrivé et de loin[Bon bah y a plus qu'à garder le même niveau quelques années hein Rigolant]

 

Rendez-vous au trail du Josas cette fois (encore une première pour moi)... version 35kms ça risque de piquer un peu +, mais ça devrait avancer + tranquille :)

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran