Récit de la course : Les Foulées de la Saint-Nicolas 2014, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Les Foulées de la Saint-Nicolas

Date : 30/11/2014

Lieu : Nancy (Meurthe-et-Moselle)

Affichage : 542 vues

Distance : 10km

Objectif : Se défoncer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

NOSTALGIE

Nostalgie …



Ça fait un bail que je n’avais pas fait un dix bornes sur route. Les Courses de la Saint Nicolas à Nancy étaient un excellente occasion de concilier les plaisirs d’un WE en famille, de retrouver la ville de mes jeunes années, et d’entretenir une belle motivation pour sortir de la couette et aller courir dans la brume et le froid des petits matins de Novembre. 

Comme pour tous les p’tits lorrains, la Saint Nicolas évoque toujours la magie d’une tradition heureuse et chaleureuse. Bien plus que Noël, Saint Nicolas était la fête de fin d’année que nous attendions dans les chaumières … La veille, prés de la cheminée, nous déposions une gamelle d’avoine sensée nourrir l’âne du Saint Patron, qui transportait dans sa hotte cadeaux et friandises destinés aux enfants sages que nous étions (enfin, a peu prés sage). Les garnements quant à eux étaient promis aux foudres du ténébreux Père Fouettard. 

Nancy c’est la Place Stan, la Pépinière, la Place Carnot, l’Excelsior … C’est la ville ou j’ai grandi, ou j’ai connu le collège, le lycée, l’IUT … Des premiers concerts à Poirel, au vieux Parc des Expo ou à Nancy Jazz Pulsations … Ou la joyeuse bande à Platini me faisait vibrer dans les travées bondées du vieux Stade Marcel Picot. 

Avec un départ et une arrivée aux abords de la statue du bon Stanislas et plusieurs boucles tarabiscotées dans le cœur historique de la ville, ce 10 km était un formidable voyage au fond de mon armoire à souvenirs. Plusieurs passages nous amenaient dans les larges allées de la Pépinière, ou gamin j’étais subjugué par la vision des lions, des tigres ou des ours qui y séjournent et envoûtés par les effluves qui émanaient des kiosques des marchands de gaufres. Quelques années plus tard, c’est par là que nous venions courir pendant les heures de gym au lycée, ou jouer à la pétanque pendant les révisions du Bac … 
Un petit coup du cul plus loin, le peloton du jour s’engage sur la longue ligne droite du Cours Léopold, bordant la grande Place Carnot. Autre lieu culte où est implantée tous les ans au mois d’Avril la fameuse foire attractive de Nancy … C’est surtout pour moi le souvenir d’un jeune cycliste de 23 ans arborant le maillot de champion de France, qui a l’occasion de son premier Tour de France endossait le premier maillot jaune d’une longue série. C’est marrant, la veille au soir sous l’édredon, je me délectait justement de la gouaille de notre Blaireau national dans les colonnes du savoureux dernier numéro de Velo Mag dédié à l’anniversaire de ses 60 ans. L’ impayable Hinault y évoque justement ce jour de Juillet 78 ou il avait mis 4 minutes à Zoetemelk à l’issue du contre la montre Metz-Nancy qui se terminait sur la Place Carnot. C’est peu dire que j’étais fan … 

Pour en revenir à notre course du jour, c’est un formidable succès populaire a mettre au crédit de l’ASPTT Nancy puisque tous les records d’affluence ont été battus et que les organisateurs se sont même retrouvés à court de puces pour les inscriptions de dernières minutes. Pourtant les conditions météo étaient hivernales ce dimanche matin, la ville étant prise sous un épais manteau nuageux, avec un petit vent glacial et des températures proche de zéro. Et il fallait vraiment être motivé pour passer la tenue de coureur et les runnings … 

Quant à l’organisation et au déroulement de la course, mon impression est assez mitigé … Avec toutes ces arches disposées aux quatre coins de la Place Stan et les passages dans tous les sens matérialisés par des barrières, sans indications très clair, il n’était finalement pas si simple que cela de trouver le ligne de départ. Refoulé à ma première approche à contre sens, il aura un tour du pâté de maison pour retrouver la meute, bien coincé au cœur du peloton et assez loin de la ligne … 

Ambiance bon enfant comme d’habitude sur ce genre d’événement. S’il est réjouissant de trouver autant de monde pour venir partager un bon moment de sport un Dimanche matin de Novembre, avec une telle affluence, on aurait pu espérer la mise en place de Sas permettant au flot des 4500 participants de s'écouler naturellement en fonction des niveaux et des attentes de chacun. Au lieu de cela, nous avons eu droit a un gros embouteillage et à une énorme bousculade sur les premiers kilomètres. Beaucoup ont essayés de s’en sortir en passant sur les trottoirs. Mais là aussi c’était vraiment dangereux, avec la présence des nombreux spectateurs et les pièges du mobilier urbain. J’ai mis une bonne minute pour passer sous l'arche et pratiquement 5’ pour couvrir le premier kilomètre … Impossible d’espérer un chrono correct dans ces conditions et j’ai renoncé à regarder le chrono par la suite. Ce n’est qu’aux alentours de la mi course que j’ai pu enfin dérouler une foulée “normale“, sans avoir a slalomer à droite ou a gauche.

Dix bornes c’est court et long à la fois … court en comparaison aux distances que je parcours plus régulièrement tout au long de la saison, mais long au regard de l’intensité de l’effort. Et comme sur un ultra, c'est bien le mental qui permet d'aller chercher la sauce pour ne pas lâcher. Mon chrono personnel indique 42’03 lorsque je coupe la ligne d’arrivée. Pourtant le classement officiel affiché dans l’Est Républicain me situe au-delà de 43’ …. 24h plus tard, aucune mise à jour officielle sur le site web de la course. Je ne suis pas obsédé par les classements et les chronos, mais quelle est l’utilité d’affubler les dossards d’une puce s’il n’est pas possible de courir à son rythme et si le temps réel n’est pas pris en compte ??? Même si je suis heureux de m’être défoncé dans les rues de Nancy, je trouve cela un peu décevant pour une organisation d’un tel calibre …

Après avoir récupéré le traditionnel Saint Nicolas en pain d'épice (fabriqué en Alsace !!!), la meute se retrouve sur la Place Carrière pour refaire la course autour des tables de ravitaillement. J'aurais aimé faire durer un peu ces moments toujours agréables, mais la température trop froide m'a contraint à rejoindre la voiture plus vite que prévu … Mais nous avons trouvé tout le réconfort possible et bien plus autour d'un bon repas partagé en famille, avant de reprendre la route pour l'Alsace.

Prochain galop Dimanche prochain, du coté de Buhl, pour la Corrida du Telethon . En version fun cette fois, au lendemain des 24 Heures Telethon CCK …. Avis aux amateurs.

 

 
 
 




















2 commentaires

Commentaire de crocodile posté le 02-12-2014 à 12:18:33

Très sympa ton récit ;-)

Commentaire de poucet posté le 02-12-2014 à 19:58:38

Il y avait aussi des crocodiles à la Pépinière ... mais pas alsacien !!!
En tous cas, tu as déjà un joli programme pour 2015. Super. A un de ces jours sur nos sentiers.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran