Récit de la course : La Corrida de Sassenage 2014, par El Tamanoir

L'auteur : El Tamanoir

La course : La Corrida de Sassenage

Date : 23/11/2014

Lieu : Sassenage (Isère)

Affichage : 503 vues

Distance : 11km

Matos : Mes pompes de trail bleues

Objectif : Se défoncer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Lâcher de taureaux dans Sassenage

Il est sans fin ce mois de Novembre. Je n’ai pas fait de course depuis le Cross du Maïs, soit il y a presque un mois ! Des signes de manque apparaissent progressivement :

Dans la campagne de Brié, les chasseurs s’en donnent à cœur joie. A chaque détonation, je commence à sprinter… Ma femme commence à me regarder d’un air exaspéré…

Quand je dépose les enfants au lycée, je leurs dis « Allez go go go ! Accrochez-vous !».  Ils commencent à me regarder d’un air bizarre…

Au travail, je commence  à chronométrer les réunions , en criant «Yes ! » à chaque fois que le record est battu. Mes collègues commencent à me regardent d’un air soupçonneux…

Dans la queue aux caisses de Carrouf, je me prends à crier « Bouuuuk ! ». Les agents de sécurité me regardent d’un air menaçant…

Bref, il est temps qu’elle arrive cette corrida… La date est marquée depuis longtemps sur le calendrier, et tous les jours je barre une case.

Arrive le vendredi soir, et je me dis qu’il serait quand même temps que je m’inscrive… Et là : Le drame ! Les inscriptions en ligne sont closes, la corrida affiche presque complet, il ne reste plus que quelques dossards qui seront distribués le dimanche sur place à 8H… Coup dur !


Mais rien n’est perdu… Je me fais violence et règle mon réveil sur 7h, oui vous avez bien lu 7H un dimanche matin ! Du presque jamais vu pour un tamanoir. J’enfile ma ration de fourmis et hop direction Sassenage, où j’arrive avant 8H. La Halle Jeannie Longo est déjà en ébullition. Il y a la queue pour récupérer le sésame tant convoité. Petit moment de stress… Ouf ça passe et j’arrive à obtenir dossard et puce ! Première victoire de la journée ! Dix minutes plus tard, c’est fini et de nombreux coureurs ne peuvent plus s’inscrire officiellement.  Je discute avec une bénévole qui me dit que c’est du jamais vu, d’habitude il y a environ 300 coureurs… Il faut croire que je ne suis pas le seul à avoir été en manque !

Les coureurs déjà inscrits arrivent progressivement pour récupérer leur sac, le nombre de bénévoles et de signaleurs est impressionnant.

Arrive l’Ignoble en grande forme, puis le Bouk en moins grande forme (sans doute a-t-il le présentiment qu’aujourd’hui une page va se tourner) mais avec un très joli ensemble (pantalon survêtement bleu marine / pull multicolore) qui met en valeur son attendrissant petit bedon. Fox Trot est descendu du Vercors avec un copain et une bonne crève.  Le clan des vétérans survitaminés est aussi là avec Dédé de Marcieu (V4 maintenant !), Serge Puppet’s toujours aussi souriant, Polo prêt à en découdre et Super Bernard dit The Creq’s pour les intimes.  Sans oublier The Legend : Michel Riondet.
Le groupe des Champagnards est largement représenté.
Albacor reste invisible, certainement en pleine préparation mentale avec Emeraldas à l’arrière de la voiture sur le parking.

Je glane quelques conseils auprès de Fox Trot qui me dit que ça ne sert à rien de partir tranquille, de toute façon on vomit à l’arrivée. Bon OK je note…

C’est parti pour quelques tours de lac en guise d’échauffement, j’ai juste le temps de rejoindre le départ et de me mettre quelques mètres derrière l’arche avant le coup de feu.
Ca part en trombe mais malgré le nombre de coureurs et la route relativement étroite, ça ne bouchonne pas du tout.

On commence par faire une boucle dans le centre ville, je ne vois pas le premier Km passer mais ma montre indique 7:47 au deuxième…. Ouaouh, ça c’est rapide ! De manière surprenante je n’ai pas encore explosé et j’essaie de garder le rythme. On revient vers le gymnase et on s’approche des quais de l’Isère.

Après deux tournants en épingle qui permettent de voir le long fil de coureurs devant et derrière, on longe l’Isère sur une interminable ligne droite qui n’en finit pas tellement elle est longue et qu’on n’en voit pas le bout qui est trop loin là bas. Je commence à taper dans le dur sur le retour entre les kilomètres 7 et 9, où le sentier est malgré tout sympa, avec un peu de boue où mes chaussures de trail se retrouvent dans un environnement connu. Ma moyenne est logiquement repassée à plus de 4 minutes par Km depuis le kilomètre 5, je ne m’attendais pas à tenir aussi longtemps. 

Je recroise le Goéland (recordman du récit le plus court de Kikourou) venu en spectateur, et tape un check en passant.

Sur la fin, je puise dans les réserves pour retrouver de la vitesse et ne pas me faire doubler juste avant la ligne, ça je déteste !

Je passe l'arche en un peu moins de 46 minutes, pas mal ! L’Ignoble est déjà là, tout sourire.

Bernard arrive juste dans ma foulée, comme au Cross du Maïs. Quel champion à 64 ans !

Arrive ensuite la Conserve, qui lève les bras en franchissant la ligne. Ca y est, moment historique, première victoire sur le Bouk, qui aura réussi à retarder l’échéance autant que possible, mais le parcours roulant de la Corrida aura permis à Albacor de porter l’estocade…

                 

                                                             Albacor sonne la révolte !

 

Le buffet est gargantuesque avec sucré, salé, vin chaud revigorant…

Je croise Olivier Soriano, toujours aussi sympa, qui termine en 2ème position (1er V1) et améliore encore ses chronos précédents sur un parcours pourtant favorable aux habitués de la piste… Impressionnant !

Beaucoup de coureurs restent et taillent la bavette. Bref un après-course comme on les aime.

En conclusion, gros succès populaire pour cette Corrida de Sassenage avec une excellente organisation, des bénévoles et signaleurs aux petits oignons, un parcours impeccable, et une très bonne gestion de l’affluence non prévue…  A faire et refaire !

6 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 24-11-2014 à 14:30:55

Mon pauvre Tamanoir, ca y est, tu es un drogué de la course à pied !!!
Par contre arrête de courir aussi vite (en plus avec des chaussures de Trail ???), fais comme moi, grossis et deviens nul !!!

Commentaire de le daim posté le 24-11-2014 à 14:49:22

moi il commence a me faire flipper ce vieux manoir;;;va pas falloir que je me relâche...........

Commentaire de foxtrot posté le 24-11-2014 à 22:03:43

Comme quoi, quand on est en manque de courses, on fait des super chronos
Finalement j'ai pas vomi et la créve est passée avec le vin chaud ... hipss !!!

Commentaire de Albacor38 posté le 25-11-2014 à 08:20:45

Ah je connais ces signes de manque:

- Quand on met le CamelBak pour aller chercher le pain
- Quand on prépare un mix TUC, saucisson, pâtes de fruit pour le repas du soir
- Quand on porte les chaussettes de compression pour aller au boulot
- Quand on fini par trouver que les gels en fait c'est pas si dégueu'

Il est alors grand temps en effet de prendre un dossard

Bravo Tamanoir en tout cas. Tu es le fourmilier le plus rapide de l'histoire de la création ! (14,6 km/h de moyenne !!!)

Commentaire de Jedi posté le 26-11-2014 à 13:00:40

Bravo à toi El Tamanoir. J'ai bien rigolé en lisant ton récit. Je crois que pour l'année prochaine faudra bien pensé à s'inscrire en ligne.

Commentaire de le_kéké posté le 26-11-2014 à 13:39:05

C'est bon tu as eu ta dose de saucisson, espèce de drogué va !!!
En tout cas bravo, tu es trop fort, dès qu'il y a plus de montées ça envoie très très gros. Du beau monde sur cette course en tout cas, bien fait de pas venir j'aurais pris une sacrée rouste.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran