Récit de la course : La Sange Run - 22 km 2014, par JuCB

L'auteur : JuCB

La course : La Sange Run - 22 km

Date : 16/11/2014

Lieu : St Jean D'Arvey (Savoie)

Affichage : 567 vues

Distance : 22km

Objectif : Se défoncer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pour 14 euro, t'as tout ce qu'il faut

Version courte

froid en sortant de la voiture / orga un peu débordée par les inscriptions sur place / rayon de soleil au sommet / à la rue sur le plat et en descente / jolie cartouche dans le final

pour 14 eur : bain de boue pour les pieds avec auto massage, visite des mûres, une bonne mine, ambiance décontractée (pas testé le repas)

Rapport qualité/prix au top, je reviendrai. Je préfère largement payer 14€ sans un lot nazebrock.


Version longue

Sange'Run : 5e et dernier trail de ma 1ère saison, pas trop loin 1h, juste à côté de chez un poto qui me fera faux bond, donc tout seul. 14 euro avec le repas mais je n'en serai pas car on m'attend à la maison... Il a plu toute la semaine : ce sera GRAS.

Arrivée sur place : il pluviote encore. On se gare sur le terrain de foot : 2 gars sympas guident les voitures. Dans le gymnase, il y a foule. Je ne croyais connaître personne mais je vois Marc qui fait la queue. On est juste en dessous de chez lui : il s'inscrit au dernier moment. Une fois le dossard récupéré, commence le dylemne du matin : batons or not batons... On échange avec les voisins de voiture : ce sera baton et sans veste.

Après un petit échauffement, je rejoins le départ. Marc a pu prendre un dossard mais apparemment, ils sont un peu débordés par les inscriptions sur place. Je me suis placé sur la droite pour être à l'intérieur des virages et faire attention avec mes bâtons que j'ai à la main. Tactique du jour : partir à quasi coin pour être dans un bon wagon.

Le départ est donc donné avec un peu de retard (12min) : tant mieux si ça permet à plus de gens de participer et à l'orga de faire un peu de benef.

Ca part très vite, je m'accroche, ça court dans les montées, pas grave, ça ne va pas durer. En fait, si, ça dure. Le temps défile sur la montre et je reste à bloc. Je me sers des batons dans les montées, c'est plus varié que je ne pensais et j'arrive à rester dans ce qui me semble un bon rythme.

Arrive la grosse montée : je remonte 4-5 gars, qui me reprenne sur le plat suivant alors que je me restaure. Je les redouble au ravito. A la sortie du hameau, le tracé longe un immense champ : j'ai au moins 25 gars à vue. La montée se fait sur un bon rythme, les batons aident bien. Après la 2e passerelle, la pente augmente sérieusement, les écarts se creusent. J'ai un gars en bleu en ligne de mire

On croise 2 gars tout équipés (garmin...) qui descendent : ils ne savaient pas qu'il y avait une course... mais nous encouragent.

Enfin, le sommet, ça ressemble au mont Baron : un petit rayon de soleil, la forêt en dessous est superbe. Il me semble que le gars devant (un cycliste vu son maillot) s'arrête même prendre une photo.

Début de descente "technique" puis rapidement facile et très roulant. Je m'accroche au cycliste 20-30 m mais je n'arrive pas à recoller. Jusque là, pas un pied dans une flaque, les orteils au sec, je suis au poil. On arrive sur le 2e ravito : je cours en bord de chemin pour rester bien sec, un pied décroche, je finis à 10 cm des mûres. Très gentil, le gars qui me rattrapait prend soin de s'assurer que je vais bien. Par contre, perdu de vue le cycliste...

2e ravito, on m'annonce 74e, pas de pause. Par contre, je laisse mes batons à Emeline. Ils commencaient à me gaver. Et là, le chemin ressemble furieusement à un ruisseau qui se serait perdu. Fini mes espoirs de garder les pieds au sec et donc je descends à la va-que-je-te-pousse mais j'aperçois mon cycliste en bas pas plus à son aise. Ca motive !

La suite est plus classique : 2 avions noirs qui me déposent puis un rouge et un bleu qui me recollent. Heureusement, ça remonte un peu : je les garde derrière. Par contre, mon cycliste à toujours une belle avance.

Dernière descente en forêt : le rouge vient à hauteur, on échange 3 mots mais j'essaye de rester devant... On arrive en ville, on rattrape des 11kms, les pieds tapent, je ne me retourne pas mais à l'oreille, ils sont là les 2. On traverse la départementale : il manque un bénévole pour arrêter les voitures mais on ne ralentit pas pour autant. C'est le bleu qui me double mais une fois de plus, ça remonte un peu. Ouf! C'est le dernier faux plat : je les dépose, relève la tête et me retrouve sur les talons du cycliste. Je reste collé. Avant le dernier virage, il accèlere, je colle toujours. Dernier virage, une cartouche et bing je le dépose avant l'arrivée. C'est con mais ça m'a fait plaisir.

Mon poto est monté avec ses filles pour venir m'encourager : vraiment sympa ! Marc est juste derrière l'arrivée,  5e en 1h59 : on ne fait pas le même sport.

Perso : 2h31'30 et tout heureux. Pas le temps de rester, on m'attends à la maison...





2 commentaires

Commentaire de flavo posté le 20-11-2014 à 09:49:50

toujours aucun resultats du 11km, super !!!!!

Commentaire de JuCB posté le 24-11-2014 à 20:15:39

Hello Flavo, ils sont disponible sur courzyvite.
J'ai ajouté le fichier pdf
A l'occas, je veux bien un cours d'un kikou sur la transformation des pdf en csv
(pour donner un coup de main sur le traitement des résultats)
Je n'ai pas Excel seulement Open Office...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran