Récit de la course : Trail des Sept Hameaux - 27 km 2014, par ejouvin

L'auteur : ejouvin

La course : Trail des Sept Hameaux - 27 km

Date : 19/10/2014

Lieu : Magny Les Hameaux (Yvelines)

Affichage : 772 vues

Distance : 28km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Et mon coeur fait booooooooom

Week end plutôt calme de prévu, "juste" un petit 27kms avec un D+ surestimé, mais ça je le sais. Cela devrait changer par rapport aux précédents week end, et on ira presque à dire que je vais me reposer.

 

Le matin

Il est donc prévu que je me réveille suffisament tôt pour se faire un repas conséquent. Cependant, étant sorti la veille, l'appétit n'est pas au rendez vous. Donc, on va se contenter d'un petit déjeuné classique, qui risque d'être un peu léger quand même. Mais ce n'est pas grave, ce dimanche est placé sous le signe de plaisir sans prétention aucune.

Durant la semaine, la stratégie a été établie pour partir sur les 5 premiers kilo avec les pulses à 155 et monter de 5 pulses par tranche de 5 kilos. Cependant, la séance du samedi, sous grosse chaleur, va me démonter cette option et je vais la transformer en "comme tu peux"

Il est donc 6h du matin quand je sors mes fesses de dessous la couette. Préparation du sac on ne peut plus rapide, tout juste 5 minutes. Le short est à peine sec de la veille... Ce qu'il y a de bien à cet horaire, c'est que l'on peut découvrir les routes franciliennes sans bouchon...

Une fois sur place, récupération du dossard et préparation. Je retrouve alors les collègues du travail sur la ligne de départ. L'échauffement est franchement rapide et baclé, quelques tours de terrain de foot, nous verrons bien.

Au briefing, la consigne est claire, les difficultés sont sur les 10 premiers et derniers kilos. Ils ont oublié de dire qu'au milieu, c'est cassant...

 

Direction Port-Royal

Le départ donné dans Magny Les Hameaux, cela va partir vite pour moi, trop vite mais je ne le saurai que plus tard. Et puis c'est tout plat pour atteindre une belle descente. Yououuuuuuu, on se laisse aller et on part en surchauffe sans ce rendre en compte.

Cela dit, nous sommes tous vite calmés dans nos ardeurs. A peine 2 kilomètres de réalisés et voici les difficultés qui commencent. Pas loin de 70m D+ à se faire en un petit kilomètre. Cela passe en petit pas, mais bim, le cardio est quasi au max. Il faut déjà faire un choix et je prendrai sûrement le moins bon pour un dimanche tranquille. Aller, on tente le coup.

J'ai rejoins le mulot qui cours franchement vite... Une petite discussion sur ce qui se passe, sur les évènements à venir et une petite descente se présente. Nos foulées vont se séparer à ce moment mais nous ne serons jamais très loin.

Il faudra attendre le 5ème kilomètres pour enfin stabiliser les positions et pourquoi pas entamer une remontée. Pour cela, je "m'interdis" de marcher dans les montées et profites donc du bel enchaînement de montées / descentes pour continuer l'entraînement. Je joue également au yoyo avec un coureur et je me demande comme souvant, qui de nous deux va craquer. Cette fois-ci, cela sera moi...

Port-Royal est en vue, au bout de la route goudronnée où je sens mon pied droti glissé. Je me décide donc à courir sur le bas côté, dans la terre et il y a du mieux.

Arrive la zone de retrouvaille de la patrouille. Je vais alors en profiter pour claquer à la bise à cette charmante demoiselle qui attend sa coéquipière. Il n'en faut pas plus pour faire exploser le cardio une fois de plus.

 

La partie "facile"

Bon, c'est maintenant que l'on se repose qu'ils ont dit au briefing. Mouai, enfin ce n'est pas tout à fait juste. Ok, le début est descendant sans difficultés dans le parc, mais il faut courir et ne rien lacher.

Mais alors après, c'est un single qui n'arrête pas de tourner, de nous faire passer sur des petite bosses cassantes, passage sous arbres. Je suis à la lutte avec des concurrents qui me passent assez facilement dans les montées, mais que je reprends quand cela devient plat. Comme un peu avant, je me demande comment cela se fait que l'on joue au yoyo comme cela.

Résultat, chacun relance en prenant la tête et je serre les dents pour ne pas craquer. Mais le rythme est un poil trop élevé pour ma capacité du jour.

Au ravitaillement, je vais finalement m'arrêter pour boire un verre et prendre des morceaux de bananes. Je rigole en voyant comment je peine à relancer alors que tous ceux qui m'entourent repartent de plus belle. Il me faut être patient, le rythme va revenir.

 

Seconde "difficulté"

Bon là, on est dans la deuxième partie dite difficiles. Et ce n'est pas faux et nous recommençons des montées courtes mais cassantes, d'autant plus que je suis à la limite. Certaines seront terminées en marchant. Je décide donc de débrancher le cerveau et d'essayer de m'accrocherà à ceux qui m'entourent. Un avec qui nous relançions avant, va s'échapper pour n'être jamais rejoins.

Un point d'eau est installé un peu avant le 25kms, à la fin d'une montée. Un petit garçon va gérer cela d'une main de maître. Je lui montre ma gourde décapsulée et il ouvre les robinets. Op, on remplit et cela repart. Quelle belle oraganisation pour ce petit gars.

Il ne reste quasi plus rien à faire, et c'est alors que la boue s'invite. Ca patine, ça patine, mais il est possible de stabiliser les appuis en passant un peu sur le côté.... Sauf qu'il y a aussi des orties qui viennent piquer les tibias.

Arrive enfin la toute dernière montée. Dans mon souvenir, elle n'était pas si compliquée. Mais comme l'on pouvait s'en douter, je n'ai pas une super mémoire et elle est plus compliquée que prévue.  Mais c'est la fin, alors je ne lache rien et je continue de trottiner. Le souffle est court, je suis trempé de sueur.

Délivrance, l'arche d'arrivée est en vue mais pour cela il faut franchir une petite butte. Devant moi, deux concurrents n'arrive pas à la franchir à cause de la terre glissante. Donc, j'essaye d'arriver le plus rapidement possible et je vise l'herbe. Deux petits pas, et c'est franchit, cool.

Pas mécontent d'entendre le bip sous l'arche et direction la bière offerte. En traînant sur l'aire d'arrivée, deux jolies jeunes filles (dont celle qui j'ai bizouté) vont me demander de jouer le taxi pour rejoindre leur voiture à Port-Royal. Bien entendu, je ne me fais pas prier... (Bon OK je triche, je les connais)

11 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 19-10-2014 à 19:00:36

...et t'avais déjà les 06, donc ça compte pas. Pas de bonus de 06 pécho, alors !

Pas si simple que ça, hein, ce p'tit trail ? Y'a pas trop de répit et les petits virons dans la forêt, ça use ça use, et qui c'est qui rame ensuite à la Métantaise ?

Bon, t'as eu de la chance, quoi, 45 kilomètres de plus et t'avais l'avion bubulle qui t'arrivait dessus. Tu as eu chaud, quand même.

Bien content de t'avoir vu, quand même. Rendez-vous en Haute-Loire !

Commentaire de ejouvin posté le 19-10-2014 à 19:21:59

Fait il y a deux ans (sans CR, cela doit bien être le seul) et je n'avais pas ce souvenir.

Et puis, je suis parti en live total, juste pour la déconne. Donc, cardio à fond de chez fond, histoire de rire. Ca pique vraiment.

45 kms ? Hum hum, tu m'as intrigué alors je suis allé voir ta trace pour comparaison. Bon pas simple de comparer les kilos, mais ça va, je suis rassuré :P tu ne remontais pas ah ah.

Bah ça faisait bien longtemps que l'on ne s'était pas vu, il est vrai.

Commentaire de Arcelle posté le 19-10-2014 à 19:40:07

Impressionnant comme tu enchaines les CR, et donc les courses.
Tu écris aussi vite que tu cours, bravo !

Commentaire de ejouvin posté le 19-10-2014 à 19:47:37

Sinon, j'oublie...
Merci, ce fut un beau dimanche matin. Ciel bleu, soleil et boue sur la fin, une vraie patinoire.

Commentaire de st ar posté le 20-10-2014 à 05:42:06

Bravo pour ta course Étienne!
On a du courir très proche l'un de l'autre jusque-là fin car j.étais aussi très longtemps avec les 2 féminines (trop belle) de la patrouille en bleu jusqu'au premier ravito, auquel je ne me suis pas arrêté...au final je suis quelque secondes devant toi, dommage que je ne te connaisse pas , on aurai pu finir ensemble, étais- tu tout en noir ? Si oui, je t'ai doublé sur les derniers petits single sur la fin...??
A la prochaine!

Commentaire de ejouvin posté le 20-10-2014 à 07:24:29

Les féminines, je les ai vu au loin pendant longtemps, surtout durant le parcours dans Port-Royal. Il m'a fallu du temps pour les reprendre, donc tu devais être devant moi toute la course.
Et non, pas en noir pour ma part, et pas mon "tee shit fétiche".

Commentaire de Jean-Phi posté le 20-10-2014 à 10:06:31

il enchaîne Etienne, il enchaîne !! Et se déchaîne au passage. Chouette CR M. Globe runner ;-)

Commentaire de ejouvin posté le 20-10-2014 à 10:09:36

Piou, enchaîner est un bien grand mot. Décrasser serait plus juste, sauf pour les chaussures. Encore une paire qui risque de rejoindre le paradis des runnings.
Et puis, je termine l'année juste en me faisant plaisir, avoir un dossard sur le tee shirt (enfin sur le short cette fois ci) et "rigoler" pendant ces dernières belles matinées de soleil.


C'est surtout la matinée qui était chouette.

Commentaire de celestcyr posté le 30-10-2014 à 21:48:28

La patrouille rose te félicite!! tu as fais une belle course même si tu y es allé juste pour la déconne et...grand merci pour le taxi...on ne se voyait pas trop retourner à Port royal à pied!!! Il nous reste l'origole pour se claquer une autre bise :)

Commentaire de ejouvin posté le 31-10-2014 à 07:19:07

AU contraire, moi je vous voyais bien retourner à pieds en mode récupération justement. Et puis, vous aviez l'air tellement fraiche, que cela ne vous aurait pas fait mal.
Mais bon, comment refuser une telle demande devvant deux si belles femmes ?

La patrouille rose est vraiment la plus belle et au plaisir de claquer la bise début décembre, un cadeau de Noël avant l'heure.

Commentaire de Jam posté le 03-11-2014 à 13:03:56

"Fraîches" tu m'étonnes ! Après qu'elles m'aient dépassé tranquilou, j'ai suivi les Panthères Roses jusqu'au ravito. Pendant que je peinai lamentablement derrière, ces dames tapait la discute comme si de rien n'était. C'est démoralisant :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran