Récit de la course : 10 km de Caluire-et-Cuire 2014, par Cocorosinette

L'auteur : Cocorosinette

La course : 10 km de Caluire-et-Cuire

Date : 19/10/2014

Lieu : Caluire Et Cuire (Rhône)

Affichage : 762 vues

Distance : 10km

Objectif : Battre un record

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une seconde de pur bonheur

Dimanche 5 octobre : 10 km de Lyon

 

Je me présente dans mon sas de départ avec beaucoup d'interrogations.

La préparation a été chaotique. Depuis la STL, les TFL sifflent. En mai, je me fais au foot une entorse à la cheville. Néanmoins, en juillet ça va mieux, je décide de m'inscrire au 10 km de Lyon avec pour objectif de préparer le 10 km de Caluire 15 jours plus tard.

Je pars en vacances chez mes parents, cours et retour des sifflements de TFL. Je décide de profiter des vacances en coupant jusque la mi-août. La reprise est difficile.

Et patatra, un caillou sous le pied dans la Loire et 10 jours plus tard un trou à Cham (juste après l'arrivée d'un pote lors de l'UTMB), cheville de nouveau en vrac. Je recoupe. Le 5 octobre approche est le sentiment d'impuissance prend le pas. Péniblement, je fais un tour correct du parc de la Tête d'or. On est encore loin des 10 km. J'augmente tranquillement la charge. Les sensations reviennent. Et repatratra. Dans une semaine, c'est la course et les TFL ne sifflent plus, ils crient. Les deux séances de kiné dans la semaine ne seront pas inutiles. Et là, il faut remercier grandement mon kiné qui fournit un travail précieux et efficace libérateur pour la course.

A cela, il faut ajouter que je tombe malade 10 jours avant le départ. Le doc m'annonce qu'il va me débarrasser de ça dans deux jours. Un mois plus tard, ce n'est pas fini !!!

 

9h et quelques minutes, c'est parti. Jusqu'au 5ème, ça passe. Les difficultés de respiration laisse poindre un point de côté, mais pour l'instant, ça passe. A la sortie du tunnel de la Croix-Rousse, la petite montée du pont de Lattre de Tassigny me met dans le rouge. La respiration est difficile. Je marche. La tête ne suit plus. Le parcours tout en relances n'aide pas. Je le referai deux fois. Je franchis la ligne en 45 min 30. Finalement, compte tenue des conditions, le chrono n'est pas si mal. Mais je ne décolère pas. J'étais prêt pour 5 km, pas pour 10. J'ai mal géré. Et pourtant, deux heures plus tôt, j'aurais signé des deux moins pour ce chrono. Mais le déroulé me fruste, pour ne pas dire plus. Le lendemain, je suis encore déçu. Et pourtant, il n'y avait pas de quoi.

 

Mercredi 8 octobre : première séance de kiné d'après course

Mon kiné m'a vu près de l'arrivée et a bien vu que ce fut dur dur. Je le remercie pour le travail car je n'ai eu aucune douleur pendant la course. Il me demande si je vais à Caluire et lui réponds que "je n'en sais rien, que cela dépendra de mes poumons et mes sinus… Je déciderai la veillle. Si j'y vais, c'est pour battre mon record. La figuration, c'était dimanche dernier".

 

Plan « Caluire » (pas « Arclusaz », mais pas loin !) :

Le 19, c'est Caluire. Il faut corriger tout ça. J'ai toujours un peu d'appréhension avec mes TFL, je prends la décision d'augmenter la charge en passant chaque sortie à deux tours obligatoires, coûte que coûte, du parc. Ce sera court pour un dix, mais on verra bien. Je regarde le calendrier et les contraintes familiales et professionnelles : j'irai courir jeudi, samedi, dimanche, mardi et jeudi.

 

Sorties 1 à 3 : Je décide de les faire dans le sens inverse à mes habitudes. N'ayant que peu de repères, je me détache du chrono et me concentre sur la course. C'est laborieux, le deuxième tour est difficile. Mon ange-gardien (ou diable, ça dépend du moment où est raconté la scène) m'ordonne de poursuivre jusqu'au bout. Et je finis les deux tours. Deux ou trois semaines avant, je me serais trouvé une excuse pour couper (j'ai mal aux genoux, je ne peux pas respirer, je vieillis, que sais-je encore ?…). Point positif : les temps sont tous autours de 35 minutes 30. Il y a de la constance.

 

Sortie 4 : Je reprends mes habitudes. La foulée est plus longue et le reste plus longtemps. Je suis surpris mais ça fait plaisir. Je boucle le premier tour en 17 minutes. Six minutes plus tard (mon repère VMA), je suis quasiment au même endroit. Je n'ai quasiment rien perdu. Je suis sur un petit nuage, je relance, et finis en 34 min 15… En rentrant, je dis à ma femme : "malade ou pas, dimanche, je vais à Caluire".

Sortie 5 : Bis repetita de la précédente. Ca fait vraiment plaisir.

 

Dimanche 19 octobre : 10 km de Caluire

 

Je pars de chez moi plutôt confiant. Les sensations sont bonnes et quasiment aucune douleur aux TFL. Seul bémol : la distance. Je ne suis pas entraîné pour un 10 km et j'y vais pour battre mon record, à savoir 44 minutes 13 posé ici-même en 2012.

 

9h30 : départ du 5 km. Un pote du foot et un élève à moi y participent. Mon pote finira 4ème à 2 secondes du podium. Quant à mon élève, il bouclera le parcours en un peu plus de 27 minutes (soit une moyenne de 11 km/). A 14 ans, ça me semble pas mal. (à noter que d'après les montres-GPS de quelques personnes, le 5 km mesures 5 km 300 (400, ça dépend des GPS) ).

 

10h30 : départ du 10 km. Ca y est, c'est l'instant de vérité. Le coup de pistolet résonne. On y va. Après quelques slaloms, premier kil en 4 minutes. Je ne m'enflamme pas, il en reste 9 et surtout c'était en descente. J'aborde assez bien la remontée vers la voie verte. Je rate les repères kilométriques 2 et 3. Je passe le 4 en 16 minutes 40.

 

Il fait chaud, je me concentre sur le ravito de la mi-course et rate le 5. Pas assez semble-t-il puisque je me verse le gobelet sur la tête avant de boire une ou deux gorgées (quel idiot je fais !). Je le regrette tout de suite.

 

La remontée vers la voie verte est difficile, je perds de mon influx, au point de rater l'orifice d'une poubelle dans laquelle je voulais jeter mon gobelet. Mais hors de question de craquer comme à Lyon. Je résiste et passe le km 7 en 30 minutes 30. Je suis surpris, comme quoi les sensations peuvent être trompeuses. Le record est encore accessible. Je relance.

 

km 8 : 35 minutes. 4 min 30 le kil, soit 9 les 2. A ce ryhtme, j'ai toujours 13 secondes d'avance sur le record. La tête est contente mais le corps souffre. Je décide de gérer jusqu'aux km 9 pour en garder sous le pied à la fin.

 

Au km 9, 39 min 40, plus que 3 secondes. C'est tendu. Je prends le train d'un participant qui me double, la foulée s'allonge jusqu'à la montée vers le stade. Petit ralentissement. J'entends quelqu'un dire « plus que 400 m ». Donc plus que 100 m avant la piste. La montée passe, j'aborde la piste. J'allonge la foulée et commence mon sprint dans le dernier virage. Je double une dizaine de participants, il y en a même un qui a eu la gentillesse (il n'a pas dû le faire exprès) de m'ouvrir l'intérieur. Dernière ligne droite à fond, j'arrête mon chrono sur la ligne : 44 minutes 12. Record battu. Ouais !

Evaporée la frustation lyonnaise, effacé l'affront du running Lyon, oubliée la gestion de courses calamiteuse. Je tiens mon record (c'est dès lors plus facile d'écrire un récit!!!!). Une seconde, mais quelle seconde ! Du pur bonheur. Comme quoi on fait un beau sport (désolé pour le plagiat) !

 

Finalement, hormis le résultat, je retiens que Lyon fut un mal pour un bien. Je me suis remis en question, j'ai appliqué ce que je dis à mes élèves : «Dans la victoire, on n'apprend pas grand-chose, c'est dans la défaite qu'on apprend (avec pour exemple France 98-2000 puis 2002». Pour avoir une course plus régulière, il m'aura manqué du foncier, une petite semaine ou un hiver et un printemps.

 

Pour ce mois d'octobre, il me reste un dernier challenge. Mais ça, c'est une autre histoire.

7 commentaires

Commentaire de franck de Brignais posté le 19-10-2014 à 18:09:38

Félicitations pour ce nouveau record ! Quelle perf' et avec une chaleur importante en plus !... Bravo encore !

Commentaire de christ-off posté le 19-10-2014 à 18:53:52

Bravo à toi pour ce record ,maintenant faut descendre sous les 44minutes.

Commentaire de TomTrailRunner posté le 19-10-2014 à 19:09:29

Une progression à la bubka ;))))

Commentaire de Cocorosinette posté le 19-10-2014 à 19:55:24

Effectivement :-)
Mais si je veux faire plaisir à Christ-Off, à raison d'une seconde tous les 2 ans, la barre des 44 minutes sera atteinte quand je serai V3 :-(

Commentaire de Arclusaz posté le 19-10-2014 à 22:31:13

Comme elle peut paraître futile cette seconde ! mais comme elle est importante ! Elle te sauve ta course et ton début d'automne sportif. Pour ton objectif secret (pas si secret !), fais juste gaffe dans les descentes très piégeuses : tu as une petite fragilité, faudrait pas tout casser. C'est à la fin que tout se joue et que ton "plan" 10 km va te servir ....

Pas de copyright, pour le "on fait un beau sport", alors profite, c'est gratuit...pour le moment !

Commentaire de Cocorosinette posté le 19-10-2014 à 22:36:36

Elle ne sauve pas que l'automne, elle sauve 2014, annus horibilis.

Mon dernier objectif est sur du tout plat, donc tu te trompes ;-p

Commentaire de Gibus posté le 25-10-2014 à 20:24:55

Bravo car ce n'était pas évident avec la chaleur et ces fameuses deux bosses.
Bonne récup.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran