Récit de la course : Cross des Châtaignes - 15 km 2014, par El Tamanoir

L'auteur : El Tamanoir

La course : Cross des Châtaignes - 15 km

Date : 12/10/2014

Lieu : Bresson (Isère)

Affichage : 862 vues

Distance : 15km

Matos : Les jolies chaussures jaunes que Brice m'a gentiment prêté

Objectif : Se défoncer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Duels au soleil de Bresson

7H35 ce dimanche 12 Octobre : Je pointe mon nez à la fenêtre, belle matinée en perspective !


Ca c'est une matinée pour la chasse au saucisson...

Covoiturage avec Rémy et Philippe de Brié, on pense être en avance mais le parking est déjà presque plein pour cette 37ème édition du Cross des Chataignes !

Avant le départ, je croise Brice qui me propose d'échanger mes vieilles sandales usées à semelle lisse contre de magnifiques Mizuno. Ni une ni deux, j'enfile ces spécimen pour aller m'échauffer.

Après avoir rencontré Albacor et Emeraldas sur le parking, je croise le Bouk et on trottine ensemble. On tombe sur le Kéké toujours en jaune, tous les protagonistes sont présents (en plus de 285 autres sur le grand parcours et 228 sur le petit, carton plein à Bresson ! ).

La tension est palpable entre Albacor et le Bouk, qui se sont donnés rendez-vous pour l'heure de vérité après plusieurs mois de chambrages, blessures, intox, changement de dossard à la dernière minute à Innovallée, performances et contre-performances... Bref une centaine de coureurs  on fait le déplacement rien que pour assister à ce duel aux premières loges.

Malheureusement, je le manquerai de bout en bout, ayant moi-même à lutter contre un terrible adversaire...
L'heure approche, tout le monde se positionne, j'essaie de me mettre pas trop loin de la ligne (en fait les premiers sont même 3m devant). Petit topo de David et c'est parti !

Ca part en trombe, j'essaie de trouver un rythme en laissant les premiers partir loin devant. Première montée, et je sens une main aux fesses... Non ce n'est pas Karine (cf. le récit du Bouk), c'est le Kéké ! Passée la déception, je m'accroche à ses basques et ça remonte le long du parc de la mairie.

Dans la descente vers la Frange Verte, je repasse devant et essaie de maintenir un rythme sur le plat. Arrivé au coup de cul avant le cimetière, j'entends "Marcher c'est mourir" et le Kéké repasse devant en trottinant.  On arrive à la grande montée, et j'essaie de limiter les dégâts, mais le Kéké gratte des places. J'ai beau lui lancer un "J'arrive !" dans un virage en épingle sur le haut de la forêt, je sens que ce ne sera pas facile...

Je réduis un peu l'écart sur le sentier qui rejoint la Tour Hertzienne, puis on plonge dans la descente. La boue oblige à rester prudent mais je remonte progressivement et rejoint enfin l'animal sur le bas de la descente... Sans doute trop tard, car il me suit tel un prédateur, et repasse dans la montée du golf... Heureusement, un petit replat me permet d'accélérer et je reprends les commandes, mais pas pour longtemps... Le tee-shirt jaune me repasse, je le redouble, et on plonge dans la gorge avant la dernière grosse montée, ou le Kéké me reprend naturellement.

Là je me dis que j'ai encore au moins 3 Km pour repasser devant, et que ça devrait le faire, mais le Kéké l'a aussi compris et il accélère le bougre ! Non seulement je ne le rattrape pas dans la descente raide, mais il prend de l'avance avant de rejoindre la route du Golf pour la dernière montée.

Je m'accroche comme je peux, quand je vois le coureur devant moi se frotter les cheveux en sautillant bizarrement.... Je me demande ce qui lui arrive quand je me fais à mon tour piquer par un frelon sur le crâne...  Ca réveille et ça motive, mais pas assez pour rattraper mon retard, même dans la descente... Sur les 500 derniers mètres, je sens  le Kéké faiblir mais les dés sont jetés et j'arrive 11 secondes derrière,  exactement comme à Crolles !

Bilan de la course :

- 59 mains aux fesses (record battu sur la distance), mon short en est presque usé...

- Un suspense à couper au couteau, j'y ai cru un moment mais la hiérarchie (actuelle) de la Saucissons' Cup a été respectée

- 3 minutes de moins que mon meilleur temps sur le parcours, ça c'est bon...

- Bien convaincu par les Mizuno avec une très bonne accroche, je retrournerai voir Brice tantôt...

- Un après course bien sympa  avec pizza, flammenkueche et bière offertes, confirmant la convivialité historique du Cross des Chataignes.

 

 Ou est Charlie ?


Je retrouve dans la foule le Bouk qui m'annonce le verdict final :


Toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé ...


Albacor, Courage Compagnon, je le sens, notre jour est proche !


4 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 12-10-2014 à 19:39:12

Non mais quel duel !!!
Si c'était pas saucissonesque ça !!!
Vivement que vous fassiez comme le Bouk en devenant moins bon pour qu'avec Albacor (qui va se remettre de cette photo ignoble) on se fasse un duel à 4 !!!

Commentaire de Albacor38 posté le 12-10-2014 à 22:27:49

Gros succès cette année du Cross des Chataîgnes mais à lire des récits aussi palpitants et drôle je pense qu'on va doubler la fréquentation pour l'année prochaine.

On ne le dira jamais assez la course à pieds c'est pas que du sport c'est aussi de grands moments de rigolade et de partage.

Vive la CaP

PS: C'est moi où il a choppé la grosse tête le Bouk ?

Commentaire de le_kéké posté le 13-10-2014 à 08:17:38

Quelle bagarre !!!, la plus belle depuis le cross des coteaux d'il y a 3 ans.
J'ai bien cru que j'allais me faire manger tout cru dans la dernière descente mais je remercie la FORCE DU SAUCISSON, elle m'a aidé à faire ces 3 derniers km à bloc. Shoot again young padawan !!!!

Commentaire de lisa38 posté le 14-10-2014 à 09:51:33

1 course, 3 recits, 3 belles perf et plein de frelons, BRAVO à toi aussi

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran