Récit de la course : Championnat de France de Trail - 60 km 2014, par yiogo

L'auteur : yiogo

La course : Championnat de France de Trail - 60 km

Date : 28/9/2014

Lieu : Buis Les Baronnies (Drôme)

Affichage : 282 vues

Distance : 63.55km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le championnat de france, raconté par un amateur ;-)

Bonjour,

Voici un récit de ma dernière course de la saison à l'occasion du championnat de France de trail qui s'est déroulé dimanche dernier à Buis-les-Barronies.

Me voici aligné à 6h30 au départ du trail long - 60 km pour 3 300 D+ - avec 160 autres concurrents venus majoritairement jouer leur place sur cette course qui allait decerner le titre de champion de France dans les différentes catégories d'âge.

Après une minute de silence en hommage à Hervé Gourdel, nous voici lancés dans la nuit à l'assaut des montagnes des baronnies. Le parcours fait une sorte de 8 avec deux boucles, la première de 23 km et 1 300 D+, la seconde de 38 km avec 2 000 D+.

L'organisation a été claire, la première boucle doit s'effectuer en 3h15 maximum, après c'est l'élimination directe. Autant dire que le départ a été fait le couteau entre les dents.

Le gros du peloton, compte tenu du niveau des concurrents, part à une vitesse folle ce qui laisse assez rapidement beaucoup d'espaces entre les coureurs.
Aucun ralentissement ni bouchons, même dans les monotraces les plus escarpés, les premières côtes se gravissent à la seule lumière de la frontale, sous l'oeil intrigué de quelques bouquetins perchés en haut du Saint-Julien.

Arrivé au sommet de la première boucle, le soleil se lève sur le mont Ventoux et joue de toutes ses couleurs avec les montagnes qui nous entourent. Un spectacle qui vaut à lui seul tout l'entraînement nécessaire pour participer à ce type d'épreuve ...

La descente, piégeuse par endroits, vers Buis-les-Baronnies se fait rapidement et me permet de faire la première boucle en 02h57, me donnant l'accès au reste du parcours.
Merci à Delphine, équipière de choc, qui me ravitaillera - j'étais parti avec le strict minimum - dans ce passage afin de disposer de suffisamment de vivres pour terminer.

La seconde boucle débute par une montée sèche de 8km qui me prendra 1h15, les bâtons seront les bienvenus, je sentirai d'ailleurs autant de courbatures dans les bras que dans les jambes le lendemain ;-).

Le soleil commence à réchauffer plus que souhaité, affichant une température de 26-28°C qui ne nous quittera pas pour le reste de la course.

Le point culminant - sommet d'une montagne de 1 340 m  - où les troupeaux profitent allègrement d'une herbe abondante et d'un point de vue magnifique sera atteint après 05h40 de course. S'en suivra une descente plutôt engagée - une première pour moi - qui sera négociée avec prudence.
D'un côté la montagne, de l'autre le vide, et devant une forte descente inégale faite de pierres stabilisées ou de cailloux acérés.

J'arrive au dernier ravitaillement en 7h00, soit 1h00 d'avance sur le temps maximum possible pour l'épreuve.

Je reprends toutes les forces nécessaires pour faire le dernier tronçon de 15 km.

A ce moment, la redescente dans la chaleur de la vallée marquera le début des difficultés des jambes à encaisser le terrain. Le départ rapide se fait payer, je ferai les derniers km en mode "je vais jusqu'à l'arbre, ensuite jusque la pierre, et après on verra ", tout en gardant un oeil lointain sur Buis-les-baronnies qui ne se rapproche décidément pas bien vite.   

Une dernière piste, une oliveraie, et je rejoins l'Ouvèze et le macadam de Buis-les-baronnies où l'arrivée est toute proche. Cette toute dernière partie, lisse est plate - ce qui n'est pas arrivé souvent durant la course:-) - me permettra de savourer cette aventure qui prendra fin en 09h31 (pour un temps total maximal de 10h00 admis par l'organisation), pour une distance totale de 63,5 km et un dénivelé de 3 220 D+.

Je ferai une très modeste 140é place sur les 160 arrivants, témoignant ainsi de l'écart de niveau entre l'élite ... et les autres !

Je remercie l'organisation des championnats de France qui a permis d'ouvrir aux amateurs cette course d'un jour, nous n'étions certes pas nombreux, mais quel plaisir !

Merci également à l'asso "Je cours pour le plaisir" que j'ai rejoins en début d'année et qui a contribué à ce que je m'inscrive à ce type d'évènement.


Sébastien

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran