Récit de la course : La Nivolet Classic 2014, par El Tamanoir

L'auteur : El Tamanoir

La course : La Nivolet Classic

Date : 27/9/2014

Lieu : St Alban Leysse (Savoie)

Affichage : 772 vues

Distance : 29km

Matos : Mes Crocs vert fluo

Objectif : Balade

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

A la découverte des Bauges

Cet été indien, ça donne envie de refaire un peu de long en montagne. Enfin, quand je dis long, je me comprends, pour moi c’est autour de la trentaine de Km….

Ca tombe bien, le Trail Nivolet Classic a l’air parfait :

-          L’endroit : A deux pas de Chambéry, bref facilement atteignable le matin depuis Grenoble

-          Le site web et notamment la vidéo font bien envie

-          C’est organisé par les pompiers de Chambéry

 -         29 Km pour 1800 m de dénivelé, c'est juste le bon format, avec un joli profil...

Un profil bien équilibré pour cette cuvée 2014, avec du caractère, de la jambe et de la cuisse !

-          Les Bauges, j’ai envie depuis pas mal de temps d’aller y trainer mes semelles, et peut-être avoir la chance de repérer les traces de quelques animaux locaux tels le Bouk, actuellement dans sa saison nuptiale.

 

Bref, direction St Alban Leysse ce samedi matin avec Olivier, copain skater-skieur-VTTiste qui a envie de se tester sur son premier trail.

 Après avoir visité St Alban Village et Chef Lieu, on arrive à la salle des fêtes, où a lieu le retrait des dossards dans une ambiance calme et conviviale, café et thé permettant de se réchauffer avant que le soleil n’arrive.

Un coup d’œil sur le paysage… Ah oui quand même, il va falloir grimper là haut !



 On peut se faire héliporter ?

 

Les coureurs sont invités à se rassembler dans le sas, à l’entrée duquel on est pointés un par un, ça c’est carré ! Peu de temps après, c’est parti avec la douce mélodie des sirènes de tous les camions de pompier stationnés aux abords. Pas de grasse mat pour les habitants du quartier !

On est partis dans le milieu du peloton à un rythme tranquille, on commence à monter une petite route de montagne, puis ça se transforme en sentier étroit où ça bouchonne, obligeant tout le monde à marcher. On essaie de se frayer un passage mais pas facile, c’est bien du single track !

Au deuxième km ça redescend un peu et j’en profite pour commencer à doubler. Mais ça remonte bien vite, et ça ne s’arrêtera quasiment plus qu’au sommet du Nivolet. Le sentier en forêt est très agréable, d’abord à l’ombre, puis d’un coup s’illuminant quand le soleil commence enfin à percer. Ca grimpe toujours, et puis on sort de la forêt dans les alpages sous le Nivolet. Une barrière en bois fixe ferme le chemin. Ni une ni deux, je passe sous le fil électrique à côté, et me prends une bonne grosse décharge dans le dos à travers le maillot trempé de sueur.

 

                                                  Exemple à ne pas suivre

Ah ça remet les idées en place ! Du coup tous ceux qui me suivent passent à travers la barrière en bois…

Le paysage devient très sympa.

 

Ca commence à chauffer dans la vallée (et sous la casquette aussi)

Puis ça devient de plus en plus raide à travers la prairie, et ça n’est pas sans rappeler les Xpress du Grésivaudan. Olivier en profite pour passer devant, il a vraiment la caisse.

Objectif en vue

 

On se rapproche de la falaise, qu’on grimpe sur les derniers mètres grâce à des barreaux métalliques plantés dans la roche.

 Ca se mérite !

 

Encore quelques centaines de mètres, et on arrive à la croix, entourée de bon nombre de randonneurs venus profiter du paysage.

 

 

Le paysage vu du belvédère

 

Petite photo souvenir, et c’est parti pour la descente en sous-bois.

 

 

Y a pas à dire c'est du massif !

 

Je rattrape à nouveau des coureurs, puis le profil devient plat et ça remonte vers la Feclaz, où se trouve le premier ravitaillement.

Je remplis la poche a eau, prend deux cocas, une orange et c’est reparti…

On rejoint les bois pour terminer la montée, puis on redescend sur un Km avant de gravir un super raidillon embourbé. L’organisation avait montré une photo sur la page facebook…

 


                       
On dirait que ça te gêne de marcher dans la boue...

 

Heureusement les bâtons permettent d’éviter les retours à la case départ, et on rejoint bientôt le deuxième ravitaillement où je ne m’arrête pas, trop envie de découvrir la descente.

Après un début un peu raide et glissant où je me retrouve sur les fesses trois fois, le parcours devient beaucoup plus roulant et c’est un vrai bonheur… 10 Km de descente entre-coupés de petits replats et mamelons, qui nous font rejoindre l'arrivée.

En rejoignant la route à Alban, j’attends un peu Olivier que j'ai rattrapé dans la descente, mais il n’est pas très loin derrière (en fait super perf pour son premier trail) et on termine ensemble en un peu moins de 4H, après avoir accéléré comme des gamins pour éviter de se faire piquer la place par un poursuivant en forme.

Douche puis repas dans la salle des fêtes (diots – polenta, exactement ce qu’il fallait) avant d’acheter une bouteille à François D’Haene, venu faire déguster son vin et partager ses 2 passions avec tous (il a aussi couru une partie du parcours mais je ne l’ai pas vu).

 François d'Haene, Ultra Trailer Vigneron

 

Bref un trail comme on les aime :

-          Un parcours exigeant mais pas trop technique, quasiment que sur du single track, offrant des superbes paysages et la récompense de la montée à la croix.

-          Une super organisation sur tous les aspects : inscriptions, accueil, balisage, signalisation avec des bénévoles sympas tous les kilomètres ou presque

-          Une arrivée et un repas conviviaux avec, cerise sur la gâteau, la présence d’un des meilleurs trailers mondiaux et surement parmi les plus sympathiques.

A faire, refaire et recommander !

8 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 30-09-2014 à 11:01:30

Quel courage mon Tamanoir !!!
Moi je ne fais pas encore du "long" comme toi... :-(
En tout cas un chouette récit, bien illustré, un grand merci pour ce partage !!!

Commentaire de El Tamanoir posté le 30-09-2014 à 22:17:00

Allez allez pas de fausse modestie le Bouk, tu l'aurais fait sans soucis...

Commentaire de Fusalp posté le 30-09-2014 à 11:50:37

Merci pour ce récit et les gentils mots pour l'orga et les bénévoles (moi-même en bénévole ouvreur du 29kms à compléter le balisage!). A la prochaine édition 2015!

Commentaire de El Tamanoir posté le 30-09-2014 à 22:18:17

Merci à toi Fusalp et à tous les bénévoles, on a vraiment ressenti une mobilisation et un élan positif dans tous ceux qui ont participé à l'organisation.

Commentaire de Albacor38 posté le 30-09-2014 à 12:07:26

Punaise il faut être équipé comme pour une via ferrata pour la faire cette course !
Et 29KM avec un baudrier et une corde c'est long !
en tout cas chapeau (et sympa cette image de François d'Haene champion et passionné d'un produit aussi noble que peut l'être le vin).

Commentaire de El Tamanoir posté le 30-09-2014 à 22:19:25

La corde et le baudrier ça allait, mais l'extincteur de 15L obligatoire, ça c'était dur ! :-)

Commentaire de le_kéké posté le 30-09-2014 à 16:11:12

Ca avait l'air sympa, dommage que ce soit à l'étranger

Commentaire de El Tamanoir posté le 30-09-2014 à 22:20:46

Oui heureusement j'avais un passeport valide, et on a eu de la chance notre voiture immatriculée 38 n'a même pas été taggée !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran