Récit de la course : Le Grand Raid des Pyrénées - Le Tour des Cirques 2014, par caro.s91

L'auteur : caro.s91

La course : Le Grand Raid des Pyrénées - Le Tour des Cirques

Date : 22/8/2014

Lieu : Vielle Aure (Hautes-Pyrénées)

Affichage : 2319 vues

Distance : 120km

Matos : New Balance 1210CO taille 44
Dessous Anita
Jupe, tee-shirt, manchettes Raidlight
Chaussettes X-socks et boosters
Veste Salomon
Chevillère Thuasne Ligastrap Malleo taille 2

Objectif : Pas d'objectif

30 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

GRP: Le Tour des Cirques 2014 ... by Caro

 

Retour en arrière en 2011 :

Ma saison 2010 a été exceptionnelle pour ma dernière année en V1 et je pense que 2011 sera excellente pour ma première année de V2. Tout cela c’est sans compter sur une blessure le 2 janvier 2011 avec les amis pour fêter la nouvelle année. Ponpon me ramasse. J’ai mal au genou mais je ne sais pas encore que je viens de débuter une très longue galère. Finalement au lieu de courir le GRP je suis à Vielle-Aure en tant que bénévole au contrôle des sacs, avec mes béquilles, en attente de l’opération de greffe osseuse du genou. Après 8 mois de béquilles, 2 mois alitée, 83 séances de kiné, je remarche puis je roule puis je trottine de temps en temps. Il faudra attendre septembre 2013 pour pouvoir recourir.  En aout 2011 j’avais déclaré à Alain, le responsable des bénévoles du GRP que je reviendrai dans 3 ans pour faire un podium. Il avait souri et j’avais alors ajouté un podium catégorie.

2014 :

La fin 2013 m’avait permis de courir et finir la Saintélyon sans trop de difficultés et je m’inscris au GRP 120km pour les paysages parce que je sais que les cirques sont magnifiques. J’espère que je pourrai en faire l’objectif de la saison.

Travail foncier avec le Raid 28 puis 2 semaines de ski avec le Vulcain entre les 2, puis, sur un coup de tête l’EcoTrail 80.  Coupure repos, puis reprise tranquille en vue de refaire de la vitesse avec les courses vertes de l’Essonne. On rallonge avec le trail d’Angers, puis j’accentue l’entraînement de côtes en RP. La MoinsHard est rajoutée au programme. Je crampe de partout, c’est très inhabituel pour moi, mais ça fait un bel entraînement.

Quelques jours après chute à scooter, ma cheville gauche, bien que protégée par les bottes moto prend mal. Pas de casse osseuse, ni de ligaments touchés. Je réduis donc l’entraînement. J’ai prévu début août d’aller dans les Pyrénées faire de la reco en rando –course. Après 125km et 7200m de D+, en 33h sur 5 jours, je me tords violemment la cheville droite qui gonfle fort. Le diagnostic est sans appel : entorse, mais pas d’arrachement osseux. Je suis résignée à ne pas courir mais je cherche un kiné à Luz. Et le miracle a lieu. Je trouve Yassine, un kiné sympathique et compétent dans le sport. Le courant passe entre nous. Il manipule ma cheville mais c’est aussi du coaching. Test du K-taping en rando avec chevillere. Ça me permet de faire 2 belles sorties avec Mickey49 et mon fils. Le mercredi je revois le kiné. Il me pose un taping et nous partons à Vielle-Aure. Patricia nous rejoindra dans la soirée. Finalement nous avons opté pour un appartement à Bourisp !

Jeudi 21 aout: Préparation du matos, dernières courses et Mickey49 va rejoindre son poste de bénévole sous le chapiteau pour la remise des cadeaux ! De mon côté ce sera papotage à droite et à gauche avec des amis et connaissances et puis avec les Kikouroù près de la banderole.

Le soir pasta party : les pâtes sont mauvaises. Franchement s’il y a un point à changer c’est bien celui-là. Je remange à la maison ! Coucher pas trop tard, mais le sommeil a du mal à venir. A 4h du matin mon fils se lève. Il va rejoindre le départ à pied. Il attaque sa journée de bénévole : il sera de 6h30à 14h à Artigues, puis après avoir fait 3 fois du stop il rejoint Luz et Esquièze où il sera bénévole sur la base vie jusqu’à 7h30 du matin, avant de rentrer avec le bus des abandons du petit matin !!!

Vendredi 22 aout: Lever à 6h45, petit déjeuner copieux avec Patricia et puis Mickey49 va nous amener jusqu’au départ du bus qui va nous mener à Piau. Il ne fait pas chaud et pleuviote. Espoir quand le bus passe au travers des nuages et se retrouve au-dessus de la mer de nuages. Mais il y en a d’autres au-dessus. Avec Sonia et Patricia nous papotons une heure au chaud dans la salle hors sacs. On badge et c’est le dernier briefing. Le risque d’orages et de pluie est confirmé mais cela doit cesser dans l’après-midi avec une belle nuit froide et sèche. Ca ce sont les prévisions.

9h c’est le départ. Première course où les gens ne sont pas entassés. Ca part vite, normal, ça descend. Je suis très prudente, ce qui n’empêche que le premier km sera avalé en 6 min ! Ensuite ça monte et je prends petit à petit mon rythme de marche rapide. Jack a l’air bien affuté et je le laisse partir devant. Je suis dans l’incapacité de le suivre. Avec Will36, nous discutons un peu puis nous nous perdons un peu.

 

L

Les 750m de la montée sont avalés en 1h1 au 5ème km. Puis nous descendons. Grande prudence de ma part en particulier sur le début de la descente.

Je passe au CP1 en 1h25, bien plus vite que mes prévisions. Je suis bien et je discute au gré des partenaires de course du moment, mais je reste à mon rythme à moi. Peu après ca tonne, puis ca commence à pleuvoir un peu. La pluie va s’accentuer franchement dans la montée du col, avec un vent violent. Je pourrais monter plus vite mais je m’astreins à ne pas aller trop vite. Il est midi quand le col est atteint. Le vent est tel que mes lunettes manquent de s’envoler quand je les range. Devant moi, ca descend à toute allure. J’avais prévu de mettre ma chevillere mais il fait si froid que je descends sans elle pour ne pas m’arrêter. Finalement la pente s’adoucit et le vent faiblit. La pluie cesse. Je prends alors un rythme de course plus soutenu et je commence à reprendre des coureurs du côté des granges du Campbielh. Dans la forêt de Gèdre Dessus je suis un coureur qui place très bien ses pieds. Cela sécurise ma descente en  le suivant de près. Arrivée sur le goudron, je suis si bien que je continue à courir, dépassant une fille et Jack et Float 4x4. La piste de luge et c’est le ravito. Je suis contente de manger, de refaire des pleins, mais étant bien humide, je ne m’attarde pas plus que nécessaire.

 

Me voilà donc repartie dans une montée que j’aime bien. On prend 700m de D+ en moins de 3km dans un joli bois de hêtres. Cela passe en une heure et en sortant nous sommes sur le plateau du Coumely où théoriquement j’aurais dû trouver de l’eau à boire mais il y a surtout de la brume qui empêche de voir le cirque de Troumouse. Je fais l’idiote en décrivant le paysage aux coureurs qui sont à côté de moi : Le Gerbats sur la gauche, reconnaissable à son aspect si particulier, le pic de Troumouse et à droite La Munia avec les névés dessous. Cela n’a pas l’air de les amuser alors je les dépasse et je m’en vais vers les Gloriettes. Le cirque d’Estaubé est presque aussi bouché, mais je parviens à apercevoir le port de Pinède quelques instants et même la Munia avant de tourner !

Aux Gloriettes, il y a un changement de parcours. Nous passons le barrage, impossible de voir l’eau et nous contournons par l’Est au lieu du passage habituel par l’Ouest près de la berge en travaux en cette fin août. Un peu plus loin nous retrouvons le parcours normal qui va vers la Hourquette d’Alans. Le début est roulant et j’en profite pour courir ou marcher vite. Je mets à mal pas mal de concurrents, mon rythme est soutenu, même s’il faiblit avec la pente qui devient plus importante. Je passe le col en bon état et je plonge dans le versant Gavarnie. J’aperçois quelques secondes le fond du cirque.

Le début de la descente se court sans problèmes mais pour moi, je préfère assurer. Je n’ai toujours pas ma chevillère au pied et le chemin est encore long. Bref je perds des places comme dans la plupart des descentes ! Petit arrêt soupe aux Espuguettes. Miam, miam, du chaud, ça fait du bien. On continue et quelques virages plus bas, on attaque la descente dans la forêt où je redouble de précautions entre cailloux et racines, il y a vraiment de quoi se faire du mal.

Mais je rejoins rapidement la piste qui va vers l’hôtellerie du fond du cirque. Cela me rappelle quand j’allais là-bas en primaire en sortie d’école !!! Alternance de marche rapide et de course selon le terrain. Je croise des coureurs qui m’encouragent et une fille qui m’annonce que je suis 3ème ! Grosse surprise pour moi. 8ème à Piau, moins 3 dépassements, ça ne fait pas le compte. Il y a eu des abandons. Je saurai plus tard que Sonia s’est blessée (entorse cheville) et a abandonné à Gèdre. Je passe au pointage du fond du cirque, on me confirme que je suis effectivement en 3ème position et je repars vers Gavarnie. Je croise assez vite 2 filles que j’ai dépassées dans la montée de la hourquette d’Alans. Elles ne sont pas loin derrière.

Bon ravitaillement avec jambon,  pâtes, soupe, fromage, compotes, … je repars à 18h20. Je sais qu’un gros morceau m’attend. J’ai reconnu le tronçon Gavarnie Esquièze dans le brouillard de jour et ce n’était pas simple.  Alors de nuit … C’est la raison pour laquelle j’avais décidé d’accélérer dans la fin de la descente de Gèdre alors que les sensations étaient bonnes : gagner du temps de jour dans les parties délicates.

Après Gèdre, nous aurons droit à une grosse montée vers les granges de Saugué. Il faut mettre de l’énergie pour se hisser avec des passages à 30%. Un passage roulant où on peut se refaire une santé et même courir avant d’aller attaquer une longue traversée montante qui devient pénible du fait de l’étroitesse du sentier, des ajoncs et autres arbustes. Nous voilà au point haut. Un gars est en panne d’eau. Il se fait dépanner. J’annonce que nous allons descendre dans la sapinière de Bué, que la descente n’est pas simple et nous mettons nos frontales préventivement. Immédiatement je me fais larguer par mes compagnons et en bas de la descente je suis rejointe par un petit groupe.

La nuit est tombée et le brouillard aussi. Il est très dense et il m’est impossible de voir le chemin, la frontale est placée trop haute. Très étonnamment personne ne me dépasse. Je suis contrainte de faire la trace. Ça m’énerve et j’accélère dès que la pente diminue et je reconnais que nous sommes près de la jonction avec le chemin du lac de Cestrède. Quelques minutes plus tard, je vois un puissant gyrophare blanc au loin.

C’est le ravitaillement de Bué où je fais le plein de liquide en mangeant du chocolat. Le pointage est manuel, mon dossard ne répondant pas !!! Je repars seule à fond sur la piste. Elle a été refaite cette année après que le gros trou dû aux inondations du 13 juin 2013 ait été comblé. La bifurcation arrive vite et c’est la descente sur un single track amusant quand on y voit et qui est une calamité ce soir là. Je manque de rater un virage à 3km/h. Pieds trempés, je m’en sors bien. On passe le petit pont, je sais qu’il reste un km environ avant de tourner à gauche pour la montée vers le roc d’Arrode. Oh que ca glisse sur les cailloux !!! Je vais très précautionneusement.

3 bénévoles sont là à la jonction. Je monte et j’aperçois une frontale derrière moi à 50m. Une demi-heure plus tard je me ferai rejoindre et j’ai du mal à avancer ne voyant pas où est la balise suivante. Je suis toujours devant. Nous discutons et voilà que 2 bénévoles sont là, bien visibles. Entendant ma voix, ils m’annoncent 3ème féminine en nous prodiguant des conseils pour les passages délicats à venir. La corde puis la main courante en acier. Je me tiens bien, heureusement, car mes pieds glissent sur le rocher mouillé. Passage du tuyau d’eau, je sais que nous sommes presque en haut. Du vent et la descente par un chemin un peu meilleur que celui que j’avais pris dans ma reco. Quelques frayeurs, ca glisse bien. 4 lampes sont derrière nous mais ne gagnent pas de terrain. Elles me passeront quand je suis obligée de refaire mon lacet.

Nous continuons à descendre vers Sia et puis il y a de la lumière sur la gauche : une maison, avec un couple qui a préparé du thé pour les coureurs. Il est rare que j’apprécie autant un thé chaud offert ainsi dans la nuit. Un grand merci.

La fin de la descente est de plus en plus glissante et nous finissons par arriver à Sia. Merci les bâtons !!!

Je sais que la suite sera plus facile. Une montée pas très difficile vers la croix de Sia, mais rendue plus délicate par la pluie, la nuit et la fatigue. Nous sommes 4 au départ, mais les 2 premiers montent plus vite et nous formons rapidement 2 duos !!! La descente de la croix de Sia que je trouve habituellement une aimable promenade a changé de profil !!! Mais nous voilà à la route et au sentier qui coupe les virages. Puis c’est le sentier des Cascades avec ses marches polies et usées par des générations de promeneurs ! Les lumières de St Sauveur sont visibles. Le bitume aussi nous attend maintenant jusqu’à Esquièze. Des gens sont dehors à nous encourager à minuit !!! Je débouche à 0h15 à la base vie avec 2h d’avance sur mon planning. De ce fait je vais rallonger ma pause. Mon fils Quentin est là avec un large sourire. Après avoir été bénévole le matin de 6h30 à 14h à Artigues, il est maintenant bénévole pour la nuit à Esquièze. Sébastien Lefebvre est là aussi. Il a abandonné alors qu’il était 5ème du 160km. Je change de chaussures et de chaussettes. Quel bonheur et j’enfile enfin ma chevillere. Bon ravitaillement avec de la soupe des pâtes, du jambon, des compotes, du chocolat. Plein de liquide par Quentin selon mes instructions et je repars après plus de 35min d’arrêt.

Je sens le bénéfice de la pause. Sur le tronçon vers Tournaboup que je connais bien, personne ne me dépassera que ce soit en montée ou en descente (eh oui, la descente est roulante et me permet de courir). Je fais une grande partie du chemin avec un gars qui était 10ème du 160 mais qui a des problèmes de pied et qui est donc au ralenti (enfin lui, pas moi !) Tournaboup il va voir le podologue alors que je me renseigne sur l’écart avec la suivante. 1h. Sauf pépin, je dois garder ma 3ème place. Je sais aussi que le terrain qui va venir m’est beaucoup moins favorable. Je suis maintes fois allée à Aygues-Cluses, c’est un lieu que j’aime bien. Mais en cette fin de nuit, j’ai du mal à envoyer comme je voudrais. Et nous sortons enfin de la pluie et du brouillard. Un ciel étoilé et très froid. A Aygues Cluses je plains les bénévoles qui sont là depuis 2 jours… Et c’est la montée finale vers la hourquette  Nère. Ensuite il vient la descente où je suis pas du tout à l’aise. Je passe en mode ralenti et gestion du terrain. A force d’appuyer dessus mes bâtons ont raccourci et impossible de les rallonger.  Autant dire qu’ils m’aident de moins en moins !!! Une heure et demie pour être à la fin du lac de l’Oule. Plus j’avance plus je sens ma chevillère au pied, qui m’empêche de dérouler convenablement mon pied. Ouf, enfin une montée,  je sais que c’est celle qui mène à Merlans. Je retrouve un peu de rythme, mais je sais que j’ai perdu trop de temps pour avoir la chance de croiser Mickey49 qui est parti à 5h sur le 80km, d’autant plus qu’il a fait la montée en 3h !!!

Petit ravito, je repars vers le col du Portet, c’est la dernière montée. Au col, personne, le balisage ne me semble pas clair. Des touristes me disent : « les autres sont passés par là ». Pas très réjouissant comme réponse. Je commence à descendre puis je ne vois pas la suite. Je m’arrête, je remonte. Un gars arrive, il me dit c’est par là et il part à grandes enjambées dans une descente trop forte pour mes ischios. Je le vois s’éloigner progressivement. Puis je reconnais la station de ski d’Espiaube et je descends à mon rythme. Après les granges d’Espiaube, je croise Cagouillard qui monte et m’encourage. Ça va jusqu’à la piste VTT où je glisse à qui mieux mieux. Je vais de moins en moins vite jusqu’aà ce que je retrouve des parties plus dures. Ouf une piste carrossable, ça fait du bien, et puis c’est le vieux sentier empierré, avec les pierres pleines de boue. Je sais que Vignec est tout proche mais impossible d’aller vite, j’ai trop peur de la chute.

C’est enfin le goudron et je vais finir en courant jusqu’à l’entrée de Vielle-Aure où je prends le temps d’enlever mon blouson de pluie, de ranger mon sac, de réajuster mes affaires avant de passer la ligne d’arrivée. J’entends sonner 11h à l’église. Je repars , cette fois, c’est la cloche de finisher, ça y est je suis 3ème en 26h05et19sec.

 Quelques mots au micro, on me donne mon tee-shirt et ma médaille et puis une dame s’approche de moi avec une feuille de papier et me dit gentiment que je suis invitée à la suivre au contrôle anti-dopage ! Il s’agit d’un contrôle urinaire. Non, je n’en ai jamais eu, non, je ne suis pas licenciée, non, je n’ai pas mes papiers d’identité avec moi !!!

Elle m’explique qu’il va me falloir lui fournir 90ml d’urine. Moi qui me suis arrêtée dans le bois de la piste VTT, il va falloir que je boive. Je cherche à me changer. Tout ce que j’ai dans mon sac est trempé !!! Finalement c’est mon blouson de pluie qui est le plus sec. Il a séché dans la descente !

Un peu avant midi, je peux aller aux toilettes. Il faut faire pipi dans un verre stérile devant la dame qui vérifie que c’est bien de l’urine fraîche qui sort de mon corps et que je ne dispose pas d’un dispositif de triche. Il parait que ça se fait !

Ensuite vérification de la densité et puis je vais moi-même transférer le flacon dans les 2 flacons « échantillon A et échantillon B » qui vont partir vers le labo d’analyse. Les flacons sont scellés. Il reste à remplir la partie administrative où je mentionne mes traitements et le bi-profenid que j’ai pris la semaine dernière pour soigner ma cheville !!! Maintenant il faut encore justifier de mon identité. Me voilà escortée de 2 bénévoles pour me rendre à l’appartement chercher mes papiers d’identité. Mickey49 a eu l’excellente idée de me laisser la voiture ouverte sur le parking du supermarché. Cela limite la marche à pied. Bref, un bon moment plus tard nous voilà de retour avec mon passeport. Oui, c’est bien moi, bonne photo et bonne identité !!! Le contrôle se finit. Le temps de revenir de nouveau à l’appartement il est plus que 13h. Mon fils est là. Il a faim ! Je prépare le déjeuner et puis ce sera la sieste jusqu’à la tombée de la nuit, même si j’ai une brève interruption par Mickey49 qui est à Sencours et qui se décide à monter au Pic !!!

Je me réveille juste avant que le téléphone ne sonne. C’est Patricia !  Elle vient d’arriver à Vielle-Aure, malgré sa côte endolorie. Le temps de m’habiller et je vais à sa rencontre en voiture. Elle est un peu cassée mais tout va bien. Mon fils ayant lui aussi récupéré de ses 34h de bénévolat, je prépare le dîner pour tout le monde ! Il est minuit quand nous allons enfin récupérer.

A 6h, le téléphone sonne. C’est Mickey qui pense arriver vers 7h. Je repars en voiture et je vais à sa rencontre à pied. Il avance à toute petite vitesse avec le serre-file. Il ne sent plus ses pieds ! Et voilà nous passons la ligne main dans la main. Séquence émotion .

Retour à la maison. Petit déjeuner avec Patricia alors que Mickey va dormir 1h1/2, puis je vais faire les courses au supermarché, avant de retourner sur la place de Vielle Aure pour les podiums. Je dépose Mickey au plus proche et vais garer la voiture avec Patricia, alors que mon fils nous rejoindra à pied un peu plus tard.

Voilà, des tas de gens, des bénévoles en particulier me félicitent.

 

Ce n’est pas une victoire en course, mais assurément  une victoire pour moi : la renaissance pour mon genou 3 ans plus tard, une préparation suffisante pour passer le D+, une gestion de la course pour limiter au maximum les impacts de ma blessure à la cheville. Oui, je suis contente de ce que j’ai fait, contente que mon fils se soit investi dans le bénévolat, heureuse que mon compagnon ait réussi à boucler le GRP dans son intégralité en franchissant les BH.

Tout va se finir par un gigantesque buffet avec pique-nique sur le stade de rugby sous le soleil enfin retrouvé. Très bon, mais j’aurais aimé un peu plus de légumes et de fruits !!!

Après une longue discussion avec Jack et sa famille, nous allons prendre le café à la maison. Puis ce sera la sieste avant de finir dans un excellent restau de Bourisp ce sympathique weekend !

Caro

Crédit photo : Dominique Clavaud – Krys – pedibus – Yvan Arnaud - ? 

 

Caroline Senzier (2028) sur la course : GRP120 - Tour des Cirques

Checkpoint

Passage

   

Départ Piau-Engaly

22/08 08:48:09

   

CP1 - Piau Engaly

22/08 10:25:13

   

CP2 - Gèdre

22/08 13:16:45

   

CP3 - Cirque de Gavarnie

22/08 17:51:12

   

CP4 - Gavarnie

22/08 18:10:00

   

CP5 - Bué

22/08 21:22:34

   

CP6 - Esquieze Sère Entrée

23/08 00:18:06

   

CP6 - Esquieze Sère Sortie

23/08 00:52:11

   

CP7 - Tournaboup Entrée

23/08 03:22:05

   

CP7 - Tournaboup Sortie

23/08 03:48:10

   

CP9 - Restaurant Merlans

23/08 08:41:36

   

Arrivée - Vielle-Aure

23/08 11:05:19

 

30 commentaires

Commentaire de banditblue29 posté le 01-09-2014 à 23:01:34

Bravo à toi :-).
J'ai toujours beaucoup de plaisir à lire tes comptes rendus.
Petite question : Peux-tu me donner en MP (éventuellement le modèle de ta chevillère)?
Il semble qu'après le grand du GRP, je sois contrainte d'avoir recours à ce genre d'accessoire ;-).
Bonne récup'

Commentaire de caro.s91 posté le 01-09-2014 à 23:38:09

Détail en MP !!! :) Soigne toi bien.

Commentaire de TomTrailRunner posté le 01-09-2014 à 23:33:35

Souvent, on prend plaisir à lire les CR des ami(e) ; mais celui-ci a une saveur particulière après tout ce temps : on le sent en filigrane tout au long du texte.

Ne reste plus qu'à recourir ensemble ;)

Commentaire de caro.s91 posté le 01-09-2014 à 23:41:29

Merci Tom.
Peut être à l'Origole !!!
Même si physiquement je suis affaiblie, que j'ai encore des douleurs et que j'ai peur en descente, je suis encore plus forte dans ma tête qu'avant ma blessure en 2010. :)

Commentaire de jack91290 posté le 02-09-2014 à 06:24:59

Encore bravo caro, tu es une vraie championne.
Ravi d avoir partager quelques moments ensemble.
A bientôt.
Jack

Commentaire de caro.s91 posté le 02-09-2014 à 07:00:45

Très heureuse moi aussi que nous ayons pu passer ces moments ensemble! A bientôt.
Caro

Commentaire de La Tortue posté le 02-09-2014 à 08:24:39

bravo : performance, élégance et toujours le sourire !
on se voit cet hiver au 28 !

Commentaire de caro.s91 posté le 02-09-2014 à 20:09:42

Ben oui, j'espère y être en course, mais si je ne cours pas, je passerai dans tous les cas sur le Raid 28 !!!

Commentaire de float4x4 posté le 02-09-2014 à 08:35:06

Super récit ! A te lire la course ne semble vraiment pas si difficile :D. Et c'est rassurant de voir qu'on peut continuer à trotter même après des soucis physiques.

Commentaire de caro.s91 posté le 02-09-2014 à 20:11:11

La course est loin d'être facile. Mais oui, il faut garder espoir après une grosse blessure. Juste histoire de volonté !!! et ensuite un peu de chance aussi !!! :)

Commentaire de bruno12 posté le 02-09-2014 à 09:39:26

Bravo pour ta course. Belle gestion. Il n'y a pas de hasard, une bonne connaissance du parcours ça aide toujours. Ravi d'avoir pu te croiser pour la photo des kikous.

Commentaire de caro.s91 posté le 02-09-2014 à 20:12:14

Je connais assez bien la région et j'avais repéré ce que je ne connaissais pas. Ca aide à gérer, surtout quand les conditions ne sont pas faciles !!!

Commentaire de looping posté le 02-09-2014 à 12:20:37

Bravo pour ta course, tu m'as rattrapé a tournaboup et étant malade j'ai du géré la fin du
Parcours tranquillement

Commentaire de caro.s91 posté le 02-09-2014 à 20:13:58

Désolée que ta fin de course ait été perturbée. Moi aussi, je suis allée doucement dans cette fin de parcours. Ma priorité était de ne pas me blesser!

Commentaire de JM2CJC posté le 02-09-2014 à 12:45:02

Magnifique Caro, je suis super heureux de l’enchaînement depuis le fatidique jour ou ton genou heurta le cailloux ...Félicitation Caro, pour l'abnégation qui t'aura permis d'etre a ce départ du GRP ,le finir ..surtout en beauté.. C'est surprenant que tu n'es pas utilisée ta chevillère plus tot.. Bravo au fiston son w-end a dut etre aussi tres long..

Commentaire de caro.s91 posté le 02-09-2014 à 20:15:44

Cela faisait de la stratégie élaborée avec le kiné. Tenir le plus longtemps possible mais ne pas prendre de risque en mettant la chevillère au plus tard à Tournaboup !!! Je peux te dire que ca n'est pas facile de courir avec la chevillère en place !!!

Commentaire de Japhy posté le 02-09-2014 à 12:45:51

Bravo Caro et bravo à tous les deux pour votre photo finish! Je suis heureuse que ta cheville t'aie laissée tranquille.

Commentaire de caro.s91 posté le 02-09-2014 à 20:17:11

Merci Japhy. Oui, ca m'a fait très plaisir que Mickey ait pu boucler son premier ultra en montagne après 2 ans de course... Pour la cheville, c'était un pari...

Commentaire de benlacrampe posté le 02-09-2014 à 13:14:31

Félicitation et merci Caro pour ce CR et ton témoignage aussi.
J'espère courir dans tes pas qui m'encouragent encore plus dans cette voie :o)
2013, tiré au sort UTMB mais cheville en vrac
2014, tiré au sort UTMB mais réopéré et finalement engagé comme bénévole sur la course espérée
2015, j'espère voir mon inscription reportée et pouvoir enfin boucler mais juste boucler en revanche, pas de podium :o)
Encore bravo.

Commentaire de caro.s91 posté le 02-09-2014 à 20:19:18

C'est vrai que nos histoires ont des similitudes. J'espère franchement que cette fois ca passera pour l'UTMB. Il faut garder espoir.
Dans mon cas, le podium était la cerise sur le gâteau !!! très inattendue !

Commentaire de Jean-Phi posté le 02-09-2014 à 15:57:45

Ce que je retiens dans ton CR c'est ton incroyable sourire permanent, singe évident du plaisr retrouvé et de la joie qui t'anime de courir. Mention spéciale pour l'arrivée avec Mickey49.
Bravo et merci pour cette belle leçon de vie et puis la relève est là en ce qui concerne l'associatif ! ;-)

Commentaire de Jean-Phi posté le 02-09-2014 à 16:10:56

Bien sûr je ne parle pas ici de singe évident mais de signe évident... Grrr les claviers !

Commentaire de caro.s91 posté le 02-09-2014 à 20:22:55

Pouvoir boucler les 120km était mon défi pour cette année. Voir arriver Mickey49 sur le 80km en ayant fait l'intégralité du parcours a été un grand plaisir. Savoir que mon fils acceptait de venir en tant que bénévole et tenir 34h, ca aussi cela a été un immense plaisir. Donc oui, il y a de quoi avoir le sourire !!! :)

Commentaire de freddo90 posté le 03-09-2014 à 12:31:58

Merci pour ce récit et bravo pour ce retour !

Commentaire de caro.s91 posté le 03-09-2014 à 12:49:38

Merci Freddo. Oui, ca fait plaisir de pouvoir recourir du long !!! :)

Commentaire de Benman posté le 04-09-2014 à 00:10:03

Elle est belle cette photo de vous 2. Celle du podium est bien aussi, mais si j'ose dire plus banale pour toi. Bravo pour cette course et ce mental pour faire tout cela malgré ta cheville. et quel sourire! au plaisir de vous revoir.

Commentaire de caro.s91 posté le 04-09-2014 à 08:40:51

J'aime beaucoup cette photo de Yvan11 où Mickey49 arrive en terminant son premier ultra de montagne et où nous finissons main dans la main! Une véritable première en effet!
A une prochaine !!! :)

Commentaire de patfinisher posté le 04-09-2014 à 19:37:59

Bravo...... l'image de fin est magnifique.... quel parcours pour arriver de nouveau au sommet.... Chapeau bas....et fait nous encore rever ! ;-) A bientot sur le terrain ! ;-)

Commentaire de caro.s91 posté le 04-09-2014 à 21:27:10

Coucou Pat, Bien sûr la dernière photo me fait plaisir, je ne le nie pas, mais je préfère la 3ème avant la fin, parce que je ne suis pas blessée et que je peux finir avec Mickey son premier ultra de montagne !!! A bientôt !!!

Commentaire de stphane posté le 12-03-2015 à 22:23:32

... avec quelques mois de retard, FELICITATION!!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran