Récit de la course : L'Echappée Belle - 85 km 2014, par patrovite69

L'auteur : patrovite69

La course : L'Echappée Belle - 85 km

Date : 29/8/2014

Lieu : Vizille (Isère)

Affichage : 1085 vues

Distance : 85km

Matos : Une bonne voiture et de l'organisation

Objectif : Pas d'objectif

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon Echappée Belle

 

C’est mon premier récit, mais il sera un peu particulier. C’est l’EB vue sous un autre angle, celui des suiveurs, accompagnateurs, supporters, logisticiens…. L’envie m’avait déjà prise l’année dernière pendant la TDS de mon cher et tendre (Franck de brignais) mais je ne l’avais pas concrétisée.

Il faut pas croire mais ça n’est pas de tout repos de suivre. D’accord ça n’est pas le même effort ni la même fatigue mais c’est usant.

Quelques principes de bases pour bien réussir :

-   Avoir un camp de base idéalement situé pour ne pas perdre trop de temps ni faire trop de km. Pour L’EB, Allevard est  impeccable. A 30 min de chaque ravito , du départ et de l’arrivée.

-   Avoir un forfait SMS illimité. Indispensable pour rester connecté à toute la tribu, envoyer des nouvelles, savoir le ressenti de la course (par les autres suiveurs, les coureurs n’étant pas accrochés à leur téléphone) et palier au bug du suivi de course.

-   un bon GPS qui vous emmène  au bon ravito…..

-   Avoir un plan de course pré-défini : la liste de ravitos avec la fourchette de passage de son coureur et une estimation du temps de course entre chaque ravito (au cas où les heures de passages ne soient pas exactes)

-   Penser à prendre une frontale pour rejoindre les ravitos de nuit

-   Technique de ravito super performant, digne d’un stand de F1 : récupération des frontales le jour, remplissage de la poche d’eau et de la gourde, remplissage du sac en barres énergétiques, vêtements secs. Bien sur toute la famille s’y met, chacun son poste. Le mien étant kiné est tout vu….

Forts de ces principes nous voilà partis, en coup de vent juste après les vacances en espérant que rien ne sera oublié…..Direction le Pleynet pour le retrait du dossard. L’avantage de l’EB c’est que vu le nombre de participants c’est super rapide ( rien à voir avec les 2h pour l’UTMB). Nous arrivons à 14h et nous y resterons jusqu’au passage de Ptidenis  (l’inséparable de mon cher et tendre) qui lui est parti sur les 145km( et oui une course à suivre ça serait trop simple). Jusqu’à 18h20 ça va être long….Mais l’organisation de la course est top, ils ont pensé aux enfants des coureurs ( ben oui ils sont là eux aussi) des activités sont proposées et Thomas ,notre fiston, a squatté l’atelier escalade tout l’après midi. Denis à son arrivée nous livre ses impressions : SUPER DUR. C’est pas rassurant, je savais que ça ne serait pas une partie de plaisir mais voir Denis comme ça c’est pas encourageant.

Rentrés pas trop tard au mobile home mauvaise surprise : dans la précipitation on a oublié les pates de monsieur il est 20h , tout est fermé dans le coin ( des tomates et 3 pêches ça va pas le faire)  et le mobile home est près de la route avec beaucoup de passage ( repos foutu, de toute manière les veilles de course mon homme ne dort jamais vraiment, trop de pression !). Je rattrape le  coup des pates en faisant le tour du camping, il y a bien quelqu’un qui me dépannera d’un paquet !

Après le énième repas de pates ( ça fait une semaine qu’on en mange, je veux de la salade et des légumes !!!!) préparation du sac , un grand moment pour les suiveurs ! chaque coureur a ses petites manies, très rigolo , échanges de SMS avec la femme de Ptidenis qui me demande si lui aussi a numéroté ses tubes de gel…… Et maintenant dodo. La nuit sera entre coupée de SMS que j’échange avec la femme de Denis pour son suivi , c’est comme ça pour toutes les courses….

Réveil 3h45, dur ! se lever, s’habiller, déjeuner sans bruit  pour ne pas réveiller Thomas…Sur la route qui mène au départ on croise un coureur du 145km complètement pommé, il est pas sorti de l’auberge celui la ! Arrivés au départ il n’y a pas grand monde, Franck monte se mettre au chaud et prendre un café. Les coureurs arrivent petit à petit, plaisantent mais on sent bien que c’est tendu il savent ce qui les attend. Dernier bisou avant la course, derniers encouragements, je file pendant le briefing me mettre un peu plus loin pour filmer le départ (j’ai pris l’habitude de faire un petit film de chaque course). Ca y est ils sont partis  c’est le début de ma course aussi !

Je rentre rapidement au camping, Thomas est resté seul. Préparation du pique nique, petit dej du fiston. C’est quoi ce bruit ? La pluie tombe à seaux , ils vont être trempés , ça va être galère. Départ pour  le premier ravito. Coup de fil de Franck «  T’es où ? » ben sur le petit chemin qui mène au ravito ! «  non c’est dans une ferme ! » Merde ! Le GPS ne m’a pas emmené où il fallait. Coup de speed , on redévale le chemin encourant, en route je croise un infirmière qui me dit que c’est 500m plus bas, je suis passée devant et j’ai rien vu le nez collé sur le GPS. Arrivée sur les chapeaux de roue on verra 2 min Franck , c’est rageant ! Mais bon ils n’ont pas eu de pluie la haut tant mieux.

Changement de programme, vu la météo pique nique au mobile home avec connexion internet et SMS pour voir où en est Denis, savoir comment il va et donner des nouvelles à tout le monde. Départ pour Super Collet. Thomas est devenu un as du téléphone, suivi de la course, SMS, le tout en voiture dans les virages !  Pour ne pas me planter une deuxième fois j’ai téléphoné à l’office du tourisme pour avoir les bonnes infos et on part large sur l’horaire pour être sur de mon coup ! Arrivés sur place 2 choix : on monte à pied ou on prend le télésiège. Vu l’heure et les tarifs la deuxième option est retenue c’est pas une petite grimpette qui va nous faire peur ! Thomas râle « encore une rando ! » , c’est vrai qu’on vient de se faire 2 semaines de montagne pour finir de préparer la course…. « aller, t’as fait pire ! Imagine ce que papa est en train de faire tu peux bien faire ça toi aussi ! » Et nous voilà parti, Thomas avec un sac à dos avec nos vêtements chaud et nos victuailles, moi avec le sac de sport de mon cher et tendre sur les épaules . A noter pour les prochaines fois penser au sac à dos même pour les affaires du coureur ça sera plus pratique. On se poste au sec sur la terrasse de la cabane du remonte pente, dans le brouillard, on ne voit même pas le ravito qui est à 300m ! 3h à attendre ça va être long ! Et les coureurs défilent ,un à un, défait « il est encore loin ce p…. de ravito ? ils avaient dit après cette p…. de montée ! »  on les encourage, les félicitent. Ca va pas être 3 mais 4h d’attente, je le sent bien….et dans quel état je vais le retrouver…..

Nouvelles de Denis, c ‘est pas la forme, beaucoup tombé, bâtons cassés puis perdus. Si même lui dit que c’est une course de merde dans quel état je vais retrouver Franck à l’arrivée !

Il a dit entre 16h30 et 18h à Super Collet, il est 15h30, Thomas a fini son bouquin est en train de me vider ma batterie de téléphone à jouer…Aller on part à sa rencontre, s’il est dans le dur on lui remontra le moral. On descend pendant ½ h en encourageant tous ceux qu’on croise, moi ça m’encourage pas de les voir, faut voir l’état dans lequel ils sont et pourtant j’ai l’habitude…. On se poste au milieu des myrtilles (des tas de myrtilles !) et on attend, encore….Thomas ramasse des poignées de myrtilles qu’il distribue au coureur qui le veulent. Ca y est il arrive ! il est avec 2 autres Kikou . « C’est dur ! » je sais, je les ai vu ceux qui sont passés avant toi, mais faut pas lâcher ! Aller , lui remonter le moral, ne pas dire que Denis est dans le dur ,juste qu’il est arrivé au pontet et qu’il change de batons. Ne pas le laisser ruminer, je vois bien que c’est dur, faut parler pour pas qu’il y pense. Arrivés au ravito Thomas s’occupe de la nourriture et moi je lui masse les jambes, il faut le soulager au maximun. «  donne moi le road book » t’es sur ? ça va t’en mettre encore un coup derrière les oreilles…. « Prochaine barrière horaire 2h du mat,  j’suis large ! » ouf, c’est bon le moral remonte. Aller un bisou et au prochain ravito. Il repart, doucement derrière les deux kikous je me dis que ça va être dur…..Le classement est top 144 ème !

C’est reparti pour nous aussi, petite descente en courant (nous aussi on est sportif..) en cours de route un 4X4 nous prend dans son coffre «  tu comprends maman on ira plus vite » mouais…..Douche, diner, nouvelles à tout le monde, rangement du mobile home si départ au aurore pour l’arrivée.

Et me voilà repartie, seule Thomas est resté dormir si demain on se lève tôt….Il commence à faire nuit , je me dit que ça doit être rude la haut, j’espère qu’il n’a pas froid je vois le thermomètre de la voiture descendre régulièrement. Et c’est reparti, les lacets de montagnes, étroits et bien sombres. Je croise quelques voitures qui redescendent. Ils en ont de la chance, leur coureur est déjà passé. C’est pas pour moi que je dis ça , moi je m’en f…. je suis dans la voiture au chaud, c’est pour lui la haut, ça doit être long. SMS de Christelle , Denis est arrivé, dans un sale état mais arrivé ! Et pour nous ça sera quand ? Prévisions de Franck 5h30 /9h, il tient ses barrières horaires pour l’instant pourquoi pas. Arrivée au parking, rien ! c’est tout noir ! SMS à Christelle qui me dit qu’il faut monter sur 300m pour redescendre sur le ravito. Il Fait nuit ! j’ai pas de frontale ! Merde ça va être dur avec juste la lueur du téléphone….Nan, il y a un mois le trail des passerelles… Franck avait eu une lampe de poche (a la place des innombrable T shirt et Buff qui encombrent les placards !) et je l’avais lassé dans le vide poche ! YES ! Val Pelouse !  on est tous dans le même état : les coureurs mécaniques, les suiveurs les yeux dans le noir a essayer de voir qui arrive, faire des estimation horaire en fonction des personnes déjà croisées. Les coureurs sont blancs, tremblent, n’en peuvent plus pour la majorité, seuls quelques uns sont bien. Je vois arriver les deux Kikous derrière lesquels Franck est parti, je leur pose la question « Et Franck ? » pas vu depuis le départ, il était derrière désolé….Aller il ne doit pas être si loin que ça , il a fait tout le trajet avec eux ! L’attente semble interminable, chaque lumière qui descend peut être lui. Enfin un coupe vent orange sous une lumière, c’est lui ! je l’encourage « ça y est ! Tu y es ! » Réponse brutale « j’m’en fous, j’arrête, aucun intérêt ! » C’est pas vrai ! c’est parce qu’il est fatigué ! Mais non !  Il ne  veut rien manger, rien entendre juste arrêter ! Je me dis que c’est un coup de mou , je cherche du regard « biscotte grillée » et « Arthur » les deux kikous avec qui il était pour qu’ils viennent le booster. Ca à l’air de marcher, il accepte deux soupes mais dès que Biscotte et Arthur sont partis il me dit qu’il a plaisanté pour leur faire plaisir mais que sa décision est prise, il arrête, il a eu trop peur il ne veut pas repartir de nuit ! C’est pas vrai ! pas maintenant ! Tu as fais le plus dur ! «  tu te rends pas compte ! c’est super dangereux, aucun intérêts de prendre des risques ».C’est trop con, il s’est tellement entrainé, il peut pas arrêter là, il va s’en mordre les doigts. J’essaye de le remotiver, de le mettre au chaud dans la cabane mais rien y fait. On range les affaires et on rentre !

On remonte silencieusement jusqu’à la voiture, une dernière tentative de ma part pour le faire changer d’avis mais non l’aventure s’arrête là ! C’est frustrant de ce dire qu’il s’est donné tant de mal pour s’arrêter comme ça, il est 127 ème, surtout que le physique n’est pas trop atteint (comparé à ceux que j’ai vus passés)  mais contre la peur y a rien à faire. Tout ce que j’espère c’est que ça ne va pas le dégouter et qu’il va continuer.

Merci à tous ceux qui l’ont encouragé. Malgré l’abandon je suis admirative de ce qu’il a fait 53km avec +4400m de dénivelé en 16h44, j’en aurai pas fait la moitié : Bravo Franck! Tu feras mieux la prochaine fois et je serai encore la à courir après toi !

 

18 commentaires

Commentaire de franck de Brignais posté le 31-08-2014 à 20:19:42

Quel récit !
Cet homme a bien de la chance : Il a une femme et des enfants qui le suivent, chaque jour lors des entraînements et sur les courses. Grâce à ça, je suis sûr qu'il arrive à partager du temps avec sa famille qui compte tant pour lui et peut plus facilement profiter de sa passion.
Car, soyez rassuré, et j'en suis persuadé, un homme aussi bien entouré ne peut pas abandonner. Il continuera à vous faire endurer ces moments et à les partager avec vous !
Je suis certain aussi qu'il est maintenant rassuré : quelque soit le résultat vous continuerez à l'encourager !!

Commentaire de Ze Did posté le 31-08-2014 à 21:07:42

bravo pour ton récit et pour ton implication!!! le trail est finalement un vrai sport d'équipe, le partager permet aussi de transmettre de belles valeurs ( courage, solidarité, dépassement de soi et même acceptation de ses limites). bonne continuation à votre teem!

Commentaire de patrovite69 posté le 04-09-2014 à 20:53:48

Merci pour ton commentaire.
N'ayant pas les capacités de faire d'ultra c'est ma façon à moi de les faire , ça nous permet de partager un long moment en famille.
La team a de beaux jours devant elle.

Commentaire de bubulle posté le 31-08-2014 à 21:54:13

Moi je dis que ces gens comme ça, qui suivent les coureurs qui rament, qui font tout pour les aider à avancer, qui sacrifient des heures rien qu'à cela, eh bien, on devrait leur faire des statues, d'abord. Vous ne pensez pas, vous? ;-)

Bises gigantesques à tous les deux, you know why.

Commentaire de patrovite69 posté le 04-09-2014 à 21:28:00

je suis pas sure que les statues soient une bonne idée.
J'espère que la récup se passe bien

Commentaire de snail69 posté le 31-08-2014 à 23:03:54

Excellente idée que ce récit ! Bravo pour cette belle aventure collective, une nouvelle page de votre histoire de famille. Cette EB a qd même l'air particulièrement dingue mais a amené Franck à faire de super courses de prépa. Au plaisir de se revoir !

Commentaire de patrovite69 posté le 04-09-2014 à 20:58:03

Jusqu'à présent il n'y avait que des récits de coureurs, normal pour un site comme celui-ci. Je me suis dit que ça serait sympa de voir la course sous un autre angle.

Commentaire de caro.s91 posté le 01-09-2014 à 10:07:06

Je trouve très intéressant ce regard de suiveuse de course. Bravo à toute la famille.

Commentaire de patrovite69 posté le 04-09-2014 à 20:59:54

merci.
d'autres récits suivront peut être....

Commentaire de Jean-Phi posté le 01-09-2014 à 10:24:50

moi j'ai pas tout compris... Franck numérote ses tubes de gel ? C'est quoi ça ?? Oui je sais je vois le "mâle" partout ! ^^
En attendant, comme dit si bien par le Mr du 1er commentaire tout en haut, il en a bien de la chance cet homme là ! Que j'aimerais une assistance de choc de cet acabit ! Bravo pour ton ultra personnel et tous es (bons) conseils à destination des accompagnateurs, c'est précieux. Et puis à très bientôt pour un off par chez nous ! Bises à tous !

Commentaire de patrovite69 posté le 04-09-2014 à 21:02:17

non , c'est pas Franck mais PtitDenis qui numérote les tubes!
A bientôt

Commentaire de obidelf posté le 02-09-2014 à 13:02:49

Bravo à toi et à Franck

j'étais 100m devant Franck à l'approche de Super Collet, je vous entendais l'encourager quand vous l'avez vu arriver. En voyant Thomas qui attendait son papa, j'ai pensé très fort à mon petit garçon et une très forte émotion m'a saisi à ce moment-là. Comme j'aurais aimé le voir à cet instant! D'ailleurs, il me semble que j'ai dû le dire tout haut. Alors, Bravo à vous! Vous formez une bien belle famille!

Franck m'est repassé devant après le refuge des Férices. Je vomissais tout ce que je pouvais. Mais la plupart de ceux qui me doublaient n'étaient pas beaucoup mieux.
Je suis arrivé à Val Pelouse, complètement à la dérive, 1/4h après Franck. Comme lui, j'ai décidé d'abandonner. C'est la sagesse qui le commandait!

Je comprends la peur qu'il a ressentie. Quand on perd l'assurance dans ses appuis, quand on manque de trébucher à tout moment, quand la lucidité vous fuit. Malgré des jambes et un coeur encore vaillants, c'est dans la tête et dans le ventre que ça se joue.

A Franck : tu n'a rien à regretter. Abandonner à Val Pelouse la nuit tombée, c'est pas un échec. Le plus beau et le plus dur, tu l'as fait.
Quand je revis tous ces instants, quand je revois toutes ces images qui défilent dans ma tête en repensant à cette course, je ne vois plus que le plaisir et la beauté...

A toute la petite famille : continuez comme ça, gardez cet esprit qui vous anime!

Commentaire de patrovite69 posté le 04-09-2014 à 21:10:47

merci pour ton message, j'espère que tu as pu profité des myrtilles de Thomas.Je suis désolée que tu n'ai pas fini toi aussi.
Nous aurons peut être l'occasion de nous croiser sur une course...

Commentaire de pinpin posté le 03-09-2014 à 09:28:54

Merci patrovite69 pour le récit. Super sympa de partager cette aventure en famille.
Mais surtout Merci pour avoir aidé mon épouse à revenir en forme. Vous lui avez mis l'objectif SaintéLyon dans la tête.

Commentaire de patrovite69 posté le 04-09-2014 à 21:29:34

on se croisera peut être sur la Sté Lyon je pense accompagner mon mari de Chaponnost à Gerland

Commentaire de bruno230 posté le 04-09-2014 à 17:03:32

Bravo à toute la petite famille,à l'image de son patriarche,formidable même si cette fois ça n'est pas passé.
Bon,il faut aussi que je fasse lire ce CR à mon épouse et à ma fille,qu'elles en prennent de la graine.

Commentaire de patrovite69 posté le 04-09-2014 à 21:13:46

J'espère que mon récit leurs donnera envie...

Commentaire de Arclusaz posté le 08-01-2015 à 17:24:12

mais comment j'ai pu louper ce récit !!!!!!!!!!

heureusement aujourd'hui, un miracle s'est produit et je suis tombé dessus par hasard.

Ma pudeur bien connue et mon coeur d'artichaud m'empêchent d'écrire ce que j'ai ressenti en le lisant mais c'est sur, je vais le relire souvent.

Bravo et merci.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran