Récit de la course : Sur les Traces des Ducs de Savoie 2014, par Sabzaina

L'auteur : Sabzaina

La course : Sur les Traces des Ducs de Savoie

Date : 27/8/2014

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 3356 vues

Distance : 119km

Matos : Sac Raidlght Olmo 12 litres
Adidas Riot 5
Bâtons Leki

Objectif : Terminer

73 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

TDS 2014 ou la naissance du duo Sabert

La TDS, ça commence par ça :

  • 15/01 : date du tirage au sort.

Chris, Bert et moi sommes inscrits sur le tirage au sort de la CCC, en groupe. Concrètement, soit tout le groupe est pris, soit personne. Dans ce dernier cas, Chris a toujours dit qu’il basculerait sur la TDS alors que Bert et moi avons prévu de garder nos chances pour une double priorité CCC en 2015.

Le tirage au sort a lieu le 15/01 (lendemain de mon anniv), à 10h précises.
Sur le chat FB, extraits choisis :

Sab Zaïna
ce qui est génial, c'est qu'on vit ça tous les 3 ensemble là
c'est un beau début...
(ou pas arghhhhhh)
bon j'vous laisse j'vais aller faire ma crise cardiaque
je vous assure que mon cardio là...
c'est incroyable...

Christian
hyper lent le site

Sab Zaïna
il est 10h à mon ordi

Bertrand 
Je prends un café pour me calmer !! ;-)))
Bon il est 10h !!!
Ça mouline

 
Et là, grosse déception :

Sab Zaïna
:((((
raté
on n'y est pas

Bertrand
Nan ?!

Sab Zaïna
non

Christian
bon, allez vous ne m'en voulez pas, je n'hésite pas 107 ans et je transfère sur la TDS?

Sab Zaïna
chris
chris
je te suis
TDS

Bertrand
Tu mets la TDS au programme Sab ?

Sab Zaïna
oui
c'est une folie
mais tant pis

Christian
sans dec', tu choisis de transférer sur la TDS, Sabine?

Sab Zaïna
oui

Christian
bon, tu m'étonneras toujours mais je m'en fiche, je sais qu'on peut le faire (je dis pas "tu" peux le faire)

Sab Zaïna
j'y suis
je vais surement m'en vouloir
mais bon
l'impulsivité

Bertrand
J'ai presque envie de suivre...
Et si je cliquais ?...

Sab Zaïna
oh oui bert
stppppppppp
ce serait un si beau cadeau d'anniv

Bertrand
Oups !!

Christian
oups t'as cliqué?

Bertrand
J'ai cliqué et ça mouline

Christian 
Sab, je te laisse le soin d'annoncer notre bascule commune TDS, sur le forum Kikourou. Cette folie, c'est la tienne!

Bertrand 
Inscription finalisée !!
Je vais me faire tuer...
Nan, mais j'assume tout seul la folie !
J'étais déjà très surpris par Sab...
Et me suis dis : nan, je peux pas rater l'occaz'...

Sab Zaïna
je n'avais rien calculé vraiment
j'ai vu "non tiré au sort"
j'ai vu le choix
et en fait c'était comme une évidence

Christian
voilà, il te fallait ça pour voir que tu es faite pour cette course..

Sab Zaïna
ça je sais pas
je vais me maudire c'est sûr

 

Et donc voilà comment nous nous sommes embarqués tous les 3 dans cette course de 119km et 7250m de D+, cette course surnommée « L’alternative sauvage » par l’organisation, cette course de délestage que certains trouvent plus difficile que l’UTMB en raison de sa nature plus technique et engagée.

  • Départ. Courmayeur M27/08 – 7h

L’équipe de 3 a réussi à se retrouver sur la ligne de départ. Il fait un temps incroyable (pas un nuage) après une journée de pluie ininterrompue la veille.
On entend à peine la musique de Pirate des Caraïbes et c’est parti !

 
(Merci à Mazbert pour la photo)

  • COURMAYEUR → MAISON VEILLE / CHECROUIT– 1167ème – 6,6km - 802m D+ - 1h19 de course

Après une portion en ville goudronnée, on entre rapidement dans le vif du sujet avec une montée.
En raison du nombre de coureurs, nous n’allons pas aussi vite que nous pourrions. Cela contrarie Christian qui prendra alors le large, nous ne le reverrons plus jusqu'à l’arrivée mais nous serons heureusement informés régulièrement de son avancée par sms.


Bert, David (copain de Bert) et moi avançons tranquillement, je me dis que même si je suis pour le moment freinée, cela permettra peut-être de mieux gérer la suite.

 

  • MAISON VEILLE / CHECROUIT  ARÊTE MONT-FAVRE – 1136ème – 11,1km - 1293m D+ - 2h26 de course

Nous avons un peu décroché David mais nous le retrouvons à ce 1er ravitaillement (eau uniquement) où je remplis mes bidons.
Nous repartons donc tous les 3, toujours en mode déconne, nous doublons quelques coureurs lorsque c’est possible.

  • ARÊTE MONT-FAVRE   LAC COMBAL  - 1168ème – 15km - 1315m D+ - 3h12 de course    

Une descente nous emmène au 1er vrai ravito, Bert est parti un peu devant, je le retrouve avec une soupe chaude dans les mains ; il faut dire que la ligne droite menant à ce ravito a révélé un fort vent glacial. On nous avait prévenus par sms la veille lors du retrait des dossards : « Parcours normal – Vent fort prévu – Couvrez-vous »
Je mange un peu de trucs salés pour contrebalancer le sucré de mes barres, remplis mes bidons puis nous repartons tous les 2. J’ai les gants depuis le départ mais le vent me glace tout de même les doigts au point que je me demande si je ne vais pas déjà sortir mes chaufferettes que je gardais pour la nuit.

  • LAC COMBAL  COL CHAVANNE – 1138ème – 19,7km - 1932m D+ - 4h23 de course   

30 places de gagnées dans cette montée, les paysages sont sublimes, je regrette de ne pas avoir d’appareil-photo. Nous avons joué à cache-cache avec le vent durant toute cette ascension encore trop embouteillée.
Hop, un 1er col de franchi, nous ne nous attardons surtout pas en haut et entamons la descente

  • COL CHAVANNE  COL DU PETIT ST BERNARD – 963ème – 36,1 km – 2496m D+ - 6h51 de course


C’est  là que nous courrons le plus longtemps et le plus « vite ». Tout va encore très bien.
Je reçois des sms sur le portable d’Arnaud dès que nous franchissons un Check-Point, signe que nombreux sont ceux/celles devant leur écran : merci Sophie (ma sœur), Sophie (la sœur de Bert, et oui), Elodie (la sœur d’Arnaud). Exceptionnelles toutes ces sœurs.


Un bond dans le classement prouve notre bon état de forme du moment Il faut dire que nous n’avons parcouru que 36 bornes, ce serait embêtant d’être déjà fatigués à ce stade.

Avant de remonter au col du Petit Saint Bernard, nous passons par Alpetta où nous aurons la bonne surprise d’apercevoir Elisabeth, la femme de Christian, qui immortalise cet instant.

Une belle montée nous attend, un lac sorti de nulle part, complètement sauvage. La toute fin avant le col est à peine praticable (absence de chemin envahi par les plantes) mais nous nous en sortons pas trop mal.


  • COL DU PETIT ST BERNARD  BOURG ST MAURICE – 986ème – 50,4km – 2558m D+ - 9h06 de course

Second col franchi ! Et second ravitaillement solide.  Là encore, Elisabeth sera là pour nous soutenir, juste avant qu’on se restaure.

Encore beaucoup de monde à ce ravito. Cela aura été pour moi la plus grosse surprise de cette TDS : le monde jusqu’à assez loin sur le parcours, je pensais qu’au bout d’une vingtaine de bornes, on serait tranquilles, et bien non ; ici encore, il faut jouer  des coudes pour accéder aux tables et surtout remplir les précieux bidons.
Je surprends à ce moment-là une conversation entre 2 personnes de l’orga :
« Vous l’avez laissé partir alors que sa Gore-Tex n’était pas conforme. (baragouinage à propos de trucs thermoformés)
- Pas de problème on a son numéro de dossard, on le chope au prochain ravito »

Waouh ça rigole pas cette année !


Bert et moi nous asseyons un petit moment pour manger puis c’est la longue descente vers Bourg Saint Maurice. 14 km de descente qui passent bien car la pente n’est pas trop raide, même pour moi. Bert prend malgré cela de l’avance sur moi. Je le rattrape juste après avoir encore croisé Elisabeth (elle est partout !) dans l’unique partie pourrie du parcours : une espèce de zone juste avant l’entrée dans la ville.


(photo d'Elisabeth)

Quelques mètres avant le ravito, 2 bonnes surprises : Clément (alias Ponpon) et sa femme sont là ainsi que Marie-Laure.  Leurs sourires sont communicatifs.
Vous n’imaginez pas comme voir des têtes connues peut faire du bien  et redonner le moral même si, à ce moment-là, ça va.

 (photo de ponpon)
Juste quelques douleurs aux pieds qui m’inquiètent. Pour cette raison, je prends le temps d’appliquer quelques pansements Compeed aux endroits douloureux. Le problème est que nous sommes passés par des endroits très humides (je rappelle qu’il a plu toute la journée précédente et pas à moitié, même l’Arve a du mal à s’en remettre): chaussures et chaussettes sont mouillées donc les Compeed…


Niveau alimentation, tout va bien, je suis ce qui était prévu : ½ barre toutes les heures et du salé (soupe/Tucs/saucisson/fromage) aux ravitos.
Juste avant de partir, Marie-Laure me précise que Raya nous attend au Fort de la Platte et me transmet les encouragements d’Arclusaz. Quelle équipe !

  • BOURG ST MAURICE  FORT DE LA PLATTE – 877ème – 55,7 km – 3707m D+ - 11h31 de course

En quittant le ravito de BSM, contrôle des sacs pour seulement 2 éléments : portable et Gore-Tex.
Nous marchons ensuite dans un léger faux plat (je dis ça pour justifier qu’on ne court pas) dans une rue piétonne au milieu des restaux où les gens sont attablés, il est très tentant de s’installer mais nous résistons !
Bon alors sur le profil, on voit bien que cette montée va être éprouvante : 1149 m de D+ en 5km, c’est pas une côte de Parisiens ça… Surtout en plein cagnard… J’ai beau trempé mon buff dans chaque bassin/source que je rencontre, j’ai l’impression qu’il sèche instantanément…
Dans la montée, nous croisons des coureurs qui redescendent (abandons?)… D’autres s’arrêtent sur le côté pour souffler. Confiante, je dis à Bert que c’est le pire de tout de s’arrêter, qu’il faut ralentir mais jamais s’arrêter, sinon on risque de ne pas repartir.

Mais à ce moment-là, défaillance de Bert : coup de chaud, fatigue générale…Il s’arrête à plusieurs reprises et au début, je reste avec lui.
Et puis..
Là c’est le passage le plus difficile à raconter pour moi : je décide finalement d’avancer, en précisant à Bert de boire, de rester à l’ombre et de reprendre tranquillement ensuite. Bien entendu, je sais que je vais lui téléphoner dans pas longtemps, que je vais prendre de ses nouvelles mais tout de même, je vais vous dire un truc , je suis pas fière de moi à ce moment-là, surtout quand on connaît la suite de cette aventure…
Je m’en veux terriblement de ne pas être restée avec lui à ce moment-là : la peur des barrières horaires, la peur de passer le mur de Pralognan la nuit, tout cela a eu raison de ma solidarité. Nulle.

(Gros soupir)

J’arrive au Fort de la Platte, je vais bien, je monte pas mal, même si le soleil me cuit littéralement

Remplissage de bidons, ce n’est pas un vrai ravito mais il y a des robinets, comme précisé par d’ex TDSiens (donc on comptait bien dessus et heureusement qu’ils étaient là ces robinets…).
Des chèvres un peu partout mais pas de Raya… Où est-il ? Je me dis qu’il n’a pas dû vouloir attendre si longtemps et je le comprends.

  • FORT DE LA PLATTE  PASSEUR DE PRALOGNAN – 790ème – 61,9km – 4466m D+ - 13h17 de course

Je me rends compte en écrivant ce CR à tel point nous avions bien grappillé des places jusque-là… Plus dure sera la chute comme dirait ma mère…

Bon il faut continuer à monter, pas de répit. J’appelle Bert pour lui dire que j’ai passé le Fort mais je tombe sur son répondeur ; finalement il parvient à me joindre un peu après et je suis rassurée : il continue d’avancer Sourire

A ce moment-là, je tombe sur Raya ! Quel bonheur ! Encore une fois, ça m’a super bien boostée, on a bien discuté, bien rigolé. J’ai passé un très bon moment avec lui, tout en montant à ses côtés : des private joke liées au forum, au jeu des 365h… Raya, je t’envoie mille mercis à travers ce CR.

Et puis il a fallu continuer seule. Monter vers ce fameux Passeur de Pralognan dont le nom fait trembler, ce mur de rochers qu’il va falloir descendre en se tenant à des cordes, en improvisant les appuis, en forçant sur des muscles déjà trop endoloris par les km parcourus.
Le Passeur de Pralognan, c’est ça :

Ok, OK, mais ce qu’on m’avait pas bien expliqué c’est qu’avant de descendre ce truc, il fallait d’abord emprunter des passages hyper dangereux : genre t’as un truc qui tombe à pic à droite pis à gauche tu peux pas poser les pieds correctement à cause de la forme des rochers (et là, bizarrement, y a pas de corde)… Sympa ! Bon vous m’direz, j’ai payé pour être là hein…

Bref, ça descend, ça monte, ça tourne, à chaque virage tu crois que c’est le dernier pis c’est jamais le dernier (sauf quand c’est le dernier) et enfin on y arrive : LE passage délicat.

  • PASSEUR DE PRALOGNAN   CORMET DE ROSELEND  - 844ème – 66,2km – 4474m D+ - 14h42 de course


J’envoie un sms à Bert et Chris pour leur dire que j’y suis, ce dernier m’ayant déjà écrit « Passeur ok, dur mais c’est fait »

Alors oui c’est chaud, oui, faut pas se rater, tomber serait vraiment catastrophique et oui, vaut mieux le prendre de jour que de nuit. Mais franchement, y a bien pire que ça sur cette TDS. Parce que le Passeur, ça dure pas une éternité : on galère mais on en voit le bout (contrairement à certaines routes goudronnées en plein cagnard, hein Bert ;) )

Après le mur proprement dit, on aborde un passage avec que des grosses pierres là exprès pour tester vos chevilles, ces dernières tournent dans tous les sens mais tiennent bon.

La nuit commence à tomber, je vois des coureurs arrêtés sur le côté, je les imite : il est l’heure de sortir la frontale. J’ai des douleurs mais le mental est là, j’avance, pas vite car ça descend sur des chemins techniques et très boueux, les bâtons retiendront mes chutes à de nombreuses reprises. Au loin j’entends une cloche, je me rapproche et… c’est de nouveau Clément (alias Ponpon) qui est monté jusque-là depuis Roselend pour venir nous accueillir. Je lui explique pourquoi Bert n’est pas avec moi.

Ses informations sont précieuses et rassurantes : ça va continuer comme ça pendant un moment puis une descente encore plus glissante puis enfin une piste de 4*4 facile jusqu’au ravito de Roselend où m’attend mon sac de délestage.
Il descend avec moi et me fait rire : il n’a pas de frontale donc s’éclaire avec son Iphone, ses Five Fingers sont toutes neuves et pas du tout adaptées au terrain, il tente de les conserver propres mais impossible avec toute cette boue.
Il m’accompagnera ainsi jusqu’à la piste de 4*4 salvatrice où il attendra le passage de Bert.
Merci Clément pour ce beau moment.


J’entame une marche nordique assez rapide pour rallier le ravito. Je double Ilgigrad qui me reconnaît (la jupe rose…) mais qui n’est pas au mieux : il n’arrive plus à s’alimenter et a prévu de rster 1h à Roselend, il parle d’abandon si le problème persiste… Il finira en 32h, moins d’1h après moi Sourire

Roselend, enfin. Je récupère mon sac soigneusement préparé la veille. Un endroit spécial femmes nous est réservé et il n’y a personne. Je noke mes pieds, les ampoules semblent… stables.
Changement intégral . J’ai froid donc j’opte pour le collant, la seconde couche et même la Gore-Tex pour me protéger du vent. Je bois quelques soupes et cafés et.. je tombe sur Bert ! Clément l’a accompagné jusque-là, il me semble en bonne forme.

Mais là encore, je ne l’attendrai pas pour repartir car ça fait déjà un moment que je traînasse (plus de 45 min) .  A la sortie, Clément est encore là (quel homme…), il prend une photo et me rassure en me disant que je vais me réchauffer après (je grelotte même avec toutes mes épaisseurs + les gants chauds + les chaufferettes dans les gants).
Lecteur mp3 en place avec une playlist spéciale TDS, je repars.

  • CORMET DE ROSELEND  LA GITE – 789ème – 74,2km – 4850m D+ - 17h33 de course

Bizarrement j’ai peu de souvenirs de cette partie-là, c’est sûrement bon signe (ou alors je dormais en marchant), on monte au col de la Sauce sous un ciel étoilé. Je sais que j’ai eu trop chaud, ça oui, j’ai ouvert la Gore-Tex et attendait impatiemment le prochain point pour me re-changer

  • LA GITE  COL DU JOLY – 775ème – 85km – 5690m D+ - 20h58 de course

Alors là je suis super étonnée de découvrir, en écrivant ce récit, que mon classement s’améliore et ce, jusqu’aux Contas. Parce que, c’est quand même à partir de là que le chemin de croix a débuté pour moi, le début de la fin… Comme quoi la lucidité en prend un sacré coup après 20h58 de course…
Il faut dire qu’il y a eu pas mal d’abandons, ce qui explique peut-être que je continue à gagner des places (plus de 500 abandons soit 32% des partants).

Bon, donc j’arrive à La Gite où l’on me bipe mon dossard, je demande où sont les toilettes pour pouvoir me changer et là miracle, il n’y a personne, enfin tranquille ! ;)

Donc comme j’ai crevé de chaud, je troque le collant pour la jupe (noire) et en haut je ne garde que Tshirt et Gore-Tex (vent éventuel) , exit la seconde couche. Remplissage des bidons et hop, sac sur le dos, j’entame la montée vers le col de la Gite (650m de D+ sur 4km).
Au bout de 5 min, je sens qu’il me manque un truc, genre du Dire Straits ou des Cowboys Fringants, un peu de Cali et… MON MP3 !!! Je l’ai laissé en bas ! Demi-tour, je file comme une dératée aux lavabos où j’avais tout posé et .. ouf, il est là.
2ème départ. Comme je disais un peu plus haut, c’est là que ça commence à ne plus aller du tout. Déjà je me rends compte que : 1) j’ai envie de vomir 2) ça fait un moment que je n’ai pas respecté mon plan alimentation
Mais impossible d’avaler quoi que ce soit, rien ne me fait envie…
Je trouve la montée raide, très raide et, moi qui suis plutôt à l’aise d’habitude dans ce genre de côte, je me surprends à être très essoufflée, les poumons me brûlent genre bronchite… Bref, ça va pas.
J’ai juste envie de m’allonger et de dormir, que tout ceci s’arrête. C’est le coup de moins bien qui se pointe, le passage à vide que je connais.

J’essaie de me raisonner, je ne suis plus une débutante, je sais que ça va passer, que c’est juste un passage, que .., que…
Oui mais là, non, mon mental ne parvient pas à prendre le dessus, je décide d’abandonner aux Contas. Je me fais tout un film dans ma tête : je prendrai la navette prévue pour les abandons qui me ramènera à Chamonix puis j’appellerai Arnaud qui me ramènera à l’hôtel, je n’aurai plus qu’à prendre une bonne douche et me glisser sous la couette, ce sera tellement bien. Je visualise tout ça.

Le chemin est boueux, pas intéressant, il fait nuit, je ne prends aucun plaisir à être là.
Et surtout je me dis : « Mais ma vieille, sur la CCC, ce coup-là tu l’as eu à la fin, là il te reste tellement à faire, tu n’y arriveras jamais, tu t’es attaquée à trop fort pour toi, c’est pas de ton niveau,  y avait pas assez de D+ en Vendée pour la prépa… »
Beaucoup me doublent en m’encourageant mais rien n’y fait. Je me résigne en pensant que ce sera mon tout premier abandon, il fallait bien que ça arrive un jour.
Dans un état second je passe le col pour entamer la descente et, assez rapidement, j’entends la musique du prochain ravito ; j’ignore si c’est cela ou autre chose mais… le passage à vide s’envole.
Là, je suis limite euphorique « Ouais trop cool, je l’ai vaincu, plus question d’abandonner, en plus on entend le ravito des Contas, ça doit pas être loin, tout ça, tout ça… »
Bon c’est un peu trompeur car en fait, les sadiques nous font remonter un truc puis redescendre avant qu’on y arrive pour de bon (voir profil plus bas) mais, même dans la douleur, ça va, le moral est bon.
A un moment, je vois plein de frontales rassemblées, genre attroupement de traileurs arrêtés. « Bah ils font quoi eux ? Une réunion ? » Je m’approche pour leur demander si ça va juste avant de me rendre compte que ce sont … des vaches ! Partout plein de vaches dont les yeux reflètent la lumière de ma frontale. Pas très rassurée, je traverse ce troupeau bienveillant mais impressionnant.

Je stoppe mon mp3 car désormais, la musique du ravito est vraiment à portée d’oreille, c’est bon ça.
« Chouette, j’arrive aux Contas, après il restera plus que 2 grosses côtes et ce sera l’arrivée »

  • COL DU JOLY  LES CONTAMINES – 753ème – 94,9km – 5763m D+ - 23h27 de course

Alors, pour les lecteurs attentifs (et ceux qui connaissent bien la TDS), vous devez constater comme un bug là, non ?
Non ? Si ce n’est pas le cas, lisez la suite…
Le ravito est calme, je vois des coureurs allongés sous des couvertures. Je m’assois pour prendre un café et quelqu’un m’interpelle : « Eh, c’est la dame à la jupe rose, tiens vous avez changé de jupe » (nan mais allô quoi, on est surveillé !!!). Le type est assis à côté de moi et nous discutons un peu, il m’explique qu’il a du mal, que ça va être dur de finir .
 « Ah nan mais là on ne peut plus abandonner, on a fait 96 bornes ! 
-  Ah non, 86 
- Ben non, regardez (je sors mon Roadbook), on est aux Contamines donc on a fait 96, c’est écrit là (genre je le prends pour un demeuré le mec)
- Mais là, on n’est pas au ravito des Contas, on est à celui du Col Joly.
- … »

NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !!! J’ai sauté une case… P… c’est pas vrai ! Quelle cruche !
J’encaisse le coup tant bien que mal et me lève pour repartir quand… Bert arrive (décidément ! )

Je lui précise qu’il me rattrapera sans aucun doute dans la descente (et comment !) et repars.

750m de D- en 6km, voilà ce qu’il faut s’infliger pour atteindre Notre Dame de la Gorge, ensuite, il y aura 3km de plat jusqu’aux Contas (pour de vrai cette fois !!!) que je connais puisque je les ai déjà foulés lors de la Montagn’hard début juillet (ce qui explique encore moins ma confusion impardonnable des ravitos…).
Ces 6km vont me faire très très mal, il y a des rochers, des racines, ça glisse, je tombe un peu, je râle beaucoup, je me fais doubler…

Après le coup de massue de la montée au col de la Gitte, c’est le mur en pleine face que je me prends lors de cette descente vers ND de la Gorge .
Lors d’une petite chute sur les fesses, je reste à terre et commence à pleurer. Pas à cause de la chute, évidemment, c’est rien du tout, mais toujours ce sentiment qui s’abat de ne plus pouvoir faire un seul pas. Comme des coureurs s’empressent de me demander si je vais bien, je me sens obligée de me relever et de repartir. (merci à eux)


Pas pour très longtemps. Un gros rocher à gauche me fait de l’œil et je m’y assois pour appeler Arnaud et lui dire que je vais abandonner aux Contas (le pauvre, je le réveille…). Je pleure toutes les larmes de mon corps en lui parlant, je lui parle du col du Tricot qui sera impossible à monter pour moi, il me dit que non, je dois continuer, je serais trop déçue sinon et là.. TADAM ! Bert arrive avec sa cape, ses bâtons et son envie indiscutable, non négociable, de me faire finir. Je rassure Arnaud en lui disant que je ne suis plus seule et on repart tous les 2.

Au tennis, y a le « tournant du match », là où tout bascule. Ce moment que je viens de vous décrire, c’est le tournant de la course. Bert va me mener au bout.


J’ai hâte de lire ton CR Bert pour savoir exactement ce que tu as eu en tête à ce moment-là mais je le redis pour la 10ème fois encore : jamais je n’aurais fini sans toi.

Désormais, nous faisons équipe, nous resterons ensemble jusqu’au bout. Les 3km de plat arrivent vite et c’est en mode marche nordique que nous arrivons aux Contas (pas d’erreur cette fois !!)

  • LES CONTAMINES  COL DU TRICOT – 758ème – 101,8km – 6926m D+ - 26h39 de course

Lorsqu’on arrive aux Contamines, j’ai battu mon record de durée en course mais pas encore mon record de km.
J’ai froid. Rechangement de fringues : collant.
Toujours aucune envie de manger des barres, je me contente de fromage, café, Tucs.

On sait maintenant que la grosse difficulté restante est le col du Tricot : à partir de Miage, il faudra monter 600m en 2km : ça va piquer.
Oui, ce fut dur, la montée est très raide, c’est peu de le dire mais, en termes de douleurs,  rien en comparaison de la suite et d’ailleurs quand je vois le classement, nous étions encore en gain de places en haut du col, preuve que la déchéance n’était pas encore totalement arrivée.

  • COL DU TRICOT  BELLEVUE – 782ème – 105,9km – 7061m D+ - 28h09 de course

 


BIM ! 24 places de perdues.


Bah oui mais là, comme vous voyez sur la photo… On peut pas dire que je sois très à  l’aise pour passer.
Bref, je vais pas vous faire un dessin, vous verrez sur le film (lien plus bas) que je marche un peu style canard en raison des ampoules et autres diverses douleurs (genoux, épaules, cuisses, mollets et j’en passe…)
Comme vous voyez, c’est maintenant la collection printemps été que je présente (oui oui on s’est encore changé juste après la bascule du col : pas un nuage, de nouveau, on cuit).
Nous retrouvons donc Arnaud et les enfants avec une question d’anthologie de Timéo : « C’est fatiguant maman ? ». Si peu… ;)

C’est super qu’ils soient venus, ça me fait très plaisir et ça change les idées, c’est bon à prendre.  C’est vrai que lorsque je comptais abandonner, une de mes plus grandes tristesses était de me dire que, cette année, je ne passerais pas la ligne avec eux.


Arrivée au ravito de Bellevue (boisson uniquement), Timéo croit qu’il va pouvoir prendre du Coca mais je lui précise que ce n’est que pour les coureurs !

Arnaud et les enfants vont reprendre les télécabines pour descendre et nous les retrouverons aux Houches.

  • BELLEVUE  LES HOUCHES – 824ème – 110,6km – 7061m D+ - 29h29 de course

J’entends une personne dire : « y a un peu de sentier et après c’est un chemin 4*4 jusqu’aux Houches ».
FAUX ARCHI FAUX sur toute la ligne. Nous avons été dupés et pas que nous si j’en crois tous les commentaires des autres coureurs qui nous ont rattrapés lors de cette descente.
Déjà le sentier il est long, c’est pas DU TOUT un minuscule bout de sentier, ensuite la trace 4*4 c’est une loooooooooooooooogue route goudronnée en plein soleil. Et bien sûr tout cela desend impitoyablement, appuyant méchamment sur les ampoules.

De nouveau, je ne peux retenir les larmes. Là, je sais que je vais finir, nous sommes larges sur les barrières horaires (2h) et abandonner maintenant n’est pas concevable tant je le regretterais toute ma vie mais les larmes coulent quand même, je me dis que la fatigue doit y être pour beaucoup, j’ai bien moins encaissé la nuit blanche qu’à la CCC l’an dernier. Nous perdrons 42 places dans cette courte portion…

Regardez un peu nos têtes sur cette fameuse route goudronnée :

(ça fait envie hein…)

 

  • LES HOUCHES  CHAMONIX – 842ème – 118,5km – 7209m D+ - 31h10’28’’

3 quartiers d’orange et on repart vers la délivrance. Je suis admirative devant ceux/celles qui parviennent encore à courir à ce stade. Pour nous ce n’est pas concevable : gémissements dès que ça descend un peu, le pas est hésitant, les bras ballants…
Nous parvenons tout de même à plaisanter un peu grâce à une jolie couleuvre/vipère qui nous fait bien délirer ;)


Sophie, la sœur de Bert, ne cesse de me smser, je lui réponds : « Arrivée dans 4,9km », le relai de l’info sera rapide sur FB et sur le forum Clin d'œil


Il faut aussi réfléchir à notre arrivée avec nos enfants respectifs, faut pas improviser un tel moment : nous convenons que les enfants de Bert se placeront à sa gauche et les miens à droite.
La famille est prévenue : le duo Sabert (surnommé ainsi sur le forum) arrive.

Après un long (tout paraît long à ce stade) passage urbain, nous voyons enfin la rue piétonne se profiler, on récupère les enfants, on marche et puis on se décide à courir (non sans un cri de douleur de ma part, cf vidéo).


(photo d'Elisabeth)


Et on arrive, le speaker dit nos prénoms, il y a du monde pour nous applaudir, l’apothéose, l’émotion à son comble. On l’a fait.

Merci Bertrand pour ces purs moments de partage.

 

Profil de la course:
 

Lien pour le film monté par Arnaud: https://vimeo.com/104755262


73 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 31-08-2014 à 15:09:58

Bon, je ne commenterai pas sur le fait de se sentir nul quand on décroche les autres, hein ? ;-)

Tu l'as fait. Tu es passée par tous les états et tu es passée au delà. Tu est faite pour l'ultra et je n'imagine même pas une seule seconde que tu ne finisses par par cliquer sur un autre truc de folie.

Retour parmi nos petits parcours de parigots, ça va paraître fade. Je vais essayer de disséminer quelques vaches ça et là, pour que tu puisses leur parler, si tu veux.

Donc, maintenant on entame la prépa Origole? (je te rappelle que t'as cliqué, là aussi....et j'ai un vague petit secret espoir que cette course soit mieux faite pour le duo)

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 15:15:35

Pendant la TDS, j'ai pas mal pensé à l'Origole, ça va être un sacré morceau ça aussi.
Je pense que la TDS (tout comme la MH 100 que je ne souhaite pas tenter) était trop dure pour moi, certes je l'ai finie mais avec trop de souffrance; en revanche, je récidive en disant que j'aimerais retenter la CCC. Elle est plus abordable et me correspond mieux même si c'est loin d'être une coursette. A voir...
Mon gros "problème" aussi c'est que je récupère très vite. Je n'ai déjà plus de douleur là. C'est un problème car j'oublie trop vite les souffrances endurées et après paf je reclique sur des conneries ! ;)
Ce CR m'aidera à me souvenir.

Commentaire de Bert' posté le 31-08-2014 à 15:40:11

Waouh, quelle balade ! ;-)

Presqu'un an qu'on avait abordé de partager de grands projets tous les 3... Une prépa et des échanges continus...
Alors je dirais simplement un grand merci. L'aventure fut magnifique, partagée et remplie d'émotions.

Sab, tu as fait un pas de plus vers les "sommets" d'une vie pleine de sens.

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 15:43:29

Un commentaire qui te ressemble, empli de sagesse et de hauteur :)

Commentaire de Tamiou posté le 31-08-2014 à 15:50:49

Sans vouloir vous couper, les oufs, un grand bravo a tous les 3 et mention spéciale à la Miss.

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 15:53:21

:) Merci Tamiou

Commentaire de hyperpronateur posté le 31-08-2014 à 15:52:50

Bravo, déjà, rien que le fait d'aller au bout c'est une perf énorme. Le passeur de Pralognan ça a l'air d'être quelque chose !!

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 15:54:29

Merci ! Le Passeur impressionnant oui mais j'en avais tellement peur que finalement, c'est passé assez bien

Commentaire de Jean-Phi posté le 31-08-2014 à 16:43:23

Bravo pour cette course en communion. Joli moment que l'on garde longtemps. Bonne récup !

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 18:32:53

Merci Jean-Phi, oui tout comme notre Ecotrail ;)

Commentaire de patfinisher posté le 31-08-2014 à 17:31:47

Euh.... Je n'ai pas résisté à le lire de suite là dimanche 31/08, tranquillement, il y a bien le tome 1 et 2 d'une belle aventure humaine et sportive. Bravo et merci pour ce CR qui marque l'esprit et sera riche d'enseignement pour ceux qui désireront tenter l'expérience à 2....pas de doute c'est une autre dimension ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 18:33:27

Merci Pat pour ce comm et pour toutes tes gentilles attentions sur FB ;)

Commentaire de Bérénice posté le 31-08-2014 à 18:14:30

Bravo, encore bravo et surtout bravo !!

Quel plaisir de savoir enfin tout ce qui s'est passé. Suivre un coureur sur le net c'est formidable mais on a 1000 questions et aucune réponse ! On essaie de savoir qui a un sms ou une info à communiquer sur le forum et on imagine... Ton récit est encore une fois super vivant et avec les photos c'est top !

Ah comme j'envie tes longues jambes aussi magnifiques que celles de Steffi Graf du temps de sa splendeur !!

Qui a dit: "pas de génie sans un grain de folie." ??

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 18:34:50

;) J'espère que j'ai répondu aux questions que tu te posais; si tu en as d'autres, n'hésite pas.
Vivement que Bert nous organise une bonne sortie de MN pour qu'on ait l'occasion de papoter !

Commentaire de franck de Brignais posté le 31-08-2014 à 18:36:04

Bravo pour ce bel exploit et merci pour ton partage !
Prend le temps de rester un peu là haut et rêve de ton prochain objectif !!

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 18:45:57

Coucou Franck et merci. Oui j'y suis encore, là-haut. Avec de tels paysages, on ne peut qu'avoir envie d'y rester.
Prochain gros objectif: l'Origole (à la même date que la Saintélyon)

Commentaire de yves_94 posté le 31-08-2014 à 19:18:03

Bravo ! Le mental, le mental, le mental...il n'y a que cela qui fait avancer au bout de quelques heures de courses, et un bon compagnon de course également !

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 19:19:27

Là pour le coup, le mental seul n'aurait pas suffi, il fallait surtout le compagnon :)
Merci Yves et encore bravo pour ta TDS à toi (la course parfaite ;) )

Commentaire de Greg136 posté le 31-08-2014 à 19:26:25

Bravo à votre trio! Vous avez fait vibré les kikouroureus postes derrière leurs écrans. J'ai eu l'impression de revivre la course d'abord en vous suivant puis avec ton recit. Moi aussi je garde un souvenir difficile de ce passage entre la Gitte et le col du Joly (ou les. Contamines c'est selon ;))
Encore bravo

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 19:27:22

Ahahah, on ne se moque pas hein ! Se tromper d'un ravito pffff :p
Merci Greg

Commentaire de Hockeyeur posté le 31-08-2014 à 19:58:01

Bravo Sab.
Une très belle course, un beau CR et de superbes photos ;-)

Chapeau bas !!

Commentaire de Sabzaina posté le 31-08-2014 à 20:35:07

Merci à toi et ne t'en fais pas, même si tes blessures ne t'ont pas permis de participer cette année, ce n'est que partie remise. Courage !

Commentaire de Arcelle posté le 31-08-2014 à 21:18:51

Ah, que dire ?
Encore un bien joli CR, comme toujours !
Sympa la description de l'inscription, les difficultés de la course et notamment la certitude de l'abandon (je la connais celle-là, et malheureusement de faon plus concrète)
J'aime bien aussi la crainte au milieu des vaches, ça me rappelle Bovine l'an dernier -;)

Et puis, non, ne me dites pas que vous avez eu droit aux 3 km de plat de la MH au bout de plus de 90 km ! mais quel cauchemard.

Et puis, et puis, il y a ce retour de Bert',

Et puis, Timéo, il faudra qu'il fasse du trail un jour :-)

Et puis ces histoires d'ampoule, oh comme je compatis à ta douleur !

Et puis, enfin, cette arrivée ...

Bravo, et encore bravo, j'admire ce mental !

Commentaire de Sabzaina posté le 01-09-2014 à 12:52:42

Merci Marie-Laure.
Si si on l'a eu le long plat jusqu'aux Contas mais contrairement au jour de la MH, je peux t'assurer que j'étais ravie de les trouver, déjà parce que je connaissais et en plus parce qu'à plat, les douleurs étaient moindres.
Bises

Commentaire de Matchbox posté le 31-08-2014 à 22:39:28

Très beau CR et une vidéo qui a fait envoler les poussières de mon salon vers mes yeux...
Je suis heureux pour toi que tu es bouclé ce très gros morceau. Ton mental a eu raison de la difficulté du parcours.
Une très belle histoire d'amitié et de solidarité. Mon CR de la TDS 2014 sera également orienté "équipe", moi qui suis plutôt un solitaire.
Comme toi, j'ai confondu l'an dernier le ravito du Col Joly avec celui des Contamines, comme quoi les perdes de lucidité sont importantes sur les ultras.
Encore bravo !

Commentaire de Sabzaina posté le 01-09-2014 à 12:54:29

Matchbox, tu sais que j'ai maintes fois relu ton CR de la TDS 2013 donc déjà merci car cela m'a été bien utile. J'ai hâte de lire ton CR 2014
Contente que la vidéo t'ait plu.
Et surtout, tu me rassures pour la confusion de ravitos, je me sens moins seule ;)
Merci !

Commentaire de Benman posté le 31-08-2014 à 23:31:30

Bon, évidemment un énorme bravo. Au delà de ça, j'adresse mes remerciements et compliments au cameramen... On ne parle pas assez des conjoints et accompagnateurs. C'est aussi grâce à eux et par eux qu'on fait tout cela. Bon retour sur terre.

Commentaire de Sabzaina posté le 01-09-2014 à 12:55:23

Tu as tout à fait raison: de l'entraînement jusqu'au jour de la course, les conjoints sont précieux car il faut bien dire que ça prend du temps toutes ces p'tits loisirs... Alors, faut assurer derrière...

Commentaire de Japhy posté le 01-09-2014 à 07:23:22

Ha bravo! Où l'on apprend que Christian ne t'a même pas poussé à faire cette TDS! Que presque même, t'as basculé avant lui!!! C'est du propre!
Comme souvent, j'ai eu la chair de poule en lisant tes aventures. Mais que ça a dû être dur....Quelle belle équipe vous avez formée. Je suis très heureuse que tout se soit bien passé, et j'ai quand même bien ri à votre photo sur la route goudronnée! :D
J'espère que tu vas te reposer un peu.

Commentaire de Sabzaina posté le 01-09-2014 à 12:57:31

Et oui j'avoue, Christian n'est (presque) pas responsable de ma bascule sur la TDS, il fallait bien que la vérité soit rétablie un jour ;)
Tu as remarqué Japhy, il y a beaucoup moins d'humour dans ce CR là que dans celui de la CCC l'an dernier, cela traduit tout à fait ma difficulté...
(Pour la photo sur la route goudronnée, pour le moment, à chaque fois que je le vois, j'explose de rire)
Bisous ma Japhy

Commentaire de Arclusaz posté le 01-09-2014 à 11:54:00

Un CR très précieux qui montre bien les souffrances ressenties. Certes, l'histoire est belle, l'amitié est omniprésente, la fin fait envie.
Mais, le chemin est bien trop dur.

Un peu (beaucoup) de repos maintenant, ce serait une bonne idée.....

Commentaire de Sabzaina posté le 01-09-2014 à 13:00:58

Bien trop dur. Ce CR est là pour que je m'en souvienne et que je reste raisonnable. Tu as raison, il faut que le plaisir supplante la souffrance.
Je suis en repos footing pendant 10 jours et j'espère arriver à respecter cela.
Merci Arclu pour toutes tes vannes lors du suivi live, j'ai bien ri dans la voiture en rentrant sur Paris.
Je ne fais plus la Saintélyon, il va falloir absolument qu'on trouve un autre endroit, une autre occasion pour se croiser. C'est indispensable.

Commentaire de trailaulongcours posté le 01-09-2014 à 17:19:03

Ca c'est du compte-rendu! Wouf, je viens de lire tout ça d'une traite, plus la vidéo. Ca m'a fatigué votre histoire. Quel périple. Franchement, je suis admiratif. Et que je comprends tes remords d'avoir laissé Bert' derrière. J'ai vécu le même scénario il y a quelques années dans les Pyrénées. Bravo à vous deux en tous cas...

Commentaire de Sabzaina posté le 01-09-2014 à 19:57:28

Désolée de t'avoir fatigué, tu te vengeras lorsque tu nous raconteras ta Diagonale des Fous ! ;)
@ bientôt Bart

Commentaire de Bikoon posté le 01-09-2014 à 18:46:13

Magnifique ! CR, course, mental, duo, tout est magnifique :o)
Un immense bravo d'avoir trouvé [et aussi un peu grâce à Bert ;o)] les ressources nécessaires pour boucler ce périple (que je n'ai sû mener à bien) malgré les souffrances.
J'imagine votre joie de franchir la ligne en famille(s) après tant d'efforts !
Tu l'as fait, et personne ne pourra jamais te retirer ça ; même si je peux comprendre que tu te sois demandé si la souffrance endurée en valait la peine...
Prends le temps de bien récupérer physiquement et mentalement avant de te lancer dans de nouvelles aventures.
A bientôt dans les montagnes Yvelinoises

Commentaire de Sabzaina posté le 01-09-2014 à 20:07:06

J'ai été tellement surprise et peinée quand j'ai appris que toi et Olaf aviez renoncé... :(
Merci pour ton gentil commentaire, contente d'avoir pu échanger avec toi lors du retrait des dossards et à bientôt si j'en crois ton Kivaoù ;)

Commentaire de tidgi posté le 01-09-2014 à 20:33:07

Magnifique récit.
Ce mental, tu le forges à chaque kilomètre et à mon avis, tu n'as fini de t'étonner toi même.
Euh... j'avais pas dit l'an dernier que ce serait l'UTMB ? Tu feras attention de bien cliquer en décembre prochain ;-)
Bonne récup

Commentaire de Sabzaina posté le 03-09-2014 à 17:18:40

Apparemment, Chris est bien parti pour tenter l'UTMB. Moi, non, je veux retenter la CCC ;)
Merci à toi :) (et bonne Saintélyon!)

Commentaire de caro.s91 posté le 01-09-2014 à 23:31:11

Ouf, quel récit !!! et quel mental que tu as réussi à te forger.
C'est vraiment super.
Tu n'imagines pas à quel point ca te servira quand tu te sentiras mal dans de prochaines courses en repensant à cette TDS.
Bravo. Prends le temps de bien récupérer. :)
Caro

Commentaire de Sabzaina posté le 03-09-2014 à 17:19:46

Merci Caro. Effectivement, je n'avais pas pensé que cette difficulté surmontée serait une aide pour les prochains trails. Tu es toujours de bons conseils, à bientôt

Commentaire de stphane posté le 03-09-2014 à 12:39:14

... L'amitié et l'entraide sont une jolie victoire... sauf pour le vainqueur le classement devient vite accessoire... Complicité qui fait plaisir à voir et à lire. Félicitation.

Commentaire de Sabzaina posté le 03-09-2014 à 17:20:38

Merci stphane et surtout bravooooooooooooooo pour ton UTMB :)

Commentaire de pitas posté le 03-09-2014 à 18:02:23

Bravo Sab!
tu dois etre super fiere de n'avoir rien laché et d'etre aller au bout, récup et récup maintenant!

Commentaire de Sabzaina posté le 03-09-2014 à 20:26:57

Oui je suis fière mais je ressentais encore plus de fierté et de sérénité après la CCC; quelque part j'ai tout de même le sentiment d'avoir "raté" cette TDS, un peu comme un RV manqué.. C'est assez dur à expliquer

Commentaire de pitas posté le 03-09-2014 à 21:35:06

Je crois que j'arrive à comprendre, on finit mais en lutant trop et sans vraiment prendre de plaisir dans l'effort... comme si tu fais des pâtes mais que tu les cuit trop et que tu oublies le sel, et le parmesan, ça reste des pâtes mais la saveur n'est pas là...
Toujours est il que tu continué, là où j'ai vu des gens faire demi tour (au fort de la platte par exemple)...

Commentaire de Bert' posté le 03-09-2014 à 23:10:26

Je devine ce que tu veux dire... Mais imagine si tu avais abandonné ?...
Et l'important n'est-il pas ce que tu retires de l'expérience ?...


Commentaire de Sabzaina posté le 04-09-2014 à 17:05:41

Si j'avais abandonné, je serais encore en train de pleurer là!

Commentaire de kikourkool posté le 04-09-2014 à 11:59:37

BRAVO.
Oui, je sais dire BRAVO c'est basic, mais ton récit prouve une fois encore que le corps humain (et la tête) ont des ressources inimaginables.
Comment expliquer ce "revirement" qui fait passer de l'abandon sur à une euphorie qui porte à aller au bout (de la course et de soi) ?
Vivement le prochain ?

Commentaire de Sabzaina posté le 04-09-2014 à 17:06:13

Oui vivement le prochain!!! Merci à toi :)

Commentaire de stphane posté le 04-09-2014 à 20:46:31

Félicitatation, Finisher quand meme c'est pas rien,
Il fonctionne bien votre duo, moi qui recherche des gentils traileurs pour une PTL je me dis que .... , encore bravo!

Commentaire de Sabzaina posté le 04-09-2014 à 20:47:41

LOL ! La PTL! Manquerait plus qu'ça: ;)

Commentaire de bubulle posté le 05-09-2014 à 22:34:58

Eh, faut pas nous carroter notre coéquipière pour la PTL 2017, avec Bert, hein !

Commentaire de RayaRun posté le 04-09-2014 à 23:05:35

Toujours un plaisir de te lire et bien heureux que tu ais apprécié notre petit bout de route, toujours bien sympa de rigoler et si cela t a aidé à faire quelques kilomètres, tant mieux ! Bravo pour ta course et je pense sincèrement que des courses comme la TDS et la MH sont à ta portée contrairement à ce que tu écris.

Commentaire de Sabzaina posté le 05-09-2014 à 06:24:53

Aaaah me tente pas, malheureux!! ;)
Bises et merci Yann

Commentaire de bubulle posté le 05-09-2014 à 22:35:58

Tu vois que Yann aussi il le dit que la MH, elle est pour toi....

Commentaire de Sabzaina posté le 06-09-2014 à 06:48:43

Tu n'as pas vu comme j'ai souffert sur la TDS...

Commentaire de RayaRun posté le 06-09-2014 à 20:30:11

C est psychologique ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 06-09-2014 à 20:32:35

Mais bien sûr !

Commentaire de stphane posté le 05-09-2014 à 14:48:46

Oui sab il manquerait que ça... C est ce que tu pourras dire sur la semaine d août prochain... Un joli défi non ?

Commentaire de Sabzaina posté le 05-09-2014 à 20:39:09

Nan nan nan

Commentaire de Mams posté le 06-09-2014 à 10:46:37

Chapeau bas!! Tu as assuré, malgré la difficulté! Vous avez eu du soleil, mais le froid et le vent, c'est le plus dur!
Ta ténacité et ton courage sont impressionnants! Bonne récup' et si tu cliques à nouveau, ce n'est pas de la présomption, c'est justifié!! ;)
Au plaisir de te lire à nouveau

Commentaire de Sabzaina posté le 06-09-2014 à 13:46:59

Merci Mams et un grand bravo pour ta CCC :)

Commentaire de Renard Luxo posté le 06-09-2014 à 18:38:53

Bravo Sab, belle victoire sur toi-même, toutes les composantes de l'ultra y étaient (euphorie, doute, solidarité, jusqu'au-boutisme, etc ...). Juste une dernière petite équation à te soumettre : CCC => TDS => ... (en 201?)

Commentaire de Sabzaina posté le 06-09-2014 à 19:56:01

CCC => TDS => CCC ! :p
Merci Renard et surtout un énorme bravo sur tes 39h à l'UTMB ! :)

Commentaire de Renard Luxo posté le 06-09-2014 à 20:02:30

Merci Sab. Periste et signe, la vie ne tient-elle finalement qu'à un "clic", une froide soirée de décembre ... @+ pour de nouvelles aventures.

Commentaire de Mamanpat posté le 08-09-2014 à 11:03:09

Meuh alors ?! Tu pleures avant la ligne d'arrivée (aussi) ? ;-)
Tu vas devoir investir encore un peu pour améliorer le défilé, 2 jupes et un collant ne suffisent plus !
Pour tes petons, y'a moyen de supprimer le pbm des ampules et ne pas Noker plein pot (on en reparle)
Mille bravos grande folle et prends le temps de récupérer !!! Take care !

Commentaire de Sabzaina posté le 08-09-2014 à 20:29:42

Merci Patricia ! :)
Je suis preneuse de conseils pour tout et surtout pour les ampoules !

Commentaire de st ar posté le 05-10-2014 à 22:02:17

et ben...tu as un sacré mental quand même...un grand bravo!

Commentaire de Sabzaina posté le 06-10-2014 à 06:15:55

Merci :)

Commentaire de Ponpon posté le 04-12-2014 à 14:36:16

Bravo pour ta course Sab, ravi d'avoir partagé un peu de temps avec toi, surtout dans la descente de Passeur de Pralognan ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 04-12-2014 à 17:35:11

C'est un moment que je n'oublierai pas Clément. Tes Five Fingers ont dû prendre cher ! ;)
Merci pour ta gentillesse

Commentaire de christine06 posté le 05-09-2018 à 17:50:48

Je viens de boucler ma TDS édition 2018, meme si le parcours n'aura pas été complètement le meme que le votre, je me suis beaucoup inspirée de votre récit pour préparer ma course, de vos temps de passage aussi, vous êtes un peu plus rapide que moi je pense, mais ca m'a quand meme bien aidé.
voilà je voulais juste témoigner pour dire qu'il est bien utile de poster des récits de course sur kikourou pour que les autres coureurs puissent s'en inspirer :-)

Commentaire de Sabzaina posté le 05-09-2018 à 19:30:41

ça me fait très plaisir, merci beaucoup et bravo pour ta course !
C'est vrai que les récits sont très utiles. Malheureusement, je n'ai guère le temps d'en écrire...et pourtant, il y a tant à dire :)
Bonne récup et encore bravo car la TDS est un très très gros morceau

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran