Récit de la course : Marathon de la baie du Mont-St-Michel 2006, par z.glacial

L'auteur : z.glacial

La course : Marathon de la baie du Mont-St-Michel

Date : 17/6/2006

Lieu : Cancale (Ille-et-Vilaine)

Affichage : 1768 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

c'est dur un marathon !

Je découvre ce site en même temps que je découvre le marathon !

Mon beau-frère « Jean-Pierre » rêvait de faire un marathon depuis longtemps, il connaît bien les 15 ou 20 kms, et il est un bon foncier ! Alors habitant à 45min du Mont Saint Michel, je lui ai offert une inscription au marathon pour Noël !
Puis en surfant et en regardant les programmes d’entraînement, je me dis après plusieurs instants de réflexion, c’est parti pour moi aussi !

J’ai essayé de suivre l’entraînement proposé par le site du marathon, et nous avons fait le semi-marathon cancale saint-malo un mois avant. Jean-Pierre le fait en 1h34 un peu deçu de son temps en moi en 1h44 plutôt ravi de ma performance pour quelqu’un qui ne court régulièrement que depuis 3 mois !

Mais au départ de ce marathon, nous n’étions plus trop sûr de notre préparation, je me sentais un peu « légé » et Jean-Pierre ne se sentait pas trop préparé !

Impressionnant ce rassemblement de coureur, cette organisation pour récupérer les dossards, pour prendre les navettes…
Nous voici allongés sur l’herbe en attendant le départ.. Mais qu’est-ce qu’ils font autour du stade ? Ils courent !! Déjà ?? Il faut s’échauffer avant un marathon ? D’autres dorment ça me rassure….
On se place avec les coureurs, nous envisagions de la faire en 4 heures, Jean-Pierre pensait même suivre le 3h45, mais il a préféré rester avec moi au début.. Et Pan c’est parti !
3 minutes et quelques secondes pour passer sous la ligne de départ en marchant, et beaucoup de spectateurs qui encourages… On en aura s’en doute plus besoin dans les polders !!!

Une éponge tombe a terre, Jean Pierre la ramasse et une marathonienne Nelly le remercie en disant que si elle perdait l’éponge au 3ème kilomètre, c’etait déjà mal parti!!
Nelly callait son allure sur un 4h et nous disait que le ballon vert des 4h était parti trop vite !!! Moi l’allure de Nelly me convient, on va faire un bout de chemin ensemble...

Tout le monde regarde a gauche pour chercher le Mont Saint Michel au loin mais on ne voit rien, il est dans la brume… Par contre tout au fond, j’aperçois un petit château d’eau blanc ! C’est un bon repère dans la baie quand on fait du char à voile, c’est le château d’eau de Cherrueix !!! Il est si loin... Et il est seulement au kilomètre 20 !!! Je ne dis rien à personne, ça me sape le moral… déjà !!!
Jean-Pierre s’ennui de cette allure et commence a partir a son rythme dans la descente de Saint Benoît des ondes.

Il fait chaud… les villageois nous arrosent au jet d’eau à Saint Benoît… Les groupes de musiques, les spectateurs scandent nos prénoms affichés sur les dossards, c’est agréable…
Hirel… Un collègue, Serge qui ne participe pas cette année m’encourage, ça fait du bien de connaître du monde sur le parcours !
Le vivier sur mer, je commence a avoir une douleur au mollet, ça s’annonce mal, mais n’y pensons pas… je bois un quart de bouteille a chaque ravitaillement et je m’arrose avec le reste… J’ai une gourde de 1 litre avec moi qui me permet de boire quelques gorgées entre deux ravitaillements. Pascal, un autre copain habitué de la course à pied est là aussi, et ça me remotive !
La Laronnière... Cherrueix... Des copains du club de char à voile pour me soutenir, je pensais qu’ils auraient étés plus nombreux… Merci pour ceux qui étaient là ! Et avant le semi j’aperçoit le char à voile de René, il est beau, je suis super content de le voir, il court pour me prendre en photo et le semi est avalé en 2h02… Nelly me dit qu’on est un peu en retard mais que le ravitaillement juste avant le semi nous a fait perdre un peu de temps qui va se récupérer ! Ca commence vraiment à me tirer fort, Nelly me dit qu’il ne faut pas y penser, c’est au 30ème que ça sera dur !
La chapelle Sainte Anne, encore Serge qui est la pour m’encourager et c’est parti pour les polders…

Kilomètre 25, au ravitaillement mon copain Christophe avec sa cornemuse est là, il a joué 2 heures non-stop, c’est presque aussi dur qu’un marathon ça !!!
Que c’est dur de redémarrer après le ravitaillement, Nelly me dit, aller Olivier accroche toi…. Alors je m’accroche… Si j’avais été tout seul, j’aurai bien été tenté de marcher un peu, mais on se motive à deux… Kilomètre 26, la famille est là, les enfants ont fait des dessins… ça redonne le moral…

Kilomètre 29 le mari de Nelly nous rejoint, il est venu pour la soutenir pour la fin du marathon. Ravitaillement, je m’arrête, j’essaye de manger quelques raisins, un peu de banane…. Je relève la tête, j’aperçois Nelly à 30m devant... J’essaye de repartir… elle n’a plus besoin de moi, je craque…

La course commence avec moi-même, tout seul, en plein désert… J’en avais doublé des gens à pied, je me fais doubler maintenant… Vais-je abandonner ? Pas pour le moment… Kilomètre 30… C’est tout ? je n’ai fait qu’un kilomètre ? Il faut que je me remette a courir, le ballon rose des 4h30 est encore loin derrière.. Je trottine, je m’arrête, je retrottine, je remarche… je m’étire…. Kilomètre 32, grande tente de secouriste, des gens à l’intérieur, non ce n’est pas pour moi, j’ai encore du jus, je peux encore avancer… Je vais encore marcher jusqu’au au prochain virage…

Je suis dans mes pensées, et je suis en fait en train de marcher à côté de Jean-Pierre !! Incroyable, il a craqué au 32, s’est fait masser sous la tente et est reparti ! On va finir ensemble, sans se casser, ça nous remotive et nous réconforte… On marche et trottine jusqu’au 36, le meneur d’allure rose des 4h30 nous double avec un groupe, aller on s’accroche !! Et on y arrive !!!

Pont de Beauvoir, une foule nous attend, ça fait du bien, la famille est de nouveau ici !! Vous êtes exceptionnels, vous êtes de champions, bravo les gars, courage !! Que de messages qui sont bons à entendre !

Dernier ravitaillement et ligne droite finale, quelle est longue cette ligne de 4 kilomètres, et étroites, on double, on se gêne, le meneur d’allure accélère, jean pierre aussi, je reste a mon rythme, je cherche mon oxygène... Kilomètre 42... Ah oui c’est vrai, il reste encore 195 mètres, les plus dur !!! Je vais doubler tous ceux qui sont devant moi hehehe Et juste devant moi un coureur lève les bras en signe de victoire, je décide de rester derrière, je ne veux pas lui gâcher ce plaisir, de toute façon, je n’en peux plus…. 4h35

Je m’adosse a une barrière en tendant mon pied pour qu’on récupère la puce, je prends la médaille et... vite de l’eau… Petite douche sous un jet d’eau froide, direction le parc à bestiaux... Secouristes, secouristes !!! Un coureur vient de tomber à terre… Que c’est dur de lever les pieds pour prendre cette passerelle... Un marathonienne en larme, crise de nerf ou douleurs insupportables ? Sans doute les deux… C’est tellement dur de descendre cette passerelle… Jean-Pierre me propose d’aller au massage... On commence a rentrer sous la tente… elle est plein a craquer... Des secouristes qui courent, qui bousculent pour intervenir au plus vite… Gentiment je dis à Jean-Pierre, il y en a des beaucoup plus mal que nous... Continuons notre route au ravitaillement... Je n’ai pas faim, j’essaye de prendre des raisins sec, j’ai du mal à les mettre dans ma bouche… Je sors, je m’assois… que j’ai mal... Mais ça y est je suis marathonien ! On reprend la navette ça repose les jambes, voiture a l’hippodrome de Beauvoir….
Un bon coca en regardant le mont au loin, je suis con je n’ai même pas profité de le regarder à l’arrivée … Je pense que je le préfère vraiment en janvier et février ce mont…

2 commentaires

Commentaire de Kiki14 posté le 20-06-2006 à 07:47:00

Salut Z glacial ton récit fait chaud au coeur...........
BRAVO a toi Olivier le Marathonien

Commentaire de z.glacial posté le 20-06-2006 à 23:49:00

Merci ;-) 3 jours sont passé, un petit tour chez mon osteo qui ma detendu un genou, les douleurs se dissipent, les souvenirs de la difficulté aussi, seul reste le bonheur de l'avoir fini !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran