Récit de la course : Le Grand Raid des Pyrénées 2014, par LudoH

L'auteur : LudoH

La course : Le Grand Raid des Pyrénées

Date : 22/8/2014

Lieu : Vielle Aure (Hautes-Pyrénées)

Affichage : 1401 vues

Distance : 160km

Objectif : Terminer

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

GRP 2014 - des conditions difficiles!

1 - Prépare-hatifs

Jeudi 21 aout. 19h15.
Ca y est je viens de récupérer mon téléphone portable qui était tombé dans la voiture de l'infirmière qui nous a pris en stop pour nous monter a Vielle Aure (Je pose ma candidature pour le boulet d'or 2014!). On vient de manger plus qu'a aller se coucher et dormir un peu avant le grand départ


2 - L'échauffement: Le Pic du Midi

Vendredi 22 Aout
5h00 Ca y est c'est le grand départ. Tout le monde est au Rendez-vous, le feu d'artifice est lancé du pont de Vielle Aure et même la pluie et au rendez-vous. On peut donc partir.

7h50 premier ravito après 1500m de D+ à bon train. Il me semble que tout le monde est parti à un rythme raisonnable tout va pour le mieux, c'est parti. J'ai 40 minutes d'avance sur la barrière horaire et au moins autant sur mon planning. La pluie a capitulé assez vite mais il fait un peu froid! Les ravitos sont super et les bénévoles sont sympas tout le long du parcours ... difficile de ne pas camper a chaque ravito!

9h45 premiere chute ... de tout mon poids sur la fesse droite (caillou mouillé = caillou glissant). Je repars avec un hématome conséquent que je ressentirai à chaque pas, mais surtout à chaque fois que je vais essayer de m'assoir... d'ailleurs aujourd'hui encore!!!

10h45 Artigues. Ravito 2. Je suis 350ème mais je décide de faire un ravito express: je remplis mon camelback d'eau, une petite bouteille d'eau gazeuse et mes poches de pain, fromage, jambon et chocolat ... je mangerai tout cela dans la montée ... bon il se trouve que ça part un peu raide mais c'est pas grave.

13h35 Pic du midi. On m'avait vendu une vue a 360 degrés, ben je vois surtout le nuage, et encore c'est mieux que la pluie qui me fouettait le visage et les doigts dans la montée. Je suis 270ème et cette montée s'est super bien passée, j'ai papoté avec plein de monde: on dirait que j'ai rattrapé des coureurs un peu plus causants que ceux que j'ai croisés au départ. Je trouve le terrain assez facile; je suis dans mon élément!

A la redescente on se retrouve au col de Senscours dans un ravito qui vient de s'abriter dans 2 petites pièces: dehors il pèle grave! mais rapidement, on redescend et ça va mieux: il ne flotte plus et il fait plus chaud. Le programme c'est 35km de descente entre le pic du midi et la première base de vie (avec pas loin de 1000m de D+ dans la descente tout de même: au GRP même les descentes elles rigolent pas!)

La descente se passe pas trop mal: de beaux lacs, de beaux Iris, de la pluie de temps en temps, mais aussi plusieurs kilomètres très glissants sur de la boue/glaise qui n'aide pas la progression. Heureusement, la fin de la descente entre Hautacam et Pierrefite est plus roulante en moyenne ... malgré un départ pourri a travers champs d'herbe trempée et de boue détrempée, et une glissade dans un chemin ultra-boueux. Par contre les acrobaties commencent à être un peu dures musculairement: j'ai le dos qui se coince parfois entre les omoplates (un long problème que je traine depuis des années et qui me créait des malaises vagaux. Avoir juste le dos qui se bloque est presque un plaisir ...)

19h47 Pierrefite (km75). Première base de vie. 225ème. Je mange je me change et je repars avant 20h25 pour profiter des dernières lueurs du jour. On nous demande de partir à plusieurs pour traverser le brouillard ou plusieurs coureurs se sont déjà perdus!

3 - Une nuit dantesque au Cabaliros

21h30 Accompagné de Christian, Parisien qui va passer toute la nuit avec moi, nous cherchons le chemin. Le brouillard nous empêche de voir a plus de 10m, du coup faute de trouver la prochaine balise on essaye d'identifier quels brins d'herbes ont été piétinés par nos prédécesseurs!

22h10 Ca fait 3 fois que j'apprécie la délicate sensation de sentir la boue se glisser entre mes orteils (sympa les flaques de boues labourées par les vaches et les coureurs). Ca commence a être un peu chiant cette nuit.

a 23h15 on repart de puy Droumide avec son ambiance Disco et sympathique. Est il utile de signaler que mes pieds ont visité une bonne dizaine de flaques de boue?

23h19 nous sommes maintenant 5 dans notre petit groupe; nous nous sommes perdus 4 ou 5 fois depuis Puy droumide. Vas-y, essaye de remonter un alpage en hors sentier de nuit, dans le brouillard et sans avoir la visibilité d'une balise à l'autre. Ce jeu de piste durera environ 2 heures ... épuisant!
Epuisant! et donc idéal pour se préparer à la descente en glaise mouillée, en appui constant, crispé sur les batons, en risque de chute permanent, en dévers au dessus d'une pente en herbe mouillée qui file on ne sait trop vers où ... bref une descente de Merde. Christian m'attend un peu, ne se moque même pas de moi lorsque je m'affale 2 fois de suite sur les fesses. Ni les quelques kilomètres un peu roulants en arrivant à Cauterets (100km), ni le ravito surréaliste sur la moquette du Casino n'arriveront a nous faire oublier les 6 heures horribles que l'on vient de passer, et surtout pas l'énergie perdue!

4 - Un Samedi sous le soleil
(Samedi 23 aout)
5h00 Fin de la montée au dol de Roui (1000m+: une broutille). J'ai eu très mal à l'épaule droite dans la fin de la montée, encore un résidu de mes problèmes de crispation entre les omoplates ... Christian est toujours avec moi. Je pense qu'on s'est bien entrainés mutuellement dans cette montée; on s'est un peu fait rattraper par des coureurs ... mais pas trop en fait!

7h00. Aullians (km115) DODO! je me décide pour 40 minutes de sieste; mon collègue de la nuit partira pendant ce temps.

7h50. Depart d'Aullians; j'ai bien dormi, je me sens en forme pour cette seconde journée, je devrais finir d'ici ce soir!

8h03. Depart d'Aullians; j'ai bien dormi, je me sens en forme pour cette seconde journée, je devrais finir d'ici ce soir!
Oui bon j'ai oublié ma frontale dans le lit et je m'en suis rendu compte après avoir fait 5 minutes de descente dégueulasse dans les pierriers, mais j'avais fait une autre gamelle, je me devais de remonter au ravito pour essayer de passer sans tomber cette fois! (j'ai déjà dit que je candidatais pour le boulet d'or 2014?)

10h25 Depart de la 2ème base de vie (km122), j'ai essayé de pas trop trainer, mais j'ai tout de même changé les chaussettes et tenté de laver un peu les pieds. reste plus que 40 bornes: plus ou moins 2 fois 1000m de D+ et une fois 500m. C'est pas fini mais ca devrait le faire! On se retrouve à un petit groupe a discuter un peu dans la montée. C'est raide par endroit mais ça passe pas trop mal ... jusqu'à la redescente où je commence à avoir extrèmement mal aux pieds!!!

13h30 Je fais donc une séance podologue à Tournaboup(km135); 35 minutes d'arrêt: un peu long, mais vu le mal au pied que j'ai c'était sûrement nécessaire, et puis la podologue était très sympathique! Puis je repars en compagnie d'un Italien. Les coureurs du 80km nous ont rejoint; ça fait un peu d'animation; je leur explique qu'il ne reste que 30km qu'on est donc arrivés ... ilsn'ont pas l'air de me croire ...

5 - Qu'on l'achève (de Monsieur Seguin bien sûr)

La montée se passe bien, je manque un peu d'énergie mais c'est du pierrier: beaucoup plus mon terrain que les flaques de boue ... j'avance bien et j'ai le moral malgré le manque de jus. La fin de la montée est longue et raide, mais la fin approche. On ne peut plus abandonner, maintenant à 20km de l'arrivée. Je papote donc avec les coureurs autour de moi et tente de maintenir le rythme, de trottiner un peu. Le temps me dure d'arriver. Je sais que je progresse régulièrement mais j'aimerais arriver de jour et c'est pas gagné. Je commence à craquer nerveusement (comme les autres du 160 autour de moi me semble-t-il) et surtout mon dos commence à se bloquer et je commence à me sentir pas très bien. Comme quand j'avais des troubles vagaux. J'essaye de m'étirer et de manger mais c'est pas la forme. Heureusement que c'est la fin, et que j'ai décidé de l'achever!

Du coup au dernier ravito je m'arrête le minimum pour manger une soupe 3 tucs et 2 sandwichs et c'est reparti pour le final: maintenant je n'ai plus qu'une envie c'est d'être à l'arrivée. Après la dernière portion de remontée et les premiers raidillons de la descente que je passerai au ralenti, je me sens pousser des ailes, et termine en courant la plupart du temps. Je devrai tout de même allumer la frontale sur 100m dans le sous bois! Bilan 40h16; vu les conditions je considère que c'est une bonne perf! (et puis ca fait a peu pres 40h, surtout que j'ai fait 13 minutes d'aller retour pour aller chercher ma frontale ... et je compte pas les allers retours dans le brouillard!) Je suis 201ème sur 680 partants et 404 arrivants.

6 - Epilogue : On y retourne?

Dimanche 24 Aout, 2h du mat': Ca fait 3 heures que je tourne dans le lit! Mais là c'est plus possible: la douleur sous la plante des pieds m'empêche de dormir!!!! Je prends un Doliprane et 3/4 de litres d'eau et finis par m'endormir pour un sommeil bien mérité.

Au bilan c'est une très belle course, plutot technique avec des passages chauds, mais si les conditions météo sont bonnes je pense que c'est plus facile que l'UT4M. Par contre dans les conditions qu'on a eu et en passant le Caballeros de nuit, j'ai passé la nuit la plus éprouvante de mon expérience d'ultra-trailer, et au final, avec les conditions météo j'ai trouvé ça plus dur. C'est relativement bien balisé: sans le brouillard je ne me serai perdu qu'une fois sur 100m ... avec le brouillard ben c'est une autre histoire!

L'ambiance aux ravitos, les bénévoles et le paysage donneraient envie de revenir, mais l'idée de refaire une nuit aussi difficile si les conditions sont mauvaises me dissuadent un peu: j'ai pas trop envie de refaire le Cabaliros dans les 10 ans à venir!

Mes envies en fin de course; peut être revenir a du un peu plus court pour tourner un peu plus vite et me permettre de faire une montée à fond de temps en temps, me faire des OFFs, mais surtout, surtout reposer mes pieds!!!

Pour conclure un grand merci aux bénévoles et organisateurs, et un merci tout particulier pour les SMSs d'encouragement pendant la course: ça fait chaud au coeur!! Tant que j'y suis je remercie aussi les supporters venus admirer un autre coureurs ou regarder la course mais qui ont aussi un petit mot gentil d'encouragement quand vous passez: ca fait vraiment plaisir!

8 commentaires

Commentaire de jack91290 posté le 26-08-2014 à 12:34:18

Bravo pour ta gestion de la course,, malgre les conditions eprouvantes sur les Pyrénées.
Jack

Commentaire de Feneb posté le 26-08-2014 à 13:51:37

Mmmh ... pas l'air simple cette histoire ... Félicitations d'avoir été au bout !

Commentaire de laulau posté le 26-08-2014 à 18:16:51

Bravo d'avoir été au bout de cet ultra, et en plus dans des conditions plus que difficiles !

Commentaire de arnauddetroyes posté le 26-08-2014 à 22:30:03

Déja pas pour tout le monde cet ultra en vue du nombre d abandons...
BRAVO et merci pour ton CR

Commentaire de LudoH posté le 26-08-2014 à 22:35:16

Merci pour les commentaires. Oui je considere que le GRP est assez selectif ... enfin ca depend surtout enormement de la meteo. Par beau temps, ca reste un 160km et 10000m de D+ mais je pense que les pentes et le terrain le rendraient nettement plus facile

Commentaire de caro.s91 posté le 27-08-2014 à 13:05:07

Dur de chuter presque dès le début.
Un grand bravo pour ta course et ce beau résultat.

Commentaire de jb600cbr posté le 29-08-2014 à 18:32:09

un tres grand bravo. Je fais parti des lâches qui ont abandonné.. Je m'en remets toujours pas depuis. Je me suis bloqué le dos dans le col d'aoube et le froid et la pluie m'ont fait rendre les armes a Hautacam.
Donc vraiment chapeau pour la ténacité

Commentaire de LudoH posté le 30-08-2014 à 19:48:15

En effet ... les conditions etaient un peu decourageantes!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran