Récit de la course : Trail Ubaye Salomon - 42 km 2014, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Trail Ubaye Salomon - 42 km

Date : 10/8/2014

Lieu : Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence)

Affichage : 1102 vues

Distance : 42km

Objectif : Pas d'objectif

25 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Il n'y a que l'Ubaye qui m'aille...


Il n'y a que l'Ubaye qui m'aille...





Trail Ubaye Salomon… Un peu d’histoire… Oui bon parce que je regarde le tracé avec envie dans mes toilettes depuis un an, donc voilà quoi !!! (et des fois, on y passe du temps dans cet endroit-là, enfin voilà quoi...)

 

2008, le jeune Bouk découvre le Trail, et découvre qu’il existe un Trail sur ses terres, ses racines, son origine, son Ubaye adorée ! Rendez-vous est pris, et je termine le 21 kms de l’époque avec un enthousiasme débordant.

 

2009, c’est accompagné de son ami Barack qu’il remet le couvert, espérant humblement faire mieux que 2008, l’objectif sera atteint !

 

On ne peut pas tout faire dans la vie, et je passe mon tour en 2010 !

 

2011, retour sur le Trail pour un nouveau tracé de 23 kms. Les conditions seront apocalyptiques ( !), une de mes premières courses courues dans de telles conditions, que je terminerai en 3h11, en fusillant au passage mes Asics Trabuco de l’époque (R.I.P).

 

2012, ça devient plus sérieux, un de mes pries ennemis la Corne est là, et après un combat sur mes terres, je cède sur le fameux faux-plat qui suit le Col des Alaris, terminant ainsi derrière ce sapajou.

 

Tout ça pour dire que je ne passe toujours pas le cap du 42 kms… Et pourtant le rêve est là !

 

2013, c’est différent. Revanche avec la Corne, présence du Manak, mais j’’ai dans un coin de ma tête ce putain de 42 kms… Et après une course magnifique, en compagnie de Bernard que je salue ici, je le sais, l’an prochain, le 10 août 2014 je serai sur le 42 kms. Et j’affiche la carte du parcours dans mes chiottes.

 

LES DES SONT JETES

 

Ca démarre par une chance monstrueuse : le jour de Noël, l’organisation de la course propose un tarif d’inscription IMBATTABLE de 15 €uros pour le 42 kms, cadeau et repas d’après course inclus… En ces temps où l’on distingue de plus en plus les courses locales des courses à fric !

 

Tout le monde vous dira que l’organisation est fichtrement incroyable ici, entre la communication tout au long de l’année, la gentillesse, l’efficacité redoutable (les résultats et photos le soir même de la course entre autres…), bref, encore, ENCORE une belle corde à leur arc, grâce leur soit rendue ici.

 

DONC… Objectif 2014 du Bouk : le Trail Ubaye Salomon dans son format élite.

 

Et pour que la fête soit encore plus belle, la course format découverte est proposée par le chasse-neige en manche du DTTN 2014, et sera retenue par les membres fondateurs ! Quel magnifique endroit pour la 5ème et dernière manche du challenge ! (Bon, au final, je dois le dire par souci d’objectivisme, les 5 manches auront été magnifiques, au diable le chauvinisme !).

GLOSSAIRE // *DTTN : DIDIER TRAIL TOUR NATIONAL (pour ceux qui ne suivent pas)

 

Sont donc présents :

-       Format élite : Faizan, Manak, Bouk

-       Format découverte : Brick, Campingou, Corne, Patate, Chasse-Neige

-       Format découverte 2 : Chenille, Mouette, Barack (en préparation du CTTN 2015 : Colette Trail Tour National)

-       Format supporters : La Lotte, Tomate, la Dameuse, Coccinelle

 

LA PRESENTATION N’EST PAS TERMINEE BON SANG !

 

42 kms et 2500m de D+ reste un format plutôt ambitieux pour le gros tas que je suis. Mais je sais que 5 semaines avant l’échéance, j’aurai réalisé l’autre objectif de mon année sportive 2014 : le Duo du Grand Duc de Chartreuse avec ses 44 kms et 3000m de D+ (données du Bouk et non données de l’organisation… !).

 

Bref… Tout ça pour dire qu’il y aura un avant et un après cette course !!! Et comble du plaisir, j’aurai ma famille au sommet du Chapeau de Gendarme pour m’encourager !!!

 


FIN DE LA LONGUE PRESENTATION, PLACE AU RECIT GNAN-GNAN LEGEREMENT DEBILE VOIRE CARREMENT NIAIS



LE RECIT

 


Place Manuel, 7h55, wahou, c’est un public étrangement différent de d’habitude : les coureurs sont carrément plus « affûtés » physiquement que d’ordinaire ! Plus petits, mais surtout, plus secs !!! On est bien sur le 42 kms ! Un peu de stress, un regard inquiet sur le Chapeau de Gendarme, et on se place sur la ligne avec Manak et Faizan.

 


KM0 – KM5.5 : LA MISE EN ROUTE LE LONG DES JOLIES TORRENTS DE RAFTING DU COIN L'UBAYE ET LE BACHELARD

 

Départ « lancé » (bonne idée) dans la rue Manuel, puis je retrouve ma chérie sur la place de la Mairie pour un coucou, auréolé de mon splendide look conforme au dernier article du règlement du DTTN 2014, « pour la finale une moustache en hommage à George Gallé tu arboreras » !!! (photo plus loin dans le récit)

 

Et très vite direction la digue de l’Ubaye pour les 5 kms de plat jusqu’à Uvernet-Fours. A la fois je ne compte pas me griller une cartouche en courant fort, mais d’un autre côté j’ai pas envie de me traîner non plus. Je me cale donc à une allure juste suffisante pour me faire remonter par tout le trafic, soit 10-11 km/h ! La course est longue…

 

On traverse le Golf du Bois Chenu, la vue sur le Chapeau de Gendarme est splendide… Et on va là-haut !




Puis on passe devant le Bowling où nous avons pris l’apéro la veille. Maintenant on remonte la digue du Bachelard, avant de ressortir pour l’entrée sur Uvernet-Fours où je vois ce coup-ci ma grand-mère et ma sœur, alors que mon oreille gauche entend un « allez le bouk », c’est mon grand-père !

 

Bon pour le moral !

 

Ravitaillement à Uvernet, qui est là ? Alain que je connais et qui me reconnait, « tu es sur le 23 ? », « et non cette année je fais le parcours adulte », « bonne course alors ! » dit-il, avec une once de reconnaissance qui m’émeut au plus haut point (humour).

 


KM5.5 – KM11 : LA MONTEE VERS BAUME LONGE

 

Inutile de préciser que je connais cette grimpette par cœur… Sauf que la nouveauté de ce coup-ci, c’est qu’il me faut gérer, ce n’est qu’une montée parmi d’autres aujourd’hui ! Pareil que sur le plat, je vais toujours à mon allure plus faible que le trafic, et m’interdis de trop courir en montée. Une nana fait le bouchon, ça m’arrange bien de faire la file indienne, sauf que ça pousse derrière, allez je déborde, mais ne creuserais rien sur elle, pis elle me reprendra et on fera longtemps le yo-yo jusqu’à ce qu’une autre nana la reprenne et là le combat s’engageant je ne pourrai que les laisser aller s’expliquer !

 

Les quelques kilomètres un peu plat me vont bien, cabane de Badieu, Coulengiou, et très vite le mur de l’ascension, arrêt pipi n°1/18, un trailer en jaune « vas-y, arrose, c’est trop sec ça peut pas repartir », lol ! On reparlera de lui.



 

Et surtout… m’hémorragie s’arrête finalement, comme si les positions se figeaient enfin ! Arrivée donc à Baume longe, un petit mot sympa à l’égard des bénévoles présents, et je file sur la descente vers le Villard d’Abas, sur ce chemin jamais fréquenté, et que j’ai cherché sans succès en juillet dernier !




 

KM11 – KM15 : LA DESCENTE VERS LE VILLARD D’ABAS

 

Et bien tout ce que je peux dire, c’est que je m’attendais à 4 kms de récupération, j’en suis pour mon grade, ce chemin est particulièrement accidenté, et le profil n’est pas si descendant que ça ! Ceci étant on re-court tous, ça fait marcher la machine, quand soudain j’entends un grondement dans les pierres, deux chamois !!! L’un monte, et un gros descend à grande vitesse !!! Impressionnant !!! C’est pas le kéké en descente mais presque !

 

Je hèle mon coureur rouge devant, « Hé, tu as eu de la chance (de le voir encore plus près que moi », (accent marseillais) « T fou il a failli m’emporterg avec luig » !!!

 

Suite de la descente en yo-yo avec mon coureur rouge, je double ( !!) 2/3 trailers plus prudents en descente et c’est l’arrivée sur le Villard d’Abas.

 

GLOP : le ravitaillement est là !!! Ca fait du bien

PAS GLOP : contrairement à ce que j’escomptais, on est sur la route du Col, alors que je pensais qu’on nous ferait « shunter » directement à la maison des fleurs !!!

 

En tout cas que de monde à ce ravito, dont pleins de trailers qui m’ont pourtant passé bien avant Baume Longe ! Quelques gorgées de coca et je repars.

 

Faux-plat bitumant, j’ai envie de relancer façon le chemin 4x4 de la Villarinche mais je l’interdis, et finalement je suis côte-à-côte avec mon trailer jaune ! La discussion s’engage « faut pas traîner, ça va faire short pour la BH », bouk naïf : « quelle BH ?? », « ben 12h30 au sommet du Chapeau de Gendarme », « mais, euh, non, dans mon tableau de marche j’y serai à 12h, enfin plutôt 12h30, tu es sûr ? », « oui oui j’ai même fait pleins de projections, on va être juste ! », « si c’est vrai, ils éliminent la moitié des concurrents dis, il y a encore du monde derrière ! ».

 

Ca, c’est pour le coup de stress !!!


 

KM16 – KM19 : LA MONTEE VERS LE COL DE CLOCHE

 

En deux mots : je la connais PAR CŒUR et pour cause, mon grand-père a relevé la Croix de Saint-Médard voilà maintenant 24 ans, et j’essaie d’y monter a minima 1 fois par an pour son entretien ! D’ailleurs j’y étais début juillet, avec la course dans un coin de ma tête, m’y voilà !

 

Que c’est étrange de voir autant de monde sur notre single familial ! L’habitant de la maison des fleurs est là, radio à fond, à nous encourager ! Merci l’ami ! Je bois d’ailleurs deux gorgées de la fontaine du torrent de la montagne, miam, c’est frais ! Allez, en route.

 





Mon mot d’ordre du moment : marcher d’un bon pas de randonneur ! D’ailleurs pratiquement tout le monde s’y livre, tant et si bien qu’on est les 10 mêmes trailers ensemble tout du long de la montée, jusqu’au village de Cloche ! Etonnamment la montée a vite passé, on rejoint la 1ère croix à 2053m et c’est reprise de la foulée direction le Col de Cloche !

 


KM19 – KM21.5 : DIRECTION L’ENFER

 

Comme prévu nous rejoignons un tronçon commun avec le parcours du 23 kms. Vite, on regarde un peu à qui l’on a à faire, et je hurle 2-3 BOUUUUUUKK, mais rien n’y fait, le premier peloton de Corne/Brick/Campingou est déjà passé, tandis que Chasse-Neige/Patate doit être derrière !

 

Ca bouchonne un peu, bon, en même temps ça pourrait être pire. Et quoi de mieux que ce passage où tout le monde file contre la montagne pour éviter un champs de boue, et le Bouk qui passe tout droit (j’en double facile 15 !!!), et si j’entends une réflexion je lance un « c’est du trail les kékés !!! ».

 

Puis vient le long faux-plat montant dans le champs qui annonce le ravito et le début de l’ascension ultime. D’ailleurs, moi qui m’attend à un bazar sans nom au ravito, que nenni, les bénévoles sont nombreux et organisés, je parviens à prendre mes quelques raisins secs et mon coca, mon trailer jaune est là, et c’est reparti.

 



 

KM21.5 – KM25 : A L’ATTAQUE DU CHAPEAU DE GENDARME

 



M’y voici donc dans ce fameux morceau, jamais parcouru de ce côté, l’ascension du Chapeau de Gendarme ! 3h40 d’effort, et il faut y aller. Des lacets sans jamais s’arrêter, des coureurs loin au-dessus de nous, un panorama incroyable sur la vallée, sur le domaine skiable de Pra-Loup, bref, c’est magnifique. Je revois le Golf, on y était !!!

 

Je sympathise avec un pompier sympa devant moi, il joue le challenge des Trails de Provence. Et ça me rappelle que si je termine j’ai un point UTMB, moi, la honte-du-sport !!! Ah ah ah

 

En tout cas la pente ne faiblit jamais, et mon frère m’a bien indiqué qu’on ne voit pas le sommet et qu’il faut en garder. Effectivement, on arrive enfin à un passage à 4 mains, et le champs se découvre sur le dernier morceau à avaler, allez, il doit rester 15-20 minutes, un sms à mon public qui doit être en haut !



 

Ca passe d’abord à un coucou au photographe présent là-haut ! Etant donné les photos magnifiques de l’an passé, j’en fais mon plus beau sourire, mais, me voit-il ? « oui oui t’inquiète c’est un objectif grand angle/champ », ouf ! Je rajoute un « depuis 1 an que je voulais te voir !!! ».

 



Enfin le sommet de la course ! Mais je ne m’attarde pas, la pause m’attend un peu plus bas avec mon public ! Surtout que devant ça descend vraiment prudemment, je vois un groupe plus bas et beugle un BOUUUUUKKKK, ce sont eux, je file !!



KM25 – KM29.5 : COL DU GYP ET COL DE FOURS

 

Matthieu, Mylène, Alexis, Robin, Ludivine, Elodie et ma filleule Séolane sont là ! Que ça fait du bien ! J’accepte tout de suite la sucette que me propose Mylène, un peu de sucre, oui oui ! Quelques échanges, et il faut repartir, le plus gros est derrière, mais il reste bien 2h30-3h !

 



Et ça démarre par la petite remontée au Col du Gyp pour re-basculer dans le vallon de la Cayolle, les 2 que j’avais repris en descente me reprennent aussitôt, et on bascule à trois !

 

Derrière c’est chouette. Un profil assez cassant, entre descentes et remontées, et déjà on commence à sentir la fatigue de chacun (il est temps n’est-ce pas ?). Je profite de ces nouveaux points de vue vers des panoramas que je connais pourtant, d’ailleurs, que ça me semble étrange de voir Bayasse pas si loin !!!



 

Petit coup de speed alors que nous passons à proximité d’un troupeau de moutons, 3 chiens de berger font leur travail et j’ai en mémoire ce qui est arrivé dernièrement à l’ami Wolfgang, ouf, ils se limitent à leur travail ce coup-ci !

 



Par contre, moi qui buvais peu je commence vraiment à avoir soif et à descendre mes gourdes. D’ailleurs on est dans l’ascension du Col de Fours, et une coureuse qui demande de l’eau, « désolé, mais il me reste 3 gouttes »… Et 50m avant le Col, deux randonneurs qui me sortent « allez courage, ravitaillement juste là ! », excellent, moi qui pensais qu’il était au Sauze !!!

 

J’arrive donc au Col, TU PARLES !!! 3 bénévoles sont là, mais il n’y a aucun ravito, n’importe quoi !!! « ravito à 3-4 kms, c’est que de la descente », certes, mais le coup au moral est rude ! Saleté !!


 

KM28.5 – KM33 : DESCENTE VERS LA RENTE OU LA LENTE AGONIE DU BOUK


Et oui, ça y est, les forces me manquent. 5h15 de course, et la descente qui s’annonce parait comme une piste de ski à descendre, mais que ça tape, et que je n’ai plus les jambes pour absorber et envoyer là-dedans… Alors tant pis : je marche. Et je vais mettre plus de ¾ d’heures pour faire les 4.5 kms jusqu’à la Rente !

 

Par contre toujours un petit mot d’encouragement de ceux qui me dépassent, ça c’est cool, ça c’est l’esprit trail !

 

Et puis quand même, tant pis pour le chrono, les 7h c’est encore jouable, et surtout, ne pas oublier l’objectif premier : profiter, et finir.

 

Après un single herbeux bien sympa, une forêt de mélèzes interminables mais belle et qui sent bon, une blonde sympa m’aide à repartir, « allez, après le ravito il restera 9 kms, d’ailleurs il est quand le ravito ? », « euh, ben selon ma montre, on l’a déjà passé ! ».

 



Et enfin nous voici à la Rente, où… Je retrouve parmi les bénévoles Alain !!! Ah, heureusement que certains se sacrifient pour nous permettre de vivre tout ça. Eau, banane, coca, ça fait du bien. Par contre, selon lui il reste 11kms, c’est pas pareil ! Bon…

 

Pendant ce temps, un coureur pétri de crampes appelle sa copine pour qu’elle vienne le chercher, elle qui ne veut pas quitter sa piscine. Moment de détente, même si je lui fais une petite tape dans le dos, « merci l’ami » me fait-il.

 


KM34 – KM37 : LA JONCTION VERS LE FINAL

 

Autre surprise au même titre que la descente vers le Villard d’Abas, le profil est plat, voire montant… Jusqu’à ce qu’on rejoigne le Super-Sauze où j’aperçois la voiture de mon frère ! Coup de fil, ils sont à 20 minutes de là, dommage !

 

Ensuite je cours là où on fait du trottin’herbes de temps en temps, trop fort ! S’ensuit cette pénible jonction, il fait chaud mais heureusement le vent présent temporise tout ça, et finalement j’essaie de m’accrocher tant bien que mal à ceux qui me reprennent, ça fonctionne.

 

Et enfin, je la devine, on est à la jointure des 3 parcours, maintenant je suis en terrain connu !!


 

KM37 – KM41.5 : LE FINAL

 

J’ai en fait repris du poil de la bête depuis 1 ou 2 kms, et vais réussir à faire un « petit final bouk », avec une dizaine de positions glanées. Les premières descentes, toujours aussi abruptes, font mal aux cuissots, il faut les passer, puis on aperçoit le champs au loin, ça sent bon ça, et voici le bois de la fin avec son single piégeur au possible, on serre les dents et on se dit qu’on a moins mal que les autres, et je déboule sur le stade !

 

Beaucoup moins de monde qu’à l’accoutumée et pour cause, il est 15h passé !!! Un dernier coup d’œil derrière, ouf, ça ne suit pas, je vais pouvoir en terminer sereinement.

 

Et qui est au pont de l’Ubaye ? BRICK avec une bouteille d’eau !!! Oh que je l’aime lui, direct je m’enfile quelques gorgées tout de go, et avance péniblement au côté de cet olibrius en tongues ! Je croise les autres dans cette ligne droite que l’on sait interminable, et me remémore le final 2013 avec mon oncle en mode go-pro « laissez passer le bouk », et enfin c’est l’entrée dans le Parc !

 

Oui

Oui

Oui

Je l’ai fait !!!

 

La Coccinelle est là, ma grand-mère aussi ! Et l’animateur micro « comment appelle-t-on les habitants d’Uvernet ? », ah oui mince pour faire local j’ai mis l’adresse locale, vite je fais ce que je sais faire de mieux, j’éclipse la question et dis juste que j’ai bien mérité mon Ricard !!

 

Voilà…

A peine possible il y a quelques années, et pourtant, 7h21 d’effort m’auront permis de mener à bien cette course. Je suis juste trop content. Content de moi déjà, d’avoir su préparer l’épreuve à ma façon ( !!!), d’avoir su gérer l’effort le jour J, d’avoir rendu possible cette « création » de souvenirs visuels de ma vallée adorée ! Désormais je ne regarderai plus le Chapeau de Gendarme comme avant !

 

Et merci à tous ceux qui de près ou de loin m’ont soutenu, ce dimanche 10 août 2014 !

 

 

 

25 commentaires

Commentaire de campdedrôles posté le 13-08-2014 à 17:21:36

Merci the Bouk !
(une course et une date à cocher alors ?)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:22:18

Merci Thomas !
Oui, une date à cocher, mais chut, hein, ce sera notre secret ;-)

Commentaire de Kirikou69 posté le 13-08-2014 à 17:21:45

Merci pour le récit (sympa la moustache) : que vas tu mettre à présent dans tes toilettes ? :)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:23:10

Bonne question kirikou !!!
Euh, pervers comme je suis, euh...!!!

Commentaire de the dude posté le 13-08-2014 à 17:39:46

Purée le Bouk a une chérie, une moustache et il fait des courses d'hommes, je me sens vieillir...
Bravo à toi, on dirait que t'as plutôt bien géré le truc, et t'as raison c'est vraiment un super beau coin.
Maintenant que le DTTN est terminé, tu vas pouvoir te focaliser sur le SITT (Saucisson International Trail Tour) qui bien qu'international se déroule entièrement dans le Grésivaudan...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:24:20

Le SITT est gravé dans ma tête, crois-moi, j'ai les CROCS !!!
Et je pense à la course du beau Dude fin août...!

Commentaire de foxtrot posté le 13-08-2014 à 19:27:30

Bravo au bouk qui fait maintenant des courses d'hommes,super recit qui fait envie pour l'an prochain !!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:26:29

Merci Claude !! Mais pas trop fort, hein, qu'on reste entre nous !!!

Commentaire de Albacor38 posté le 13-08-2014 à 22:22:54

Toute la communauté du Saucisson du Grésivaudan (AOC) ne peut qu'être admirative devant ta polyvalence sur tous les formats. Honte du sport ? Tu parles ! T'es un champion Bouk !

Et big up pour le look Village People : ça perpetue la grande légende du Bouk (Ils font pas des vêtements de compression en cuir clouté chez Lafuma ?)

PS: C'est qui "La Lotte" : Encore une cousine sur Kikourou ? :)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:27:44

Merci Albacor ! La Lotte c'est le nouveau patronyme de Pami !!!
Vivement la saucisson-cup de la fin d'année...

Commentaire de ejouvin posté le 13-08-2014 à 23:15:52

J'ai dévoré ton récit, superbe.

Belle course visiblement et le plus important est le plaisir que tu as pris, plaisir des yeux et des émotions.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:31:44

Merci Etienne !
Exactement, cette course je l'ai faite en mode plaisir plaisir plaisir !
@+ amigo

Commentaire de loiseau posté le 14-08-2014 à 08:14:14

Merci Bouk, et bravo pour cet exploit !!
Belles photos, ça donne envie ! Tu as un frère avec le même sourire niais que toi ???

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:32:27

Je vais lui dire Jan, et je te rapporterai sa réaction !

Commentaire de Jean-Phi posté le 14-08-2014 à 08:44:46

Eh !! le bouk il fait des courses d'adulte maintenant ? Bravo ! J'aurais flippé aussi en passant à travers le troupeau de mouton. T'as pas traîné et les photos donnent envie de découvrir cette course. Merci !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:33:08

De rien voyons ! Superbe course, à TOUT point de vue ;-)

Commentaire de elnumaa[X] posté le 14-08-2014 à 09:36:56

ahah !! trop fort ;-)
sinon rdv dans le vercors / non pas sauter à l'élastique/
j'ai cru comprendre que UT-V'iens !!!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:33:47

Oui, UTV !!! En relais à 4, bien entendu !

Commentaire de le_kéké posté le 14-08-2014 à 09:53:34

Le bouk qui a peur des moutons, pourtant qui c'est le chef de la ferme ???
Mais quel mariole à aller tout droit dans la flaque en doublant les débutants.
Sinon je suis fier de toi, tu enchaines les ultras, les points UTMB, tu te dudifies, tu vas pouvoir comme lui tenter ta chance au tirage pour la plus belle course du monde.
Sinon tu te laisses pousser la barbe pour la saucisse tour en hommage à notre dieu à tous ? (tu peux aussi te laisser tomber les cheveux en hommage à un autre idole des pelotons)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-08-2014 à 15:35:08

Je ne vois pas du tout, mais pas du tout à quel idole dégarni tu fais référence, à moins que tu ne sous-entendes un phoenix des pelotons qui depuis maintenant plus d'un an me ridiculise au plus haut point !!!

Commentaire de Didier07 posté le 14-08-2014 à 22:53:23

Mon Bouk, tu es héroïque

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 16-08-2014 à 09:09:39

Marcher c'est mourir qu'il disait, mais t'es pas mort le Bouk ! Je verrai bien combien de temps je marcherai à Millau...
Ça faisait un moment que je n'avais pas lu de récit et cela fait plaisir de te voir ainsi content, même gnangnan;-).
Ton pays, il fait vraiment envie...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 17-08-2014 à 12:21:52

Chaque région est chouette (on vit quand même dans un beau pays !), et les photos de tes récits confortent mon propos cher Lutin !!!
Je te dis bon courage pour Millau, quel défi.......

Commentaire de OderF_06 posté le 07-07-2017 à 10:23:42

" c est du trail les kékés " LOL

Commentaire de OderF_06 posté le 07-07-2017 à 10:24:02

Allez present en 2017

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran