Récit de la course : Trail Blain Guémené - 15 km 2014, par ixarou

L'auteur : ixarou

La course : Trail Blain Guémené - 15 km

Date : 14/7/2014

Lieu : Guemene Penfao (Loire-Atlantique)

Affichage : 257 vues

Distance : 15km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Premier trail à Guéméné-Penfao.

J'ai hésité longtemps avant de me lancer dans le récit de mon premier trail.

En lisant, les récits de coureurs chevronnées, je me disais qu'il n'y avait pas beaucoup d'intérêt à écrire les aventures de queue de peloton. Mais l'important étant de partager ses expériences, je décide de me jeter à l'eau !!

Lundi 14 Juillet. 9h. Je suis sur la route vers Guéméné-Penfao, destination de mon premier trail. Je suis impatient de découvrir le parcours de 15km, 2 mois 1/2 après être venu le reconnaitre avant de me lancer dans sa préparation.
J'ai en mémoire mes hésitations pour m'inscrire. En effet, après avoir fait du sport de manière intensive, j'ai du m'arrêter complètement pendant 7 ans à cause problèmes de genoux . C'est à l'école de mes enfants que j'ai rencontré un papa podologue du sport qui m'a proposé de faire un essai en me mettant à la course à pied en Mai 2013. Des semelles, un matériel adapté, ses conseils et le suivi de plan d'entrainements basés sur 2 séances/semaine (je ne peux faire plus à cause de mon genou) m'ont permis de monter progressivement de 5km500 à 10km en courses. Arrivé au terme de mon programme, je ne savais pas trop quel objectif me fixer. Sous la pression amicale d'un copain trailer, il m'a motivé à m'inscrire au trail de 15km de Guéméné. 1 reconnaissance du parcours et 1 plan d'entrainement plus tard. Je suis donc en route avec un seul objectif : le plaisir.

9h30. Nous arrivons sur place et c'est l'heure de prendre mon dossard. L'ambiance est calme et la musique bourdonne. L'acceuil est sympa et je vais déposer le bidon offert dans ma voiture. Derniers préparatifs (sac à d'eau) et échauffement léger nous emmène tranquillement vers 10h. Nous parlons de nos objectifs. Les miens sont clairs : il y a 1 an, je courais 25' poussivement, donc je veux finir (si possible pas dernier), prendre du plaisir, profiter de l'envirronement et essayer de faire mieux qu'1h45 vu mes sorties d'entrainement et la difficulté du parcours du jour. Mon plan d'attaque : marcher dans les montées, au train dans le plat et à fond dans les descentes.

10h. Départ. C'est la surprise. Tout le monde part à bloc. Je décide de m'occuper de moi et de partir calmement pour ne pas arriver entamé en bas de la la première montée. Je me trouve assez vite dans les 10 derniers. A cet instant, je me dis que la course va être très,très, très longue... Première descente, çà ralentit sévèrement et je réussis à doubler un peu semblant plus à l'aise que les autres. Traversée d'un pont. Un peu de plat. Déjà la première montée. Chemin en forêt que je connais pour l'avoir reconnu. Entrainé par les autres, je monte en courant à rythme régulier mais modéré. Pas envie de me cramer dès la première montée. Je me fais doubler petit à petit par ceux que j'ai distancé dans la descente. Je suis surpris par la vitesse de certains. Puis les écarts et les positions se stabilisent sur une portion plus plane. Un coureur chute devant moi en butant sur une racine. Il repart.

Je fais la descente rapidement seul avant de passer au premier ravitaillement. Un quartier d'orange, un peu d'eau fraiche au passage et c'est reparti.

Commence alors la 2ème ascenssion et je décide de marcher dans les portions les plus pentues pour éviter de m'épuiser. A ma grande surprise, si quelques coureurs me doublent, ce n'est pas un peloton. Je cours tranquillement dès que le relief le permet et j'atteinds sans trop de fatigue le sommet et suis près à basculer.

Et là, çà devient l'éclate, j'ai des jambes et je peux me laisser aller à filer à bon train en descente. Je commence à accélérer et je reprends et dépose petit à petit des petits groupes de coureurs qui semblent marqué par l'ascenssion. Arrivé au bout de la descente, j'ai repris une vingtaine de coureurs et je sais que les 2 ascenssions suivantes sont moins marquées. Je ne change rien à mon plan, ce d'autant plus que ma Fc est stable et je suis loin d'être dans le rouge.

Commence alors une alternance de montée et descente où plus la course avance et plus le fait de marcher en montée dans les portions raides n'est plus un handicap. En marchant, je stabilise les écarts avec certains qui courent et qui semblent bien entamé mais se refusent le faire. A chaque descente, je file et double quelques coureurs. Pied dans une racine, je manque de tomber et me rattrappe à un arbre et reprend mon rythme.

En arrivant au ravitaillement, je suis isolé et je décide de m'arrêter, de marcher, en prenant de le temps de me désaltérer, de prendre à nouveau un quartier d'orange, je parle avec deux grand-mères sur le bord du chemin et j'attaque en marchant la dernière montée. J'arrive tranquillement au sommet et me retourne averti par le bruit d'un concurrent qui revient sur moi à grandes enjambées. Il est à fond mais rouge écarlate. Je suis au sommet, il est temps de mettre le turbo. je ne me suis pas fais doublé depuis plusieurs kilomètres, question de fierté. Ma dernière descente est donc rapide et je fais le trou derrière moi. Petit à petit, je vois quelques coureurs poindre à l'horizon et ils ont l'air moins frais que moi. J'arrive donc sur la dernière portion de plat avant la montée finale. Je décide de récupérer en gardant un rythme moins soutenu. Je rattrape un premier coureur au train. Je le suis un peu et le double en bas de la montée. J'aperçois un homme et, un peu plus loin, une femme. je décide de faire la montée à fond pour les reprendre. Je double l'homme dès les premières pentes où il est en grande difficulté. Je suis alors sur les talons de la femme que je rattrape et que dépose au plus fort de la montée. je pense alors avoir fait une erreur car pour la première fois, j'ai les jambes en feu. Je ralentis le rythme en fin de montée... Elle revient sur moi.

Je vois enfin le bout de la montée mais déconvenu : il reste 1 km !!! J'ai fais mon effort trop tôt ! J'avais zappé le fait qu'il y a avait un peu de parcours après la montée. C'est l'heure de maintenir un rythme malgré l'essouflement et les jambes dures. Après quelque centaines de mètres, je vais lieux et je peux à nouveau reprendre un rythme soutenu distancant alors définitifivement la femme de la montée.

Un virage et j'arrive sur le stade avec en ligne de mire, 2 coureurs dont 1 à l'air à bout. j'accélère au mieux de ce qu'il me reste et je le double dans le dernier virage et finit sur les talons du deuxième. Fin de la course.

Temps officiel : 1h34. Je suis largement au-dessus de mes prévisions. je finis certes dans les 50 derniers mais après avoir pris une quarantaine de places sur le parcours. Les descentes ont été grisantes et la fin de la course pleine d'intérêt. J'ai pris le temps de regarder autour de moi pour profiter des paysages envirronants. Bref bilan très positif : je suis définitivement emballé par la discipline !!

Même au fond du peloton, j'ai pris un plaisir fou et je suis impatient de le retrouver pour mon prochain objectif !!

 

 

4 commentaires

Commentaire de benoitb posté le 04-08-2014 à 09:17:58

Bravo pour cette première expérience très bien gérée. Qu'elle en appelle beaucoup d'autres !

Commentaire de ixarou posté le 04-08-2014 à 21:52:11

Merci de vos encouragements.

Commentaire de Sylvtrail06 posté le 04-08-2014 à 09:20:05

Bravo pour ton 1er trail ! Bonne continuation pour tes prochains objectifs !

Commentaire de ixarou posté le 04-08-2014 à 21:53:52

Merci. Prochains objectifs fixés et motivation entière.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran