Récit de la course : 6 heures du Diable 2014, par anyah

L'auteur : anyah

La course : 6 heures du Diable

Date : 13/7/2014

Lieu : Les Deux Alpes (Isère)

Affichage : 423 vues

Distance : 22.8km

Objectif : Se défoncer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les 6h du Diable 2014

Je poursuis la série des épreuves atypiques avec les 6 heures du Diable. Il s'agit de monter le plus de fois possible les 650 m de D+ et les 3.8 km du sentier de Vénosc aux Deux-Alpes pendant 6 h, la descente se faisant en télécabine. Une course en circuit d'un autre type et une bonne façon de faire du dénivelé sans se faire mal aux genoux dans les descentes...

Samedi 12 juillet
Sidonie et moi arrivons aux Deux-Alpes : plafond bas, 12 ° et pluie. Nous n'aurons même pas la chance d'apercevoir les sommets qui entourent la station, ni les glaciers où on fait aussi du ski en été. Notre projet de prendre le téléphérique jusqu'à 3200 m pour admirer le paysage tombe à l'eau également...


Dimanche 13 juillet
Debout très tôt, il fait 7 ° et nous prenons la direction de la salle de sport pour retirer mon dossard. Ensuite direction télécabine de Vénosc, à 1 km de là où les participants commencent à se rassembler. Nous descendons sans attendre en télécabine, il fait quelques degrés de plus en bas et le soleil pointe son nez. Le village ancien de Vénosc est accessible par la route en amont de Bourg d'Oisans, et aussi par la télécabine qui le relie à la station des Deux-Alpes.

Entre les deux gares, il y a 3.8 km et 650 m de D+ avec un pourcentage moyen de 20 %. D'abord un sentier aménagé et revêtu jusqu'au village, puis la traversée entière du village par les ruelles pavées et enfin le sentier forestier de 2.8 km boueux et glissant, parfois équipé de grosses marches de bois et qui se termine dans la montagne pour arriver sous la télécabine.

Il est 9 heures pile et nous partons après un court briefing. Le principe est simple : monter et descendre sans arrêt, balisage minimum, un ravito en haut et un autre en bas où on peut laisser un ravito perso, pointage manuel à chaque passage, le temps de descente en télécabine (environ 8 mn) étant déduit donc l'arrivée après 15h est possible, la limite étant fixée à 6 heures de course réelle. La dernière descente en télécabine est autorisée jusqu'à 14h15. Nous sommes environ 70, dont quelques équipes en duo, et 10% de femmes. La météo s'améliore, nous aurons même du soleil, mais pas trop !

Dans la première montée (50 mn), je fais connaissance avec le terrain : la sortie du village très raide, le début du sentier nous emmène dans une forêt sombre et dense : il y fait frais. Ensuite on est à découvert sous le zon-zon des télécabines mais je ne lève pas trop le nez pour admirer le paysage. Je prends soin de consulter ma montre pour boire : toutes les 7 mn environ. Très important parce que je dégouline.

Dans la deuxième (53 mn), mon temps inclus la recharge de mon camel bag 2l en eau et poudre isotonique et le faux départ pour la troisième car j'ai oublié mes bâtons...je ressors de la télécabine, fais le tour de la gare et récupère mes précieux assistants.

Dans la troisième (55 mn) j'ai vraiment chaud : il est midi et nous sommes en plein soleil. Dans la descente suivant celle-ci, nous sommes 2 filles ensemble dans la télécabine qui faisons exactement le même temps depuis le début : on commence à faire des plans, 5 c'est possible, 6 ce sera difficile...

Dans la quatrième (56 mn), je n'ai pas de souvenir précis mais je n'ai toujours ni raideur ni crampes dans les jambes... rien qui puisse entamer mon moral : je tiens bon.

Dans la cinquième (57 mn), je suis bien contente car j'ai accompli mon défi. Je croise un signaleur qui crie à la cantonade : "C'est votre dernière montée ! Bravo" ! En montant, je ne surveille pas l'heure, persuadée que c'est la dernière, mais quand j'arrive au sommet il n'est que 14h07 : je réalise que je suis dans les délais pour une 6ème ... et je ne prends pas le temps d'hésiter pour repartir.

La sixième (57 mn) se monte le sourire aux lèvres, bien contente de moi : 3900 m de D+ en 5h30, même en vélo je n'ai jamais fait ça !!

Je retiens quelques chiffres de l'édition 2014 : montée la plus rapide pour un homme 29mn, record masculin : 8 montées (mais une 9ème aurait été possible), record féminin : 7 montées.

Le même récit est sur mon blog avec les super photos de Sidonie !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran