Récit de la course : Raid du Golfe du Morbihan - 87 km 2014, par quichotte1976

L'auteur : quichotte1976

La course : Raid du Golfe du Morbihan - 87 km

Date : 28/6/2014

Lieu : Vannes (Morbihan)

Affichage : 1292 vues

Distance : 87km

Objectif : Terminer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La grande aventure

Voici le récit de mon premier trail d'envergure:

 

87 km annoncés, 88 km effectif! jusqu'ici je n'avais validé que deux trails longs l'un de 52 km (mauves en vert) et l'autre de 57 km (trail du vignoble nantais), je passe donc un cap et j'espère venir à bout de la distance.

J'arrive à Vannes la veille de la course, je découvre le village-course, très sympa et je récupère mon dossard. je croise les courageux du 177km qui se préparent doucement pour leur long périple... quel courage!

La nuit à l'hôtel fut brève... trop d'excitation je pense... Je me lève à 5h30, je prends un bon petit déjeuner et je vérifie 50 fois mon sac de course... l'angoisse d'oublier un équipement obligatoire me tenaille... Je fixe mon dossard au porte dossard que j'ai acquis la veille (l'organisation le recommandait pour faciliter les pointages) mais j'aurais du utiliser mes bonnes vieilles épingles puisque cela perturbera mon début de course (voir plus loin)...

La navette nous dépose à Arzon, port du Crouesty à 8h20, il pleut doucement mais suffisamment pour vite tremper les coureurs... Je m'abrite comme mes camarades d'aventure sous les devantures des commerces. Le stress monte... J'envois un message à ma femme qui me rassure comme elle peut. J'écoute les commentaires des autres coureurs manifestement bien expérimentés sur ce genre de distance et ça n'arrange pas mon angoisse, je ne me sens pas à ma place d'un coup...

9h20, je me positionne sur la ligne de départ, il pleut toujours et il en sera ainsi une bonne partie de la course. je me place en milieu de peloton. 9h30 pan! c'est parti!! je m'élance, concentré sur ma foulée, je prends le rythme que je m'étais fixé durant ma préparation. Je remonte pas mal de monde durant les dix premières minutes, ce qui ne manque pas de m'inquiéter... vais-je trop vite? Bon je suis à l'aise et je maitrise mon allure donc pas de panique! Un hélicoptère nous survole pour nous filmer je pense, l'ambiance est joyeuse en ce début de course et je fais de grands saluts de gamins à l'engin volant.

Je double très vite des conccurents du 177km, beaucoup sont livides, fatigués... je suis admiratif et je me sens petit devant eux. Je ne manque pas de glisser un mot d'encouragement à chacun. Certains me répondent, d'autres non mais ils sont tellement usés que je ne peux leur en vouloir.

Cette première partie de parcours est assez agréable avec de jolies vues sur le golfe, dommage que le temps ne soit pas de la fête, mais bon c'est surement mieux que de courir sous la chaleur. Les sentiers empruntés ne sont pas trop piégeux, il faut faire attention aux racines et pierres qui se glissent deci delà.

Ma principale préoccupation c'est l'eau... les chemins sont humides et les flaques nombreuses, j'ai beau faire de petits sauts de cabris pour éviter les trous d'eau, mes chaussures s'imbibent peu à peu d'eau et je sens que mes pieds prennent gentimment mais surement l'eau... je déteste ça car je suis très sujets aux ampoules et les pieds humides n'arrangent rien...

Autre problème, je me bats avec mon porte dossard, mal réglé et qui ne fait que tourner et frotter contre les lanières de mon sac... mon dossard se déchire et ne tient qu'a un fil... Pfff; je peste!!

J'arrive au premier ravito, Port Nèze en 1h35, je suis dans le rythme, tout va bien... je sors de mon sac la boite d'épingles que j'ai fort heureusement emmené avec moi... mais flute voilà que je fais tout tomber dans l'herbe... je passe un temps fou à tout ramasser puis à fixer ce dossard récalcitrant...

Je m'alimente, je bois et après 5 bonnes minutes d'arrêt je repars! direction Sarzeau. les sensations sont toujours bonnes et je tiens mon rythme.

nous empruntons de petits sentiers très serrés, je double pas mal de coureurs sur cette partie, je suis surpris... je m'alimente régulièrement sans trop me gaver et je m'hydrate toutes les 15 minutes.

J'entre dans Sarzeau, les spectateurs sont nombreux et nous encouragent, ça me donne un supplément de force et j'allonge la foulée ce qui est bête puisque sur ce genre de distance il n'y a pas de petites économies dans la gestuelle!

J'arrive au second ravito en 3h01, je suis content et surpris de mon temps car je suis en avance sur mes prévisions, en même temps je me demande si je ne vais pas le payer à un moment donné. Je charge ma poche à eau, je bois, je mange et zou c'est reparti! quelques douleurs apparaissent mais rien de graves, j'avance toujours à allure correcte. Pas grand chose à dire, sinon que les ampoules se manifestent de plus en plus et que cela perturbe ma foulée et alourdi insidueusement mon tonus musculaire...

J'arrive à Noyalo en 4h54! j'hallucine un peu là... c'est bien mieux que ce que je pensais!! ça me donne confiance pour la suite! mais... il y a un mais... Je prends tout mon temps... et sans doute même un peu trop.... je mange, je bois et je m'étire... simplement l'arrêt fut un poil trop long car au moment de repartir les jambes sont très lourdes, mes muscles ont refroidis et durcis... je fais quelques foulées et je suis obligé de marcher, pas le choix... d'un coup je suis inquiet, l'arrivée est encore loin! bon après 2 minutes de marche rapide, je recommence à courir, les jambes tiennent mais ce ne sont plus les mêmes sensations... je sens que ça tiens à rien! pour couronner le tout je sens mes ampoules devenir de plus en plus douloureuses et un vilain petit cailloux se loge sous la voûte plantaire de mon pied droit. Je ne veux pas enlever ma chaussure car, par expérience je sais que j'aggraverais la situation au niveau des ampoules, du fait que mon pied se trouvera dans une position plus inconfortable si je perturbe les zones soumises aux frottements. Ca peut paraitre bizarre, mais pour moi c'est ainsi! mon pied gauche n'est pas en reste car je sens l'ongle d'un orteil se soulever sous la pression d'une ampoule...

Donc c'est reparti pour de bon avec une allure bien moins fluide et des portions de parcours bien moins enthousiasmantes... beaucoup de portion bitûmées qui me font mal, très mal physiquement et moralement... je me désuni et les muscles s'en ressentent très vite... les séquences de marche (1mn maxi) reviennent plus souvent et l'allure de course et bien moins rapide. Je me fais rattraper par deux coureurs du 87 avec lesquels je ferai pas mal le yoyo jusqu'à Séné. On discute, on se quitte, on se retrouve un vrai jeu!! les douleurs aux pieds et aux jambes de plus en plus lourdes commencent à me faire trotter dans la tête l'idée d'arrêter... mais non!! comment faire ça? pas possible! je double un 177km et je me dis que eux ont un courage exceptionnel et que je me dois de finir, cette course c'est aussi dans la tête qu'elle se joue! donc go! c'est reparti! j'alterne marche et course tout en retrouvant régulièrement mes deux camarades de courses.

Nous accostons Séné en 6h27, je remplis à nouveau ma poche à eau, je mange tout plein de choses, j'ai très faim!! et je m'étire... mais là c'est dur.... les jambes ne répondent plus vraiment. Un gars me glisse que dans deux heures c'est fini... j'ai du mal à croire que j'y arriverai mais bon c'est reparti, je marche de plus en plus souvent et lorsque je cours c'est à rythme très lent... mais je m'accroche, je me bats contre moi même, Vannes, je ne pense qu'à Vannes...

22 kilomètres c'est long, très looooonng..... je suis épuisé... quelques promeneurs m'encouragent , je n'arrive pas à leur répondre... puis, j'aperçois Vannes, le port... je n'ose pas y croire... mais oui c'est bien Vannes!! Les forces me reviennent d'un coup, les jambes repartent, la foulée redevient fluide et sous les encouragements du public je franchi la ligne d'arrivée en 8h54, 47ème au classement scratch!! quelle joie que d'avoir bouclé ce raid!! je suis fatigué, cassé mais heureux!!

je viens de me prouver que je peux réussir sur de longues distances...

je pars me restaurer pleins d'étoiles dans la tête!

Une grande aventure que je souhaite à tous de vivre!

 

3 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 02-07-2014 à 19:16:14

super chrono, un grand bravo !!!

Commentaire de goonif37 posté le 04-07-2014 à 11:01:59

Bravo pour ta course et ton classement, ça ouvre des horizons pour plus long... le 177 t'attend !

Commentaire de quichotte1976 posté le 04-07-2014 à 11:46:53

Merci! pour le 177 j'ai besoin de prendre de l'expérience en course!! je ne me sens pas encore à la hauteur de tous ces valeureux coureurs des très longues distances...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran