Récit de la course : Trail de Queribus 2014, par Berty09

L'auteur : Berty09

La course : Trail de Queribus

Date : 18/5/2014

Lieu : Cucugnan (Aude)

Affichage : 870 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

A l'aventure

   

     Troisième épreuve du Défi Sud Trail, j'ai rendez-vous aujourd'hui avec le trail de Quéribus. 21km pour 1200m de dénivelé, c'est du costaud. Je sais et je m'y suis préparé. Suis-je prêt ? C'est maintenant que je vais le savoir. Le début de journée est tout comme il faut: trois trailers dans une vouture à 6h du mat pour une nouvelle destination. Et quelle destination! Arrivée à Cucugnan, le décors est somptueux. Et nous ne sommes pas les seuls. 600 trailers sont attendus dans une ambiance très, très sympa. Reste plus qu'à courir.









     Echauffement à trois, salut à tous les trailers et finalement j'arrive à me retrouver seul pour rentrer complètement dans ma course. Je sens que mes jambes manquent un peu de fraîcheur mais je reste confiant et vient m'alligner pour le départ. L'aventure peut commencer. Bang! On sort vite du village, traversons la route et go! Ici c'est 0% de bitume. Direct sur les chemins, à l'attaque du château de Quéribus. Je me suis calé sur le rythme qui me convient et qui correspond à la 20ème place. C'est pas vraiment le départ idéal car je vise la 10ème place mais la course ne fait que débuter.








     Ca monte comme j'aime, le rythme est pris sans être en difficulté. J'arrive au château, c'est un plaisir d'être là. Le site respire l'histoire et on a même droit à un passage à l'intérieur. Je me régale. Michel, le président du club est là et m'encourage. Au bas du château, je m'attends à redescendre en contrebas mais on nous aiguille vers la crête. Ok, on remonte. Le passage est maintenant très technique, que des caillasses de partout et  j'ai du mal à m'orienter malgré les indications.



 

 




     Je ne cours plus trop et cherche la bonne trace. Finalement je sors du tracé et c'est le mec de derrière qui passe. Désolé mon gars mais c'est beaucoup mieux comme ça. Je profite du très bon amorti de mes shoes pour ne pas subir tous les chocs sur les caillasses. On enchaîne ensuite par de bonnes descentes où il vaut mieux maîtriser la trajectoire. On est encore frais et ya pas de dégâts.


     Les portions de terre, succèdent aux caillasses et aux slaloms entre les arbustes. C'est beau, très ludique mais au final après seulement le tiers du parcours, on commence à bien charger. Dans ma "stratégie de course", la remontée vers la 10ème place doit maintenant s'accélérer. Effectivement, on m'annonce 16e puis 15e et je remonte encore sur 1 ou 2 gus. Ce n'est pas la grande chevauchée et je commence même à faire l'élastique avec certains gars mais je tiens le rythme. Après une heure de course, je sens la fatigue, ce qui m'inquiète un peu. Je prends un gel, je relance.






     Encore un p'tit effort et nous voici au ravito de Padern. Je suis encore au coude à coude avec 3 ou 4 trailers. Je m'arrête, prends une bouteille pour me verser de l'eau sur la tête et repars pour affronter le final. Je suis encore dans ma bataille et je ne m'aperçois pas que je viens de faire une grosse connerie. J'avance bien, on peut pour une fois poser sa foulée, ce qui me fait remonter vers la 10ème place. Il reste 6 à 7 km, je suis à deux doigts de réussir mon objectif mais la course n'est pas finie.


     J'ai plutôt bien géré mon affaire mais les choses vont se gâter. Il fait chaud maintenant, très chaud! Il me reste une gorgée de flotte dans ma gourde! Pour couronner le tout, les dernières côtes sont terribles!!! Je sens le drame se jouer et à moins d'un miracle, ça va coincer...


     Il n'y aura pas de miracle. Je vais d'abord devoir laisser partir les trois gars avec qui je courrais depuis la descente du château. Et ensuite, comme d'hab, dans ces situations, c'est de derrière que vont remonter les copains. Cette dernière grosse côte est interminable, je n'ai plus de force, je souffre de la chaleur. Je commence à avoir des nausées. Mon corps est tel un cheval qui voudrait refuser l'obstacle. C'est trop dur, j'en peux plus. Mais c'est encore ma tête qui prend le dessus "pas question de lâcher maintenant", je dois avancer, vite! Je me hisse.


     J'arrive enfin à basculer sur le versant de Cucugnan. Le village est là. Deux km de descente, une petite côte pour monter au village et c'est fait. En temps normal seulement, car je suis vraiment lamentable. Mes jambes ont la force de me soutenir mais guère plus. Il me tarde de rentrer dans le village. Mais c'est quoi ce tracé? On y rentre dans ce village ou on fait du tourisme??!!! Qu'on en finisse. Je suis tellement lent que ça va pas tarder à défiler devant moi. Enfin, la dernière montée vers ce foutu village.






     Je passe la ligne. Il était temps. Tout près du malaise je m'allonge sur un banc à l'ombre. J'ai du mal à savourer. S'alimenter, boire, se reposer, enfin!!! Petit à petit je reprends vie dans mon corps. Je discute avec les gars. Je ne suis pas le seul à avoir souffert. J'ai encore beaucoup appris. Beaucoup de belles choses et des erreurs, de grosses erreurs que je ne referai plus. Promis. Je finis 20ème de cette course. Déçu du résultat, oui, mais sûrement pas de la course. Une course magnifique. Belle et exigente.

3 commentaires

Commentaire de Francis31 posté le 22-05-2014 à 06:54:02

C'est vrai que le mur à 2 kms de la ligne d'arrivée est vraiment casse-pattes, et avec la chaleur, il fallait vraiment bien s'hydrater. Quoiqu'il en soit, c'est malgré ta défaillance, tu termines avec une très belle 20ème place et beaucoup de monde derrière toi !

Commentaire de Yvan11 posté le 22-05-2014 à 10:04:21

Belle course. La prochaine fois, relis avant les récits des copains, tu auras moins de surprises ( crête Queribus et mur final ! ).
Yvan ( 14e en 2009, 29e en 2010, 32e en 2012 du Trail de Queribus ) ;-)

Commentaire de crocodile posté le 22-05-2014 à 11:01:35

1% de désydratation fait perdre 10% de performance. Ca pardonne pas. J'ai fais la même connerie dimanche en sautant un ravito, j'ai vécu une fin de course calvaire.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran