Récit de la course : La Course du Viaduc de Millau 2014, par oc12

L'auteur : oc12

La course : La Course du Viaduc de Millau

Date : 18/5/2014

Lieu : Millau (Aveyron)

Affichage : 475 vues

Distance : 23km

Objectif : Se dépenser

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La troisième...

     Après la Verticausse et le trail de la Muse à Saint-Beauzély, de même longueur mais plus raides et moins roulantes (!!!), nous voici de retour au Viaduc. En fait, on est un paquet à Millau à utiliser la côte de la piste Nord mais aussi tous les chemins et pistes (single tracks comme disent les spécialistes du monotrace) qui se cachent aux alentours. Une fois même, on s'est retrouvé grâce aux idées farfelues de Odile et Gilles, à passer en courant dans la P1, et de nuit, et on arrivait de Rodez (Rodez/Millau c'est déjà long en voiture!!!). Une autre fois, c'est en VTT qu'on a traversé P1 (spéciale dédicace à Robin pour 100 bornes à VTT à 15 ans...). Ici il y a aussi des tas d'autres courses à effectif moindre  que le Viaduc et les Templiers, et même si d'aucuns critiquent les grosses organisations, je trouve qu'en Aveyron et dans les départements voisins, tous les types de courses cohabitent bien...

   Bon, assez de bla bla bla... Je récupère mon dossard 5005 (c'est un palindrome), avec l'équipe du CG de l'Aveyron. Je me fais chambrer car j'arrive au point de RV en vélo et on me demande si je fais le triathlon...Je rentre en fin de vague 2 juste en face du café "L'Audience" où j'ai eu le plaisir la veille de voir le CO (Castres) éliminer l'équipe dont on nous dit qu'elle est meilleure: Montpellier. C'est malheureux de voir les meilleurs perdre mais c'est la dure loi du rugby: celui qui gagne, c'est celui qui marque  plus de points (pourquoi ils n'ont pas tenté la dernière pénalité reste une énigme pour moi qui ai déjà du mal à comprendre le rugby d'aujourd'hui).

  Vous êtes en train de comprendre que ce CR est "à rallonge"!

Pour la préparation, j'ai essayé de sortir des chemins et d'aller sur le goudron, résultat une douleur au mollet, et j'arrête de courir une semaine avant l'épreuve. Mais bon, tant pis pour le podium qui était mon premier objectif...

      Avant le départ je discute avec 2 coureurs hollandais qui paraissent vraiment émus et émerveillés d'être au départ. La vague 2 démarre, virage à droite et la rue Louis Blanc nous montre une marée humaine, puis après la boulangerie Bouard au fameux "Pain Sportif", c'est le boulevard Jean Gabriac où je navigue entre: trottoir, gazon, goudron...C'est pas que je veuille faire un exploit mais il y a des moments où ça n'avance pas trop.

   Le boulevard remonte à partir du concessionaire Massey Ferguson jusqu'au rond-point de Calès et au stop de la rue du Thalweg (où s'annonce pour bientôt une chouet' fête des voisins...) et je balance ma veste à Camille (j'aime pas avoir froid avant une course mais maintenant ça va). On passe la voie ferrée et Hobby Motos, la célébre menuiserie "Auprès de mon arbre", et on est au coude à coude, mais c'est pas grave vu qu'on s'y attendait.

         Je me cale parfois sur des groupes dont la vitesse semble me convenir, et parfois je double quand ça ralentit. C'est difficile de trouver un rythme régulier. Je me rafraîchis à la source signalée "non potable" et voici le stop qui marque le début de la côte "du pont bleu" ou piste nord que j'aborde en compagnie de Sylvie et Eric, sympathiques coureurs du cru. Bon ça a l'air de pas trop bouchonner...

     De temps en temps je me permets de demander à quelques marcheurs de serrer à droite, et sur le toisième tiers je vois que je vais presque aussi vite en marchant un peu et ça me repose un peu. Il s'avèrera que je ferai finalement un meilleur temps que quand j'avais couru tout le temps...

  Une bonne bouteille d'eau et un gel pas mauvais, et c'est l'attaque du viaduc, les 2 autres fois j'ai trouvé le faux-plat montant long et épuisant, mais là ça passe mieux et je me sens assez bien. Au bout du faux plat je fais ma blague habituelle aux motards qui ferment le passage: "Hé! Je vais à Montpellier! C'est tout droit?" Bon, faudra que je la renouvelle celle-là, ça a moins fait rire cette année... Comme ça a l'air d'aller, je tente d'"envoyer" pour la descente du viaduc, et ça répond pas mal, et j'en suis bien content!

   En fin de viaduc je sens un petit creux et mon mini Snickers me sauve véritablement (que de courses où je n'ai pas su manger au bon moment...)  Sortie du viaduc et là ça force pour descendre sur le ravito avec un début de crampe (mais là il faudrait que vous m'expliquiez: quelle que soit la longueur de la course, quelle que soit ma préparation, quelle que soit mon alimentation, j'ai toujours un début de crampe que plus ou moins j'accepte en ralentissant et puis ça va mieux!). Un autre gel (difficile à ouvrir mais goût correct) un abricot, la bouteille d'eau et la petite côte pour sortir de l'aire de Brocuéjouls (là où vous pouvez déguster les capucins de Michel Bras) est dure mais je la cours, c'est bon signe.

   Je suis encouragé par les voisins de la rue du Thalweg (où va se dérouler la sympathique fête des voisins mais comme dirait Louise tu l'as déjà dit papa), et on arrive sur la piste terre de la Cadénède où la poussière fait ressembler la course au Dakar ancienne version; Je descend bien dans les rues au niveau de Malhourtet et sur la rue de Montplaisir que je craignais au départ, virage à gauche devant le stand du SOM Rugby et les sympathiques bénévoles sous la houlette de Alain et Georges, virage à droite et c'est l'arrivée.


Je suis content de mon 2h10' contre 2h18' en 2007. J'ai pas du tout les yeux rivés au chrono, mais à venir faire la course autant que ça avance un peu. Le TShirt est flashy mais tout compte fait si je vais quelques rares fois trottiner sur la route de Peyre, il vaut mieux mettre celui là! Bravo à tous les copains qui sont venus courir alors que c'est pas vraiment leur truc...Merci à Odile et Gilles et tous les autres pour le goupillage de l'affaire qui doit être plutôt coton...


                    Après il y a des projets de trails, de cyclosportives, et puis le truc qu'on ose à peine dire: revenir sur les Templiers après une bonne claque à l'Endurance Trail...











Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran