Récit de la course : Trail des Cerfs - 50 km 2014, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : Trail des Cerfs - 50 km

Date : 18/5/2014

Lieu : La Queue Lez Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1084 vues

Distance : 50km

Objectif : Pas d'objectif

24 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un vieux 5-cors

Note pour les pressés : la course commence au 13ème paragraphe

5 Cerfs, maintentant. Deux fois le 20 dont un tout premier qui était mon premier trail, mon premier CR sur Kikourou, ma première découverte d'une bande de fous et le souvenir d'une grande perche terminant 1ère du 50km en 4h31. Une fois le 35 pour une des meilleures séances de pac-man de ma courte carrière. Et je compte une fois le 50, couru tout seul l'an dernier 6 jours avant la course officielle que je ne pouvais pas faire.

Donc, là, comment faire autrement que de ne pas s'aligner sur ce 50 officiellement.

D'autant que ma partenaire de jeu désormais habituelle, Sab, y venait aussi et que ces Cerfs pouvaient donc être la première levée de notre Grand Chelem 2014 (les autres étant la MH60, la TDS et probablement l'Origole).

Oui mais voilà : bug. Le bubulle a fait le kakou fin mars avec un Ecotrail de plutôt belle facture....enchaîné avec un marathon de Paris en version « déconne » avec RayaRun. Version déconne certes, mais ça ne réduit pour autant pas la distance. Et, paf, juste après, un syndrôme rotulien se déclenche au genou gauche, avec quasi impossibilité de courir plus de 20 minutes sans douleurs insupportables. Ce n'est que toute fin avril que le diagnostic est finalement posé (la TFL était soupçonnée) et qu'un rendez-vous chez l'orthopédiste donne la solution : trop de pronation sur une jambe gauche plus courte, pronation mal compensée par mes chaussures de route. Bref: semelles orthopédiques.

Et là, miracle : en quelques jours, je retrouve la possibilité de courir sans douleurs....et le début mai est passé à augmenter doucement les distances, séances alternées avec du VTT pour garder la forme sur des sorties plus longues. Et le rêve de faire quand même les Cerfs ressurgit, au grand dam évidemment de mes proches....et de mes amis coureurs qui trouvent tous cela un peu fou. Cela étant, je plafonne à.....12km, pour ma sortie la plus longue depuis le marathon de Paris. Et je me lance sur un 50...:-)

Cependant, le parcours du 50km des Cerfs a un avantage, on peut bifurquer à trois endroits pour, le cas échéant, ne faire que 20, 24 ou 35 kilomètres. Je repère donc bien ces endroits sur le parcours, les note dans un roadbook que je construis....sur une base très peu ambitieuse de 6h20.

Malgré cet aspect « boulet » évident, Sab a l'air toujours partante pour que nous tournions en duo : de toute façon, cette course est pour elle une "rando-course" de 6h dans le Saint-Plan de préparation....TDS. En passant, j'attends de voir comment elle va appeler la Montagn'hard dans ce plan, ça va être cocasse.

Ça y est, ça recommence. 6 paragraphes et la course n'a même pas commencé. En plus, on sent bien qu'il n'a pas fini : là, il nous plante juste le décor. Maintenant, va falloir se payer l'avant-course et tout et tout. Avec un peu de chance, au 15ème paragraphe, on part enfin. Trop prévisibles, ces CR de bubulle, après tout.

Arrivée laaaaaargement en avance, comme d'habitude : à ce rythme, je vais finir par monter l'arche de départ avec les bénévoles, moi. Récupération de dossard : dommage, ils sont attribués par ordre alphabétique, donc pas de petit numéro (vu que j'étais inscrits depuis des lustres), nous ne nous la jouerons pas « élite » vu que je ne m'appelle pas Abatruc (faudra que je tente le coup, l'an prochain, tiens).



Sab arrive tranquillement un peu plus tard. Le jupe rose qui court vite et le tee-shirt violet qui a fait la CCC sont de sortie, ça sent le bon coup (euuuuuh, en écrivant ça, je décèle le double sens....tant pis, je laisse, faut assumer ses boulettes).

Fa2 a aussi mis le réveil assez tôt, lui qui fait le 35 mais tenait à venir nous voir. Les pompiers, on les aime aussi pour ça !



Et finalement, c'est roni75, néo-kikou qui, paraît-il, suit nos aventures depuis longtemps, nous rejoint pour le départ. Et ce sera une très sympathique initiative de Nico ("ni" c'est pour Nico...las) que de nous accompagner sur une bonne partie de cette course.

13ème paragraphe. Le départ, c'est là (je dis ça pour ceux qui ont sauté mes disgressions). D'ailleurs, il nous prend un peu de court et nous partons dans la toute fin du peloton (environ 20 coureurs derrière nous sur les 175 de la course).



Départ prudent comme il se doit. Les deux premiers kilomètres, ce long faux plat montant exposé jusqu'à la forêt seront faits environ à 9km/h (le roadbook est fait....avec une vitesse sur le plat de 8,5!!).

Micro-bouchon usuel au début du single montant le long de la N12, rien de grave. La montée est prise moitié à la course, moitié en marchant. La partie de forêt usuellement plate qui suite, jusqu'à la route de la Haute Couharde, est avalée bien régulièrement. Je ne regarde pas la montre, je suis plutôt devant, c'est mon tempo qu'on suit, en fait. Sab et Nico suivent très facilement. J'ai l'impression qu'on fait une petite variante que rajoute un peu de D+ et en fait part à mes accompagnants (qui doivent s'en fiche comme de l'an 40 mais connaissent un peu le psychopathe des cartes).

La route, premier pointage de mon roadbook : 26' pour 32' prévues. Bon. No comment.

Les chemins à découvert qui suivent sont un peu piégeux, nous sommes prudents, mais le rythme ne change guère sur ces parties peu accidentées en faux-plat montant : entre 9,5 et 10. Entrée de la forêt, deuxième pointage roadbook : 41'30" pour 50'. Re-bon.

Pas de difficulté dans cette partie de forêt, ensuite jusqu'au km 9 (étang neuf), ça déroule bien, Sab est devant et donne le rythme très régulier. 58' pour 1h10', ça continue. On zigzague un peu sur le fond de vallée, dans des chemins encore bien gras (mais rien qui ne fasse peur aux chaussures de route que j'ai bien fait de prendre). La bifurcation du 20km au km 11 est atteinte en 1h12 pour 1h24, l'avance se maintient. La remontée à la Route des Sarrazins a été tranquille.

Carrefour des Néfliers, souvenirs, souvenirs. Lors de ma partie de débalisage, en janvier, Il y avait une balise de l'Ultra Raid 28 à cet endroit, à plus de 2km du stationnement le plus proche. Je pourrais même dire sur quel arbre elle était. On avait d'ailleurs deux balises à ramasser dans ce coin, mais l'autre, j'en reparlerai au kilomètre 38..:-)

Rien de bien passionnant à raconter jusqu'à la traversée de la D112 qui nous amène les premières vraies difficultés avec le bois des Ventes aux Moines. À part le fait qu'on passe le km 13 et que je viens donc de fair ema sortie la plus longue depuis le 6 avril. L'anecdote ici c'est que....une fille nous dépasse. Mama Mia, qu'est-ce qu'elle n'a pas fait ? Illico presto, je sens une ombre violette me dépasser et Nico et moi, nous n'avons guère le choix : faut suivre. Je crois que c'est à ce moment là que Sab est sortie du mode "oui, alors, tuwaaa, je fais ma rando-course de 6 heures tranquillou, c'est bien finalement d'avoir ce boulet de bubulle pour me freiner". Paf, pif.  En quatre enjambées, c'est réglé avec une relance sommet de côte de type "t'y penses même pas" et au carrefour des Druides "fille en bleu" n'a plus qu'une solution : la potion magique.

D'ailleurs, vous avez vu : elle est floue...

Mais c'est une teigneuse, la petite demoiselle en bleu.....et, au carrefour de l'Hallali, elle refond sur Sab (nous, on n'en parle pas, nous sommes passés en mode "on rame derrière", avec Nico. Seul avantage, c'est que, maintenant j'ai un témoin qui pourra prouver à tout le monde que je n'affabule pas.

Dans le single plus ou moins plat qui suit, ma Suunto a enregistré 10,5km/h. Je fais signe à Sab que "t'inquiète, y'a 4-5 côtes jusqu'au ravito, y'a le temps". Mais, du coup, ces côtes, c'est mine sur mine, ça pique...:-). Méheu. J'attends le croisement de la route de Beauregard où on doit partir sur un long enchaînement de plat descendant puis montant en direction de Condé.....mais quand on l'atteint, on ne la prend pas, contrairement à ce que disait la trace du site. Cela va zapper un bon kilomètre (j'ai vérifié en passant mais les rubalises allaient bien là où nous sommes passés). En rendre mon roadbook un peu plus faux. En même temps, 1h50' pour 2h12', il est déjà largement faux..:-).

Sans surprise, dans le jeu de montagnes russes qui précède le ravito du km 21 (qui sera, du coup, au km 20), la fille en bleu est Sabratatinée. Ce ravito est atteint en 2h09 pour 2h43 sur le roadbook, joli petit rythme sur ce passage, non ? Et vous savez pourquoi ? C'est simple.....on voyait des cheveux longs devant et il fallait bien aller vérifier si c'était un gars ou une fille, pensez donc. C'était une fille.... Paf. Elle est incorrigible.

On repart du ravito assez vite (j'avais prévu très large sur le roadbook). La table a le minimum nécessaire, mais c'est bien organisé et les bénévoles sont gentils comme tout : je peux même abuser du Coca dans une de mes flasques. Pas une seconde, je ne pense partir sur le 35 km. Maintenant, c'est parti : ce sera bien le 50.

J'explique à la ronde ce qui nous attend maintenant : une loooooooooongue section très roulante que je décris de 6 kilomètres, mais qui en fera près de 10, en fait. Avec juste une côte au milieu (que j'avais oubliée, elle).

Il faut donc se mettre en mode métronome. C'est d'ailleurs nécessaire pour déjà rattraper et re-re-re-déposer "fille en bleu" qui ne se laisse vraiment pas faire..:-). La côte intermédiaire est l'occasion de définitivement régler le problème avec à nouveau une prise de commandes très décidée de Sab. On ne la reverra plus (enfin, si, à peu près 30 minutes après nous à l'arrivée...désolé, je spoile).

Oui, mais voilà. Après cette côte, ça devient très roulant. D'abord deux kilomètres en légère descente sur la Route Croche, qui nous amène à un petit hameau (très choupinou mais avec personne au bord de la route). Puis des immenses, immenses, IMMENSES allées toutes plates avec juste un petit single tracé dessus au milieu des bruyères. C'est incroyablement monotone et très cassant. Sabine a d'ailleurs un petit moment d'inattention et bute, puis s'étale. Mini landinade, donc, mais pas de bobo. Nico est un peu devant nous, il avance vraiment bien.... Nous aussi, d'ailleurs : nous tournons entre 9,5 et 10 km/h et on voit les coureurs (loin) devant se rapprocher peu à peu.

Cette interminable section se finit au km 30. L'air de rien, alors que nous croyions être sur du plat, nous sommes montés de 50m en 6 kilomètres. 1% de faux-plat montant, rien de plus cassant.

En retrouvant le GR1, route de la Citerne, nous retrouvons le terrain sableux de ce secteur...on ne va pas le quitter pendant longtemps. Nous dépassons aussi une féminine de plus : eh, petit à petit, cela progresse ! Nous sommes à l'extrémité Est du parcours, il faut maintenant revenir vers le ravito : le même que tout à l'heure, mais au km 35 au lieu de 21. 3h27' pour 4h10' au km 33. L'avance continue à se creuser, mais je ne le sais plus, j'ai perdu le roadbook..:-)

Grosse partie de montagnes russes dans le sable. Un petit groupe de 5 coureurs s'est formé, avec nous trois plus deux autres....et nous ferons bien 5 kilomètres tous ensemble. Je fais d'ailleurs quelques photos pour casser un peu la monotonie.


(le 142, c'est Nico/roni75)

A un moment, sur la Route des Quenouilles, j'annonce un peu vite à Nico et Sab "le ravito est au bout de la ligne droite". A posteriori, on en a bien rigolé car je m'étais bien planté : c'était oublier un petit crochet sur la Route Croche, hstoire d'ajouter 50D+. Mais, en fait, les amis, j'avais raison, c'était bien au bout de la ligne droite.....puisqu'on revient sur la route des Quenouilles pour enfin retrouver le Poteau des Quenouilles et le ravito. Plus un petit arrêt technique pour ma part (coucou Étienne)...:-). 3h50' pour 4h43 au km 36.

Ravito rapide. Il faut dire que nous voyons apparaître une fille d'on ne sait où, qui repart très vite. Pensez donc, faut y aller..:-). Et hop, les 7 minutes que j'avais prévues à ce ravito, dans la musette (bon, faut dire que, 7 minutes, comme dit Étienne, y'a de quoi allumer le barbecue)...:-)

Nous avions un peu "largué" Nico au ravito, mais il réussit à nous retrouver. Nous dépassons maintenant quelques marcheurs, visiblement les derniers du 35 km (car le 20km nous rejoint plus loin). Cela commence à sentir l'écurie, il ne reste plus que quelques côtes, mais du coup, pas mal de terrain assez roulant.

(le type en rouge microscopique devant, dans 500m, il est avalé)

On retrouve ma route du Haut Beaussart vers le km 38 mais, andouille que je suis, j'oublie de montrer à Sab, le "Pin Girafe" où était la deuxième balise du Raid 28, en janvier. Je n'ai en fait pas l'impression que ça lui ait manqué...:-). Pourtant, il est marrant; le Pin Girafe.



Sur cette partie là, nous nous relayons régulièrement à deux. Eh oui, Nico a subitement décroché (comme souvent, dans ce genre de cas, on ne s'en rend pas compte tout de suite) et va finir à son rythme (et plutôt bien, en fait).

La course est à cet instant vraiment peu peuplée. Les coureurs que nous dépassons sont rarissimes, mais il est clair que nous avançons vite....nettement plus vite que la moyenne. Et du coup, nous dépassons encore un peu. Un peu plus après le km 40, où on retrouve le parcours du 20km au carrefour du Pont-Neuf. 4h20 pour 5h14 au roadbook.

Il reste moins de 10 kilomètres et peu de difficultés : ce sera donc au mental sur les longues parties roulantes et, du mental, nous en avons à revendre. Il faut dire que je commence à sentir la perf, même si je m'obstine à ne pas regarder la montre.

Un dernier obstacle : la Route du Haut Beaussart et ses montagnes russes bien raides, je m'y attendais et, une fois finie, j'indique à Sab "maintenant on déroule jusqu'à l'arrivée avec juste une bonne grosse côte". On finit de traverser la forêt en dépassant quelques coureurs ou marcheurs attardés du 20km et nous zappons le dernier ravito d'un commun accord. 4h34 pour 5h33.

Il ne reste plus qu'à dérouler...à 11 à l'heure dans la descente légère vers Grosrouvre, en plein cagnard (2-3 coureurs dépassés). Un peu de bitume, une première côte bien cassante sur le bas-côté de la route, 2/3 coureurs du 50 encore dépassés et c'est reparti pour le chemin que j'appelle depuis 2011 le "chemin du Camel qui Fuit" (cherchez pourquoi dans les CR !). Les marcheurs se font plus nombreux, ça met un peu de points de mire à rattraper. Et enfin la dernière côte, bien raide toutefois, qui voit évidemment Sab prendre son habituel leadership (on se croirait à la première côte....va falloir que je lui dise qu'on ne repart pas pour un tour, moi je ne peux pas !).

Et, enfin, la descente finale, d'abord en forêt puis, interminable toujours, le long du village de La Queue, en plein soleil. Là, ce sont des paquets de coureurs du 20 et du 35 que nous retrouvons...plus quelques-uns du 50. Je maintiens un rythme d'enfer en surveillant le rétroviseur car il est hors de question de ne pas arriver ensemble. Au parking, Sab me demande "ah mais on est arrivés, là ?". Ah bin oui, j'avais même pas pensé à te le dire, ça me semblait évident. Bon, OK, j'ai toujours un peu de mal à me faire à son sens de l'orientation légèrement moins aiguisé que ses jambes dans les côtes...:-). D'ailleurs, du coup, on surprend Arnaud qui ne peut même pas immortaliser sa Sab en photo. On a juste les enfants qui arrivent un peu à nous courir après.

(merci à Sebkikourou pour la photo)

Comme toujours, on peut se la péter avec un sprint long effréné autour du stade (on réveille d'ailleurs un coureur du 35 qui a décidé de ne pas se laisser passer) et nous arrivons, évidemment dans un bel ensemble. 91ème et 92ème...et Sab est 4ème féminine, à 1 minute de la troisième (grrrrr). Et moi je suis bien sûr 5ème féminine, pensez-donc.


Belle brochette de kikous à l'arrivée. Cloclo a fait 50 bornes de vélo aller pour venir nous voir. Sebkikour nous a attendu après le 35 et a fait de superbes photos. Fa2 nous a également attendus après son 35 ainsi que notre toute nouvelle et fort sympathique Poissonkikourt qui était sur le 20. Juste un petit regret d'avoir manqué Arcelle, au final, mais ce n'est jamais très facile sur les Cerfs, de tous se voir. Aussi évidemment quelques regrets d'avoir loupé tous les autres.

En conclusion, que dire ? D'abord un immense merci à mon alter-ego de course. On se retrouve au mieux tous les deux mois, avec Sabine, mais l'entente est toujours parfaite et la motivation mutuelle fonctionne à merveille. Et pourtant, il y a 2-3 semaines, j'étais au 36ème dessous en terme de course à pied et je n'aurais pas imaginé une seconde pouvoir faire cette course. La perspective de la faire ensemble a été une grosse motivation et un objectif à atteindre totalement parfait. Donc, bon, je ne voulais pas en faire des caisses à l'arrivée et ça ne s'est pas vu, mais j'ai quand même eu un bon coup de grosse émotion après être arrivé (mais vous ne l'avez pas vu, nananère, et je pourrai continuer à faire le malin). Eh, Sab, y'a pas que toi qui peux y aller de ta larmichette aux arrivées, d'abord !



Comme toujours aux Cerfs, ce qui est aussi sympa, c'est le pique-nique possible après. Et, un jour comme aujourd'hui, c'était le jour parfait pour continuer à profiter les uns des autres.....et faire profiter Cloclo d'une bonne Duvel...:-).




En plus, j'ai bien copiné avec le Titi de Sab et ça, c'est un autre de mes péchés mignons : j'adore les enfants de cet âge...et il semblerait que ce soit partagé (ou bien j'ai la faiblesse de le croire, faut pas contrarier Tonton Bubulle, d'abord). 


Voilà, c'étaient donc les cinquièmes Cerfs du bientôt Grand Cornu (bon, si j'avais 8 ou 10 cors, ça serait plus sérieux, quand même). Je reviendrais bien encore, en fait....on a ses habitudes.

Point final : stats spéciales "Arclu" : 10 mini-saucissons. 0 Pom'Pote (cause effets secondaires redoutés). Ouf, cela me pemettra qu'il ne trouve pas ce CR tout pourri.

Et 11ème V2. Décidément, pour les podiums, faudra attendre 7 bonnes années, j'en ai peur.   

24 commentaires

Commentaire de Arcelle posté le 18-05-2014 à 19:40:16

Bravo bubulle pour ce CR toujours aussi agréable à lire, et bravo à votre duo toujours aussi efficace, vous êtes insatiables ! Et 50 km à cette allure, en sortant de blessure, c'est juste ...
Le Titi de Sab, vu ses photos, il ne peut être que très attachant !
Je regrette de n'avoir pas pu rester plus longtemps après mon tout petit 20km, ce sera pour une autre course.

Commentaire de Sabzaina posté le 18-05-2014 à 19:40:59

Je ne peux que confirmer tout ce qui a été dit ici, une bien belle course que nous avons gérée ensemble.
Bon chui quand même trop déçue d'avoir raté le pin girafe, va falloir qu'on se réinscrive l'année prochaine pfffffffff

Commentaire de jack91290 posté le 18-05-2014 à 19:56:49

Rapide un course et en cr. Le duo sabubulle a encore frappé.
Jack

Commentaire de Fa² posté le 18-05-2014 à 20:03:55

Super récit, t'as de la chance d'avoir réussi à t'accrocher à Sab le missile tueuse de traileuses.

Commentaire de Sabzaina posté le 18-05-2014 à 20:17:55

Hihihihi :p

Commentaire de SebKikourou posté le 18-05-2014 à 20:10:17

bravo a vous 2 pour votre course ,pour les photos c’était avec grand plaisir

Commentaire de lemulot posté le 18-05-2014 à 21:00:43

Après la sabinade d' Auffargis, la sabratatinade des cerfs, la suite au prochaine épisode ;-)
bravo au duo, et hommage à l'ex-blessé faire un 50 sans prépa, ça force le respect.

Commentaire de Overnight posté le 18-05-2014 à 21:04:18

Très sympa ça récit (enfin comme dhab :D) ça donnerai presque envie de venir se promener avec vous :D (ah mince y a 50 bornes a se farcir et ça semble tellement facile :) ). Belle course et bravo surtout au vu de l entrainement rendu compliqué avec la blessure!

Commentaire de caro.s91 posté le 18-05-2014 à 22:37:32

Bon, comme ca, j'ai revécu la course des Cerfs à vitesse grand V !
Un grand bravo à tous les deux. Christian, pense tout de même à ton genou.

Bises,
Caro

Commentaire de Bacchus posté le 18-05-2014 à 23:12:17

Merci à tous les deux pour ce CR magnifique
Bravo à tous les deux pour cette perf.

Commentaire de Roni75 posté le 18-05-2014 à 23:13:48

Merci Bubulle pour ce CR toujours aussi détaillé.
J'ai vraiment passer un bon moment avec Sab et Toi même si j'ai craqué sur la fin (on était pas parti pour 6h20, non?)
Pour une première avec les kikous, c'est une réussite.
On remet ça quand vous voulez
Nico (alias Roni75)

Commentaire de Bert' posté le 19-05-2014 à 08:10:18

Bravo Bubulle (et Sab) !
Ça fait plaisir de lire vos dernières prouesses :-)
Qui plus est après une blessure que ne laissait pas en espérer tant.

À très vite pour les prochaines aventures dont j'espère faire partie...
(Arriver à suivre ;-))

Commentaire de ejouvin posté le 19-05-2014 à 09:40:21

Alors d'abord moi je fais rarement des pauses qui prennent 30 secondes. Je prends mon temps, ou bien je suis forcé de le faire.

Pour les 7 minutes, je suis bien content de voir que je ne disais pas de connerie.

Sinon que dire, sauf que ce n'est pas juste. Tu fais un CR pour deux maintenant.

Il est d'usage de dire bonne récupération, mais bon je laisse les autres t'énerver avec cela ;-)
Rendez vous à la prochaine.

Commentaire de Hockeyeur posté le 19-05-2014 à 09:41:37

Bravo à tous les deux !!
Et bubulle merci pour ce CR bien sympatoche ;-)

Commentaire de celestcyr posté le 19-05-2014 à 12:09:49

Sympa ce CR et encore bravo pour la perf et je ne savais pas qu'il y avait des duo mixte kikous aussi doués ;-)...j'ai décliné le 50 car j'ai joué la prudence après les lavoirs...peur d'enchainer trop de longs...besoin de me préserver un peu pour le prochain trail de montagne le 8 juin même si les 20 km sont tout de même très intense au niveau cardio...

Commentaire de bubulle posté le 19-05-2014 à 12:24:22

Y'a pas "des" duos mixtes kikous, y'a que nous, nous sommes uniques (ouah, l'ôt, eh, comment il se la joue)..:-) (en fait, si, y'a des duos mixtes mais ce sont des duos dans la vraie vie).

Donc, Hélène, c'était raté pour le 50 : faudra voir une prochaine fois pour vous départager, Sab et toi, quoi..;-) (indice : une participation au trail de Sully est envisagée....on n'est pas sûrs pour le duo car la composante mâle du duo est incertaine, mais si on est deux, tassion, l'an dernier on avait bien cartonné au Sully)

Note : elle va me râler, Sab, que j'insinue qu'il faille vous départager, en me disant que y'a pas photo et que t'es trop super forte, machin tout ça. Je la connais comme si on avait déjà fait plein de trails ensemble..;)

Commentaire de Arclusaz posté le 19-05-2014 à 12:20:55

Attention, je préviens, je vais faire une citation littéraire, planquez vous, ça peut faire mal aux boyaux de le tête .

"tout le monde s'éclate à la Queue-leu-leu", Bézu, philosophe français du XXeme siecle.

Et le Titi a l'air bien gentil (pour supporter Bubulle il le faut !) : dommage qu'il soit si mal habillé (le Titi pas Bubulle).

Toujours aussi bien les zaventures de Sab et Cricri, on en redemande ! par contre les road-book perdent en précision, y a du relâchement....

Commentaire de ejouvin posté le 19-05-2014 à 15:05:44

Merci Arclusaz pour cette référence.

Commentaire de Jean-Phi posté le 19-05-2014 à 16:07:44

Moi je dis heureusement que Sab est là pour sortir le vieux bubulle de sa bulle justement. Bon une course toute plate où dés q'il y a un faux plat montant, Sab te met une mine que tu rattrapes forcément dans la descente ! Un grand classique du duo Sabubulle mais c'est toujours aussi plaisant à lire. Pour peaufiner un peu la citation de sieur Arclusaz ci-dessus et citer un autre groupe de philosophe : "pose tes 2 pieds en canard. C'est la chenille qui redémarre. "En voiture les voyageurs, la chenille part toujours à l'heure..."

Commentaire de cloclo posté le 19-05-2014 à 19:40:15

Quel retour canon aux affaires, motivé comme toujours par la saine émulation collective féminine ;-)

Commentaire de Gilles78 posté le 20-05-2014 à 08:28:51

Je suis un un des garis du 35 que vous avez doublé à trèèèèèès grande vitesse dans le dernier virage. Vous m'avez aussi réveillé, mais je ne me suis pas accroché pour autant! Trop fracassé par un gros manque d'entrainement. C'etait une vraie reprise pour moi ce trail. Belle course par ailleurs ! Et beau CR bubullien comme d'hab !
(oui je vous lit en sous-marin depuis belle lurette! Bande de fadas !)

Commentaire de Japhy posté le 20-05-2014 à 19:05:55

Mais vous êtes impossibles et incorrigibles! A toute berzingue comme c'était à prévoir!
Tant mieux pour les semelles en tous cas!

Commentaire de vinch64 posté le 20-05-2014 à 21:16:25

Content de voir que tu t'es bien remis de ta blessure!Encore un excellent CR écrit à une vitesse bubullesque. Comment tu fais? Tu cours avec ton ordi portable? Repose toi bien en tout cas et j'espère avoir l'occasion de te croiser bientôt.

Commentaire de Bérénice posté le 20-05-2014 à 23:40:04

Bravo pour ton CR. Tu as l'art de raconter tes courses avec talent ! J'avais ri pour le marathon déguisé et je suis du coup admirative vu les pépins de santé récent. Bravo !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran