Récit de la course : Vogesen Brevet 2014, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Vogesen Brevet

Date : 11/5/2014

Lieu : Freiburg (Allemagne)

Affichage : 438 vues

Distance : 400km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

VOGESEN BREVET - BRM400 Freiburg

VOGESEN BREVET



Vogesen Brevet, c'est ainsi qu'est baptisé le BRM 400 organisé par nos amis germaniques de l'ARA Freiburg. Nous allons donc en Allemagne, pour prendre le départ d'une épreuve qui nous baladera essentiellement en France, sur des routes que nous connaissons bien ... 

le parcours



Contrairement aux brevets français généralement roulants, les brevets allemands proposent pas mal de dénivellé. Urban et Walter les organisateurs sont par ailleurs des fidéles du 1000 du Sud, inconditionnels des parcours tracé par Sophie. Le menu du jour s'annonce donc copieux ...

Plusieurs CCK (et assimilés) ont pris la route pour Freiburg, dans l'idée de faire voir le maillot et de faire un peu de promo pour le TriRhena, et pour chacun de préparer ses objectifs estivaux : Cap'tain Bridou version ultra avec le RPE en Juin et l'Italie en Juillet, le Panda, Patrick et Aurélien avec le TriRhena, Manala et Poucet avec la Ronde Alinéor d'Aquitaine.







Les formalités du départ ont lieu au Restaurant Augustiner, ou un copieux petit déjeuné est proposé aux participants. Cela ne respecte assurément pas les principes diététiques préchés dans les bonnes écoles, mais peu importe, les randonneurs allemands ne se formalisent pas et en gros gourmand que je suis, j'ai bien l'intention de me plier à la tradition. Je profite donc largement du buffet... J'ai l'intention de rouler cool, donc pas de problème de digestion pour bibi. 

Autres particularité allemande, quelle que soit la distance du BRM, tous les départs sont fixés à 8h .... Un horaire qui parait bien tardifs par rapport aux habitudes française, mais qui présente néanmoins l'avantage de permettre une nuit complète. 

Urban et Walter, les joyeux organisateurs ... 



Les formalités sont un peu compliquées, on tamponne et on signe la feuille de départ d'abord. Puis on refait la queue pour coller une pastille justa avant le départ ... Tout cela dans une salle qui se montre trop exigue. Bof bof ... Heureusement l'ambiance est bon enfant.

Ouf, c'est parti ... la longue chenille s'étale sur la piste cyclable qui sort de la ville.



A l'entrée du premier village, une zone de travaux met un bordel pas possible. Ca part dans tous les sens, et de preference à fond .... On perd Jacky et Patrick dans l'affaire, je reste tranquille avec Manala. 

Vogelsang, premier raidard dans le Kaisertshul et premier contrôle ... Ca chauffe déjà 



On accroche quelques groupes au hasard des opportunuités ... Au niveau équipement, on trouve vraiment de tout chez les allemands. Avec toujours quelques personnages un peu décalés.
Ici le jeune Mathias, jovial et super sympa, s'exprimant parfaitement en français ... C'est son deuxième brevet (aprés le 300), pas la dégaine du cyclo classique avec une tenue plutot touriste et des baskettes au pied, sans cale pied. Mais le jeunôt envoie sévère ... 





Passage du Rhin, on arrive en France ...



Il y a les partisants des sacs à dos ....



Manala teste d'ailleurs cette formule ... on attend le verdict.



Perso j'ai opté pour le light. Juste une sacoche de selle compressible avec le necessaire pour la nuit : jambière, mouffles étanches, imperméable, buff, surchaussures et matos de réparation. J'ai également un coupe vent leger et la chasuble dans les poches du maillot. La sacoche guidon est pleine de bouffe, dans l'idée de s'arreter un minimum .... 

Neuf Brisach ...



Message de Schwarzy qui veut nous rejoindre sur le parcours ...

 
Gueberschwir ....





Osenbuhr ...



Osenbach, second contrôle à la Boulangerie Gwinner ...





Jean Luc se laisse tenter ... 



On poursuit sur un rythme cool, et on retrouve Schwarzy sur le haut du Col Amic. 
Philippe nous donne des nouvelles des copains croisés plus tôt, et notamment de Jacky qui a explosé une jante et qui a du abandonner.




Mon nouveau copain Mathias, qui se souvient être venu au Kohlschlag lorsqu'il était gamin ...





Le Col Amic, sous le soleil ... royal !!!







Et 3ème contrôle au sommet ...



Pas mal de trés jeunes randonneurs chez les allemands ...



Des filles aussi ...



En parlant de filles, nous avons la surprise et la grand plaisir de rencontrer Estelle et Vanessa à l'entrée de Willer. Quelques minutes super sympa, avec en prime un petit bout de chocolat ... les filles partent pour une petite boucle en sens inverse du BRM et nous donne RV dans le Ballon de Servance en fin d'aprés midi ...



Col du Hundsruck ... 



Nous évoluons sur les routes habituelles du CCK. Entre Masevaux et Rougemont ...





Découverte avec la petite D58 aprés Etueffont ... c'est râpeux, mais tranquille et bucolique, un plaisir pour la balade.



Pointage 4 à l'Office du Tourisme de Belfort ... on ne peut pas le louper







A peine reparti, arrêt boulangerie pour notre spécialiste .... (j'en profite aussi)



Nous prenons la diresction du Ballon de Servance, pour le gros morceau de la journée ...





Au croisement de la Planche des Belles Filles, qui voyont nous arriver en sens inverse ... nos jolies filles CCK, qui nous donnent des nouvelles des copains. Et encore un p'tit bout de chocolat ... Vraiment trop bien, des moments comme on aime. Merci Estelle et Vanessa.



Jean Luc dans les sévères rampes du Ballon de Servance ...



 
Ouf, on y est ... Contrôle numéro 5



La petite finlande et ses superbes paysages ...



Faucogney et sa maison extraordinaire .... 







Pause casse dale à Faucogney ...



Contrôle numéro 6 à St Loup sur Semouse, à l'extrémité Sud du parcours ... Il est tard, les commerces sont fermés, on avise un Restaurant un peu en retrait ... C'est un truc top classe, et nos tronches de galériens puants font un peu désordres dans le Hall. En plus c'est le coup de chaud .... Je ramasse les cartons des allemands qui sont avec nous, et la serveuse nous arrange le coup entre deux assiettes chaudes. 





Il est temps de s'équiper pour la nuit ... On repars en suivant la trace du GPS à Manala. Et là, je n'ai pas tout compris : les allemands repartent en sens inverse, sauf un gars et une fille qui nous emboitent le pas. Enfin,la roue ....

Nous remontons alors vers le Nord, le vent devient alors notre alié ... Ca grimpe tranquille vers Plombières, il fait nuit noire et je m'assure régulièrement que les phares des copains sont bien dans le sillage. A l'entrée de Plombière la fille me baragouine un truc qui me fait deviner que Manala à un problème. J'attend un moment et Jean Luc me confirme qu'il a un coup de moins bien. Nous faisons une petite pause, sur les marches de l'église .... Pas l'idéal, ça caille dés que l'on s'arrête.

Les 13 kilométres suivant jusqu'a Remiremont seront trés délicats pour Jean Luc, qui tombe littéralement de sommeil ... il faut faire quelquechose. Nous quittons l'itinéraire pour viser le centre ville, ou nous dégotons un fast food ouvert. On s'y pause, Jean Luc est vraiment agard et frigorifié. Le temps qu'il se change, je commande des cafés et des Kebab, avec sauce blanche .... 

Pas de bol, y en a plus me dit le jeune. Et il me récite la liste des sauces .... hormis la blanche, je n'y connait rien en sauce de Kebab. Je lui répond "n'importe" .... erreur ... Le type nous a mis de la dynamite dans les sandwichs, le genre de truc qui t'allume le palais pour toute la nuit ... 



Manala abandonnera à mi sandwich et partira aussitot pour quelques minutes de sommeil. Moi j'ai faim, et je m'enfile tout ... Et on eteint l'incendie avec un grand Coca. 

Cette pause nous aura fait du bien. Jean Luc retrouve des forces et son humour ... Même si son GPS nous lâche au plus mauvais moment, c'est reparti avec les p'tites cartes Michelin à Poucet. On enchaine à rythme modéré la montée des Bas Rupt, Gerardmer, le petit Surceneux et le Valtin, le Louchpach pour arriver au Col du Bonhomme pour de dernier contrôle, vers 3h30. La route est trempée, l'arrêt prolongé de Remiremont nous aura finalement remis d'éviter le déluge ... par contre ça décoiffe sevère et la température est descendue à 7°. 

Il y a encore de la lumière au restaurant ou l'on doit normalement pointé, mais le type en a semble t il plein les bottines et nous sort assez séchement. On se contentera donc d'un contrôle photo ...



La descente est trés rapide, je dévale la pente sans me rendre compte que Jean Luc ne suit pas, tiraillé encore par le marchand de sable ... Je l'attend au carrefour à Kaysersberg et nous faisons une petite pause sur un banc ... 

Le vent a eu la bonne idée de tourner et nous pousse toujours pour attaquer la longue traversée de la plaine alsacienne. Au niveau d'Holtzwihr la pauvre Jean Luc implore une minute sommeil ... on se pose un instant sur un trottoir, et je crois bien avoir dormi quelques instants. A peine reparti, le miracle se produit : a la sortie du village une Boulagerie est ouverte. Génial. Les viennoiseries sont énormes et en plus on peu se faire servir un grand café .... Hummm, les moments simples ou l'on se sent tellement bien ... Il n'en faut pas plus pour remettre un Manala d'aplomb !!!

 
Revoila le Rhin et Breisach ...







On profite de la belle lumière matinale en longeant le Kaiserthul ....







Encore un passage un peu folklo dans la traversée d'Umkirch, la même ou les travaux avaient dispersés les troupes au départ ....



Puis on retrouve la piste cyclable et Fribourg ...







et tout au bout, Cap'tain Bridou qui a eu la gentillesse de nous attendre, ce qui merite bien une petite gâterie .... 





Question chiffres je suis un peu perplexe, alors que nous n'avaons pas fait d'erreur de parcours, mon compteur indique 423 km et 5000 D+ ... quand à la moyenne affichée elle ne veut absolument rien dire. Ce qui est certain c'est qu'il nous aura fallu 24h tout pile pour boucler le parcours.

Désolé pour Jacky qui a du abandonné, content pour Pascal, Patrick et Aurélien qui ont bien maitrisés ce BRM difficile. Et super content de ces 24h passées sur le vélo en compagnie de Jean Luc, un excellent rodage du duo en vue de l'Aliénor. 




 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran