Récit de la course : Liege Bastogne Liege Challenge 2014, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Liege Bastogne Liege Challenge

Date : 26/4/2014

Lieu : Liège (Belgique)

Affichage : 1318 vues

Distance : 280km

Matos : KUOTA KEBEL

Objectif : Terminer

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Liège Bastogne Liège Challenge, by Poucet

 



Vendredi 25 Avril : après l’épisode collectif de Vélocio, c’est en solitaire que je prends la route pour la Belgique à la découverte de la Doyenne des classiques. Les cyclos ont la possibilité de faire l’intégralité du parcours la veille des pros. Liège Bastogne Liège évoque plein de souvenirs … J’ai toujours en mémoire la fameuse édition remportée par le Blaireau, sous la neige. Une autre époque, un autre cyclisme…. Je dois retrouver Juju au départ Samedi matin du LBL Challenge. Notre jeune Jean Paul Olivier local connait bien sûr toute l’histoire de cette course mythique qui fête cette année sa 100ème édition !!!

J’arrive sur Liège le Vendredi un peu avant 17h, après 5h de route et un arrêt pasta dans la famille, du coté de Nancy. Le Campanile est très facile à trouver, juste sur une sortie de l’autoroute. Le parking et les rues avoisinantes sont bondés de véhicules bardés de vélos, il y a également le bus de l’équipe Skil Shimano, l’hôtel affiche complet depuis plusieurs semaines. Chacun s’affaire aux derniers préparatifs.

Le temps de prendre procession de ma chambre et d’y décharger mon barda, je file à pied vers le complexe sportif ou je peux retirer mon dossard et le package avant l’heure limite fixée à 18h. Il y a pas mal de monde mais pas de stress, tout est parfaitement organisé, aucune attente. Parfait.





J’écoute machinalement les messages sur ma boite vocale en rentrant à l’hôtel. Un certain Karl Coudre à récupérer mon numéro par mon ami Bridou, via FB. Je connais ce nom bien connu sur le forum Vélo101, et aussi pour avoir lu quelques articles dans feu Cyclo Passion. Karl est en panne de piaule pour la nuit, son pote Laulesp avec qui il covoiture devant rentrer d’urgence sur Paris … L’affaire est vite réglé et je retrouve les deux copains sur le parking de l’hôtel un peu plus tard. Le temps de discuter un moment et Laurent doit nous quitter, bien triste. Il y a des moments ou la vie nous propose des épisodes douloureux. Bon courage Laurent, on pensera à toi.

Je fais plus ample connaissance avec Karl, une reference dans la petite monde du cyclosport, qui reprend le vélo cette année après un petit break … On se raconte nos vies, nos passions, la cohabitation s’annonce pour le mieux.

Le départ de la cyclo est possible à partir de 6h30, j’ai mis le réveil sur 5H10. Comme d’habitude j’émerge juste avant la sonnerie … Chacun avait prévu son petit déjeuner …





On quitte l’hôtel sur les coups de 6h, Karl doit encore passer à l’inscription …





On retrouve un groupe de copains FB à Karl à l’entrée du Complexe. Pierre Gadiou, Laurent Bruynooghe et ??? Et puis Juju bien sûr, tout sourire et en grande forme. Il n’y a pas de chrono, pas de classement, il est possible de se lancer sur le grand parcours jusqu’à 7h30 … Pour les amateurs de stats, nous serons simplement chronométrés sur 4 côtes en fin de parcours. 







A cette heure matinale les automobilistes sont encore sous la couette, et les gros pelotons peuvent s’extraire tranquillement de la ville encore endormie. Rapidement une descente pavée termine de me remettre les neurones à l’endroit …



Je vois les copains s’éloigner progressivement … Je n’ai pas l’envie de forcer pour accrocher les roues, je roule à mon rythme avec l’intention de profiter au maximum de la journée. Il fait encore un peu frisquet mais le ciel est dégagé et la journée s’annonce belle.




 
 


Nous voici au premier ravitaillement de Bosson au km 48 ….



Ah ces ravitos, quel plaisir. Là encore c’est parfaitement maitrisé, avec plusieurs tables et un sens giratoire qui facilite s’écoulement des flots de cyclos. Les tables sont généreusement garnies et nombreux sont ceux qui craquent (entre autres) sur les délicieuses gaufres de Liège. A ce petit jeu, je dois faire un très bon classement … Très bien également les grosses bombonnes Aptonia pour remplir les bidons. Le gout citron est un peu quelconque, mais je trouve que le gout Orange est tout à fait correct.





Juju m’attend gentiment et me glisse malicieusement que le staff des 3 Ballons serait bien inspiré de venir faire un stage par ici … Nous repartons ensemble, mais Julien est vraiment trop fort pour moi et je lui dis de rouler comme ses jambes de feu le lui permettent en ce début de saison ....



Laulesp nous avait prévenus la veille : bien que la première côte répertoriée ne soit située qu’au km 81, ce n’est jamais plat. D’ailleurs, si le passage à La Roche en Ardennes est très joli, je n’ai pas de souvenir particulier de cette première côte répertoriée, que je n’ai pas trouvé vraiment plus difficile que le reste … En effet, ça monte et ça descend sans arrêt. Avec le recul, j’aurais même tendance à penser que l’aller jusqu’à Bastogne offre moins de secteurs roulants que le retour …









Le second ravito est posé à l’entrée de Bastogne, avec toujours la même organisation, parfaite … Je prends tout mon temps pour apprécier ...





A Bastogne nous évitons le centre ville ou les pros auront droit à un sprint le lendemain … Par ici ..



Le parcours est un régal, tracé au cœur des prairies et des forêts ardennaises, bucolique, verdoyant et vallonné à souhait. Un bonheur pour les cyclos, d'autant plus que le vent souffle enfin dans notre dos aprés la bascule à Bastogne. Quelques nuages voilent maintenant le soleil .... 





Le premier véritable coup de pétard c’est la sortie d’Houfalize, par la Côte de Roch, une petite rue très étroite et très pentue … Là oui, il faut s’arracher. Franchement je ne regrette pas mon triple et mon 30 x 26 sur cette portion infernale.









Nous avons dépassé la mi course lorsqu'on arrive à Gouvy pour reprendre des forces …







En haut de Wanne, on nous annonce l'épouvantail de la journée …



 
Les difficultés s'enchainent plus rapidement maintenant, les descentes sont toujours dangereuses, le revêtement est souvent très limite … Stockeu est de mon point de vue la côte plus difficile. En haut, on vire à gauche et on apperçoit les copains en plein dans le raidard final …





Puis on plonge sur le village de Stavelot au km 228, et ses pavés d'enfer … Purée, qu'est que ça déglingue de truc !!! Ah oui, on oublie pas de s'enfiler quelques gaufres au passage …



A peine sortis du village que se presente la Haute Levée … hormis le pied un peu raide, celle çi passe plutôt bien.









Aprés le Col du Rosier suit une longue section très roulante, que j'attaque en solitaire … Puis je profites d'un bon wagon qui m'emmène dans un fauteuil jusqu'à Remouchamps au km 228. Je reconnais le viaduc vu tant de fois à la télé, on aperçoit au loin la longue caravane de camping cars déjà plantés dans le raidard… J'ai un pied dans la légende, qu’est ce que c'est bon. Il reste une cinquantaine de bornes et c'est le dernier ravito, je remplis mes poches et les deux bidons avant d'aborder la célébre côte de La Redoute ...







La Cote des Forges se passe bien, puis se présente la Roche aux Faucons qui décape bien … D'autant plus que lorsqu'on passe sous le portique d'arrivée ça grimpe encore un bon moment.



Nous voilà de retour à Liège …. Par là c'est un peu tristounet, mais tellement symbolique du final de la Doyenne. 





Puis viens le quartier des italiens et sa fameuse Côte St Nicolas. C'est de nouveau très étroit et il faut être vigilant avec la circulation … Des gamins sont postés sur le bord de la route, quémandant des bidons … C'est étonnant comme toutes ses côtes se révèlent bien plus raides que ce que laisse paraître la télé.

Il nous reste la derniere montée vers Ans, mais au lieu de bifurquer à gauche là ou s'est vautré Dan Martin le lendemain, on nous dirige sur la droite dans les ruelles qui nous ramènent vers Complexe Sportif …. Je termine cette belle balade en un peu plus de 12h et je retrouve Juju et son fan club spécial. Nous prenons RV pour nous retrouver le soir autour d'un bon et copieux repas.





Je rejoins Karl à l'hôtel, refroidi en nous attendant trop longtemps à l'arrivée, mais heureux et satisfait de sa journée. Aprés une bonne douche et avoir englouti un tuperware de pâtes, le champion est enfin réchauffé. Il est temps de rejoindre le restau pour une nouvelle (énorme) assiette de pâtes …. Qu’est ce que ça bouffe un gros moteur !!! Mais d'abord il faut bien faire honneur à ses origines belges ...





Spécialement pour les nombreux fan du petit Adam ... En attendant de travailler son coup de pédale avec Papa, il a déjà un coup de fourchette de cyclo ...



 
La nuit fut excellente …

Dimanche matin, Pierre vient récuperer Karl à l'hôtel … Salut les gars, bon retour sur Paris ...






Je prends la direction de la Place St Lambert pour me baigner dans l'ambiance du départ …







Samuel Sanchez, médaillé olympique à Pekin ...



Daniel Martin, le tenant du titre sur la Doyenne



Les colombiens et leurs jolis maillots ...



Andy Schleck, un ancien vainqueur aussi ...



Rui Costa, le champion du monde ... 



Philippe Gilbert, le champion local ...







Oups ....



Daniel Mangeas nous apprend que c'est l'anniversaire de la maman à Jérome Pineau ...













C'est parti ....







Liège aux couleurs du cyclisme pro ….









Le plus grand … 





En remontant à l'hôtel, ambiance liègoise …









 
Je récupère la voiture sur le parking de l'hôtel et je prend la direction d'Houfalize pour gouter la course au cœur de la Cote de St Roch ….























13h25 ... et voilà les échappés du jour ….









Le peloton groupé suit a un quart d'heure, avec notamment Andy Schleck en première ligne …



On reconnaît Simon Gerans le futur vainqueur, bien planqué dans le paquet …









Quelques minutes et c'est déjà fini ….

Il est temps de se rentrer. J'avais prévu un petit détour surprise chez les amis lorrains Michel et Christine … On devait se voir à Liège, mais comme Michel traine une méchante tendinite depuis le BRM 200 de Francaltroff, le déplacement pour la Doyenne a prudemment été annulé. Le WE se termine ainsi en toute amitié, autour d’un café, en savourant une bonne part (et même deux) du délicieux gâteau inventé par Christine à l’occasion de l’anniversaire de sa fille, tout en gardant un œil sur le final de la Doyenne …. Mes papilles en frémissent encore.

C’est vraiment pas compliqué le vélo !!! 


7 commentaires

Commentaire de chorizo13 posté le 30-04-2014 à 09:29:36

Bravo pour cette classique ,12h sur un vélo avec un parcours aussi vallone tu as toute mon admiration

Commentaire de philkikou posté le 30-04-2014 à 18:37:36

Arrête Poucet avec tes bottes de 7 lieues, je n'arrive plus à suivre côté lecture des récits !!! (déjà Vélocio en attente !!)

et avec çà qu'est ce que j'vous sers : un Ardéchois ?? Pas de problème pour le Poucet !!!

Commentaire de poucet posté le 30-04-2014 à 20:17:03

Pas de pb Phil, les récits peuvent se consommer réchauffés. Il n'y a pas de date de peremption !!! Pour la suite c'est effectivement l'ardéchois : mon pote Snoopy me récupère demain à 8h pétante, et en route pour une nouvelle aventure. On pouvait quand même pas louper cette dernière édition ....

Commentaire de poucet posté le 30-04-2014 à 20:13:27

Merci Chorizo !!!

Commentaire de dajosport posté le 02-05-2014 à 11:09:46

Super ton CR et tes photos ! :)

Commentaire de philkikou posté le 02-05-2014 à 11:11:13

Qui a dit que la Belgique c'était "Le plat pays ??? " Il ne devait pas faire du vélo !! ;-) ... magnifique "balade" de 280kms.. et reportage photos qui nous donne un beau p'tit apercu de la doyenne centenaire

Commentaire de La Tortue posté le 06-05-2014 à 00:21:10

super ! merci pour les photos

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran