Récit de la course : La Montée pédestre des Trois Communes 2014, par ilcourtlefuret

L'auteur : ilcourtlefuret

La course : La Montée pédestre des Trois Communes

Date : 27/4/2014

Lieu : La Tronche (Isère)

Affichage : 516 vues

Distance : 11km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

peur sur les montagnes

Cher lecteur, 

Je vais te faire partager dans de récit une des expériences les plus inoubliables mais aussi les plus cauchemardesques qui puisse être dans la vie d'un coureur. Ce triste épisode, je ne peux le garder pour moi et dois le faire partager pour que personne n'oublie par quelle créature fantastique et atroce ont été parcourues nos montagnes Grenobloises: le BOUK!

Tout a commencé par un matin d'avril, froid et humide. Il avait neigé pendant la nuit sur les hauteurs. Ce matin-là donc, je me rendais au départ d'une course constituée d'une longue montée de la Tronche au Sappey en Chartreuse. 11km pour 800m de dénivelé positif, des chiffres qui ne peuvent traduire l'épreuve que j'allais vivre! Je retrouvai au départ quelques kikoureurs dont je ne connaissais jusque là que les pseudos: albacor, bipbip et donc le Bouk. Les quelques autres que je ne citent pas me pardonneront cet oubli. Il m'a été facile de les identifier, ils étaient tous autour d'un individu affublé d'un chapeau bleu grotesque. Vous aurez deviné de qui il s'agit bien sûr... A ce moment hormis le caractère déplacé de l'accoutrement dudit individu, la course se présentait bien. Retrait rapide du dossard, un policier avenant qui m'aide à déplacer ma voiture fort mal garée, un court échauffement qui me permet de jauger les forces en présence: il y a du beau monde. Sur la ligne de départ je me mis dans le premier tiers, laissant partir devant les autres kikoureurs. De fait ils partirent à un train d'enfer, tous! La montée commença d'abord par un faux plat puis la pente s'accentua, me permettant de revenir sur bipbip. Très rapidement nous arrivâmes à la portion la plus raide dans Corenc. De façon surprenante je continuai à courir à bon rythme et à remonter le flot de coureurs. Le premier ravitaillement passé, la pente devint plus régulière et je calais alors ma cadence. Devant moi je crus apercevoir le chapeau bleu dépassant des autres têtes. Il n'est donc pas part trop vite et mon objectif secret (fumer le Bouk) semblait alors accessible. Las! Dès que la pente fléchissait un peu il me mettait pas mal de mètres dans la vue! Vers le km 4 ou 5 je vis enfin Albacor qui avait dû prendre un départ canon. Devant, le chapeau. Je passe Albacor avec le Bouk dans le viseur. Je tiens ma cadence et lui semble un peu faible. La remontée est progressive et enfin je tiens mon objectif! Je passe devant. C'est le moment que l'animal choisit pour pousser ce hurlement glaçant: "bouuuuuuuuuuuk!!!!!" Je ne me laissai pas impressionner et essayai de mettre le plus de distance entre nous. Au cas où... Après le col une nouvelle course commençais. Plat, montée, relance sur faux plat, le rythme des 4 derniers km devint plus rapide et contrairement à mon habitude, je profitais des relances pour doubler quelques concurrents. Mais derrière moi quelques "bouuuuuuuuk!!!!!!" Me firent comprendre que je n'étais pas seul! Et c'est ainsi que l'inouï, l'impensable arriva. 200m avant l'arrivée, alors que j'étais en lutte avec un gars en t-shirt blanc, de l'arrière surgit le Bouk. C'était lui, bondissant, hurlant, triomphant. "Bouuuuuuuuk!!!!" Ce son je ne pourrai jamais l'oublier. Ni ce spectacle, moi dont le coeur explose et lui hilare. "Ce n'est pas vrai" lachai-je, ce qui relate au plus juste mon incapacité à comprendre cette scène irréelle. Le t-shirt blanc, inconscient, tenta de prendre l'aspiration mais lui aussi s'avoua vaincu au finish. Je passai la ligne d'arrivée trop défait pour apprécier le chrono:1h07'19 moi qui avait annoncé une fourchette 1h06-1h10. Contrat rempli, sauf..... que faire alors après ce traumatisme? Faire des puzzles, jouer aux petits chevaux? Comnent oublier ce spectacle que même Lovecraft n'a pu imaginer? Quand je raconterai cela un jour à mes petits enfants me croiront-ils? Voilà pourquoi j'ai voulu témoigner de ce qui s'est passé le 27 avril 2014 pendant la montée pedestre des 3 communes.

8 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 27-04-2014 à 21:06:02

Je te rencontre ce matin, je me dis "mince, le Furet, mais oui, je me souviens, sauf que, il m'avait fumé à Grenoble-Vizille ou pas ?". Pas le temps de me connecter sur kifuckou, de toutes façons tu annonces un 1h06-1h07, ouille ouille ouille, un sacré client ce Furet...

Et rétablissons la vérité, c'est d'abord moi qui vécu un cauchemar, un Furet qui me remonte, tranquillement, au train, qui est à l'allure du trafic, à l'aise, bouh, c'est inéluctable, il va me passer l'animal.

Mais les dieux du saucisson étaient là et ont eu pitié de moi : "Mince on fait quoi ? Le Bouk va encore se faire fumer ? Non quand même, il en bave déjà depuis que le kéké est fort, allez on le laisse faire une de ses remontées en apnée comme avant".

Et tu racontes fort bien la suite.

Certes, je m'excuse pour ce traumatisme (j'essaie d'imaginer et ça me glace le sang, à charge de revanche bien sûr), mais dis-toi que le mec au T-Shirt blanc à l'heure actuelle est déjà interné à Saint-Egrève, et ça c'est très triste !

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 27-04-2014 à 21:48:52

Non je ne t'avais pas fumé sur Grenoble-Vizille je n'ai pas encore le niveau sur semi. Ma seule chance était sur une course à profil montant uniquement. Bref c'est passé pas loin.
PS tu me diras comment ca marche kifuckou.
PS2 il avait l'air sympa le t-shirt blanc on a partagé notre peine après la ligne d'arrivée. Ca rapproche ce genre d'épreuve.

Commentaire de Albacor38 posté le 27-04-2014 à 21:08:30

Mon Dieu quel cauchemar...
Par saint Doux, saint patron des charcutiers faites qu'un tel drame ne m'arrive jamais.
Je ne m'en remettrais pas.
Toutes mes condoléances Furet.

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 27-04-2014 à 21:51:54

Du coup j'ai abandonné le saucisson et j'ai dévoré un pâté en croûte, un "sacré" reconstituant!

Commentaire de le_kéké posté le 27-04-2014 à 21:40:52

Parfois j'en rêve la nuit de ces cris de bête en rut. Du coup moi j'ai choisi une stratégie où je mets 1km devant afin de plus entendre ce méchant animal.
J'espère qu'il t'a pas dégouté du saucisson car pour avoir subit plusieurs fois le finish du bouk c'est très dur à vivre, j'ai beaucoup rêvé de doubler un jour le bouk dans un sprint endiablé mais c'est qu'un doux rêve.
Sinon bravo pour cette belle course malgré l'animal.

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 27-04-2014 à 21:50:10

Ben tu me donneras la recette du "comment mettre 1km au bouk" ca a l'air rudement efficace!

Commentaire de le_kéké posté le 27-04-2014 à 21:53:10

facile, 4-5kg en moins et beaucoup de skating cet hivers => le bouk dispersé façon puzzle

Commentaire de Albacor38 posté le 27-04-2014 à 21:54:22

Mode bipbip-inside : Ca fait combien de dents ça 4-5kg ?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran