Récit de la course : Trail du Josas - 50 km 2014, par ejouvin

L'auteur : ejouvin

La course : Trail du Josas - 50 km

Date : 6/4/2014

Lieu : Jouy En Josas (Yvelines)

Affichage : 991 vues

Distance : 50km

Objectif : Pas d'objectif

29 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Bonnet d’âne

Avertissement de conduite - Indiscipliné en classe

Citadelles moins 2 semaines, dernière sortie de préparation. Avec la nouvelle mission, je prends le train le dimanche fin d’après-midi, donc il ne va pas falloir mollir sur les chemins du Trail du Josas. Mais cela doit rester une « course de préparation » et surtout essayer de trouver quelques solutions à mes problèmes rencontrés sur l’EcoTrail.

Et c’est surement pour cela que je suis une fois de plus à l’ouest dans la mise en place des préparatifs. Samedi matin, direction le supermarché objectif y faire le plein de pompotes, pour la course, et d’eau minérale, pour après la course. Après, j’irai chercher le dossard avec mon collègue, qui s’essaye sur son premier 50 kms.

Résultat, je prends plein de trucs pour la journée, repas midi et soir et connerie à bouffer le dimanche matin, mais j’oublie l’essentiel. J’ai rendez-vous à 14h30, et je suis encore une fois à la bourre. J’arriverai finalement à 14h50 après un SMS plein d’ironie du dit collègue : « 14h30 aujourd’hui ou demain ? ». Allez, on va dire que c’est la faute des Suisses, c’est vrai quoi « il n’y a pas le feu au lac ».

Au moment de retirer le dossard, je rencontre une charmante femme venue avec son dernier. On papote un peu mais chacun doit retourner à ses occupations. Sur le chemin du retour, une idée lumineuse me vient à l’esprit, il y a un supermarché sur le chemin. Vendu, j’irai faire les achats oubliés. Et devinez quoi… j’ai oublié l’eau minérale.

Tout le reste de l’après-midi sera consacrée à des geekeries et niaiseries devant la télévision, forcément des émissions hautement intellectuelles de la TNT. Tout cela pour dire qu’il est 21h, mes affaires ne sont pas prêtes, ma valise est encore vide et je n’ai pas mangé.

23h30, tout est enfin terminé mais déjà ça craint, car le réveil est prévu à 5h30 pour envisager un départ à 6h15. Oui oui, je suis rempli de bonnes intentions. Et je me pose une question existentielle, dois-je préparer mon petit déjeuner dès ce soir, ou est-ce que j’aurai assez de temps dimanche matin ? Il me faudra bien une demi-heure pour me dire que c’est plus raisonnable d’avoir tout à disposition dès le saut du lit.

 

Avertissement de travail – N’écoute pas les consignes

Nous avons bien échangé avec le coach sur l’objectif de cette course. Il ne faut pas se blesser, comme sur toutes les autres, et surtout ne pas se mettre inutilement dans le rouge. Ce serait con de s’exploser à deux semaines de l’objectif.

Donc les consignes sont ultra simple. 20kms avec pulses à 150, 20kms à 160 et 10kms très soutenus si ça rigole, sinon en conservant le plus possible le rythme. La répartition des ravitos est assez « étrange ». Kilo 8, 19 et 33. Les deux dernières portions risquent d’être compliquées, surtout si le soleil se décide à chauffer. Donc la ceinture doubles bidons sera un élément de l’équipement. Un sera rempli de poudre en attendant l’eau au kilo 19. Le deuxième sera rempli à chaque passage.

 

Un peu moins de 160 concurrents au départ, ça donne quelque chose d’intimiste. Qui plus est, la trace est large donc nous ne nous bousculons pas un seul instant. Pire, je ne me fais pas déposer pendant deux trois kilomètres, les positions seraient elles déjà figées ?

Puis tout d’un coup, ça commence à doubler. J’aurai presque eu peur et je retrouve la logique de chaque course. Mais voyons voir un peu le cardio ? Oups 165-170. Heu comment dire, je suis en train de déconner. Pourtant, je n’ai pas l’impression d’être dans cette plage alors je mets la faute sur la ceinture, qui parfois s’amuse à faire de jolis pics, en misant sur le fait que cela rentrera dans l’ordre un peu plus tard.

Pendant ce temps, une première féminine me dépasse, accompagnée de son poisson pilote. Ils sont en train « d’établir une stratégie » pour faire péter la deuxième qui n’est pas si loin. Ca y va de la capacité de celle-ci à tenir la distance, ou sa façon de passer les bosses. Il ne faudra pas longtemps pour que le groupe de tête se forme, composé de quatre compétitrices chacune avec sa spécificité, à mes yeux :

  1. La tenante du titre qui semble persuadée de sa forme du jour pour toutes les faire péter.
  2. Celle qui est venue bouleverser la hiérarchie.
  3. Celle qui a la capacité à faire sauter les deux premières mais qui accompagne sa copine.
  4. La dite copine qui effectue son premier 50kms.

Après un effeuillage de numéro 3 et 4 (bon juste les manchettes) je me porte à leur hauteur et nous échangeons un petit peu. On blague sur le profile à venir, sur les pronostics de la course. Je fais quand même remarquer que le rythme adopté correspond à un temps inférieur à 5h et que cela me paraît un poil rapide. Mais cela n’effraye personne.

Kilo 8, remplissage de la gourde  OK. Mais oups elles ont toute sauté le ravito ? Je vais revenir tranquillement sur le groupe. Durant cette remontée, un gars me prodigue un conseil alors que je passe une montée à petits pas : « Tu vas aussi vite en marchant ». Merci monsieur, je prends note mais aujourd’hui je n’écoute pas les professeurs visiblement. Je répondrai juste avec humour (pas certain que cela ait été pris ainsi, mais plus par prétention) que nous verrons bien à l’arrivée.

Bon que dit le cardio ? Ah merde toujours aux alentours de 165. Là, ce n’est pas le cardio qui déconne mais c’est bien moi. Allons bon, je change d’objectif en rajoutant 10 de pulses sur chaque intervalle, soyons fou.

 

Je vais abandonner mon petit groupe un peu après le kilo 10 et commencer un nouveau jeu. Aujourd’hui je vais chercher à énerver ceux qui sont devant moi, me faire exploser dans les montées et les reprendre lors de la bascule. Et cela jusqu’à ce qu’il y en ait un qui craque. Bah vous savez quoi, c’est super drôle comme jeu ça. Déjà cela me force à passer toutes les montées en « courant » et à relancer derrière. Dans ma tête, je me dis forcément que le(s) gars, il n'y a plus de fille pour jouer, se crame en montant si vite. Mais j’imagine qu’il(s) se di(sen)t la même chose concernant ma stratégie. Y en a un qui m’aura donné du fil à retordre. Il profitera de mon arrêt au deuxième ravito pour me mettre à une distance raisonnable et nous reprendrons le jeu plus tard. Il sera très coriace et il faudra attendre le kilo 42 pour qu’il disparaisse du radar, même s’il ne revenait plus dans les montées.

 

Par contre à ce petit jeu, je me concentre sur mes pieds dans les descentes. Et forcément je rate trois fois un virage, qui nous renvoie à chaque fois dans une montée. Heureusement mes camarades de jeu m’avertissent à chaque fois. Sauf que la troisième fois, je serai 200m en dessous d’eux et un concurrent sort d’un petit chemin. Après discussion, il me dit que le détour fait environ 200m. Bon tant pis, je ne vais pas remonter et nous verrons bien. Je note les visages de chacun en cas d’arrivée commune pour les laisser passer. Et au pire, j’irai réclamer une pénalité. Cela dit, je constaterai 400m plus loin que les gars n’ont rien perdu et sont à la même distance. Donc sauf si ils ont accélérer comme des furieux, le préjudice est nul.

 

Je m’amuse de retrouver des chemins de l’Ecotrail, où je passais en marchant. Mais aujourd’hui ce sera en petits pas rythmés, sacré contraste dans les sensations. Quand j’arrive au dernier ravito, cela fait quelques kilos que je ne joue plus, me sentant bien seul. Personne devant, et juste un gars à 300-400m derrière. Le seul truc qui me fait avancer, c’est de maintenir le cardio dans les plages revues à la hausse. Donc à ce ravito, ça fait de bien de voir des bénévoles et surprise deux trois concurrents. Je fais le plein, prend du fromage et c’est reparti. Sauf que là vraiment, il n’y a plus personne sauf quelque uns totalement cuits. Je me sens franchement seul, craignant les erreurs de lecture du balisage.

 

La fin du parcours est de loin la partie la plus compliquée. Il y aura trois belles pentes qui vont faire grimper le cardio en flèche. Un passage hors sentier sera également usant. Je vois une casaque rouge juste devant moi, trop tard pour établir la jonction. Il faut bien avouer que sur le dernier tronçon, je n’aurai repris presque personne, et surtout vu peu de personnes sauf des promeneurs / cyclistes / coureurs en entraînement. A chaque fois, nous avons le droit à des applaudissements et des félicitations.

Arrive enfin le stade. L‘année dernière, l’arrivé s’effectue par un tour du terrain de foot. Sauf qu’en fin de descente je continue une fois de plus tout droit, et voit la casaque en contre bas sur le terrain. Je me dis alors : « mince, il m’a mis une sacré mine, parce que je ne vois pas encore l’entrée du terrain ». Et pourtant je suis dans le balisage. Il faut se rendre à l’évidence, c’est celui du départ et j’ai raté l’entrée. Après avoir jugé le pour et le contre, je décide de couper pour rejoindre la bonne trajectoire. Cette décision est motivée par le fait que la route prise est parallèle à la trajectoire et qu’il n’y a visiblement aucun gain. Bah oui, je dois franchir une barrière et passer par une descente casse gueule.

 

Dans la dernière ligne droite, un gars m’interpelle. J’en suis désolé, mais je ne le reconnais pas. Je fais un signe par politesse, mais impossible de savoir :

  1. Un kikou ?
  2. Une personne connue dans mon adolescence ?

Bon visiblement, il n’a pas dû m’en tenir rigueur, puisqu’il ne viendra pas à ma rencontre après avoir rendu ma puce.

 

Et dans tout ça me direz-vous, quid de l’objectif initial ? Je finis le 50kms avec une fréquence moyenne de 166. Du grand n’importe quoi dans l’absolu. Après le Ventoux, bouclé avec une moyenne de 158, je m’étais dit qu’il ne faut pas dépasser le 155. Ce qui était l’objectif pour l’Ecotrail, bouclé à 161 de moyenne. Ce matin pourtant, je voulais être sage, mais je ne sais pas ce qu’il m’a pris. Mais au moins je me suis fait plaisir sur ce joli parcours.

 

Conseil de discipline – Qu’avez-vous à dire pour votre défense

La ligne franchie, je ne suis pas à l’aise avec moi-même. Je ne suis quand même pas fier d’avoir coupé, même si en toute honnêteté je ne pense pas en avoir profité. J’échange avec une bénévole pour indiquer qu’il faudrait peut-être un signaleur pour indiquer l’entrée du stade. Mais elle me dit qu’il faut bien faire un tour dans la ville. Et merde, j’ai donc triché. Après les échanges de la marche nordique sur l’Ecotrail, je me dis qu’il faut vraiment que je me dénonce. Après m’être changé à la voiture, je retourne à la cellule de chronométrage et explique mon acte. Nous regardons le classement, celui qui est devant est à une minute et derrière à trois minutes. Il m’est demandé à combien j’estime le gain mais je n’en ai aucune idée, puisque je ne connais pas la distance gagnée. Les personnes me proposent d’en rester là, car de toutes les façons nous ne jouons pas le podium.

S’en suit une discussion sur le parcours final et ils me font part de leur étonnement de voir très peu de concurrents arriver par le bon chemin, seul les deux premiers et c’est anecdotique. Et donc en conclusion, je n’ai pas coupé, j’étais mal embarqué. Cela atténue donc mon sentiment de culpabilité. Finalement, la première bénévole aurait eu tords. Un « spectateur » (concurrent qui aurait abandonné) explique que la plupart se trompe de chemin.

 

Sur le chemin de retour, coach me demande par SMS comment cela s’est passé. Je me gare pour l’appeler et lui dit juste « Tu vas me gronder, je n’ai pas respecté les consignes ». Quand je lui annonce la moyenne des pulses, il explose de rire en disant que je m’étais bien mis minable quand même. Mais bon, comme il n’y a pas de bobos (mise à part l’ischio et fessier droit un peu contracté), que je n’ai pas subi la course, ce n’est pas grave. Et maintenant place à une semaine de volume à faible allure.

 

Quant à mon collègue qui s’essayait sur le 50, il le bouclera avec succès en moins de 6h. Lui qui se demandait comment il aurait pu faire un troisième tour aux Marcassins pour atteindre les 50. Trop content pour lui.

29 commentaires

Commentaire de sabzaina posté le 07-04-2014 à 06:23:58

Belle course Etienne, bien gérée malgré ta difficulté à suivre les consignes. Heureusement que tu n'es pas dans ma classe, ça chaufferait pour toi! ;)

Commentaire de ejouvin posté le 07-04-2014 à 09:25:39

Dans ta classe, je serai au fond à côté du radiateur et je regarderai par la fenêtre. Bref, un cancre.
Et au contrôle, je ferrai toujours des erreurs car j'aurai lu l'intitulé trop rapidement. Il me reste donc à doubler la classe.

Commentaire de Jean-Phi posté le 07-04-2014 à 10:44:37

Mode fayot on :
"Moi je ne regarderais pas par la fenêtre parce que je regarderais la maîtresse qu'elle est trop jolie !"
Mode fayot off ==> ^^

Commentaire de ejouvin posté le 07-04-2014 à 10:56:16

On a retrouvé Agnan

Commentaire de Jean-Phi posté le 07-04-2014 à 11:18:27

Bien vu ! ;)

Commentaire de sabzaina posté le 07-04-2014 à 21:19:39

(HUG)

Commentaire de Jean-Phi posté le 07-04-2014 à 06:33:03

Quelle indiscipline ! Incroyable ! Heureusement tu rattrapes par beaucoup de bonne volonté dans le travail. Pour cela je te mets les encouragements à défaut des félicitations. En espérant que les vacances viennent à freiner tes ardeurs.

Commentaire de ejouvin posté le 07-04-2014 à 09:26:19

Ah, c'est déjà les vacances ?
Je vais essayer d'honorer les encouragements.

Commentaire de bubulle posté le 07-04-2014 à 08:30:44

Oui, on va t'envoyer la maîtresse, Etienne ! C'est vraiment vraiment vraiment pas sérieux d'aller faire un 50 km une semaine après un 80km, on se demande vraiment où tu prends ces idées idiotes.

Nan, mais j'vous jure, y'a vraiment des bigorexiques sur cette planète....

Commentaire de ejouvin posté le 07-04-2014 à 09:28:46

Bah disons plutôt que le 50 était prévu depuis longtemps.
Ce qui l'était moins, c'était d'aller se mettre minable à l'Ecotrail une semaine avant ...

Et non, je ne suis pas bigorexique, c'était pour essayer de se préparer au mieux aux Citadelles ;)

Commentaire de Jam posté le 07-04-2014 à 09:11:37

Bah voyons, j'ai du mal à enchaîner les 30 de l'eco-trail avec le 50 de Jouy, et là l'Etienne il fait tranquilou le 50 après le 80. C'est pas humain.
Bravo, à toi et bon courage pour les Citadelles. Quelque chose me dit que tu vas y faire une belle perf.

Commentaire de ejouvin posté le 07-04-2014 à 09:31:40

Heu tranquillou.... il ne faut pas exagérer non plus. J'étais bien fatigué après.
Et puis comme je le dis souventm si si c'est humain et nous pouvons tous le faire, la preuve moi et je ne truste pas les boîtes. Regarde les frères Duhail par exemple, ils enchaînent aussi.
Mais ce qui est sur, c'est que j'ai le temps pour faire du fond, donc peut être que cela passe mieux.

Pour les citadelle, nous verrons. Il faut déjà franchir la ligne d'arrivée.

Commentaire de alain94 posté le 07-04-2014 à 09:32:58

Belle perf 8 jours après l'Ecotrail ...
et oui, c'est bien un kikou timide qui t'a interpellé sur la dernière ligne droite ;-)
j'attendais madame qui était sur la rando 12 kms

Commentaire de ejouvin posté le 07-04-2014 à 10:31:34

Ah bah voilà, j'ai ma réponse.
Il faut dire que j'étais sur la fin, un peu dans le vague et je n'ai pas eu la lucidité de revenir ensuite te voir.

Merci en tout cas.

Commentaire de caro.s91 posté le 07-04-2014 à 13:39:28

Bon, je vois que ca te réussit bien de ne pas suivre les consignes !!! Super !!! Prends quand même un peu de repos, les Citadelles, ca peut ne pas être simple !!! ;-)
Caro

Commentaire de ejouvin posté le 07-04-2014 à 15:23:07

Merci caro.
Oui là, je vais commencer à me reposer. Plus que du travail sur la durée, mais pas d'intensité.
Les Citadelles, je me dis que cela ne sera pas simple.

Récupère bien toi aussi

Commentaire de Mamanpat posté le 07-04-2014 à 15:01:28

Du grand n'importe nawak, même pas de tentative pour choper un 06... Tu files du mauvais coton Etienne !

Commentaire de ejouvin posté le 07-04-2014 à 15:24:00

Oui j'ai été sage. Et puis à force, tout le monde va se lasser.

Commentaire de sabzaina posté le 07-04-2014 à 21:21:46

Faut dire, au retrait des dossards, il a fait la vanne "on la met où la puce si on court sans chaussure?", ça a pas bien marché pour pécho des 06 :p

Commentaire de ejouvin posté le 07-04-2014 à 22:24:24

Punaise, je ne m'en souvenais même plus. Je dis des conneries naturellement en fait. Arg, ça craint.
Je n'ose même pas imaginer les réponses possibles à cette question.

Commentaire de Arclusaz posté le 07-04-2014 à 23:09:50

c'est vrai qu'il manque quelques grands classiques du style ejouvinesque dans ce CR (les 06, le vomito, les erreurs de GPS, ...). mais, tu as raison faut renouveler le genre de temps en temps.... si j'ose, à ce jeu, tu es fort et nous on en jouit.

Commentaire de ejouvin posté le 08-04-2014 à 08:49:17

Ah mon fidèle commentateur. Et oui cette fois-ci, j'ai fais dans le soft.
Et cela a été une idée lumineuse. J'aurai pu dire plein de conneries sur le groupe des 4 femmes. Et fort heureusement non, la preuve avec le commentaire suivant. J'aurai été bien malin ;)

Commentaire de celestcyr posté le 07-04-2014 à 23:38:10

J ai pris beaucoup de plaisir à lire ton récit...très original et très drôle aussi...surtout le passage où je me suis reconnue (la n°4...celle qui fait son 1er 50km)...mais j étais loin d imaginer que j étais à côté d un supertrailer capable d enchaîner deux longues courses d affilée !!! Alors Bravo et au plaisir de faire qq km de cosette une prochaine fois au début...ou à la fin du parcours :-)

Commentaire de ejouvin posté le 08-04-2014 à 08:54:42

(et merde, moi qui voulait être soft, mais là la tentation est trop forte. Et il faut avoir un peu lu mes précédents CRs aussi pour ne pas s'offuscer)

Hum hum, beaucoup de plaisir ? Ah mince, c'est juste à la lecture de mon CR.
Et puis au plaisir de faire des kms ensemble ? Toi, je fais finir par te demander ton 06 en privé.

Bon sinon, supertrailer est de trop.

Bravo pour ta course également, un petit podium et si je ne m'abuse ta cops aussi.
Bon récup à vous deux.

Commentaire de celestcyr posté le 08-04-2014 à 17:30:25

La tentation de lire qq uns de tes CRs était trop forte...et ton style d écriture est vraiment des plus agréables à lire.. Et plein d humour ;-) et fanchement ton tableau de chasse est assez bluffant pour moi qui débute tardivement dans ce sport!!! Et tu as déjà fait tes preuves sur certaines courses qui m attirent de plus en plus...alors bon courage pour la prochaine...moi ce sera les lavoirs avec le 64 :-)

Commentaire de ejouvin posté le 08-04-2014 à 17:42:25

Heuuu, on parle de quel tableau de chasse ?

Il y a ici tout un tas de personne donc la liste des résultats nécessite des jours et des jours pour la lire. Non vraiment il ne faut pas dire cela.

Par contre, je redis ce que j'ai pu dire en course : "Ne jamais dire jamais cette course..." Bon Lavoirs, il va y avoir du monde kikou, et plein de sympa.

Commentaire de Mamanpat posté le 10-04-2014 à 13:49:41

Le tableau de chasse de ejouvin... Nan, j'dis rien !
Juste que tu as eu le lapinou au St Jacques ! ;-)

Commentaire de ejouvin posté le 10-04-2014 à 14:01:17

Tu ne dis rien, parce que justement... il n'y a rien à dire. Mais j'y travaille, j'y travaille.
Parlons en du Saint Jacques tiens, j'ai aussi fait plouf ;) En même temps, c'était couru d'avance et nous avons bien rigolé. Vivement septembre prochain pour se refaire un joli week end.

Sur un mal entendu ça peut marcher...

Commentaire de celestcyr posté le 08-04-2014 à 23:21:39

Bon alors je vais essayer de vaincre ma timidité pour aller à la rencontre de ces gentils kikous :-) histoire de papoter et moins ressentir les kms ds les jambes...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran