Récit de la course : Cross des Sources 2014, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Cross des Sources

Date : 16/3/2014

Lieu : Varces Allieres Et Risset (Isère)

Affichage : 606 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Suite du STTN 2014


 Suite du STTN 2014


 




Et oui tout le monde connait (ou est en passe de connaître) le DTTN 2014 (Didier Trail Tour National) avec ses cinq manches à venir et un combat sanglant entre la Corne, Campingiou, Didier07, le Chasse-neige, le FaiZan, le Manak, et votre serviteur, et bien d'autres.

 

Mais 2014 a vu naître, là, comme ça, sans prévenir, le STTN, le Saucisson Trail Tour National, ou autrement dit le "poutrage de bouk", spécialité 2013 du kéké qui a inspiré bien des coureurs, dont le plus vil est assurément Albacor.

 

Et ce matin, le STTN pose ses shoes à Varces (38). Que dire de Varces ? Ben il y a la Prison, le 23ème Bataillon de Chasseurs-Alpins, et... voilà ! Mais il y a aussi un Cross toujours aussi populaire, le Cross des Sources, qui fait le plein de coureurs ce dimanche, après une édition 2013 (hélas) annulée. Si populaire que le départ est retardé de 30 minutes, et finalement est donné dans les temps !


Le parcours est le même qu'en 2012 :

 

 

 

L'organisation n'a vraiment pas de chance : autant ils ont réussi, on ne sait par quel miracle, à avoir la présence du Kenyan Blanc, mais, par contre, ils ont droit à une é-nième défection des Marie, à la présence de la honte-du-sport et, comme si cela ne suffisait pas, à celle de l'ignoble. LES PAUVRES

 

Mais heureusement il y a aussi des gens sympas : mon Pépé de l'ASPA, André Vernay du CMI, The Girk's (à prononcer "the girks" et non "the gueurks" -ce qui est très laid-), Patrick notre charcutier national, Cocogirl, Henri l'habitué des courses à saucissons dauphinoises, Franck Proto, Mo-Mo, le globe-trotter FoxTrot et sa douce, Annie JO et Nathalie de l'ASPA, oui, oui, on a des surprises !

 

 

 Le gymnase Lionel Terray lieu du retrait des dossards

 

Mais il y a aussi le fils spirituel du kéké, le mangeur de bouk professionnel, celui qui a juré ma perte et qui ne peut plus me blairer, oui, lui, monsieur "on-ne-te-voit-pas-dimanche", oui, ALBACOR le capitaine conserve, qui est ici à contre-coeur car môssieur a pris la grosse tête et voulait courir avec les champions au Sacré Trail des Collines ! 

 

 

Oh !

Pleure pas !

Ici c'est bien aussi !

(comptine d'enfant savoyarde)

 

 

 

Certes, j'ai pas de jambes aujourd'hui. Mais comme le dit une chanson célèbre (et belle) de notre groupe de grunge fétiche Alice In Chains, "No Excuses".

 

En plus on voit un traileur blanc au début du vidéoclip, quant aux membres du groupe il en reste 2 en vie

 

 

D'autant que j'ai une belle carte dans ma manche de Bouk : je me souviens très bien du parcours, et notamment de son profil. Beau joueur, j'en parle avant le départ, succinctement, mais j'en parle.

 

 

Nous voici au départ, et notre Bouk perfide file sur le côté droit en première ligne, abandonnant les autres coureurs dans le ventre mou du peloton. Et qui est là ? Notre André ! Bon, en fait c'était pas forcément intelligent car je suis à l'extérieur complet du premier virage, oui, le Bouk apprend encore.

 

 

Ca part vite, et comme d'hab', je déteste. En plus c'est pire que d'habitude puisque certains coureurs font le 5 kms (oui je sais j'aurai dû le faire !). Et qui me passe façon Speedy Gonzalès sur ma droite ? Le Capitaine Conserve me fume façon Bouk ? Coup d'oeil à la montre, mais oh, je suis à 13 km/h, il est fou ?



Peu importe, ça ne m'inquiète pas, du moins pas encore. Ca sent le revival de Sassenage 2013 où môssieur Albacore me fait un démarrage façon Kenyan Blanc sauf que parfois le KB tient jusqu'à la fin !


BREF


Il n'y a pas le feu, mais restons vigilants. D'autant qu'au premier coup de c**, non, notre champion du jour ne cède pas. Je rejoins foxtrot et Christine qui ont dû prendre un départ toni-truand. Je beugle quand même 2-3 "BOUUUUK" histoire d'attaquer le mental de conserve-man, mais rien n'y fait, il fait ch** aujourd'hui ! Ce sont ses cheveux courts qui lui font cet effet ? Ou y'a-t-il une traileuse en rose au fessier rebondi devant lui ?


Premier single qui re-descend, allez, je suis finisher du Trail Découverte du STC, je lance les hostilités, et finalement arrive au contact. POUM prends ça mon Albacore, un uppercut façon kéké ! Mais là, je n'ai pas le droit à une insulte, mais à un "TU BLUFFES".



Bon :

1- Monsieur n'a pas explosé malgré son démarrage en fanfare

2- Monsieur n'a pas pris un uppercut mais une légère fessounette

3- Monsieur commence à être aguerri aux course à saucisson. Merde


Fin de la descente, je me plante COMME EN 2012 en sortant 10 fois trop large de la descente, et on arrive au fatidique 4ème kilomètre, LE moment compliqué de la course. La montée démarre, tranquillou, puis séparation du 5 et du 10, hop, mode grimpette.


Vision d'horreur voire cauchemardesque


Il est là le conserve-boy ! Au contact ! Et il parle ! Soi-disant que je bouchonne ! Oh qu'il a dû la ruminer celle-là ! Et il passe ! Ne pas s'affoler bouk, ne pas s'affoler...


On sort du single et entamons LA montée. Albacor court ! Et il est le seul ! Ah non, j'ai pas envie de faire 10 kms de stress moi... Donc je baisse la tête, et ne pense qu'à moi. Je regarde mes pieds et reste en mode randonneur. Il a raison le bougre quand il dit qu'en montée il carbure, là je le constate amèrement. Beurk. Et il va me falloir garder des forces, le plan est "tenter de rejoindre à la descente" et "garder de la vitesse sur le plat".



Qu'elle est hard cette côte. Je veux anticiper la relance, mais mon ennemi a déjà fait pareil. Seulement les descentes qui suivent me permettent finalement d'arriver à sa hauteur. On serre les dents Bouk, et on PASSE. Pas serein, et pas certain du K-O, mieux vaut ne rien dire, et lâcher les gaz (d'échappements, hein) dans cette descente.



Coup de bol, un mec fait la trace plutôt fort, donc je balance les cannes pour rester au contact. Et je profite.



Km4.5, fin de la descente, maintenant c'est 5.5 kms de plat. Et comme en 2012, la lente déchéance du Bouk face aux pistards. Un racing Leti me passe, puis c'est carrément par grappe, mais ouf, pas d'Albacor ! 



On sort un peu de ce chemin au bord du Drac (?), et la voici, la ligne droite déééééprimante. Et qui est derrière moi ? Ce cher Henri, avec qui j'avais bataillé en 2012. Et chance, il ne me passe pas, on file donc au train. Je crois bien naïvement que le capitaine conserve ne me rejoindra pas (alors qu'il n'est pas si loin, j'ai hâte de lire son point de vue).



De nature sociale, j'encourage Henri mais pas de réponse. Et c'est 1 km plus loin qu'il me fait "ah mais c'est Fred", "non c'est Julien, le Bouk, la honte-du-sport", et on se met en mode parlante tout en doublant deux gonzes !



Km7.5, je suis derrière Henri, et j'entends de derrière "eh! le chapeau! lacet!" (oui parce qu'aujourd'hui, j'ai un des pires couvre-chefs qui soit, le chapeau de pêcheur de l'Ekiden, désolé pour les supporters).



NON. Deuxième erreur de débutant, lacet gauche de défait ! "Je le refais au virage, merci". Mais au virage il y a le faux-plat, donc non, je refais mon lacet en haut du faux-plat, sous les insultes et les jets de pierre des bénévoles et supporters qui ne comprennent pas qu'à ce niveau on puisse être aussi débile. Et on les comprend.



Km8, Km9, Km10, c'est le final, je crois à tort que conserve est loin, et je ne fais l'effort que pour aller chercher ceux qui ont pris de l'avance à la faveur de cet arrêt, y compris Henri, et je reprendrai même en bonus mon racing leti de tout à l'heure et un autre pistard en rouge !



Arrivée en 51"25, 68ème. Super ! A part que je me suis fait LAMINE par The Girk's et le KB, mais ils ont fait de très très bons chronos. Et surprise, on n'a pas un mais DEUX cadeaux : une gourde ainsi qu'un cadeau au choix, j'opte pour la housse de ski !



Encore un bel épisode de l'histoire de notre sport... A suivre !

 

 

 

 Les tables sont prêtes pour la bolognaise-pasta-party

 

 

 

Quelques statistiques

6 commentaires

Commentaire de mightygnou posté le 16-03-2014 à 21:04:48

Récit excellent, ça sent la grosse compet' pour le Saucisson Trail Tour National! C'est ou d'ailleurs l’inscription? ;)

Sinon le coup du lacet...énorme!
Le nombre de courses ou j'ai eu un lacet défait et ou je me suis dis : "je le referai plus tard" pour jamais le refaire... :)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 16-03-2014 à 23:14:45

Tu seras peut-être présent à la prochaine étape... Champagnier !

Commentaire de Albacor38 posté le 16-03-2014 à 22:31:16

Le Bouk est un compétiteur : on le sait et ça se vérifie à chaque fois y compris jusque dans les récits ! Celui-ci est encore excellent, comme celui d'hier sur le parcours découverte du Sacré trail des Collines.

En fait tu as besoin d'un aiguillon pour donner le meilleur !

J'ai pas eu la bise de Coconette mais enfin on s'est bien marré. Vivement le prochain round !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 16-03-2014 à 23:16:51

Bien entendu, on en rigole comme ça mais pendant 50 minutes on a le dossard, et c'est pas de quartier !
Sur le plat des Km5-6-7, j'avais l'impression d'être un tracteur, mais je savais que si tu revenais ça me donnerait la gnak (j'avais préparé ma phrase d'intox) !!!

Commentaire de the dude posté le 17-03-2014 à 17:14:53

ça se resserre vos duels, ça devient de + en + palpitant!!!
Bon comme tu es trop modeste, il faut quand même dire que le mini-sacré trail a dû pas mal t'entamer les cannes.

Commentaire de AKADOC posté le 09-04-2014 à 21:48:04

magnifique récit , comme d'habitude

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran